Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 480 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

La découverte du sauna

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes
4
2

J’ai toujours beaucoup apprécié la fréquentation des saunas qui mettent automatiquement les pratiquants en condition pour s’adonner en toute liberté aux plaisirs de la chair. En effet, tous sont nus ou hypocritement dissimulés dans une serviette à peine nouée autour de la taille de façon à ce qu’elle tombe au premier mouvement. Rien que le spectacle d’hommes et de femmes libérés de tout tabou vaut le détour ; Pour ma part, si je ne suis pas vraiment attiré par un homme dans la vie courante, j’ai éprouvé des émotions très fortes en voyant de belles verges en érection, de belle longueur et plusieurs fois je n’ai pas pu résister à en caresser certaines et à les goûter goulûment et les aspirer avec force jusqu’à recevoir cette crème séminale si délicieuse quand on arrive au paroxysme de l’excitation, je ne manque jamais d’absorber la mienne quand je me masturbe.


Mon épouse actuelle, Mireille, est ravissante, bien faite avec des seins parfaits et une chatte très appétissante d’autant plus qu’elle entourée d’une fourrure délicate et naturellement très blonde. J’en suis très fier et je prends toujours beaucoup de plaisir à l’exhiber en public (plage naturiste, masseur, .). En plus, elle est particulièrement sensible à toutes les caresses sur l’ensemble de son corps d’abord et ensuite sur ses seins et bien entendu sur toute partie de son sexe ; enfin je peux dire quelle fait partie des baiseuses de qualité, elle est capable de jouir des dizaines de fois à la file, elle est affamée du sexe d’homme sans pour autant donner dans la nymphomanie. Chaque fois ou presque que nous allons à la plage je sens qu’elle attire le regard des hommes surtout pour sa blondeur assez rare et je sais qu’elle aime sentir ces regards sur elle et je m’arrange toujours pour glisser ma main entre ses cuisses pour la caresser discrètement, voire jusqu’à la faire jouir et quand nous rentrons à la maison elle n’a de cesse que je la pénètre profondément pour assouvir l’excitation qu’elle a accumulée dans la journée. Elle est également très excitée par les massages : en général je l’accompagne dans le salon du masseur car elle aime que je sois présent pour assister à la séance, surtout lorsqu’il s’agit du dos ; en effet, elle doit se déshabiller et elle aime jouer à la pudique en cachant ses seins au début pour mieux se montrer ensuite. Comme précédemment, de retour à la maison elle a un besoin impérieux que je la prenne pour jouir fortement et plusieurs fois. Jusqu’à présent elle n’a pas encore succomber à la tentation de se faire baiser parle masseur, sans doute parcequ’elle n’en a pas encore trouver à son goût.


Elle ne connaissait pas la pratique du sauna et j’avais très envie depuis longtemps de l’y amener sans bien sur l’avertir de ce qui s’y passe en général pour ne pas la conditionner et lui laisser le loisir de la découverte, certain que j’étais trouverait son plaisir par sa propre initiative. J’ai choisi un samedi soir, en général propice à une forte affluence. Nous nous sommes mis en ? tenue ? (serviette nouée !) et avons commencé à faire le tour de l’établissement : la salle de repos éclairée (TV, revues), les cabines juste fermées par un rideau peu efficace, la salle ? commune ? dont le plancher est totalement recouvert de matelas juxtaposés et bien sur les cabines de sauna proprement dit. J’ai bien senti l’intérêt qu’elle portait aux hommes dont il est facile d’imaginer leur sexe en liberté sous la serviette, mais aussi aux femmes car elle est comme beaucoup de femmes très critique sur le corps de ses consours.


Nous avons commencé par un premier passage dans un sauna, nous nous sommes étendus sur une banquette en dénouant nos serviettes ; il y avait déjà un couple, nus certes mais bien sage (cela arrive aussi !). Je n’ai pas voulu entamer les hostilités tout de suite et me suis contenté de lui témoigner des gestes tendres mais je sentais bien son regard sur nos voisins et devinait ses remarques critiques sur les seins de la dame, qui tombaient un peu, c’est vrai, et sur le sexe de l’homme qui restait toujours sage. Nous ne sommes pas restés plus de 5 minutes car il n’est pas recommandé de trop prolonger un premier séjour dans la vapeur et sommes donc sortis très naturellement et dirigés vers une cabine dont je n’ai pas pris la peine de fermer le rideau complètement. Pour ne pas s’allonger à même les matelas nous avons étendus nos serviettes, de sorte que nous étions nus exposés aux regards des ? passants ?. Elle paraissait satisfaite de ce début et m’a affirmé qu’elle avait deviné mon désir devant le couple au sauna, car elle connaît bien la forme de ma queue dans ce cas qui n’est pas vraiment au repos et qu’un rien peut la faire bander très dur. Hypocritement je lui ai dit que je ne m’en étais pas rendu compte, trop occupé à la regarder elle, surtout sous les regards de nos voisins. J’ai commencé à l’embrasser profondément, ce qui systématiquement pour effet de nous amener tous deux à un état de surexcitation incontrôlable ; je me suis senti bandé très fort et très dur, ce qui achève de l’exciter. A partir de ce moment je savais qu’elle était prête à tout et qu’elle ne pourrait pas résister ; elle m’a pris de court et m’a chevauché brusquement en se dépêchant d’enfiler ma queue droite dans sa chatte en oubliant le rideau entrouvert ; évidemment les spectateurs n’ont pas mis longtemps à repérer notre cabine et je voyais le rideau vibrer et s’écarter peu à peu. Elle ne s’est rendu compte de rien car elle était trop absorbée par sa jouissance prochaine ; effectivement elle a joui très fort en se débattant, en me repoussant et en me frappant comme à son habitude. J’ai hypocritement tenté de la calmer, prétextant qu’elle allait ameuter tout le voisinage, mais en fait je n’étais pas peu satisfait du spectacle que nous venions d’offrir aux curieux. Elle voulait que je gicle en elle, mais je lui ai dit préférer me garder pour mieux la faire encore jouir, comme nous aimons à faire dans notre intimité. Alors elle s’est sagement allongée près de moi pour une petite pause.


Quelque temps plus tard je lui ai proposé de retourner à la cabine de sauna, ce que nous avons fait ; dans la cabine il n’y avait personne et elle s’est installée confortablement sur la banquette, la tête sur ma cuisse et une jambe pendante, de sorte que sa chatte était particulièrement bien en vue. Lentement j’ai commencé à lui caresser les cheveux, le visage, les seins dont les bouts ont réagi immédiatement en durcissant et se contractant, ce qui à pour effet de m’exciter au plus haut point ; j’ai parcouru ainsi tout son corps sans cependant introduire mon ou plutôt mes doigts dans sa chatte pour la faire languir un maximum ; elle se laissait faire dans un état second, ce qui explique sans doute qu’elle n’a pas entendu la porte s’ouvrir et entrer un homme bien bâti et doté d’une superbe queue qui est apparue dès qu’il a ouvert sa serviette. Je ne le quittais pas des yeux, ce qui m’a permis de vérifier que les siens étaient rivés sur la chatte de Mireille, toujours alanguie sous mes caresses que je n’avais pas cessées. En quelques secondes sa queue a pris d’énormes proportions, dans une position bien droite et tendue vers le haut. Nos regards se sont croisés et j’ai tout de suite compris qu’il sollicitait l’autorisation de participer à nos jeux ; mon regard approbateur l’a transformé en ressort et il s’est approché doucement de notre banquette, et à genoux, il est resté quelques instants béat d’admiration devant cette magnifique chatte blonde qui s’offrait à lui mais n’a pu résister à poser son visage entre les jambes de Mireille et à plaquer sa bouche sur sa touffe ; elle a eut une petite réaction de surprise, a relevé la tête pour découvrir ce qu’il lui arrivait , mais une légère pression de mes mains qui la caressait toujours a vite fait de la convaincre de se laisser faire. J’ai bien senti à sa réaction que le gars venait de lui rentrer sa langue et de commencer à la lécher, à aspirer son clitoris qui évidemment était en pleine érection. Elle m’a vite attiré vers elle pour plonger sa langue avide dans ma bouche, mais rapidement elle a réalisé l’inévitable, c’est à dire ma queue aussi dure que du bois et s’est précipitée desssus pour littéralement la dévorer. La suite est allé très vite, en quelques instants elle a joui comme une folle repoussant un moment la tête du suceur, mais en la replaquant tout de suite sur sa chatte.


Elle a joui plusieurs fois de la même façon, jusqu’au moment où n’y tenant plus le gars dont la tête avait encore été repoussée s’est dressé la queue en l’air pour l’introduire dans ce sexe tant offert. A ce moment, Mireille a réalisé que l’homme lui plaisait et, en ouvrant les cuisses au maximum pour mieux s’offrir à cette queue autoritaire, elle a participé activement à l’action par ses coups de reins irrésistibles dont elle a le secret. Très vite ils ont joui en même temps et j’ai pu mesurer l’ampleur de la giclée du gars par la durée de son orgasme ; Mireille n’était pas loin de la syncope et j’ai fait comprendre à l’homme de se retirer et l’ai guidé de façon à placer sa queue devant la bouche de Mireille qui instinctivement l’a absorbée et sucée avidement. Pour ma part j’ai investi la chatte de Mireille pleine et débordante du sperme de l’autre et j’ai pu avaler le tout en aspirant à grande bouche son trou ; Mireille qui avait tout compris malgré son état second n’a pas pu contrôler un orgasme supplémentaire et abandonnant la queue de notre désormais ami a voulu m’embrasser pour me faire partager le jus que j’avais encore dans la bouche. A ce moment la femme de ma vie a eu une réaction imprévisible : elle a voulu que notre ami me fasse jouir dans sa bouche, prétextant qu’il n’était pas question que je sois en reste par rapport à leur plaisir : il avait une telle puissance d’aspiration que je n’ai même pas pu contrôler mon éjaculation, j’ai littéralement explosé dans sa bouche et fus vraiment surpris de ma femme qui a exigé de récupérer son ? bien ? en embrassant notre ami et lui reprendre mon sperme que je venais de gicler. Un peu hébétés, nous nous sommes allongés quelques instants et avons entrepris une agréable conversation pour faire connaissance et partager notre satisfaction d’avoir pu vivre des plaisirs d’aussi bonne qualité. Il y a eu des suites mais il faudra attendre une prochaine rédaction

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder