Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 108 fois
  • 301 J'aime
  • 24 Commentaires

Découverte de la Finlande

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes
Ce texte a été publié car, au moment de sa publication, son auteur était certifié. Cependant il ne respecte pas les exigences d'XStory. Ceci implique que l'auteur a, depuis, perdu sa certification et les avantages qu'elle procure.

L’histoire que je vais vous raconter ici est arrivée à une collègue il y a quatre ans. Elle avait besoin d’en parler car le secret est parfois lourd à porter.


Sophie, mariée deux enfants, âgée de 39 ans, je suis professeur d’anglais dans un lycée de province. Notre établissement a passé une convention Erasmus ce qui nous permet d’avoir une classe qui fait des échanges avec d’autres pays d’Europe. J’avais déjà accompagné des groupes d’élèves en Italie et au Portugal, j’ai donc postulé pour la Finlande. Les pays nordiques m’ont toujours fasciné pour leur façon de vivre et leur facilité à parler l’anglais. Fin avril j’ai décollé de BRUXELLES avec un groupe de cinq élèves direction la Finlande. Les étudiants sont accueillis dans la famille de leur correspondant tandis que les professeurs logent à l’hôtel.


Le voyage fut un peut long car nous avions un bout de trajet à faire en bus assez conséquent pour parvenir jusqu’à destination. Arrivée sur place, après avoir dispatché les élèves dans leur famille d’accueil, j’ai appris par mon homologue finlandaise que le seul hôtel de la ville était en restauration et que j’allais être hébergée chez elle. C’est toujours un peu déstabilisant quand on ne s’y attend pas car de nature assez timide, j’aime bien mon indépendance.


En Finlande comme dans beaucoup de pays en Europe, les élèves n’ont pas cours l’après midi, c’est donc vers 15h après avoir fait connaissance avec les enseignants que je suis rentée avec Olga chez elle. Son mari Harry garde chasse nous attendait à la maison. Ils habitent un maison de ville très bien décorée et chaleureuse, avec un terrain d’agrément à l’arrière bordé par une petite rivière. Vivre à la ville tout en profitant des joies de la campagne, faut dire que la Finlande est réputée pour ses forêts et ses lacs.


Olga m’aida à défaire ma valise et à m’installer dans la chambre d’amis pendant que son mari nous préparait le repas. Cette première soirée nous permet de faire connaissance même si j’avoue être assez fatiguée par le voyage. Olga a 47 ans, grande blonde d’un mètre soixante quinze aux yeux bleus très clairs, les cheveux long. L’arque type même de la femme nordique. Harry 51 ans est une force de la nature. Un colosse d’un mètre quatre vingt dix pour au moins cent dix kilos, blond les cheveux bouclés avec une grande barbe. L’esprit des vikings plane en permanence au dessus de lui.


Après une bonne nuit de sommeil réparatrice, notre matinée au sein de l’établissement scolaire est une grande découverte de la façon d’enseigner dans ce pays. Tout est fait pour le bien être des élèves et les rapports avec les enseignants sont presque familiers. Les étudiants bénéficient de beaucoup de liberté et d’indépendance mais le respect des autres est fondamental. Tous les déplacements se font dans le calme sans cri, dans la joie et la bonne humeur. Le choc éducatif est aussi grand pour les élèves français que pour moi.


14 h sonne la fin des cours et c’est à pied que nous rentrons en pressant un peu le pas pour échapper au 5 degré qu’il fait dehors. Voyant que je ne suis pas une femme du froid Olga me dit


— Rassure s toi Sophie, en arrivant à la maison nous allons profiter du sauna, en un instant tu seras réchauffée.


— C’est que je n’ai pas prévu de maillot de bain, on ne m’a pas prévenu.


— Tu sais le sauna en Finlande est une institution, presque tout le monde possède un sauna, c’est relaxant et ca nettoie la peau. Personne ici ne met de maillot de bain pour aller au sauna. La nudité est la règle.


Je reste un peu sans voix. J’ai beau ne pas être complexée par mon corps, mes deux grossesses ont quand même laissé quelques traces. je suis brune aux yeux verts, cheveux coupés au carré à la nuque, 1m65 pour 57 kg, une poitrine généreuse d’un bon 95d aux larges auréoles brunes et aux tétons assez gros ayant nourri aux seins mes deux enfants. Même si la mode est au sexe sans poil et malgré les demandes renouvelées de mon époux pour tout raser, j’ai toujours gardé une toison taillée courte. Je ne suis pas ce qu’on appelle un cul plat, j’ai un fessier bien rond et ferme. Moi qui n’ai même jamais fait de seins nus sur la plage et qui préfère faire l’amour avec mon mari dans le noir, j’ai beaucoup de mal à envisager être nue en présence d’une autre personne même si celle ci est une femme.


Arrivés à la maison, nous prenons une petite collation puis Olga m’entraine vers sa chambre. Elle fouille dans son armoire puis me tend un peignoir.


— Tiens me dit elle, je suppose que tu n’as pas de peignoir. Vas te préparer, Harry a déjà fait grimper la température, le sauna est prêt.


Je vais dans ma chambre pour me préparer, l’esprit chagriné et interrogatif. Je me demande même si je ne devrais pas garder quand même ma culote et mon soutien gorge. Je sais que pour certain cela frôle le ridicule mais je suis sur que beaucoup de gens seraient dans le même état d’esprit que moi. Ne voulant pas me ridiculiser quand même , je finis par me faire une raison et nue sous mon peignoir je descends rejoindre Olga qui m’attend au salon. Elle m’entraine dehors devant un chalet en bois. Sans se soucier des voisins qui pourrait la voir, elle ôte son peignoir et l’accroche à l’extérieur du cabanon.


— Enlève ton peignoir et accroche le à coté du mien me dit elle. Attends toi à un choc de température.


De nouveau je suis pris de panique et ne peux m’empêcher de regarder autour de moi pour voir si un voisin nous observe de sa fenêtre. Olga ouvre la porte du chalet et pénètre à l’intérieur. Je me débarrasse le plus vite possible de mon peignoir et entre à mon tour. A l’intérieur, il fait une chaleur infernale mais le cadre tout en bois est très joli. Une douce musique berce nos oreilles. Olga m’invite à m’assoir en face d’elle. Je croise mes jambes pour cacher mon sexe. Olga n’a vraiment aucune pudeur . Elle est assise face à moi jambes largement ouvertes. Sauf à fermer les yeux, je ne peux faire autrement que de la regarder. C’est toujours une très belle femme. Sa poitrine n’est pas grès grosse sans doute 85c mais elle est ferme et arrogante avec de petits tétons. Son ventre est plat, ses jambes musclées ,son fessier rond et ferme. Elle est totalement épilée ce qui offre une vue imprenable sur ses lèvres charnues. C’est la première fois que je vois en réel une chatte totalement lisse. C’est assez joli mais j’ai plus l’impression de voir une adolescente qu’une femme mure, j’avoue cependant être assez admirative.


Complètement apathique à cause de la chaleur et subjuguée par l’audace d’ Olga, je sursaute quand soudain la porte s’ouvre et que je vois Harry pénétrer dans le sauna. Par réflexe je croise mes bras sur ma poitrine. Harry vient s’assoir à côté d’Olga. Je voudrais ne pas le regarder mais comme il est en face de moi je n’ai pas trop le choix. Mon regard est comme attiré irrémédiablement par son entre jambes. Son sexe est à l’image du colosse qu’il est. Je ne sais pas si c’est le fait qu’il n’a pas de poil lui non plus mais j’ai l’impression que ses bourses sont le double en volume de celles de mon mari. Sa verge circoncise est déjà de belle taille surtout son gland épais m’impressionne. En croisant le regard d’Olga qui est si détendue, je prends conscience du ridicule de continuer à vouloir cacher mon corps et je décide après une profonde respiration d’enlever mes bras de ma poitrine. Le sourire qu’arbore Olga me montre qu’elle approuve qu’enfin je commence à me détendre.


— Dans une quinzaine de minutes dit elle nous sortirons, tu nous suivras, on va jusque la rivière pour se tremper le corps.


— Mais la rivière est au bout du jardin et l’eau doit être très froide dis je


— Regardes nous, on fait ca tous les jours et on est en pleine forme. Ca renforce les défenses immunitaires de ton corps et ca le raffermi. En plus si tu as peur d’être vue par les voisins dis toi qu’ici on a tellement l’habitude de voir des gens nus que l’on y prête même plus attention.


Pour une novice comme moi, je peux vous dire que rien n’est anodin et qu’il va encore falloir que je prenne sur moi. Cependant, je dois avouer que voir Olga et Harry nus devant moi finit par faire divaguer mon esprit et une certaine excitation s’empare de moi. Mes Tétons sont devenus tout durs et pointent maintenant fièrement comme deux tétines. Pire encore je sens mon sexe s’humidifier et inconsciemment ou consciemment je ne saurai dire, je décroise mes jambes et les écarte offrant par la même à Olga et son mari une vue plongeante sur ma chatte.


Au moment de sortir, mon apparente dilettante n’est que de façade. Nous n’avons qu’une trentaine de mettre à faire avant d’arriver à la rivière mais Olga semble prendre un malin plaisir à les parcourir lentement. Au bord de la rivière , un escalier est aménagé pour descendre facilement. Sans hésitation Olga et Harry pénètrent dans l’eau sans éprouver la moindre émotion.


— Viens nous rejoindre, va y ne réfléchis pas sinon ce sera plus difficile me dit elle


Je me décide et avance droit devant. Ho que l’eau est froide, c’est un vrai supplice surtout pour mon ventre et mon sexe si chaud. Heureusement nous ne restons à peine que deux minutes. Une de plus et je devenais un glaçon. Nous récupérons au passage nos peignoirs que nous enfilons prestement surtout moi et regagnons l’intérieur de la maison. Durant la soirée qui suivit, Olga et Harry m’ont vanté les bienfaits de ce mode de vie.


De retour dans ma chambre, je me blottis au fond de mon lit et commence à raconter ma journée à mon mari par SMS omettant toutefois de mentionner la présence d’HARRY dans le sauna et nos divagations nues dans le jardin. Au bout de quelques minutes, mon attention est attirée par un grincement. De nature peureuse je prête une oreille plus attentive et à ma grande surprise je dois me rendre à l’évidence. Dans la chambre voisine Olga et Harry sont entrain de batifoler. Je colle mon oreille au mur. Il n’y a plus d’ambigüité, en plus des grincements du lit, je peux percevoir les gémissements étouffés d’Olga. Je ne me suis jamais retrouvée dans une telle situation. A l’excitation déjà palpable de la narration de mon récit à mon mari vient maintenant s’ajouter celle d’écouter Olga et son mari en plein ébat. J’abandonne mon téléphone et instinctivement une de mes mains se met à masser ma poitrine pendant que l’autre descend explorer ma grotte du plaisir. Moi qui ne se masturbe jamais, naturellement mes doigts s’insinuent entre mes lèvres, décalottent mon clitoris pour jouer avec. Ma grotte est totalement inondée, un puis deux puis trois doigts la remplissent. Je suis comme une adolescente qui découvre sa libido pour la première fois. Mon plaisir en est décuplé, je perds toute notion de lieu et de temps. Je gémis sans filtre et pousse même un petit cri lorsque ne pouvant plus me retenir, un orgasme nucléaire traverse mon corps. Tout à voler sur le lit, totalement épuisée je reste un long moment les jambes écartées et les bras en croix, dégoulinante de sueur, savourant ce moment de plénitude.


Diffuse en direct !
Regarder son live