Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 646 fois
  • 92 J'aime
  • 7 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

La déchéance d'une Demoiselle

Chapitre 2

D’ingénue Demoiselle à belle Salope. Partie 2

SM / Fétichisme

Elle était pile là où je voulais l’amener et sur ce, je me retirai complètement de son étreinte, brusquement, et m’éloignai. La plantant là, dans une incompréhension totale, passablement essoufflée et au vu du regard qu’elle me lança, excessivement frustrée.


La soirée ne fait que commencer, tu n’espérais quand même pas avoir ta récompense si vite non ?

... J’espérais, Monsieur, pardon Monsieur.


Dit-elle en baissant les yeux, ainsi sa robe qui était remontée jusqu’au bassin ne cachait plus grand-chose de son intimité.


Et bien tu avais tort, je suis très loin d’en avoir fini avec toi, va au centre de la pièce et déshabille-toi, lentement.


Chapitre 2



Elle s’exécuta d’un pas décidé, enleva ses chaussures à talons, et me regarda dans les yeux, bien décidée à se venger en m’en mettant plein les yeux. Elle commença à se déhancher langoureusement, en petits mouvements, lentement puis de manière de plus en plus prononcée comme si une musique de charmeur de serpent était en train de l’envouter.


Cela me donna une idée, j’avais repéré une chaîne hifi à côté d’une armoire contenant une multitude de disques. Je m’en approchai en regardant ma Salope interloquée, mais toujours en train de se trémousser. Après un instant à chercher ce que je voulais, j’ai fini par sourire en sortant le disque.



L’intégrale complète des Pink Floyd... plutôt à propos, me dis-je, en mettant dans la chaîne hifi.


Remontant mon regard vers ma Salope, je la vis tout sourire, visiblement très satisfaite de mon choix. Elle synchronisait parfaitement ses mouvements au rythme de l’intro de Comfortably Numb pendant que ses mains passaient sur son corps, le caressant légèrement. Les ondulations de son corps calquées sur la musique rendaient le tout excessivement érotique. Quant à ses yeux qui ne quittaient pas les miens, ils me plongeaient dans des profondeurs abyssales et glacées.


Puis elle se retourna, me regardant par-dessus son épaule, ses mains remontant de ses cuisses à ses bretelles qu’elle fit tomber une à une. Sa robe tenait maintenant uniquement grâce à ses mains qui la plaquaient contre ses seins. Elle lâcha mon regard pour se plier, se pencher en avant puis remonter, les jambes bien tendues, dévoilant ainsi la naissance de ses fesses. Tout en dansant, elle répétait l’opération. Au fur et à mesure, elle descendait un peu plus sa main, tenant la robe alors que l’autre, posée sur ses fesses, la faisait remonter légèrement, dévoilant encore plus de ses rondeurs bien fermes.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Après un moment, elle se démena tant et si bien que sa robe était maintenant tenue au niveau de la base de ses seins, me laissant admirer un très joli dos entièrement nu, mais surtout un côté de sa généreuse poitrine qui apparaissait et disparaissait au gré de ses mouvements, me plongeant dans un tourment d’excitation et de frustration.


Puis elle lâcha tout.


Sa robe tomba au sol, ses jolies fesses apparurent complètement, traversées par son string noir en dentelle. Les faisant aller et venir de droite à gauche, elles m’hypnotisaient complètement. Il m’a fallu toute ma volonté pour ne pas céder à mon envie de les claquer violemment pour la faire hurler et effacer ainsi son sourire en coin que je décelais.


Il était encore trop tôt, je voulais encore jouer un peu gentiment avec elle. Je savais que je n’allais pas en tirer autant de plaisir si je la brisais trop vite, trop brutalement. Chaque chose en son temps, je n’avais aucune raison de me presser, je préférais largement attendre qu’elle le veuille, qu’elle me supplie de la briser.


Et ça serait délicieusement exquis de lui donner satisfaction.


Ma petite Salope voyait bien que je n’étais pas autant excité qu’elle l’aurait voulu et décida de passer à la vitesse supérieure. Elle se retourna, mains sur les seins. Dans un premier temps, elle les malaxa sensuellement, mais très vite, elle les libéra, passant ses mains sur ses hanches, me révélant ainsi sa généreuse poitrine.


Sans dénoter avec le reste, ils étaient magnifiques, sans être trop imposants, ils avaient une bonne taille, limite trop pour mon goût d’ailleurs, mais cela n’enlevait rien à leur beauté, ils étaient assez fermes et leurs tétons pointaient droit et durement, laissant présager de l’état d’excitation de leur propriétaire. Mais pour couronner le tout, le sein gauche avait un joli grain de beauté un peu en dessous du téton qui rendait le tout très impertinent et désirable.


Mon Dieu que j’avais envie de les fouetter...


Elle sourit, satisfaite de l’effet que ses seins me faisaient, mais ne comptait pas en rester là. Profitant que ses mains étaient sur ses hanches, elle descendit lentement son string. Ses yeux ne me lâchaient à nouveau plus et scrutaient l’effet que me faisait son sexe ainsi révélé petit à petit.


Et pour être honnête, l’effet était présent. Elle avait réussi à sacrément m’exciter et même si je me contrôlais encore suffisamment bien, je sentais néanmoins mon sexe se gonfler et tendre mon pantalon.


Le sien de sexe était quant à lui des plus excités, entre mon intrusion plus tôt et la danse, je pouvais voir le haut de l’intérieur de ses cuisses luisantes d’humidité. Son sexe encore passablement fermé avait l’air des plus serrés, et cela me ravit à l’idée de devoir me frayer un passage dans son intimité, le seul bémol était le triangle de poils qu’elle avait laissé au-dessus, que je trouvais trop fourni et pas des plus élégants.


Quand elle fut entièrement nue, je restai un moment à contempler cette beauté qui dansait langoureusement au rythme de la musique, prenant des positions toujours plus suggestives et obscènes dans l’unique but de m’aguicher. Elle m’excita tant et plus que je me décidai à entrer en scène.


Je commençai par marcher autour d’elle pour l’admirer sous toutes les coutures. Elle supportait mon regard affamé sur son corps qui semblait lui faire de plus en plus d’effet. Tout en tournant autour d’elle, je me rapprochai, lentement, jusqu’à ce que son corps soit à portée de bras et, d’une main, j’entrepris de la frôler légèrement. Ma main courait sur son corps à la vitesse de mes pas, je la montais ou baissais selon mon envie, effleurant ses fesses, ses seins, son ventre, son pubis ...


Elle avait de plus en plus de mal à danser, ses mouvements commençaient à être moins synchrones, moins fluides, voire carrément saccadés. Elle fermait les yeux pour se concentrer, mais avait de plus en plus de mal à garder son calme.


Je m’arrêtai derrière elle, faisant frôler le bout des doigts le long de sa colonne vertébrale. Je partais de son cou pour arriver au bas des fesses puis remontais, créant un long frisson de plaisir parcourant tout son corps à chaque passage. Elle ne dansait quasiment plus, mais était plutôt en train de lutter pour rester debout. Au moment où je vis sa main se rapprocher de son sexe, je lui claquai sa fesse une fois, fortement. Elle suspendit son geste, comprenant qu’elle n’avait pas le droit et je vis alors ses poings se serrer fortement le long de son corps pour essayer de garder le contrôle.


Profitant que la musique arrivait vers la fin, je la surpris en passant ma main sur le devant, traversant son corps en diagonale pour attraper son sein à pleine main et coller son corps à moi. Elle hoqueta de surprise, mais très vite remplacée par des gémissements soutenus. Mon autre main se posa sur le haut de sa cuisse, la caressant lentement. Évidemment, je prenais grand soin de ne faire que toucher légèrement son pubis, négligemment, l’excitant d’autant plus. J’étais en train de la rendre dingue et j’adorais ça. Elle essayait de se lover de plus en plus contre moi, son petit cul brûlant collé à mon sexe tendu. Je recommençai à lui embrasser le cou, y déposant de nouvelles traces de morsure et de suçons. Je voyais sa poitrine monter et descendre de plus en plus vite au rythme accéléré de sa respiration. Un instant passa...


Puis elle céda:


— Pitié... dit-elle dans un gémissement.

— Pitié, prenez-moi Monsieur.

— Je crois bien que j’ai gagné, n’est-ce pas ma petite Salope ? lui dis-je dans l’oreille.

— Oui Monsieur, oui vous avez gagné, complètement, totalement, j’en peux plus, je vais devenir folle si ça continue... ayez pitié de votre Salope, je vous en supplie.



Je calmai un peu mes caresses et répondis :


— Tu pourras jouir quand tu auras répondu à quelques questions et passé encore un test, mais si j’ai l’impression que tu me mens, que tu ne me dis pas tout ou que tu ne passes pas le test, je t’assure que je te laisse dans cet état pour tout le reste de la nuit.



Après un soupir de frustration et de colère, elle acquiesça.


Je savais que de toute façon, elle n’avait pas le choix et elle aussi le savait, elle avait promis de se soumettre à ma volonté, sans ça, elle me perdait et avec moi la porte pour rentrer dans ce monde qui visiblement l’excitait tant. Profitant qu’elle rendait les armes, je lui pris son téton et le tirais vers le bas en lui ordonnant :


— A genoux maintenant.



Elle s’exécuta dans un râle de douleur et je l’accompagnai jusqu’à ce qu’on soit tous les deux à genoux. Elle était complètement lovée contre moi, une main sur celle que j’avais posée sur son sein, l’autre sur ma cuisse et sa joue collée à mon cou. Chaque partie de son corps cherchait mon contact et se remettait lentement de son excitation. Nous restâmes comme ça quelques secondes dans cet instant, comme figés dans le temps, profitant chacun du doux contact avec l’autre.


Puis...


— Redresse-toi, mets-toi sur tes genoux, les mains sur la nuque et écarte bien les cuisses. Lui dis-je, la sortant de sa torpeur.



Avec mes mains, je guidai son corps pour mettre ses membres dans la position que je souhaitais. Elle se laissa faire, n’imposant aucune résistance, je la sentais juste dans l’expectative de la suite.


— Voilà... dos droit et sors tes seins.



Une fois bien positionnée, j’en profitai pour la taquiner encore un peu. Je ramassai son string qui n’était pas loin et le passai sur son sexe dégoulinant. Le contact du tissu avec ses parties intimes rendues très sensibles à force d’excitation non assouvie provoqua immédiatement une tension dans tout son corps, suivie d’un soupir de plaisir quand j’introduis ledit string dans sa grotte intime.


Une fois le string rentré complètement, je me relevai, la laissant dans cette position au centre de la pièce. Je lui expliquai que c’était la position 1, qu’elle devait l’apprendre puis je commençai à lui poser mes questions. Des plus anodines pour commencer : elle travaillait dans un cabinet d’avocats. Elle avait 24 ans. Non, elle n’était pas née ici. Ça faisait seulement deux ans. Elle était venue après la fin de ses études...


Puis les questions devinrent de plus en plus personnelles


Ça faisait depuis la fin de ses études qu’elle n’avait plus de copain. Oui elle avait eu des aventures. Trois mois qu’elle n’avait pas couché avec quelqu’un, c’était dû au travail. Oui elle se masturbait, souvent. Tous les deux jours quasiment. Non elle n’avait jamais avalé, ça la dégoûtait. Oui elle avait déjà pratiqué l’anal. Non elle n’avait pas trop aimé. Oui elle avait déjà eu des expériences SM, mais elle avait arrêté très vite de peur que ça aille trop loin. Elle voulait recommencer, mais son ex non.


Pendant mon interrogatoire, j’en profitai pour explorer sa chambre en profondeur. Elle me regardait de manière circonspecte fouiller son bureau, ouvrir ses tiroirs, mais ce fut quand je m’approchai de sa table de nuit qu’elle protesta.


— Monsieur, s’il vous plaît ne fouillez pas dans les affaires.



Je m’arrêtai et souris. Je me dis que c’était drôle comme, le plus souvent, une soumise acceptait plus facilement de se faire fouetter que de laisser quelqu’un fouiller dans ses effets personnels. Après cette réflexion toute personnelle, je revins près d’elle, descendant sur mes jambes pour arriver à son niveau.


Ma petite Salope me regardait avec des yeux inquiets, je voyais un frisson d’appréhension parcourir son corps nu quand je pris son sein droit en main.


— Ne bouge pas ! lui dis-je simplement.



Et je tordis son téton violemment, elle cria de douleur et de surprise et je voyais ses doigts s’enfoncer dans sa nuque pour s’empêcher d’enfreindre mon ordre.


— Non, il ne me plaît pas de satisfaire ta demande, ce soir tu es à moi, comme toutes tes affaires et tu n’as strictement rien à dire ! Tu m’as bien compris ?

— Oui Monsieur... pardon Monsieur, pardon Monsieur, répéta-t-elle en criant.



Une fois satisfait de ma punition, je repris mon interrogatoire comme ma fouille et quand les deux furent finies, il y avait quelques objets intéressants sur le lit : un câble de chargeur de téléphone, une boîte de capotes, un petit panier avec des pinces à linge puis d’autres plus osées, un bandeau pour les yeux, un joli vibro, un gode de taille convenable, des menottes en fourrure faisant beaucoup trop toc à mon goût et un buttplug trouvé justement dans la table de nuit.


— Et bien ma Salope, on ne voulait pas que je trouve ce buttplug, on a peut-être honte de se le mettre tous les soirs dans le cul c’est ça ? lui dis-je moqueur.



Ses joues prenaient une jolie teinte rose.


— Oui monsieur, ça m’arrive parfois de le faire.

— Combien de fois ?

— Euu... quasiment tous les jours Monsieur.

— Et tu ne le fais que le soir ou il t’arrive de sortir avec ?



Maintenant, elle était tellement gênée qu’elle avait viré rouge pivoine et je pense que si elle avait pu se fondre dans le sol elle l’aurait fait. Le regard plaqué au sol, elle me répondit de sa petite voix honteuse.


— Oui ... je le mets parfois en soirée ou pour partir au travail.

— Et bien on dirait que tu n’as pas besoin de moi pour être une belle Salope.

— Il semblerait que oui Monsieur.

— Et je suis sûr que tu crèves d’envie de l’avoir dans ton fondement maintenant n’est-ce pas ?

— Si Monsieur l’autorise, oui j’aimerais bien, me répondit-elle toujours rouge de honte, mais avec un sourire des plus coquins.



Pour toute réponse, j’approchai le plug de sa bouche qu’elle avala goulûment jusqu’au bout plat, s’appliquant à bien le lubrifier. Une fois bien en bouche, j’en profitai pour aller chercher les menottes. Elle se laissa faire quand je lui pris les bras l’un après l’autre pour emprisonner ses poignets dans ces cercles de métal et de froufrou, sans doute trop occupée à savourer ce qu’elle avait dans la bouche.


Puis sans un mot, je lui pris le plug, la fis se pencher en avant et sans autre préambule, lui enfonçai dans son fondement offert, ce joli objet. Sans être monstrueux, il avait déjà une taille plus que respectable et aurait sans doute défoncé bon nombre de culs de pucelles, mais ma Salope n’avait rien d’une pucelle, fort heureusement pour elle et pour son cul.


Après quelques pressions, le trou de sa croupe s’ouvrit, laissant passer l’objet qui se cala sans difficulté, parfaitement là où il devait être, prouvant si nécessaire qu’il avait l’habitude d’y être. Malgré tout, au vu des crispations de son visage et du long râle qui s’ensuivit, la concernée devait être habituée à avoir un trou davantage préparé qu’il ne l’avait été ici. En tout cas, elle avait encaissé sans broncher et j’avoue que j’étais assez fier d’elle, même si je savais que le plus dur était à venir.


Pour la récompenser et la ramener à l’état d’excitation que je voulais, je me plaçai debout devant elle, et commençai à caresser sa fente toujours remplie par son string avec le bout de ma chaussure. Le talon bien planté dans le sol, entre ses cuisses, je levai juste l’avant du pied, le faisant faire des allées et venues à l’entrée de ses lèvres. Elle me regarda un instant avec des yeux suppliant je ne sais quoi, puis les ferma comme pour lui permettre de savourer d’autant plus chacune des caresses intimes que je lui prodiguais.


Il fallut un petit moment avant que des râles de plaisir se fassent entendre et que le string gorgé de cyprine ne suffise plus à absorber ce qui coulait de son antre intime. Satisfait, je m’arrêtai là, essuyant le bout de ma chaussure contre sa cuisse.


— Bon maintenant, passons au vrai test, dis-je joyeusement en me dirigeant vers le câble de son chargeur de téléphone.


FIN du 2eme Chapitre


Un grand merci à LudiStef pour son travail de correctrice et pour ses conseils.

N’hésitez pas à me parler / conseiller en MP ou en commentaire !

Diffuse en direct !
Regarder son live