Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 082 fois
  • 113 J'aime
  • 12 Commentaires

David, jeune homme modèle

Chapitre 17

Prise de pouvoir

Avec plusieurs hommes

En voyant la mine surprise de David, Nathalie revint sur ses pas. Le jeune homme lui montra le message qui venait de s’ajouter dans sa boîte mail. Après lecture du mail, ils comprirent que Valérie les convoquait, ainsi que tous les autres membres du personnel, à une séance qu’elle qualifiait de la plus haute importance. Verrouillant l’écran de son ordinateur, David monta jusqu’au dernier étage en compagnie de Nathalie et se dirigea vers la salle de réunion indiquée dans le mail. Ils s’assirent autour de la table en attendant l’arrivée des autres. À l’air grave affichée par la directrice, David supposa que ce qu’elle avait à annoncer n’allait pas être réjouissant.

La salle se remplit peu à peu, jusqu’à ce que toutes les personnes convoquées fussent assises autour de la table. Après s’être assurée que personne ne manquait à l’appel, Valérie commença son discours d’une voix chargée d’émotion.


— Tout d’abord, je tiens à vous remercier toutes et tous pour le travail que vous avez fourni tout au long de ces années. C’est grâce à votre savoir-faire et à votre dévouement que cette entreprise a pu prospérer. J’en profite au passage pour vous informer, Madame Clément, que j’ai eu l’occasion de voir la vidéo que vous m’avez fait parvenir. Bienvenue parmi nous ! Je suis persuadée que vous ferez une excellente cheffe de service.

— Merci, Madame la Directrice.

— Cette entreprise est tout pour moi, d’où la raison de cette réunion. Ce que j’ai à vous dire me pèse énormément mais je n’ai pas le choix. Il y a quelques jours, mon médecin m’a diagnostiqué un cancer en phase terminale.

 

Un brouhaha de surprise et de compassion parcourut l’assemblée. Valérie attendit que le bruit se fût dissipé avant de poursuivre.

 

— Il ne me reste que quelques mois à vivre. C’est pourquoi j’ai pris la décision de me retirer afin de pouvoir pleinement profiter de ce temps-là. Comme je vous l’ai dit il y a un instant, cette entreprise est tout pour moi. Je vais donc la remettre à l’une des cheffes de service. Avant de prendre ma décision, je vais vous expliquer comment je compte nommer ma successeure à la tête de Fricounsulting. Etant donné que j’aurai encore l’occasion de fêter un anniversaire durant les quelques mois que j’ai à disposition, je souhaiterais profiter d’un ultime cadeau avant de m’en aller. Chaque cheffe de service aura donc la responsabilité de trouver une idée de cadeau susceptible de me convenir et de m’en faire part d’ici la fin de la journée. La cheffe de service qui m’aura donné l’idée la plus convaincante sera la nouvelle directrice de cette entreprise. Sur ce, je vous remercie de votre attention. Vous pouvez retourner travailler.


Tandis que les employés et cheffes de services quittaient la salle de réunion, Marie s’approcha discrètement de David pour échanger à voix basse avec lui.


— Tu as une idée de ce qui pourrait faire plaisir à la directrice ?

— Lors du concours de Noël, Valérie a demandé à tous les employés de lui faire un massage des épaules.

— Merci pour cette information, mon chéri. Je vais réfléchir à mon idée de cadeau.


Retournant à son bureau, le jeune homme reprit les tâches que Nathalie lui avait confiées avant la réunion. Cette dernière lui envoya un mail lui spécifiant de ne pas la déranger durant tout le reste de la journée. Il prit donc le parti de préparer ses rapports et analyses sur un document à part et de ne l’envoyer à sa supérieure que le lendemain matin. Vers midi, après avoir traité quelques matrices BCG, il s’accorda une pause pour s’alimenter puis retourna à son poste une heure plus tard. Il passa le reste de l’après-midi à effectuer les autres travaux qui lui avaient été assignés. Aux environs de seize heures trente, un nouveau mail de Valérie s’afficha dans sa boîte de réception. La directrice allait annoncer sa décision.

 

À nouveau, il verrouilla l’écran de son ordinateur et gagna la salle de réunion. Il fallut quelques minutes pour que tous les employés et cheffes de services entrassent dans la pièce. Lorsque tous furent assis et prêts à l’écouter, la directrice s’adressa à eux.


— J’ai le plaisir de vous annoncer que je suis parvenue à une décision. Je tiens à vous dire que toutes les cheffes de service ont rivalisé d’idées séduisantes et qu’il m’a été difficile de trancher. Cependant, l’une d’elles a particulièrement retenu mon attention. Il s’agit de la proposition de Madame Clément. Vous voilà désormais directrice de Fricounsulting, Marie. Félicitations et bonne chance.


Des applaudissements polis se firent entendre dans la salle. David y devina également que la décision de Valérie n’enchantait pas tout le monde, notamment Laure et Katja qui affichaient un air contrarié. Le jeune homme se surprit à se dire qu’il les comprenait un peu. En effet, on avait rarement vu une ascension aussi fulgurante. Il se dit aussi que les circonstances étaient particulières et il se réjouit sincèrement pour sa mère.


— Comme je l’ai signifié en fin de matinée, je souhaite profiter de mon cadeau aujourd’hui, avant de me retirer. Je vous laisse donc le soin, Marie, d’expliquer à nos collaborateurs ce qu’ils doivent réaliser pour me contenter. Quant aux autres, vous pouvez vous en aller.


La salle de réunion se vida peu à peu, laissant les employés masculins et Marie seuls. Elle leur fit un bref descriptif de son idée en leur demandant d’y mettre tout leur cœur puis s’en alla à son tour. Comme Marie le leur avait indiqué, David et les autres hommes se dévêtirent intégralement et retournèrent dans la salle de réunion où les attendait Valérie. Celle-ci, entièrement nue, était assise sur une chaise, et sourit chaleureusement à la vue de leurs corps exposés dans le plus simple appareil.

 

Tacitement, les cinq hommes convinrent de leurs positions. David et l’un de ses collègues se placèrent derrière Valérie et commencèrent à lui masser les épaules à tour de rôle. Deux autres hommes se positionnèrent chacun devant un pied de la directrice et entreprirent de lui prodiguer un massage des pieds et des jambes. Albert, l’employé de Marie, mit son visage entre les cuisses de Valérie et commença à faire jouer sa langue sur son intimité généreusement fournie.


La combinaison du massage et du cunnilingus eut rapidement son effet sur la directrice qui se mit à gémir de plaisir. Les cinq hommes continuèrent de s’appliquer dans leurs rôles respectifs pendant quelques minutes, jusqu’à ce que Valérie ne jouît dans un râle libérateur, remplissant la bouche d’Albert de cyprine.

 

— Merci, messieurs. Je suis très heureuse de vous avoir eus comme derniers partenaires. Cependant, j’aimerais que vous fassiez une dernière chose pour moi : à vos sexes durs et droits, je vois que vous avez aussi été excités par la situation. Je souhaite que, l’un après l’autre, vous vous masturbiez et éjaculiez sur ma chatte. Ce sera, en quelque sorte, votre façon de me dire au revoir.


Les cinq hommes acceptèrent de bon cœur d’accéder à cette requête. David fut le premier à se caresser frénétiquement sous le regard ravi de Valérie. Après quelques instants, il finit par répandre sa semence à l’endroit désiré. Il fut suivi par l’ensemble de ses collègues puis, lorsque le dernier d’entre eux eut réalisé la volonté de la directrice, ils se rhabillèrent et prirent poliment congé d’elle.

 

Lorsqu’il sortit des locaux de Fricounsulting, David eut la surprise de constater que Marie et Cassandra l’attendaient à l’extérieur.


— Qu’est-ce que vous faites encore là ?

— On voulait attendre que tu finisses, David. Maintenant que je suis directrice, j’aimerais vous parler, à ta sœur et toi.

— D’accord.

 

Alors qu’ils prenaient tous trois la direction du domicile de David, le jeune homme entendit une voix crier après lui.


— David ! David !

— Lisa ? Je te croyais déjà partie.

— Je me suis dit que tu apprécierais qu’on se voie après cette journée particulière.

— J’ai déjà une réunion de famille… En fait, viens avec nous. Je crois qu’il est temps que je te présente. Maman, Cassandra, je vous présente ma copine, Lisa. On s’est rencontrés quand je travaillais encore au service Finances.

— Enchantée de te rencontrer, Lisa. Je comprends mieux comment mon fils a pu tenir le coup pendant tout ce temps.

— Merci, moi de même, Madame Clément.

— Tu peux m’appeler Marie.

— D’accord. Merci, Marie.


David et les trois femmes se dirigèrent vers le domicile du jeune homme. Ils se réunirent au salon, des verres d’eau disposés devant eux. Sous les regards interrogateurs de David et Cassandra, Marie leur exposa les raisons de leur entrevue.


— La raison pour laquelle je souhaite vous parler est simple : maintenant que je suis directrice, je veux faire en sorte que nous puissions diriger cette entreprise en famille.

— En famille ? Je ne crois pas que ça passera auprès des cheffes de service qu’un homme, jeune comme moi, de surcroît, puisse être amené à être leur supérieur.

— Tu as raison, David. Cela ne se fera pas en un jour mais j’ai déjà une idée de comment je compte organiser cela. Fais-moi confiance : tu n’auras bientôt plus à te soucier de satisfaire les envies de qui que ce soit. Venons-en à toi, maintenant, Cassandra. Je n’ai jamais eu le temps de te demander comment ça se passait au service juridique.

— Laure est infernale comme cheffe ! Elle n’arrête pas de corriger mes plaidoiries pour les remplacer par des plaidoyers sans aucune logique par rapport à la situation. Le pire, c’est qu’elle me dit souvent que j’ai de la chance d’être une femme parce que, sinon, elle m’aurait déjà fait souffrir avec ses sacs à dos remplis de textes de lois.

— J’y ai eu droit, moi, deux fois. Dont une pour t’obtenir l’entretien. J’ai l’impression d’avoir fait ça pour rien, du coup.

— Non, David. Tu n’as pas souffert pour rien. Je vais pouvoir mettre en œuvre un premier changement : je t’annonce que, dès demain, Cassandra, tu seras la cheffe du service juridique !

— Et comment tu comptes virer Laure ?

— Je lui ferai remarquer que ses méthodes sont trop sadiques et qu’elles n’ont aucune valeur éducative pour nos employés. Pour le reste de la procédure, je vous laisserai le soin, à tous les deux, de décider de quelle manière vous vous vengerez d’elle.

— Tous les deux ?

— Tu m’as bien entendue, David. Tu viens de dire que Laure t’a fait souffrir par deux fois. Tu as bien le droit de te venger.

— Ça me plaît, comme programme.

— Et que comptez-vous faire pour Katja, Marie ? Je vous rappelle qu’elle a mêlé un frère et une sœur dans un jeu incestueux pour satisfaire ses envies perverses.

— Ne t’inquiète pas, Lisa. Je l’ai à l’œil. J’attends juste le moment opportun pour lui faire payer ce qu’elle a fait à mes enfants.

 

Après un court récapitulatif de leur plan d’action, Marie et Cassandra quittèrent l’appartement. David et Lisa en profitèrent pour passer le début de soirée en tête à tête puis la jeune femme dut s’en aller à son tour. En fin de soirée, lorsqu’il alla se coucher, il se dit en souriant que les choses allaient bien changer chez Fricounsulting.

Diffuse en direct !
Regarder son live