Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 136 fois
  • 109 J'aime
  • 2 Commentaires

David, jeune homme modèle

Chapitre 11

Changement d'affectation

SM / Fétichisme

En retournant travailler le lendemain matin, David eut la boule au ventre en songeant aux évènements de la veille. Au vu de l’heure matinale, il fut l’un des premiers à entrer dans les locaux de l’entreprise. Parvenu à son bureau, il constata que le poste de travail de Lisa regorgeait de dossiers à traiter, contrairement au sien qui en était vierge. Comme à son habitude, le jeune homme consulta ses mails après avoir ouvert sa session. Il remarqua que Cassandra lui avait transféré un message. Comme elle le lui avait promis, sa sœur avait pris la peine d’écrire à Katja pour lui exprimer son ressenti. Au vu de sa réponse, celle-ci s’était montrée compréhensive, ce qui rassura David. Il répondit au mail de Cassandra en la remerciant de son intervention puis il alla se chercher un café à la cafeteria. Remontant avec sa boisson dans son bureau, il prit le temps de la savourer.

 

Vers huit heures, Lisa fit son entrée dans le bureau.

 

— Salut, David !

— Salut, Lisa ! Tu vas avoir du boulot, aujourd’hui.

— Je vois ça. Au vu de la quantité de dossiers qu’il y a sur mon bureau, il ne serait pas exclu que je t’en laisse quelques-uns.

— Aucun problème, si c’est ce dont tu as besoin, mais je pense que Madame Karlova doit avoir ses raisons pour les avoir tous mis chez toi.

— Effectivement, j’ai mes raisons, Monsieur Clément.


David et Lisa se tournèrent vers la porte, surpris. Contrairement à son habitude, Katja n’avait pas signalé sa présence en frappant.

 

— Désolée de vous surprendre de cette façon mais il faut que je m’entretienne avec vous deux. Venez dans mon bureau.

— Oui, Madame Karlova.


Les deux jeunes gens verrouillèrent leurs écrans puis suivirent Katja jusque dans son bureau. David se demanda cependant pour quelle raison sa supérieure avait tenu à les réunir, lui et sa collègue, dans son bureau, de si bon matin. Lorsqu’ils pénétrèrent dans la pièce à la suite de Katja, le jeune homme fut surpris de constater la présence de Nathalie Savary. Lisa et David la saluèrent puis prirent place en face de Katja.

 

— Si je vous ai fait venir aujourd’hui, c’est pour vous informer de quelque chose de très important. Franck, l’employé de Mademoiselle Savary, a été victime, hier, d’un grave accident de la route qui le met en incapacité totale de travail pour une durée indéterminée. Pour cette raison et afin de parer à l’absence de Franck, nous avons décidé de vous affecter au service Marketing jusqu’à nouvel avis, Monsieur Clément. Quant à vous, Mademoiselle Barbieri, vous serez ma seule aide-comptable. Au vu de la qualité de la formation que vous a dispensée Monsieur Clément, je ne doute pas de vos capacités. Avez-vous des questions ou des remarques ?

— Euh… Oui, Madame Karlova. Bien que je comprenne qu’il soit nécessaire de remplacer un collègue indisponible, je ne suis pas sûr que mes compétences et mes connaissances soient suffisantes pour effectuer de manière correcte les tâches qui me seront assignées au service Marketing.

— Nous avons analysé votre dossier avant de prendre cette décision, Monsieur Clément. Mademoiselle Savary estime que vous serez parfaitement à la hauteur dans vos nouvelles fonctions. Avez-vous d’autres questions ou remarques ?

— Non, Madame Karlova.

— Très bien. Dans ce cas, voilà qui est réglé. Mademoiselle Barbieri, je vous laisse retourner travailler. Quant à vous, Monsieur Clément, considérez qu’à partir de maintenant, Mademoiselle Savary sera votre nouvelle cheffe de service.


David et Lisa quittèrent le bureau en compagnie de Nathalie. Le jeune homme alla éteindre son ordinateur et descendit de deux étages avec la cheffe de service, jusqu’à son nouveau bureau. S’installant au poste de son collègue absent, il rouvrit sa session et sa boîte mail. Nathalie quitta la pièce pour regagner son propre bureau. Le jeune homme fut étonné d’être laissé en plan sans la moindre instruction sur le travail à effectuer. Dans un premier temps, il voulut se rendre dans le bureau de sa nouvelle cheffe afin d’être informé sur ses nouvelles attributions mais il se ravisa en se disant qu’il valait mieux ne pas la déranger. Il décida d’attendre quelques minutes. Peut-être y allait-il avoir du nouveau sous peu. Son intuition fut confirmée par un mail de Nathalie. En le lisant, il ne fut qu’à moitié surpris. Le message, explicite, lui indiquait de se dévêtir intégralement et de la rejoindre dans son bureau. Il obtempéra et se dirigea vers le lieu indiqué.


En entrant, il trouva la jeune femme intégralement nue et équipée de son gode-ceinture. Malgré la douleur qu’il anticipait déjà, cette vision lui procura un début d’érection. Cela n’échappa pas au regard de Nathalie qui y répondit en souriant.


— Tu es très réactif. C’est une qualité importante pour travailler dans mon service. Maintenant, mets-toi à quatre pattes. Que je te souhaite la bienvenue au service Marketing.

 

David adopta la posture exigée. Nathalie s’agenouilla derrière lui et commença à pousser. Le gode s’enfonça dans son fondement jusqu’à la garde mais la douleur se fit rapidement sentir. Le jeune homme ne put s’empêcher de grimacer.


— Visiblement, ça ne s’est pas encore amélioré de ce côté-là, depuis Noël.

— Pas vraiment. Pardonnez-moi, Mademoiselle Savary.

— Je ne t’en veux pas. Cette fois, nous aurons un peu plus de temps à disposition. Tu devrais finir par pouvoir encaisser mes coups de reins sans douleur.

 

Nathalie se retira et badigeonna la rondelle de David avec un peu de salive avant de le pénétrer à nouveau. Le sexe factice se glissa en lui dans son intégralité. La douleur fut encore présente mais un peu moins forte. Forte de ce constat, la cheffe de service initia une série de lents va-et-vient, guettant une réaction de la part de son nouvel employé. Après quelques minutes de ce trottinement, David finit par ne plus ressentir de douleur. Nathalie en profita pour accélérer la cadence de son mouvement. Contrairement à ce à quoi il s’attendait, ce changement de rythme ne causa pas de douleur mais il ne ressentit pas non plus de plaisir particulier. Il se contenta de subir les assauts de la jeune femme jusqu’à ce qu’elle s’arrêtât, épuisée.

 

— C’est déjà un peu mieux qu’à Noël, tu ne trouves pas ?

— Euh… Oui, je supporte un peu mieux votre gode-ceinture, Mademoiselle Savary.

— Ravie de l’entendre. Cependant, tu peux me tutoyer et m’appeler Nathalie. Ensuite, petite curiosité : est-ce que tu as une copine ?


Dans un premier temps, David fut tenté de répondre par l’affirmative mais il changea d’idée, ne voulant pas risquer de mettre la puce à l’oreille de sa supérieure par rapport à sa relation avec Lisa.

 

— Non, pas encore.

— Dans ce cas, tu ne dois pas avoir beaucoup l’occasion de pratiquer.

— Non, en effet.

— Si tu le souhaites, je peux te faire découvrir bien des plaisirs.

— Tu me fais marcher, là ?

— Non, pas du tout. Je t’aime bien, David, et j’ai bien vu ce dont tu disposes entre tes jambes. Je serais bien mal inspirée de ne pas m’amuser avec ça aussi.

— Pourquoi ne pas le faire maintenant ? En tant que cheffe, tu peux me demander tout ce que tu veux.

— Je pourrais mais il y a aussi du travail, ici, et j’aime bien prendre mon temps quand il s’agit de m’amuser. Je te laisse jusqu’à la fin de la journée pour réfléchir à ma proposition et me communiquer ta réponse. Maintenant, retourne à ton poste. Je vais t’envoyer des instructions par mail dans quelques minutes. Bienvenue au service Marketing, David !

— Merci, Nathalie.


David regagna son bureau pour se revêtir. Comme elle le lui avait signifié quelque temps auparavant, Nathalie lui envoya des recommandations par courriel concernant des demandes de clients à traiter. Pour les premiers dossiers, il constata qu’il s’agissait de quelque chose de simple : une matrice Boston Consulting Group. En comparant les chiffres d’affaires des entreprises concernées et de leur plus gros concurrent, le jeune homme les plaça sur un graphique de quatre cadrans en fonction des parts de marché relatives dans chaque domaine d’activité et du taux de croissance des marchés.

 

Dès qu’il eut fini, il profita de ce moment de répit pour réfléchir à la proposition de Nathalie. D’une part, il ne souhaitait pas blesser Lisa en la trompant avec une autre. D’autre part, il jugeait plus prudent de l’accepter. En effet, bien que Nathalie lui parût être plus gentille et compréhensive que Katja, il ne pouvait exclure la possibilité qu’elle lui fît payer son refus en lui infligeant une correction comme celle qu’il avait subie de la main de son ancienne cheffe, quelques mois plus tôt. Entre cogitations et travaux à réaliser, la journée passa très vite au goût du jeune homme. À seize heures trente pile, Nathalie fit irruption dans son bureau.


— Alors, quelle est ta réponse à ma proposition ?

Diffuse en direct !
Regarder son live