Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 218 fois
  • 119 J'aime
  • 18 Commentaires

A la découverte des sens

Chapitre 2

Elle est troublante

Erotique

Aurore m’embrasse. J’avais oublié la douceur d’un baiser, des lèvres d’une femme sur les miennes. Elle ne cherche pas à aller plus loin, juste à poser ses lèvres contre les miennes. La bouilloire siffle déjà, ce qui me ramène à la réalité. Aurore me remet mes lunettes sur les yeux puis demande l’éclairage de la cuisine alors que j’ouvre les yeux. Je vois son regard mais je n’arrive à décrypter sa signification... Est ce de la compassion, de la pitié ou une simple envie d’une tisane ?? Son baiser m’empêche de réfléchir. Sans rien dire, je me retourne, prends deux mugs, y verse de l’eau bouillante.


— Tu peux les mettre sur la table basse dans le salon ? J’arrive avec la boite à tisane.


Aurore saisit les mugs et se dirige le salon pour s’installer sur le canapé. Je la rejoins quelques instants après en lui ouvrant la boite. Elle choisit un sachet et je fais de même. Un silence s’installe. Les secondes passent, je suis toujours perdu dans mes pensées.


— Alors, comme je te l’ai dit tout à l’heure, je me suis beaucoup renseignée depuis quelques mois, sur les personnes qui perdent ou qui ont perdu la vue...

— (Elle veut vraiment parler de ça maintenant?)

— Les psychologues affirment que ces personnes se renferment sur elles même...

— (Des psy à deux balles oui!!)

— et que parfois, elles se créent des personnalités...

— (Elle me fait quoi là au juste ? Elle m’analyse?)

— Ils disent aussi qu’un sentiment de manque de confiance grandit en eux...

— (Foutaise !!!! et qu’elle cesse son analyse, par pitié!!)

— à cause d’expériences passées ou de mauvaises rencontres...

— (Mes expériences passées ??? C’est vague...)

— comme des moments intimes durant lesquels le ou la partenaire ne comprend pas vraiment la situation...

— (Bon ça, je lui accorde)

— Je pense donc que tu t’es créé une armure autour de toi et que tu ne laisses rien voir de ta vraie personnalité, me dit-elle en me chevauchant.

— (Mais qu’est ce qu’elle me fait encore???)

— Retires ton armure.

— Non...

— Que s’est il passé avec elle ? Aurore colle son front contre le mien, ses mains se posent derrière mon cou.

— Qui ça ?? (Pitié, arrêtes de m’attaquer avec tes questions)

— Ton ex...

— Tu es belle, jeune et... en bonne santé. Tu n’as pas un copain à aller séduire ??

— Non, pas envie.

— Pourquoi ça ? (Avec de la chance, elle va arrêter de me questionner.)

— Ils ne sont pas intéressants et c’est pas comme ça que tu vas éviter de me répondre.

— (Ha la pouasse !! Belle et intelligente...)


Elle approche son visage du mien et m’embrasse à nouveau. Ses mains glissent sur mes bras, saisissent mes mains et les guident sur ses hanches.


— Retires ton armure, me murmure t elle.

— Non, je ne peux pas.

— Pourquoi ? Elle dépose un autre baiser sur mes lèvres.

— Je ne peux pas, je suis... détruit.


Aussitôt, je la soulève et la repose à coté de moi sur le canapé. Puis je me lève et disparais dans la salle de bain. Je me regarde dans le miroir et j’éteins la lumière de colère. Quelques secondes passent...Aurore frappe à la porte puis entre. Elle se colle contre mon dos, ses mains sur mes hanches et sa tête contre mon épaule.


— On a tout notre temps devant nous.,,

— (Mais qu’elle me laisse tranquille!!!)

— et je suis très patiente !!

— Je suis...compliqué.

— On verra ça avec le temps mais là...j’ai une envie pressante et j’ai pas l’habitude de... devant quelqu’un.


Je sors immédiatement de la salle de bain dans laquelle il y a mes WC et referme la porte derrière moi. Je reste immobile deux secondes puis rouvre la porte, glisse juste ma main et rallume la lumière avant de refermer la porte.


— Tu es quelqu’un de bien. Je le savais. Et si on gratte un peu en surface, je suis certaine que j’aimerai ce que je trouverai !!! dit elle à travers la porte.

— (N’importe quoi!!!)


Je retourne dans le salon, m’installe sur le canapé et bois ma tisane. J’entends la chasse d’eau mais aucun bruit de porte qui s’ouvre, bien au contraire !!! J’entends l’eau de la douche... (Mais, qu’est ce que … ? Elle se prend une douche !! Je vais quand même pas aller la voir..) Je reste sur le canapé, cette jeune femme a vraiement le don de me troubler.


Quelques minutes passent, je ne réalise pas que l’eau ne coule plus. Je sursaute quand je vois Aurore passer devant moi et s’installer sur le canapé, avec une serviette sur elle.


— Tu aurais un Tshirt à me prêter ? Dit elle en buvant sa tisane.

— Tshirt ?

— Oui, Je ne vais pas dormir toute nue la première nuit avec toi. Elle me sourit.

— Dormir ?

— Il est minuit passé, tu vas me laisser rentrer toute seule ?

— Minuit ?

— Tu sais faire des phrases avec au moins deux mots ?


Aurore se penche vers moi et m’embrasse en souriant. « Laisses tomber, je vais me débrouiller sans. ». Elle se lève, prends ma main et me guide vers la chambre.


— Ha au fait, Ok Google, éteint le salon et allume la chambre.


La chambre s’éclaire. Elle s’assied sur le lit et me regarde. Sans rien dire, j’ouvre un tiroir puis lui tends un Tshirt, et un boxer. Elle les prend et me fixe dans les yeux. « Oh ok » je me retourne. Je l’entends s’habiller, se glisser sous la couette puis dire « Ok Google éteint la chambre ». ( Cette femme est perturbante, elle pense à tout ). Je retire mes vêtements, me mets en boxer et m’allonge dans le lit. Aurore se tourne vers moi, m’embrasse en me souhaitant une bonne nuit puir se retourne.


Cette femme est perturbante !!!


La nuit se passe bien. Même si j’ai eu du mal à m’endormir, une fois au pays des rêves, personne ne peut m’en retirer. Lorsque j’ouvre les yeux, mon réveil m’indique déjà les 9H30 passées.Je me retourne dans le lit, pose ma main à coté de moi mais sa place est déjà bien froide. Je me lève, remets mes lunettes puis sors de la chambre. La porte de la salle de bain est ouverte, personne. La cuisine est vide, de même que le salon. Elle est partie... Bizarre, je sens que je suis déçu. Je chasse cette idée de ma tête puis je décide de me doucher puis de m’habiller. Vingt bonnes minutes passent. Habillé, je vais dans la cuisine pour me préparer un café, mais l’interphone trouble la tranquillité matinale. (Sûrement encore la voisine qui a oublié son badge!!!), Je décroche le combiné...


— Oui ?

— C’est moi, tu m’ouvres ?

— Qui ça moi ?

— Aurore, je suis allée à la boulangerie pour le petit dej.

— …

— Tu m’ouvres s’il te plait ?


J’appuie sur le bouton puis j’ouvre ma porte. Deux ou trois minutes après, elle passe la porte avec une baguette et des viennoiseries.


— Je ne savais pas ce que tu aimais, alors j’ai pris un peu de tout... Elle sourit.


Et sans un mot, elle se dirige vers la cuisine.


— Je mets tout ça sur une assiette et on sert, ça te va ? Et je prendrai un thé.


Elle passe devant moi, dépose un baiser sur mes lèvres puis s’éclipse dans la cuisine. Je la rejoins, lui tends une assiette qu’elle s’empresse de remplir avec ses achats. Je prépare son thé et mon café alors qu’elle ouvre le frigo à la recherche du beurre pour les tartines. Je la regarde faire un comme chez elle, elle me regarde d’un air surpris.


— C’est quoi ce frigo ?

— Comment ça ?

— Y a des plats préparés, des yaourts et des bouteilles d’eau.

— Et ? Je ne cuisine pas beaucoup.

— Je crois bien, mon cher, que tu as besoin de quelqu’un dans ta vie.

— Le frigo est...optimisé.

— Oui, oui... on va dire ça comme ça.


Elle s’approche de moi, m’embrasse, puis avec l’assiette de viennoiseries, elle file dans le salon. Je la rejoins avec les boissons.


Le petit déjeuner est agréable. Elle parle (beaucoup) et j’ai perdu cette habitude. Elle me parle de sa vie, de sa famille, de son chat. Mais contrairement à la soirée d’hier, elle ne me pose aucune question et j’apprécie cela. J’en viens même à apprécier sa compagnie mais point trop n’en faut !!


— Au fait, j’ai vu le marché. On pourrait y aller et je te montrerai ce qu’on peut cuisiner avec des légumes. Elle me fait un clin d’œil.


Je rechigne un peu à sortir mais je me dis que si elle reste pour midi, chose qu’elle va sûrement faire, je ne peux pas lui proposer un plat préparer.... J’accepte donc malgré tout. Le temps de me chausser et de mettre mon blouson, Aurore est déjà prête, à m’attendre devant la porte. Je m’avance, et comme d’habitude, je tends la main pour prendre ma canne. Elle pose immédiatement sa main sur la mienne.


— Non, pas aujourd’hui.

— J’en ai besoin, il va y avoir du monde au marché...

— Je suis là, tu n’en as pas besoin.


J’hésite...


— Tu n’as pas envie que les gens qui t’y verront, te voient juste avec moi, sans aucun autre a priori ?

— Ça va être compliqué...


Sans lâcher ma main, elle ouvre la porte et me tire vers elle. On se retrouve dans le couloir. Je lui demande de me prendre par le bras mais elle refuse de lâcher ma main. Nous sortons de l’immeuble et prenons la route du marché. Aurore sent que je stresse et cherche donc à me réconforter en me parlant de tout et de rien.

Diffuse en direct !
Regarder son live