Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 755 fois
  • 70 J'aime
  • 4 Commentaires

Déchéance d'une belle-soeur...ou salope parisienne en devenir !

Chapitre 10

Une soirée un peu spéciale !

Zoophilie

Ce matin-là, Sylvie chantonnait dans la salle de bain. Les deux compères étaient très ennuyés par l’évolution malsaine de la situation. Ils faisaient un conciliabule discret dans la cuisine, devant leur bol de café.


“ Laisse, dit Paul, je vais aller lui parler !


— Tu crois que cela servira à quelque chose ?

— On peut toujours essayer ! “



Paul alla dans la salle de bain. Il trouva la porte close... pour la première fois ! Intrigué, il frappa à la porte.


” Sylvie, il faut que l’on se parle !


— J’ai pas fini ! Cela attendra que je sorte ! “



De plus en plus perplexe et un peu désabusé, Paul retourna dans la cuisine, et fit part à Raphaël de la fin de non-recevoir, que lui avait déclinée sa belle-sœur. Les deux se regardèrent, frustrés. Puis cinq minutes plus tard, Sylvie fit son apparition dans la cuisine :


“ Si l’on veut me parler, c’est dans dix minutes, dans le salon ! J’ai pas que ça à foutre, de discuter chiffon avec deux abrutis ! “


Les deux hommes se regardèrent, encore plus surpris par la tension du ton de la femme !

Se regardant, ils décidèrent de rejoindre Sylvie dans la pièce. Visiblement, la femme avait décidé de mettre leurs nerfs à vif !


Sylvie était nue, son peignoir à ses pieds. Elle était en train de s’habiller. Très fortement maquillée, rouge à lèvres agressif, eye-liner très noir autour des yeux, elle avait un regard de braise. Une jambe sur le canapé, elle dressait un bas noir sur sa jambe gauche. De ce fait, elle présentait son sexe et sa vulve toute rouge aux deux hommes. Elle exposait sans gêne, aucune, tous les stigmates de sa séance de sado-masochisme, particulièrement brutale de la veille. Coups de fouet, piqures diverses et variées, rougeurs multiples décoraient tout l’ensemble de son corps sublime. En les regardant, elle se passa la langue sur les lèvres, comme par défi.


Les deux hommes, comme des petits puceaux reluquant la femme fatale, n’osaient faire quoi que ce soit. Ils regardaient Sylvie revêtir une guêpière noire, lui laissant les seins nus, clipser ses bas sur les jarretelles... et puis sans autres sous-vêtements, revêtir ses habits de ville : une robe noire très moulante, arrivant en haut des cuisses, et mettant bien ses seins, qu’elle avait nus en dessous, en valeur.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Paul se lança :


“ Sylvie, que t’est-il arrivé hier soir ?


— J’ai passé la soirée avec mon Maître et ses amis ! répliqua-t-elle, ironique.

— Ton... ton maître ? Mais, c’est moi ton maître ?!

— Plus maintenant ! La réponse sonna comme un coup de fouet.

— Mais tu as vu dans quel état ils t’ont mise, ces pervers ? Tu es couverte de coups de flagellation ! Et puis cette robe, ça fait pute ! Tu ne vas pas aller au bureau comme ça ?! s’écria Raphaël, très en colère.

— Cela me regarde ce que l’on peut me faire. Et cette robe de pute comme tu dis, c’est mon Maître qui me l’a offerte... une "Versace" à 6000 euros !

— Ah ! C’est donc ça ! Tu te "vends" à des salops bourrés de pognon ! dit son mari, dépité.

— Je ne me vends pas ! Je suis libre et majeure ! J’accompagne mon maître dans ses caprices, et il me fait des cadeaux, pour ma plus grande joie ! Vous, vous êtes des minables, à côté de la classe de ce gars ! Après, il faut vous en prendre à vous même ! Vous m’avez attirée dans des expériences sexuelles singulières, mais lui sait accompagner mes moindres fantasmes et désirs ! Bon, je n’ai pas que ça à faire. Je vais être en retard !

— Attends, une dernière chose, lui dit Paul en lui prenant le bras. Tu sais que ce soir, ton maître nous a ordonnés de nous brancher en visioconférence pour voir tes exploits. Tu sais que tu vas être livrée à des animaux ?

— Oui, c’est très excitant... j’en mourrais d’envie et mon Maître va accéder à ma requête. J’espère que le spectacle vous plaira ! " déclara-t-elle, en mettant fin à l’échange.



Interdits, les deux hommes ne purent que la voir disparaître dans le couloir, dans un envol de manteau noir très chic, que Raphaël ne lui connaissait pas.



“ Eh bien, on n’est pas dans la merde ", déclara Paul, mi-énervé, mi-amusé par la situation, et la tête de déterré du pauvre mari bafoué, et définitivement cocu ! Sa femme avait retrouvé son assurance et sa morgue passées !



Le soir, Sylvie ne revint pas pour le dîner. Son maître avait décidé de l’amener directement, dans la magnifique propriété de ses amis, de leur cercle très fermé. Comme convenu, Paul se brancha sur le canal envoyé par “la Hyène”, et assis dans le canapé, les deux hommes virent la nouvelle séance de soumission de Sylvie. Raphaël avait amené une bouteille de bourbon, bien décidé à s’enivrer...


— Ah, pauvre Raphaël, pensa Paul, qui voyait son beau-frère enfermé dans les affres de la jalousie, du stress, mais aussi d’une certaine concupiscence... ce n’était pas pour lui déplaire. Paul se régalait en fait de la singulière condition de son vis-à-vis, homme complètement paumé, d’abord soumis à sa femme, puis manipulé par ses soins, et enfin doublement cocu ! Car Paul s’était bien amusé à dominer le couple, à baiser sa belle-sœur devant son mari, à profiter de ses charmes, voire à en abuser carrément !



Et maintenant, le pauvre Raphaël qui pensait avoir repris les rênes sur son épouse se faisait doubler par un compétiteur de haute volée, contre lequel il n’avait aucune chance : Jean-Paul Delerue, le propre patron et nouveau maître de sa femme.


— Pour manger avec le diable, il faut avoir une longue cuillère ! En fait Raphaël, en l’affaire, ne disposait que d’une petite cuillère en plastique, de celles qui sont livrées avec les petits pots de glace pour les enfants !


Pensa Paul amusé. La métaphore le fit sourire. Heureusement que son beau-frère ne le regardait pas à ce moment-là ! Il était obnubilé par le spectacle qui se déroulait sur l’écran plasma. Avec un tel niveau de définition, difficile de rater le moindre détail de la dépravation et de l’asservissement de sa tendre épouse !



Sylvie, nue, une ceinture à gros maillons autour de la taille, qui semblait en or massif, à laquelle était rattachée une chaîne plus fine, du même métal, qui se terminait sur le collier d’esclave qu’elle portait autour du cou, s’avançait dans une salle presque obscure, au milieu d’une rangée de grands candélabres, avec de gros cierges allumés. Et puis deux puissants projecteurs s’allumèrent, révélant deux femmes, vêtues chacune d’une combinaison moulante en latex noir, tenant en laisse deux dobermans, couchés à leurs pieds.

Personne d’autre dans la grande pièce, pas de voyeurs attroupés autour... uniquement les trois femmes et les deux animaux.


Paul était autant intéressé par la scène filmée, que par le comportement de son beau-frère. Il révélait une nervosité extrême, visible à ses mouvements de tête, aux verres d’alcool qu’il ingurgitait coup sur coup, et aux mains qu’il serrait convulsivement en les pressant, quand il n’avait pas son verre d’alcool... de nombreux tics venaient assaillir son visage. Il clignait les yeux, donnait des coups de menton sur le côté, et claquait des dents de rage.


Il fut demandé à sa femme de venir se placer à genoux devant les deux chiens, à portée de main. Il n’était prononcé aucun mot dans la pièce... silence total ! Cela ajoutait au côté étrange, totalement surréaliste et baroque de la situation. Paul remarqua que Sylvie portait une minuscule oreillette, par laquelle elle recevait ses ordres... de son maître directement ? Il ne voyait pas les deux femmes en noir remuer les lèvres. Il en déduisit la bonne réponse.

Ainsi, Jean-Paul Delerue tirait lui-même les ficelles ! Qu’allait-il ordonner à cette pécheresse, épouse du pauvre Raphaël, qui se liquéfiait sur place... Paul en aurait ri aux larmes... il n’éprouvait aucun sentiment de compassion pour le pauvre mari bafoué. Il détestait sa posture de petit raté, incapable de reprendre en main les rênes de sa vie, ainsi que la préséance sur son épouse si dépravée ! Il ne fut pas déçu !


Alors que les deux chiens étaient d’une immobilité olympienne, telles deux statues de marbre, Sylvie se percha au-dessus de l’un d’entre eux, en écartant les jambes, puis se baissa, pliant les genoux, découvrant l’intégralité de son sexe ouvert et déjà luisant de cyprine. Puis elle vint caresser son entrecuisse sur la fourrure de l’animal, qui ne bronchait pas. Elle allait d’avant en arrière, se frottant la vulve sur le poil rêche du chien. Un zoom fut effectué, d’abord au niveau de son entrecuisse, en contact avec la fourrure du chien. Paul put voir en gros plan, la vulve et la raie des fesses caresser le poil dru du doberman.


Jetant un coup d’œil du côté de son beau-frère, Paul put voir son air ahuri. Lui était particulièrement excité par cette caresse, ainsi que par l’expression de sublime contentement de Sylvie, dont le visage aérien fut saisi en gros plan par la caméra. Elle avait un grand sourire aux lèvres, les yeux fermés, et semblait prendre beaucoup de plaisir à cette caresse. Raphaël explosa, la bouche déjà un peu pâteuse :


“ Putain, mais tu la vois cette salope ! Elle prend déjà son pied, en se caressant la chatte sur le poil de cette immonde bestiole ! Mais quelle truie, ma femme !


— Calme-toi ! Rien ne sert de s’énerver, tu ne peux rien faire ! ” rétorqua Paul.



Voir sa femme exprimer déjà de la jouissance, à se frotter le sexe, bestialement, comme une perverse sur le chien, l’avait poussé hors de ses gonds ...


Paul ne répondit rien de plus, il n’avait pas envie de consoler son beau-frère, qui s’était mis lui-même dans les embrouilles. Car la scène devint encore plus indécente : sur un ordre quasi muet de la maîtresse de l’animal, celui-ci se retourna sur le dos, et mit ses pattes pliées, comme pour attendre un sucre. Il avait la tige de son sexe carmin sortie de son fourreau. Il bandait à mort. Alors la femme en noir saisit la tige de l’animal, et le présenta sous le vagin de Sylvie qui s’était accroupie au-dessus du sexe en érection de la bête. Il y eut alors un nouveau zoom, pour voir en image partagée de l’écran, à la fois Sylvie qui s’empalait elle-même, sur le gland conique, ses muqueuses rouge vif entrebâillées, "gobant" le sexe turgescent. Et en opposition sur l’écran, le visage de la débauchée, qui exhalait un soupir de jouissance, ainsi qu’une petite crispation de ses yeux fermés, alors qu’elle se sentait investie par le phallus de l’animal.


Pas de doute, elle appréciait ce rapport sexuel bestial...


Se levant comme un fou, Raphaël hurla devant l’écran :


“ Non, non, ne le fais... pas !”

Sa voix s’était brisée, alors qu’il vit sa femme sur les genoux, entourant le corps retourné du chien, qui était venue s’empaler complètement sur l’engin. Sylvie avait son vagin complètement investi par le priape canin ! Et elle en concevait un immense plaisir, au vu des crispations de plaisir qui défilaient sur son visage... avec néanmoins toujours ce silence pesant. Sylvie avait reçu l’ordre de jouir, mais en silence total. Elle bougeait son bassin lentement, comme en cadence sur l’animal immobile. Seuls les bruits de frottement de ses cuisses sur le corps du chien étaient perceptibles, ainsi que les clapotis incongrus et indécents du gland canin qui venait s’enfoncer dans la chatte mouillée au possible...


Raphaël déçu, horrifié par la conduite de sa femme, se ramassa sur lui-même et se mit à pleurer silencieusement de dépit, de douleur, de honte.

Paul quant à lui, bandait comme un taureau, et avait sorti son sexe pour se soulager...


Et puis il y eut un mouvement au fond du salon, une porte qui s’ouvrait silencieusement, et une ombre qui apparut derrière les deux hommes. Une tête se profila entre les deux compères, l’un pleurant, l’autre se masturbant devant l’infâme spectacle.


“ Eh bien, il s’en passe des choses ici !”


C’était Cécile, sœur cadette de Sylvie et incidemment femme et soumise de Paul... voici qui était l’invitée mystère annoncée par " la Hyène " !

Diffuse en direct !
Regarder son live