Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 402 fois
  • 133 J'aime
  • 1 Commentaire

Découverte de mon plaisir

Chapitre 1

Je vous raconte mon fantasme à travers cette histoire mix entre fait réel et fantasme

Hétéro

Je m’appelle Louis, j’ai vingt-trois ans, je travaille dans des petits boulots de courte durée que je trouve çà et là dans une petite ville bretonne. Contrairement à certains jeunes de mon âge, je n’ai pas envie de quitter le cocon familial, je vis donc toujours chez ma mère. Sarah, ma mère, a quarante-trois ans, je ne l’ai quasiment connue que célibataire, car avec mon père, ils se sont séparés alors que je n’avais que trois mois, mon père dont je ne suis pas très proche. Les autres hommes qu’elle a pu avoir dans sa vie n’étaient que des connards.


Physiquement, je fais 1m80, grâce à une bonne morphologie, j’ai une bonne masse musculaire alors que je ne pratique quasiment pas de sport, mais en contrepartie, j’ai une petite enveloppe de gras sans excès que j’assume totalement. J’ai peu d’amis, je n’ai jamais été très à l’aise avec les relations humaines, ce qui ne m’a pas aidé pour rencontrer des filles quand j’étais plus jeune.


J’ai tout de même fait ma première fois à vingt-et-un ans avec une fille que j’ai rencontrée par le biais d’un ami, mais je n’ai pas pris beaucoup de plaisir, je crois que j’étais trop stressé ou que je m’attendais à ce que ce soit comme dans les films pornos, mais la réalité est bien différente. Je n’ai découvert que les vrais plaisirs du sexe six mois plus tard avec une fille que j’ai rencontrée lors d’une soirée. Elle a été mon mentor en matière de sexe, j’en ai découvert plus sur mon corps avec elle en deux semaines que moi tout seul en vingt-et-un ans.


C’est lors d’un de nos ébats que ma vie sexuelle va être chamboulée. Alors que nous sommes en plein coït, je suis bien assis au fond du canapé du salon où nous avons l’habitude de faire nos affaires. Elle me chevauche, j’ai une vue splendide sur ses magnifiques seins qui se balancent au rythme qu’elle souhaite. Je m’empresse de lécher et mordiller ses petits tétons qui pointent qui ne demandent qu’à être chouchoutés, pour réponse, j’ai le droit à un « OH oui ! » de contentement. Mes mains sont plaquées sur son joli petit cul pour l’aider à bien se faire pénétrer de toute la longueur de mon sexe. Le son de claquement de son cul sur mes cuisses mêlé à ses cris de plaisir résonne dans tout l’appartement, nul doute que les voisins ont dû profiter de ces sons tellement excitants. Une de mes mains quitte son cul pour jouer avec son bouton de plaisir et après quelques minutes de ce traitement, elle est dévastée par un orgasme.


Pendant plusieurs secondes, elle reste assise sur ma queue toujours bien au fond de son vagin chaud et humide, me serrant fort contre elle, les ongles plantés dans mon dos, j’ai mal, mais ça m’excite encore plus. Après plusieurs secondes, elle se lève et se met à genoux devant moi, elle veut me finir avec une fellation. Alors qu’elle commence à lécher avec sa langue chaude et pleine de salive mon gland gonflé et d’une sensibilité extrême, tellement j’ai envie de jouir, elle me sourit et me demande :


Tu es prêt ?

Oui, vas-y ma puce !


Ma réponse est directe, mais je ne m’attendais pas à ce qui va suivre, elle commence à lécher son majeur et elle me l’insère dans mon petit trou qui était jusque-là vierge de toute intrusion. A peine ai-je compris ce qu’il se passe dans mon anus qu’elle me prend en bouche avec une telle fougue que je suis transporté presque instantanément au paradis. Son majeur inséré dans mes entrailles qui prend malin plaisir à jouer avec ma prostate, cette bouche qui me besogne le long de mon sexe érigé au maximum et cette langue qui joue avec mon gland qui ne demande qu’une chose... exploser. Après moins d’une minute de ce délicieux traitement, ma jouissance explose, la coquine l’a bien compris et lâche mon sexe juste avant qu’il ne desserve toute sa semence. Mon pénis claque sur mon ventre quand il sort de sa bouche et de longues giclées de foutre arrivent sur mon ventre et mon torse. Je mets quelques minutes pour reprendre mes esprits tellement ma jouissance a été monstrueuse.


Après quelques minutes, la coquine qui m’a laissé profiter de mon orgasme remonte en léchant ma queue sur toute sa longueur qui commence à ramollir, continue sur mon ventre et mon torse non sans lécher tout le foutre qu’elle peut trouver sur son passage. Après avoir nettoyé toute trace de ma jouissance sur son passage, elle m’embrasse tendrement, alors que nos langues dansent ensemble dans un ballet d’amour, elle partage avec moi le fruit de mon orgasme. Ce n’est pas désagréable, mon sperme mélangé à sa salive a un goût sucré que j’aime goûter, j’y prends même du plaisir.


Quand elle se relève, je vois bien que quelque chose ne va pas dans son regard. Inquiet, je le lui demande si tout va bien, elle me répond qu’elle est toujours amoureuse de son ex, qu’ils ont couché ensemble la veille et qu’elle me quitte pour retourner avec lui. Je suis choqué par ce que je viens d’entendre, je n’ai aucune réaction, je crois que mon cerveau s’est mis en veille. Je me lève, je prends mes affaires et je rentre chez moi sans dire un mot ni la regarder. Lorsque j’arrive chez moi, je réalise enfin ce qu’il vient de se passer, je pleure, je suis anéanti, je croyais que c’était la femme de ma vie.


Une fois dans mon lit, alors que je suis toujours en pleurs et que je me retrouve seul avec mes pensées, une question ne veut pas quitter ma tête, est-ce que le fait que j’ai aimé avoir un doigt dans l’anus et goûter mon sperme fait de moi un homme bi ? Mais en quelques secondes de réflexion, je me dis que ce n’est pas le cas et que j’étais tout simplement excité par la situation et la découverte de nouveaux terrains de plaisir. Je m’endors assez rapidement tellement les évènements de cette journée m’ont crevé de fatigue.

Diffuse en direct !
Regarder son live