Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 048 fois
  • 25 J'aime
  • 5 Commentaires

Découverte du SM

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Chapitre 1 où une nouvelle étape va être franchie.


Ceci est la suite de ma précédente histoire « Exhibé et soumis »


La semaine suivante, après ces deux folles soirées chez Florence et Bernard notre vie de couple reprit son cours ordinaire. J’attendais impatiemment une prochaine visite chez nos amis mais le destin en décida autrement. Bernard eut un grave accident de voiture, dut subir plusieurs interventions chirurgicale et suivre une longue rééducation ce qui mettait fin à nos expériences libertines.

Ma chère Cathy ne fut pas longue à trouver un nouveau moyen de pimenter nos relations et d’accroitre sa domination sur ma petite personne.


Quelques semaines plus tard, un vendredi soir, je rentrai à la maison et comme tous les jours je me déshabillai et attachai mon collier pour aller faire la vaisselle. En rentrant dans la cuisine, je vis un paquet sur la table. Je m’en emparai, curieux d’en connaitre le contenu, quand je vis écrit de la main de ma femme « C’est une surprise, n’ouvre pas ».

Connaissant ma femme et les conséquences d’une désobéissance à ses ordres, je m’empressai de reposer le colis et de commencer à faire la vaisselle. Cependant, je ne pouvais pas m’empêcher de penser au contenu du colis et de fantasmer sur de nouvelles formes de soumission que ma femme aurait imaginées.


J’avais encore les mains dans l’eau graisseuse que j’entendis Cathy rentrer. Elle me salua d’une claque sur les fesses.

« Bonsoir maitresse ! »

« Tu n’as pas ouvert le colis, c’est bien ! Bonjour ma chienne ! Dépêche-toi de finir la vaisselle et de me préparer mon apéro pendant que je me change.»

Je finis rapidement corvée, lui servit son Kir sur la table du salon et m’agenouillai à côté de son fauteuil.


Elle entra dans le salon vêtue d’une combinaison en lycra noir brillante qui la moulait parfaitement et dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Encore une de ses cachotteries mais le résultat était magnifique. Elle fit plusieurs tours sur elle-même pour se faire admirer et s’assit dans le fauteuil.

« On dirait que tu apprécies vu la raideur de ta petite bite.»

« Oui Maitresse, vous êtes magnifique.»


« A partir de ce soir, j’ai décidé que notre relation allait prendre un tournant radical. Jusque maintenant j’appréciais ta gentille soumission de mari obéissant mais ça a fini par me lasser et nous allons passer aux choses sérieuses.»


Long silence. Elle sirotait son kir. J’étais sur les charbons ardents, qu’allait-il m’arriver ? Je pressentais un lien avec le colis surprise. Du coup, mon excitation était retombée et ma bite pendait lamentablement.


Elle reprit la parole : « Lors de notre dernière séance chez Florence, j’ai remarqué 2 choses : une qui m’a plutôt plu et une autre beaucoup moins ! »

Nouveau silence, nouveau sirotage de kir.


« J’ai bien aimé que le spectacle de Bernard se faisant torturer la bite t’ai tellement intéressé et faire durcir ta petite bite à ce point. Ça m’a donné des idées.» Une pause.

« Par contre j’ai beaucoup moins apprécié le plaisir que tu prenais à rouler une pelle à Bernard, la façon dont tu lui caressais les fesses et la bandaison que tu avais quand vous avez été séparés. »

« Ressers moi un kir, tu connaitras mes décisions dès que je l’aurai fini. »

Elle prit tout son temps pour boire son verre, l’avalant par petites gorgées. Mon anxiété était à son comble. A quelle sauce allais-je être mangé ?

« Viens te mettre à genou devant moi, baisse la tête devant ta maîtresse et ne dis pas un mot! »


Je m’exécutai et dès que je fus en position elle commença à me dicter ses nouvelles exigences :

« Je n’ai pas épousé un pédé, donc à partir de maintenant et jusqu’à nouvel ordre, j’ai décidé que je te tiendrai éloigné de tout mâle pendant les séances de soumission. Cependant, comme je suis une bonne maitresse j’ai prévu de quoi assouvir tes instincts homosexuels tout en restant à mon usage exclusif. »

« J’ai également décidé qu’à partir de ce week-end tu allais pouvoir gouter aux plaisirs de la souffrance physique comme ton ami Bernard. Je suis sure que tu vas aimer ça et que c’est toi qui me demandera bientôt de te faire encore plus mal. »

« En prime, j’ai également décidé de modifier ta tenue de travail à la maison. Je pense que tu vas te sentir encore plus au service de ta maitresse. »

« La chienne va aller chercher le colis dans la cuisine, à quatre pattes bien sûr ! »

« Oui Maitresse. »


Je me dépêchai autant que je pus et revins toujours à quatre pattes, poussant le colis avec mon nez, devant ma maitresse.

« Déballe le et donne-le moi sans regarder à l’intérieur. »

Elle le prit sur ses genoux et commença à le fouiller, voulant apparemment m’en présenter le contenu dans un ordre précis.

« Approche la table basse pour y poser tes cadeaux. »

« Pour commencer, ta nouvelle tenue de travail ! »


Elle commença par un mini tablier de soubrette en vinyle noir accompagné d’une coiffe en dentelle. Suivirent une paire de bas résilles auto-fixant noirs également, un collier noir orné de strass et enfin une paire de mules noires ornées d’un petit plumet blanc.

« Tu vas être très mignonne comme ça en soubrette. Je suis sure que ça va me plaire. Toi, il faudra t’y faire ! »

« Allez, retire ton vieux collier et essaie ta nouvelle tenue ! Va te changer dans la salle de bain et reviens quand tu seras prête.»


Quand je revins dans le salon, ma femme était nue, assise dans le fauteuil, les jambes écartées et se passait délicatement un doigt sur la fente.

Arrivé à deux mètres d’elle, elle me demanda de tourner sur moi-même ce que j’eus un peu de mal à faire à cause des mules à talons. Bien qu’ils ne soient pas très hauts, je n’en avais pas encore l’habitude.

Après quelques tours, elle me demanda de m’approcher près d’elle, les mains dans le dos.

« Voyons voir si ça te plait. »

Elle passa alors une main sous mon tablier et put constater que la tenue me faisait de l’effet. Ma bite était plus que tendue.

« La salope !! J’étais certaine qu’il allait aimer ! Qu’est-ce qu’on dit à sa maitresse ? »

« Merci Maitresse Cathy, c’est vraiment un beau cadeau. Je serai fier de le porter pour vous. »

« Prouve-moi ta gratitude ! Broute-moi le minou et applique-toi bien ! »

Je n’eus plus qu’à m’agenouiller et plonger ma tête entre ses cuisses. Contrairement à d’habitude, elle jouit rapidement. Ma nouvelle tenue avait dû l’exciter plus qu’elle ne l’avait laissé paraitre. Elle me repoussa, me demanda de lui apporter un autre verre et de préparer le diner.


A la fin du repas, Maitresse Cathy me dit :

« Ta petite léchouille de tout à l’heure m’a un peu calmée mais ta tenue me fais vraiment mouiller. On va monter dans la chambre et tu vas me baiser dans cette tenue. Tu vas avoir intérêt à te surpasser, j’ai le minou en feu. »

« On déballera le reste du colis demain, ça te laissera le temps de fantasmer dessus et ça t’aidera à bander, tu vas en avoir besoin. »

Elle me précéda dans l’escalier.

« Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier ». A la vue des fesses de Maitresse Cathy se balançant devant mes yeux, moi et ma bite ne pouvions qu’approuver cet adage.


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live