Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 18 409 fois
  • 167 J'aime
  • 24 Commentaires

Ma découverte de la zoophilie

Chapitre 3

Zoophilie

Bonjour à tous,

Ma vie sexuelle avec Simba était merveilleuse depuis maintenant presque un an et j’avais perdu ma virginité durant les vacances avec un garçon de mon âge. Cette expérience "humaine" m’avait énormément plu, mais le garçon en question habitait loin de chez moi et j’avais toujours le même problème avec les garçons de mon village ou de mon école qui ne me plaisaient pas. Je vais donc vous raconter dans ce troisième chapitre ma première pénétration avec mon chien. Vous avez certainement lu les deux premiers chapitres racontant mon lent processus de mes expériences zoophiles.


Mes parents étaient partis en week-end en amoureux et m’avaient laissé la maison pour que je garde Simba, j’avais déjà en tête ce qu’il allait se passer.

Nous étions en début d’après-midi, il faisait beau et j’étais prête à m’offrir entièrement à lui. J’étais toute nue dans le salon et comme à mon habitude, j’ai commencé à me caresser, allongée sur le sol. Sentant l’odeur de mon vagin excité, Simba m’a rejointe pour me lécher vigoureusement


la chatte. Mon excitation montait au rythme de ses coups de langue et la sienne aussi, son sexe était déjà sorti de son fourreau afin de me laisser jouer avec. J’ai installé Simba allongé sur le flanc, l’une de ses pattes arrière relevées me donnant ainsi un accès facile à son sexe, ce qui m’a permis de lui faire la meilleure fellation de ma vie (enfin jusqu’à maintenant). La sensation de son sexe dans ma bouche me faisait mouiller comme une folle, les jets de sperme que je recevais étaient tellement délicieux. Puis le moment est arrivé, je voulais cette queue beaucoup plus grosse que celle que j’avais connue lors de mon dépucelage en moi.


Simba était toujours allongé sur le flanc, pour ma première fois, je voulais garder le contrôle de la pénétration. Je suis montée sur lui, je caressais son sexe sur ma chatte trempée, puis j’ai glissé cet énorme sexe en moi par de lents va-et-vient. Mes gémissements étaient de plus en plus bruyants, je regardais Simba dans les yeux :


— Tu as l’air d’aimer ma chatte mon chien.


Mes va-et-vient sont devenus de plus en plus profonds et rapides, jusqu’à sentir son nœud sur mes lèvres. Son sexe était dorénavant entièrement en moi, j’adorais cette sensation, sentir mon vagin entièrement rempli par ce gros sexe. Simba bougeait de plus en plus, il voulait reprendre son rôle de dominant. J’ai donc ressorti son sexe, puis comme une chienne, je tournais autour de lui à quatre pattes. Il en profitait pour me lécher la vulve dès qu’il le pouvait, puis dans un élan, m’a montée dessus. Quelle erreur, je n’avais pas prévu ces griffes sur mon dos, mais la douleur était tenable et je ne voulais pas arrêter notre relation pour cela. Une fois sur moi, je le sentais maladroit, impossible pour lui de trouver l’entrée de ma grotte pour me limer. J’ai pris son sexe dans ma main afin de lui montrer l’entrée du plaisir et là...


J’ai senti son sexe rentrer entièrement et violemment en moi, mon hurlement était entre douleurs et plaisirs. J’avais la tête sur le tapis, les fesses remontées, je ne maîtrisais plus rien.


Je n’avais plus qu’à laisser Simba se déchaîner sur ma chatte, j’étais dans une autre dimension, plus la même, je ne me sentais plus vraiment humaine, mais comme une chienne qui aime se faire baiser.


— Vas-y Simba, baise-moi comme une chienne, j’adore ça.


Je sentais son souffle chaud sur mon cou, j’entendais ses râles de satisfaction et moi je hurlais de plus en plus. Ma chatte s’élargissait puis j’ai senti son nœud rentrer littéralement en moi puis il a stoppé ses va-et-vient et s’est retourné pour être cul à cul avec moi. Je sentais de légers jets de sperme et son nœud grossir m’écartent la chatte à son maximum jusqu’à avoir atteint sa taille finale que j’estime être l’équivalent d’une balle de tennis. A partir de ce moment-là, les jets de sperme étaient plus chauds, plus intenses, en plus de son entière anatomie en moi, il me remplissait littéralement la chatte de sperme. Je serai incapable de dire pendant combien de temps nous sommes restés dans cette position, j’étais épuisée, bloquée, mais lui continuait de se vider en moi comme si je n’étais bonne qu’à être souillée. Après un long moment, il m’a libérée avec un son de ventouse et sa queue est sortie rapidement de ma chatte, libérant son sperme que je sentais couler sur mes cuisses.


Je me suis écroulée sur le sol, allongée, les cuisses ouvertes, tremblant de partout, quant à Simba, satisfait de sa prestation, me léchait la chatte couverte de son sperme.


Je pensais à ce que nous venions de faire, j’étais aux anges, car j’avais enfin passé ce cap et je pouvais nous satisfaire tous les deux.

Après une bonne douche, je suis redescendue dans le salon. Je sentais Simba différent, comme s’il était passé d’adolescent à adulte. Nous avions encore tout le week-end pour nous faire plaisir et nous ne nous sommes pas fait prier. Nous l’avons au final fait 3 fois ce week-end-là, et chaque fois que c’était possible ensuite.

Simba était principalement le seul chien avec qui je couchais, même si j’ai eu d’autres aventures par la suite. Cela fera certainement l’objet d’autres chapitres, car en grandissant, mes fantasmes pervers se sont accentués, voulant découvrir toujours de nouvelles choses. Ma vie sexuelle entre humains a également été enrichie par la suite, mais n’a jamais égalé mes expériences zoophiles (en général). Cela fait maintenant dès années que je pratique, et il reste encore de longues années de plaisir à venir.

Diffuse en direct !
Regarder son live