Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 817 fois
  • 148 J'aime
  • 8 Commentaires

Découverte de ma nouvelle cousine

Chapitre 1

Travesti / Trans

En ce dimanche bien ensoleillé se déroule le repas de famille avec une bonne partie de mes oncles, tantes, cousins et cousines.


Bien que la perspective de ce rassemblement ne m’enchante pas beaucoup, la température annoncée dépasse les 30 degrés et je sais donc qu’on pourra profiter de la chaleur ambiante pour faire un barbecue et sans doute aussi de la piscine. Pour le coup, j’y vais cette fois tout seul, ma copine préférant aller rendre visite à sa meilleure amie qui habite dans la ville à côté.


— Tu me laisses y aller tout seul ! lui lançais-je avec un sourire.

— Eh oui ! Je sais que tu t’en sortiras très bien sans moi, à chaque fois vous rigolez comme des foufous avec tes cousins.



Elle a bien raison, en plus de nous voir souvent, nous sommes une bonne dizaine à avoir presque le même âge, la trentaine, et cela nous rapproche beaucoup.

La dernière fois était assez spéciale cependant, car un de mes cousins était arrivé avec son nouveau corps, il était devenu elle et avait changé de sexe, Laurent était devenu Laurence. Même si nous avions été prévenus en avance, lui faire la bise à l’époque et la proximité de ce corps changé m’avait fait sentir bizarre. Elle au contraire semblait assez à l’aise, et nous étions tous contents que ce changement ait pu la rendre heureuse.


C’est avec cette image et ce sentiment qui me traversent à nouveau la tête que je conduis pour aller à ce rassemblement.


J’arrive joyeux et le repas se déroule de manière excellente. Le vin rouge est de la partie, mais je bois cette fois modérément, car je reprends la route ensuite. Comme d’habitude, nous changeons parfois de place au cours du repas pour discuter avec les différentes personnes présentes. Je me retrouve rapidement à côté de Laurence, qui arrive avec un grand sourire pour s’asseoir à côté de moi.


Elle est aujourd’hui habillée d’une robe courte vert clair avec des motifs à fleurs qui lui arrive au-dessus des genoux. Je me surprends à penser que cela lui va très bien, et je me dis qu’à part les épaules à peine un peu larges, on ne pourrait pas reconnaître l’ancienne personne qu’elle était.


— Alors cousin, comment vas-tu ? me dit-elle en levant son verre de rouge. Discutons un peu, quoi de neuf ?


Sa robe remonte légèrement lorsqu’elle s’assied, et elle en profite pour relever son haut. Mon regard passe alors furtivement sur sa poitrine que je n’avais pas trop remarquée avant ce moment. Elle est assez proéminente sans être trop grosse, je dirais un 95B bien mis en valeur par son soutien-gorge et le haut de sa robe.


— Ca roule et toi ? lui dis-je en la regardant dans les yeux avec un sourire.


Nous discutons alors de nos vies respectives, en rigolant pas mal sur l’actualité.


— En fait, tu es venu tout seul, ta copine n’est pas là?

— Non elle a préféré aller de son côté voir une amie, elle a son caractère très indépendant même si je lui avais initialement demandé de venir.

— Ah OK ce n’est pas très sympa, moi j’aurais obéi à tes ordres, je pense, me dit-elle alors en posant une main sur mon bras et en rigolant.


Le contact de sa main sur ma peau me fait alors hérisser les poils. En écho à notre conversation sur l’actualité, elle enchaîne alors :


— Même si ce n’est pas présent dans le courant féministe actuel, je pense que je suis plutôt soumise comme fille.


Je ne sais pas si mon cerveau me joue des tours, mais je sens à ce moment que sa main appuie légèrement plus fermement sur mon bras. Mon esprit s’arrête alors et je me demande ce qu’il se passe. Pour la première fois, je sens une attirance pour Laurence et son corps devient pour la première fort appétissant.


— Et je ne t’ai pas dit, mais j’ai pris un nouvel appartement en fait, si ça te dit de passer ce soir en repartant, il me semble que c’est sur la route.


Je balbutie :


— Oui ça pourrait être sympa de voir ton nouveau chez-toi, sans trop savoir ce que je dis vraiment.



Après quelques paroles de plus que nous échangeons, nous nous séparons pour discuter chacun avec le reste de la famille. L’après-midi se poursuit et les différentes personnes partent au fur et à mesure, souvent selon la distance à laquelle elles habitent. Je jette parfois des coups d’œil rapides en direction de Laurence, me surprenant à regarder son corps qui me fait décidément de l’effet.


Lorsque je sonne chez elle vers 19h, sa voix douce retentit dans l’interphone, et c’est avec un large sourire qu’elle m’ouvre la porte de son appartement.


— Je suis cooonnntente que tu sois passé ! me dit-elle avec un enthousiasme avéré.


Elle s’avance pour qu’on se refasse la bise, même si on s’est quitté quelques heures plus tôt.


— On va continuer sur la lancée du midi et s’ouvrir une bonne bouteille, dit-elle en rigolant, tu peux même dormir là ce soir, j’ai de la place, me dit-elle en allant vers la cuisine.


Après s’être posé sur le canapé près de moi, nous trinquons plusieurs verres et la discussion tend naturellement vers nos vies amoureuses.


— Je n’ai toujours pas trouvé chaussure à mon pied en ce qui me concerne, dit-elle en baissant les yeux vers son verre.

— Et pourtant tu as de quoi faire des heureux !


Elle relève la tête avec un air malicieux.


— Oui dernièrement des heureux j’en ai fait plusieurs, je pense !


A ce moment, je pense que l’alcool aidant, mes paroles sortent de ma tête sans que je réfléchisse.


— Ca doit donc être plaisant d’être avec toi, j’imagine, de quoi tu doutes ?


Elle se rapproche de mon côté sur le canapé tout en continuant à parler. Mon cœur accélère un peu.


— Ça doit être plaisant, tu le penses vraiment ou c’est juste pour me faire plaisir que tu dis ça ?



Elle a un petit air triste feinté, et sa main se pose sur ma cuisse. Je regarde sa main qui semble douce, et la regarde droit dans les yeux. Ses jambes sont alors toutes proches des miennes.


— Non je pense que ça doit être bien plaisant.


Ma main vient lui caresser la joue, puis descend sur son corps pour venir sur sa cuisse. Pendant quelques secondes, mon visage se penche vers le sien et trouve ses lèvres.


Le premier baiser est rapide, puis nos lèvres se collent, et enfin nos langues se rencontrent. J’entends un petit gémissement sortir de sa gorge, et je commence à bander vraiment fort. Elle doit le sentir, car sa main descend directement sur mon entrejambe, qu’elle commence à malaxer. Elle recule son visage, et tout en me regardant droit dans les yeux, déboutonne mon pantalon et me descend la braguette.


— J’ai effectivement l’impression que je te fais de l’effet. Ça te dit que je la prenne dans ma bouche ?


Elle n’attend pas la réponse et descend sur ma verge bien tendue sortie du slip. Ses lèvres s’arrêtent d’abord sur le bout de mon gland, elle prend deux ou trois centimètres dans sa bouche, puis relève les yeux vers moi avant d’engouffrer ma bite en entier, ce qui me fait directement gémir.


— Mmmhh j’ai l’impression que tu es une bonne suceuse.


Elle fait plusieurs allers-retours et reste quelques fois quelques secondes avec la totalité de mon chibre dans sa bouche, je sens sa langue travailler mon gland.


— Je dirais même que tu as l’air d’une bonne salope.


Un petit son me dit qu’elle répond par l’affirmative. Pendant ce temps, ma main se déplace vers son entrejambe, je suis curieux de savoir ce que je vais y trouver : je tombe alors directement sur une bosse bien dure, ficelée dans une culotte en dentelle.


— Tu as l’air bien serrée là-dedans, je vais t’aider à te sentir mieux et te sortir ça.


Je sors alors son membre qui me surprend par sa taille, et surtout par son diamètre. Je commence à masturber ma cousine et je lui fais bien comprendre mon envie.


— Dis-moi cousine, tu penses que je pourrais goûter à ton joli membre ?


Remontant sa tête, elle me dit :


— Mmmh oui s’il te plaît, j’ai rêvé de ça toute la journée... Je t’imaginais en train de passer ta langue le long de ma bite lorsqu’on discutait.


Ses paroles m’achèvent et je m’allonge vers son entrejambe pour faire la première pipe de ma vie. J’ai l’impression que je sais comment faire, et je fais attention pour lui donner un maximum de plaisir. La sensation de son membre sur ma langue et le fond de ma gorge est plaisante, et je gémis alors qu’elle continue de me sucer.


J’ai du mal à me retenir bien longtemps, je lui fais comprendre, mais elle continue son va-et-vient, ce qui fait que je me décharge au fond de sa gorge en gémissant. Je m’active alors sur sa bite avec ma main et ma bouche immobile sur son gland, et je sens la secousse arriver. Son sperme vient toucher mes lèvres et ma langue, et d’un petit cri aigu, elle envoie une bonne envolée au fond de ma gorge.

Je suis obligé d’avaler une partie, je me relève en même temps qu’elle et on se regarde en rigolant. On s’embrasse goulûment, en échangeant un peu de nos flux. Ses petits gémissements aigus me font vraiment craquer.



Elle se lève et sa robe tombe, elle se retrouve en culotte et soutien-gorge.


— J’imagine que tu dois bientôt partir, tu veux prendre une douche avant de rentrer pour effacer toutes les traces ?


Ses paroles sonnent dans un sens comme une invitation, et je réponds par l’affirmative.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live