Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 029 fois
  • 84 J'aime
  • 6 Commentaires

A la découverte des sens

Chapitre 3

De nouvelles sensations

Erotique

Nous arrivons au marché. Je suis comme Énée qui tient le fil d’Ariane dans le labyrinthe du Minotaure... Si je lâche la main d’Aurore, avec la foule, le bruit et les chansons de Noël, je serai perdu.



 - Décontractes toi, ça va bien se passer, me dit elle.

 - (facile à dire...)   

 - car tu es un peu en train de me broyer la main.

 - Oh excuses moi, c’est juste que...

 - Y a pas de mal. Ça va bien se passer.


Elle pose un baiser sur ma joue, alors que je me perds dans mes réflexions. Je dois faire d’avantage attention car mon stresse lui a malgré tout causé une douleur, et je commence à m’en vouloir. Du coup, je perds ma concentration et je heurte une personne. Je m’excuse aussitôt avant de continuer mon chemin.


Nous passons à divers stands pour faire des achats. Comme elle a déjà une idée en tête sur le repas du midi, je lui laisse carte blanche. Pour ma part, je cherche juste à ne pas heurter une autre personne. L’expérience est très compliquée.


 - Oh regardes. Il y a un stand qui propose des boissons chaudes. On s’en prend une ? Il y a même des sièges, ça sera encore plus agréable.

 - Parfait. J’ai besoin d’une petite pause à vrai dire.


Nous nous installons l’un en face de l’autre et commandons deux vins chauds. Aurore ne me lâche pas la main.


 - Ça va ?

 - J’essaie de gérer au mieux....

 - Tu gères très bien, crois moi.

 - J’essaie...j’essaie...

 - En tout cas, je suis fière des efforts que tu fais car tu n’es plus dans ta zone de confort. Et j’apprécie tout cela.


Les verres arrivent. L’odeur du vin chaud nous fait évoquer nos souvenirs de quand nous étions plus jeunes, et même les Noëls passés. C’est alors que je réalise que Noël est tout simplement demain. Je questionne Aurore...


 - Tu ne fêtes pas Noël avec ta famille ?

 - Non. Mes parents ont décidé de partir en voyage et ma sœur sera avec son copain. Et toi ?


Elle me regarde droit dans les yeux, avec un air craintif.


 - Noël est assez particulier. Donc je n’ai rien de prévu.

 - Bah moi, j’aimerai bien le passer avec mon copain.

 - (son copain ? Elle a un copain ?? ha...oh...)

 - C’est quoi ça ?? Ce truc sur ton visage ?

 - (j’ai un truc sur le visage et je m’en suis pas aperçu???)

 - Ça serait pas un léger sourire au coin de tes lèvres ?


Je la vois sourire alors que je réalise que je commence à l’apprécier de plus en plus. Aurore se lève et m’embrasse.


 - Vous avez un charmant sourire de coin, très cher monsieur. Votre amure s’abaisse peu à peu.


 - Mouais. Ça ne se reproduira plus...

 - Je saurai le reproduire, crois moi.


Elle m’embrasse à nouveau, puis les verres vidés, nous décidons de repartir.


   - Oh, je peux te laisser là juste quelques minutes ? J’ai un truc à prendre à la pharmacie...


J’hésite un peu puis j’accepte. Alors qu’elle s’éclipse, je tombe sur un stand de Noël.


 - (Un Noël sans cadeau... ça se fait de lui offrir un cadeau ? Je la connais juste depuis hier en fait .. Non, mauvaise idée, mais c’est Noël. Tu commences à bien l’apprécier, arrêtes ça !! ok mais elle est sympa et patiente... Non ne t’attaches pas à elle. Ok mais elle t’accepte comme tu es... Non, mauvais plan !!! Et si c’était une bonne personne ?? )


Perdu dans une discussion entre moi et moi même, je ne réalise même pas que finalement, j’ai acheté un cadeau.


Quand Aurore revient, elle me prend la main et nous rentrons. Aussitôt arrivés dans l’appartement, nous allons dans la cuisine pour préparer le repas. Elle est à l’aise dans ma cuisine, je la laisse ouvrir les tiroirs, bref elle fait comme chez elle et cela ne me gène pas plus que cela, à ma grande surprise. Pendant ce temps là, je m’occupe à couper des tomates pour préparer une petite salade, puis j’ai une idée. Je pars dans la salle de bain, fouille dans un tiroir et reviens vers Aurore


 - Tu veux essayer quelque chose ?


Elle me regarde d’un air interrogateur mais elle accepte. Je sors de ma poche un masque de nuit et le lui mets sur les yeux.


 - N’aies pas peur.

 - J’ai confiance en toi, je n’ai pas peur.

 - Je te demande juste de bien te concentrer. C’est comme un petit jeu.


Je prends une tranche de tomate et la lui fait goûter. Elle l’identifie immédiatement. Suivent un morceau de concombre, un fromage, une cuillère de yaourt, un morceau de chocolat. Elle trouve tout ce que je lui donne sans hésiter mais elle avoue quand même que le goût est plus puissant qu’à la normale.


Je lui saisis l’avant bras et aussitôt je vois comme un semblant de chaire de poule sur son bras. Je lui fais toucher un morceau de pain qu’elle n’identifie pas. Elle se concentre... Je lui fais toucher différents aliments. Puis sans la prévenir, je pose mes lèvres sur les siennes... elle frisonne et j’entends comme un petit gémissement.


Je recule d’un pas et lui ôte le masque de ses yeux, Elle me regarde, les joues légèrement rosies.


 - Ce baiser était...

 - Différent, je sais..

 - Je ne comprends pas cette...différence, me dit elle.

 - Un sens en moins et les autres fonctionnent de façons différentes.

 - C’était une expérience...intéressante.

 - En fait, je voulais juste que tu réalises que pour moi, les sensations sont très différentes. Et donc d’un point de vue timing, je peux ne pas être très... synchro... selon les situations.


Elle me regarde avec un air de « j’ai pas compris » puis elle rougit.


 - Comme je te l’ai déjà dit hier, je suis très patiente et j’essaierai de tout faire pour qu’on soit...qu’on finisse...ensemble. Mais je te remercie de m’avoir expliqué tes sensations.


Elle passe ses bras autour de mon cou, ferme ses yeux puis effleure mes lèvres des siennes.


 Vers midi, nous passons à table. Durant le repas, Aurore me pose encore quelques questions sur les sensations que je ressens selon le moment, les circonstances. Parfois je la vois même manger les yeux fermés. Elle cherche à me comprendre et je sais que cela peut demander beaucoup d’efforts. J’apprécie ce qu’elle fait.


 Le repas achevé, installés sur le canapé, ses questions se font un peu plus précises concernant ma vie passée et mon.. mes ex. Pourquoi ça s’est fini, comment... Je ne lui mens pas mais toutefois, je ne donne que les grandes lignes. Je trouve cela malsain de parler de ses ex à quelqu’un qu’on apprécie.


Mais à force de parler et de se concentrer, la fatigue la gagne. Je lui propose une petite sieste avant de passer la soirée de Noël ensemble. Elle accepte aussitôt et nous nous retrouvons rapidement sous la couette, dans l’obscurité totale. Elle porte toujours mon tshirt et un boxer, et pour ma part, juste mon boxer. Un baiser sur mes lèvres puis elle se retourne. Alors que je pense à notre journée, j’entends sa respiration... Elle ne dort toujours pas.


 - Tu n’arrives pas à dormir ?

 - Non... Peut on faire une autre expérience, me demande t elle.

 - Oui, bien entendu.


 Elle se tourne sur le dos, saisit ma main et la pose sur son ventre, sous le tshirt.


 - C’est... compliqué pour toi ? Murmure t elle.

 - Non, ça ira. T’en fais pas.


 Le bout de mes doigts effleurent sa peau. Pour le moment, ils décrivent des cercles sur son ventre, autour de son nombril. Sa respiration se modifie. De mes cinq doigts, je ne laisse que mon majeur au contact de son corps. Les cercles se font plus grands. Je sens un grain de beauté, un frisson. Sans le vouloir, décrivant un cercle, le dos de ma main effleure le bas d’un sein. J’entends un léger gémissement. Et alors que je m’excuse, elle saisit ma main et la guide doucement sur son sein gauche.


 Je ne sais plus trop quoi penser ni faire, mais mon doigt décrit des cercles de plus en plus petits sur son sein et qui remontent vers le téton qui durcit. Je sens son corps bouger, sa respiration s’accélérer.   


 Soudain, Aurore se lève, quitte la chambre. Je la rejoins dans le salon. Elle est face à la porte fenêtre qui donne sur la terrasse. Je pose mes mains sur ses épaules.


— Que se passe t il ?

— Je suis désolé. Il fallait que je sorte du lit. Si on avait continué (elle se retourne face à moi) je n’aurais pas pu... (nos regards se croisent, elle ne dit plus rien).

 - Qu’y a t il ?

 - Tu ne portes pas tes lunettes...

 - (mince mes lunettes!!)

 - C’est la première fois que je vois tes yeux.


   Elle passe ses bras autour de mon cou et m’embrasse...

Diffuse en direct !
Regarder son live