Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 778 fois
  • 83 J'aime
  • 2 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

La déchéance de Claire Dragon.

Chapitre 1

Le cadeau

Trash

Après une longue nuit, Claire se levait de son lit, le regard lointain et la mâchoire creuse. Il ne faisait aucun doute que sa nuit avait été blanche, comme toute celle durant lesquelles sont mari était absent.

Parti à l’étranger depuis plus de trois semaines, Hector Dragon manquait cruellement à sa femme. Cette dernière se consolait avec la télé et la nourriture, bien que le médecin de la famille lui avait prescrit un régime. Claire n’était pas du genre à se satisfaire de peu de nourriture. À ses yeux, manger et baiser étaient les deux choses qui en valaient vraiment la peine.

Depuis l’absence d’Hector, elle avait désespérément lutté contre l’envie de jouir en pensant à lui. Jusqu’ici, sa résistance n’avait pas été vaine et elle comptait continuer à résister. Malgré l’envie très forte qu’elle ressentait chaque soir, son gode et son vibromasseur restaient sagement dans son tiroir, à attendre le moment où leur maîtresse daignerait enfin se servir d’eux. Elle utilisait juste ses doigts.

Elle se regardait dans le miroir, l’image qui lui était renvoyée était celle d’une belle blonde, dans la trentaine. Une femme qui n’avait connu qu’un homme durant toute sa vie, Hector Dragon, entrepreneur toujours occupé, un homme ayant rarement le temps de satisfaire les énormes besoins sexuels de sa femme. Mais lorsqu’il était enfin là, leurs nuits étaient torrides.

En ce matin de Saint-Valentin, les tétons de Claire pointaient à travers son soutien-gorge, signe qu’elle avait vraiment besoin de faire l’amour ce matin. Son clitoris était sensible, ses lèvres étaient gonflés d’excitation.

Dring dring!!!

La sonnerie du téléphone fixe la tira de ses pensées. Elle décrocha.

— Allô.

— Mon amour, où es-tu? Écoute-moi!!

— Hector ! L’interrompit t’elle. Enfin tu donnes signe de vie.

— Je n’ai pas de temps pour les explications, viens immédiatement. Prends la voiture.

— Mais pourquoi? Demanda Claire.

— Je ne peux rien te dire de plus. Rejoins-moi à l’hôtel Royal Fraternity le plus rapidement possible, chambre 218.

Il raccrocha immédiatement, laissant Claire avec un tas de questions en tête. Néanmoins, elle se doucha, s’habilla le plus rapidement possible, prit la voiture et se dirigea rapidement vers l’hôtel Fraternity.

    .....

La porte de la chambre s’ouvrit, laissant apparaître la blonde. Cette dernière était angoissée, elle ignorait la raison pour laquelle son mari lui avait demandé de venir ici. Elle n’allait pas tarder à avoir des réponse.

Sur un divan, en face de la porte, Hector Dragon était assis. Voyant que sa femme était arrivée, il sourit.

— Enfin te voilà, ma douce.

Elle fit quelques pas en avant, observant la pièce dans ses moindres détails.

— Hector, depuis quand es-tu en ville ?

— Pas longtemps, en tout cas depuis assez de semaines pour recruter des personnes pour ton cadeau de Saint-Valentin.

— De quoi parles-tu? Demanda t-elle en arquant un sourcil.

Hector se leva, fit face à sa femme. Il la dominait complètement du haut de ses deux mètres. Claire se sentait toute petite face à ce colosse de chair qu’elle avait pour mari.

— Ton dragon t’a préparé une petite surprise. Je sais que tu vas aimer.

— Et c’est qu...

Une gifle vint l’interrompre.

— Tu la fermes, sale catin, hurla t-il.

Surprise, Claire se surprit à obéir.

— Les gars, vous pouvez venir. Elle est là.

Venant de la pièce d’à côté, trois hommes firent irruption dans la pièce. Ils étaient tous de la même hauteur que son mari. Leur peau légèrement foncée leur conférait l’allure d’un de ces pornstars de Blacked qu’elle avait l’habitude de regarder en se doigtant le soir. Et oui, c’est à ça que se résumait ses nuit blanches, un long doigtage pour faire grimper l’envie. Une fois sur les rives de l’orgasme, elle cessait, reprenait ses esprits et recommençait.

Ce long jeu augmentait considérablement son envie de faire l’amour, mais elle se réservait pour le retour de son mari. Elle avait hâte que ce dernier vienne la posséder avec son long membre comme il le faisait si bien. Elle se souvenait encore de cette fois où il l’avait attachée et baisée durant plus de deux heures. Elle avait salivé, la mâchoire endolorie à force de sucer les vingt-sept centimètres de chair de son conjoint. Il l’avait sauvagement enculée, traitée de chienne et de pute en chaleur. Sans oublier la gorge profonde qu’elle avait subie, manquant d’air à chaque coup de boutoir de son mari. Elle aimait se faire humilier, se faire soulever comme un fétu de paille afin d’être déposée sur cette bite qu’elle adorait, qu’elle vénérait.

— Tu te souviens qu’un jour tu m’avais dit que ton plus grand fantasme était d’être baisée comme une chienne, d’être humiliée et défoncée comme la dernière des putes.

Elle ouvrit la bouche pour répondre mais une autre gifle la réduisit au silence.

— Tu dois hocher la tête, personne ne t’a autorisée à parler.

Claire hocha la tête, Hector lui donnait des ordres et elle aimait ça. Une douce chaleur envahit progressivement son bas-ventre tandis que ses tétons se durcissaient à cause de l’excitation causée par la présence de ces quatre mâles.

— Alors ce jour est enfin arrivé, ces trois messieurs, Saïd, Mamadou et Djibril vont exaucer ton rêve ma chérie. Tu es partante?

Claire sourit, bien qu’ayant jamais expérimenté le sexe à plusieurs, la simple idée de se faire traiter comme une chienne en chaleur l’excita.

Pour répondre à son mari, elle ôta sensuellement son t-shirt et son jeans sous le regard pervers des trois compères afin de se retrouver en petite tenue devant les quatre hommes. Comme si cela ne suffisait pas, elle se mit à quatre pattes et leur dit en se léchant les lèvres.

— Messieurs... ce soir je suis à vous...

À suivre...


Diffuse en direct !
Regarder son live