Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 816 fois
  • 100 J'aime
  • 4 Commentaires

David, jeune homme modèle

Chapitre 14

Vers de nouveaux plaisirs (partie 3)

SM / Fétichisme

Lorsqu’il retrouva sa place de travail le lendemain, David s’empressa de terminer l’étude de marché qu’il avait commencée la veille et envoya ses conclusions au client. Celui-ci le remercia en répondant à son mail. N’ayant plus aucun dossier à traiter, le jeune homme se prit à songer aux évènements de la veille et à ceux survenus depuis son changement d’affectation. Au vu des expériences qu’il avait vécues, d’abord avec Nathalie, puis avec Justine, il se dit qu’il avait bien fait d’accepter la proposition de sa nouvelle cheffe de service. Il rêvassa quelques instants en essayant de deviner ce qui allait l’attendre le soir venu. Plongé dans ses pensées, il n’entendit pas Nathalie entrer dans son bureau.

 

— Bonjour David !

— …

— Bonjour !

— Ah, bonjour Nathalie. Désolé, je ne t’ai pas entendue.

— C’est ce que j’ai cru comprendre. À quoi est-ce que tu pensais ?

— Euh… À hier soir.

— Ça t’a plu, n’est-ce pas ?

— Oui, beaucoup.

— Ce que je te réserve ce soir te plaira aussi.

— Tu ne veux pas me dire ce que c’est ?

— Non, c’est une surprise. Tout ce que je peux te dire, c’est que Justine sera là aussi.

— D’accord. Je vais prendre mon mal en patience.

— Ne perds pas le travail de vue, non plus. D’ailleurs, en parlant de travail, tu as pu terminer l’étude de marché d’hier ?

— Oui, je viens d’envoyer le rapport au client.

— Parfait. Je vais t’envoyer d’autres instructions. À plus tard !

— À tout à l’heure !


Nathalie quitta le bureau. David ouvrit sa boîte de réception. Quelques minutes plus tard, celle-ci se remplit de plusieurs nouveaux mails. En les lisant l’un après l’autre, il constata qu’il allait devoir réaliser des matrices McKinsey. Etant donné la subjectivité de cette méthode, Nathalie avait pris soin de lui demander de lui envoyer ses analyses pour approbation avant d’en faire part aux entreprises concernées. Sa supérieure lui avait également indiqué de pondérer chaque critère d’analyse de l’attrait du marché et de la force concurrentielle en lui attribuant un coefficient d’un tiers.

 

Au moyen des documents fournis par l’entreprise mandatrice, il réalisa une première matrice après avoir lu les informations exposées. Après avoir pris connaissance des chiffres d’affaires de chaque domaine d’activité de l’entreprise, il dessina des cercles de différentes tailles en les plaçant dans différents cadrans en fonction de l’analyse qu’il avait faite de la situation. Il rédigea un document contenant ses interprétations et l’envoya à Nathalie pour approbation.

Il recommença la procédure avec un deuxième dossier. Après avoir réalisé la matrice McKinsey et envoyé ses analyses à sa supérieure, le jeune homme regarda l’heure affichée sur l’écran de son ordinateur. Onze heures quarante-cinq. En constatant qu’il lui restait encore trois dossiers à traiter, il se fit la réflexion qu’il allait devoir travailler un peu plus vite s’il entendait terminer avant la fin de la journée.

 

S’accordant une pause pour manger, David retourna travailler après trois quarts d’heure. Il consulta brièvement ses mails afin de vérifier si Nathalie avait validé l’une de ses analyses de la matinée. Aucune réponse. Le jeune homme poursuivit ses activités en s’attaquant à son troisième dossier. Travaillant sans s’arrêter, il finit par éprouver un sentiment de devoir accompli lorsqu’il envoya sa cinquième et dernière analyse à sa supérieure aux environs de seize heures trente. Celle-ci entra au même moment dans son bureau.

 

— Je viens de voir que tu as fini les matrices McKinsey. Je n’ai pas encore eu le temps de les lire. Je te ferai un feedback demain matin. Pour l’heure, je pense que tu as bien mérité de prendre un peu de bon temps.

 

David éteignit son ordinateur et quitta les locaux de Fricounsulting avec Nathalie. À l’extérieur, ils trouvèrent Justine et tous trois prirent la direction du domicile du jeune homme. Comme il l’avait fait la veille, il les guida jusqu’à son appartement et leur proposa de boire quelque chose. Elles acceptèrent son offre en prenant un verre d’eau qu’elles finirent d’un trait.


— Va déjà te mettre à l’aise, David. Justine et moi te rejoignons dans quelques minutes.

 

Le jeune homme gagna la chambre à coucher tandis que les deux femmes s’enfermaient dans la salle de bain. Il se dévêtit intégralement et s’assit sur le lit, son sexe bien endurci à l’idée de revoir les corps dénudés de Nathalie et Justine. Lorsqu’elles entrèrent à leur tour dans la pièce, le visage de David changea d’expression. De l’excitation, il passa à la surprise. Nues, les deux cheffes de services s’étaient, cette fois, équipées chacune d’un gode-ceinture.

 

— Tu ne t’attendais pas à ça, hein ?

— Euh… Non, pas vraiment, Nathalie.

— Je t’ai dit ce matin que ça te plaira et je compte bien tenir ma promesse. D’autant que la dernière fois, tu semblais mieux tolérer la présence de ces engins en toi. Ce soir, Justine et moi allons te faire passer du stade de la tolérance au stade du plaisir. Mais avant, vu que tu as bien pris les devants hier soir, ce soir, c’est nous qui allons nous amuser un peu avec toi. Sors du lit pour nous faire un peu de place.

 

David obtempéra et les deux femmes s’assirent côte à côte sur le lit, à l’endroit où il se trouvait quelques instants plus tôt.

 

— Agenouille-toi.


Le jeune homme adopta la posture exigée et Justine lui fit signe de s’approcher d’elle à quatre pattes. La DRH tendit un pied en direction de son visage. David s’en empara et le massa avant d’en prendre chaque orteil en bouche. Nathalie l’attira à elle pour qu’il lui prodiguât le même traitement. Il alla ainsi de l’une à l’autre jusqu’à ce qu’il se fût occupé de leurs deux pieds.

 

— Et si on passait à quelque chose de plus intéressant ? Qu’est-ce que tu en dis, Justine ?

— Bonne idée. Qui commence ?

— Je vais te laisser l’honneur.

— Très bien.


Nathalie et Justine invitèrent David à se positionner à quatre pattes au milieu du lit, dans le sens de la largeur. Tandis que la DRH se positionnait derrière lui, la cheffe du service Marketing se plaça devant le jeune homme en adoptant la même posture que lui. De cette façon, son fessier touchait le visage de son employé. Sur injonction de sa supérieure, David fit jouer sa langue sur sa rondelle tandis que Justine commençait à enfoncer son gode-ceinture en lui. La DRH fut surprise de constater qu’elle avait pu faire pénétrer l’engin dans son intégralité sans causer la moindre douleur au jeune homme.

 

— À ce niveau-là aussi, il est plus avancé que je ne le croyais. Il n’a pas l’air d’avoir mal.

— J’y suis pour quelque chose. Entre Noël et le jour où il a commencé dans mon service, j’ai eu l’occasion de le prendre une ou deux fois. Il tolère la présence d’un gode mais il ne ressent pas encore de plaisir.

— Je vois…


Justine réalisa quelques lents mouvements de va-et-vient. Au bout de quelque temps, David finit par ressentir une sensation particulière. Sa prostate massée par le sextoy de la jeune femme, il eut l’impression de ressentir la même excitation que lors d’une masturbation en solitaire. Toujours occupé à bichonner le postérieur de Nathalie, le jeune homme finit par tressaillir. Cette réaction n’échappa pas à la DRH qui augmenta la cadence de ses coups de reins. Cette fois, David émit un grognement d’aise.

 

— On dirait que ça a l’air de lui plaire, maintenant. Je vais te laisser en profiter.


Nathalie et Justine échangèrent leurs positions. À l’inverse de la DRH, la cheffe du service Marketing s’enfonça dans le fondement de David d’une puissante poussée avant de réaliser des va-et-vient à un rythme effréné. Les coups de butoir de sa supérieure en lui procurèrent au jeune homme un plaisir qu’il n’avait jamais cru possible dans cette situation. Il se surprit à regretter la fin de ce moment lorsque Nathalie se retira de lui après plusieurs minutes de chevauchée.

 

— Il adore ça, notre beau ténébreux ! Regarde comme sa queue est bien dure.

— Hum… Je vois ça. Qu’est-ce que tu en penses ? On le fait jouir ou pas ?

— Je crois qu’il mérite d’atteindre l’orgasme. C’était d’ailleurs le but de cette soirée. Cependant, je compte faire quelque chose d’autre en même temps. Tu vois à quoi je pense, Justine ?

— Tout à fait, Nathalie.


Les deux femmes firent allonger David sur le dos avant de s’agenouiller de part et d’autre de lui. À tour de rôle, elles masturbèrent le jeune homme tout en lui donnant leurs godes à sucer. Il enfourna ainsi alternativement un gode et l’autre jusqu’à ce que les caresses des deux femmes ne le fissent répandre sa semence sur son propre ventre dans un gémissement de plaisir.


Lorsqu’ils eurent recouvré leurs esprits, David se nettoya avec un mouchoir tandis que les deux femmes se rhabillaient.

 

— Alors, ça t’a plu, David ?

— Je ne m’y attendais pas mais, oui, ça a été très agréable.

— Je t’avais fait une promesse, je l’ai tenue. De notre côté, on t’a trouvé excellent sur ces deux soirs. Tu as vraiment tout ce qu’il faut pour pouvoir satisfaire les envies que peut avoir une femme. Je pense que tu finiras rapidement par trouver quelqu’un. En attendant, si tu veux qu’on continue nos rencontres, aucun problème, mais les modalités se feront en fonction de notre humeur et de nos envies.

— Très bien. Je suis prêt à satisfaire toutes vos envies, Mesdemoiselles.

— Merci à toi. Sur ce, bonne soirée et à demain.

— À demain.


Nathalie et Justine quittèrent l’appartement, laissant David se remettre progressivement de leurs ébats. Après avoir pris une douche, le jeune homme consulta machinalement son téléphone. Il vit alors qu’il avait reçu un message de la part de Lisa. À ce moment, il se fit la réflexion qu’il n’avait plus pensé à sa petite amie depuis le jour où il avait accepté la proposition de Nathalie. Il déverrouilla l’écran de son téléphone afin de pouvoir lire le message.


[SMS, Lisa]

<Tu me manques, mon amour !

>Tu me manques aussi, ma belle. On peut se voir demain, à la pause ?

<Bien sûr ! À demain.

>À demain.


En échangeant ces quelques mots avec sa copine, David décida qu’il était temps pour eux de clarifier les choses par rapport à leur relation. Il savait que, pour cela, il se devait d’être honnête envers elle. Cependant, il ne put s’empêcher d’appréhender sa réaction et les conséquences que leur entrevue allait avoir si elle venait à mal tourner.

Diffuse en direct !
Regarder son live