Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 119 100 fois
  • 541 J'aime
  • 22 Commentaires

Découvertes avec ma cousine

Chapitre 1

Inceste

Après avoir passé quelque temps à lire des histoires sur ce site, je me lance dans le récit de mes propres aventures. Je vais donc vous raconter ce qu’il m’est arrivé il y a quelques années.

Cette histoire date d’il y a une dizaine d’années, et les deux principaux protagonistes sont ma cousine et moi. Je vais raconter cette histoire au présent pour faciliter la lecture (et l’écriture il faut bien l’avouer).

J’ai donc deux sœurs et je vis chez mes parents une vie tout à fait normale. Il nous arrive souvent moi et ma plus jeune sœur d’aller passer des petites vacances chez mon oncle et ma tante. Et c’est le cas pendant ces vacances d’été, nous partons donc avec eux en camping. Mon oncle et ma tante sont en caravane, avec ma petite sœur (Eloïse) et ma petite cousine (Clémence), et moi (Paul) et ma cousine (Cindy) dormions tous les deux dans une petite tente.

Nous avons toujours été relativement proches avec Cindy, mais jamais aucune ambiguïté dans notre relation. En tout cas c’était le cas jusqu’à ce fameux été... Je n’avais pas vu Cindy depuis six mois et physiquement elle avait bien changé, elle avait un peu grandi et s’étant mise au sport elle s’était affinée, et que dire de l’évolution de ses formes, il m’était difficile en arrivant de ne pas plonger directement mon regard dans son décolleté. Pour vous donner une idée elle mesurait environ 1m70, brune aux yeux verts, et sa poitrine (j’ai pu le confirmer par la suite) du 95C. Autant dire qu’il était difficile de la considérer seulement comme ma cousine.

Mais étant un gentleman je tentais de détourner mes pensées de toutes ces idées déplacées et lancer la conversation avec mon oncle et ma tante. La journée s’est donc déroulée normalement, avec mon petit moment de bonheur en fin d’après-midi quand nous sommes allés à la plage et que j’ai pu voir un peu plus le corps de ma cousine et qu’il a donc fallu que je m’éloigne rapidement pour me baigner et cacher l’effet qu’elle me faisait.


C’est le soir après manger que l’histoire va commencer à être plus intéressante pour vous. Après le repas nous allons donc nous coucher dans notre tente avec ma cousine. On discute un peu, on se chamaille, ce qui me donne l’occasion de toucher son corps de manière furtive, puis vient le moment où on veut se coucher et mettre nos « pyjamas ». D’habitude lors de nos vacances cette question ne se pose pas puisque nous ne dormons pas dans le même lit, mais là dans cette petite tente nous dormons sur le même matelas pneumatique. Elle me demande donc


— Tu dors comment d’habitude ?

— Ben à poil, mais là je vais mettre un caleçon et toi ?

— Ben je mets juste un T-shirt mais là je vais garder ma culotte

— Ok on fait comme ça


Je m’exécute donc et retire mon short et mon t-shirt, et pour mon plus grand plaisir je vois ma cousine me jeter des coups d’œil. Pour information, je ne suis certainement pas ce qu’on appelle un beau gosse mais étant assez sportif je suis plutôt musclé, et mes abdos sont dessinés (l’étaient à l’époque ^^). Je me réjouis donc de ces regards et attends qu’à son tour elle se déshabille. Elle enlève donc son pantalon et j’ai le plaisir d’entrevoir ses fesses. Petite confession, si ses seins ont attiré mon attention, ce qui peut me rendre fou chez une fille ce sont ses fesses. Et là elles avaient l’air de pouvoir assez facilement me rendre fou. Mais vous vous doutez bien qu’elle ne faisait pas en sorte que je puisse regarder donc je n’ai eu que quelques aperçus de ce beau cul. M’attendant à ce qu’elle s’arrête là dans son effeuillage puisqu’elle devait dormir en t-shirt et culotte, je fus ravi quand elle enleva son t-shirt. En effet elle en mettait un plus ample et plus confortable pour la nuit.



Du coup je n’arrive pas à détourner le regard de cette superbe poitrine, et forcément je me fais griller...


— Ça va fais toi plaisir cousin, tu me mates si tu veux !

— Euh... désolé, tu as juste beaucoup changé de ce côté-là

— Oui fen ce n’est pas une raison

— En même temps tu ne t’es pas privé tout à l’heure pour me mater quand j’ai enlevé mon t-shirt

— C’est pas pareil les abdos c’est moins connoté sexe quand même

— Ah mais moi aussi je regardais tes abdos cousine...

— Oui bien sûr, ne mens pas, j’ai juste à regarder tes yeux pour voir que tu n’as qu’une envie c’est que j’enlève mon soutif

— ...

— Ben tu as raison je vais le faire


Et là je me suis dit « elle est sérieuse là ??? », je vais enfin pouvoir voir ce qui m’a nargué toute la journée... et cet espoir fut de courte durée, parce qu’avant d’effectivement enlever son soutif elle a enfilé son t-shirt de nuit.


— Ben alors cousin tu espérais quoi ? (vous voyez la pub pour une boisson pétillante connue « What did you expect ? » ? Eh ben j’étais exactement dans cette situation)

— Rien rien...

— Tu croyais quand même pas que j’allais te montrer mes seins ?

— Ben l’espoir fait vivre...

— T’es sérieux là ? Tu veux voir ta cousine à poil maintenant ?

— J’ai pas dit à poil...

— Donc tu aimerais vraiment que je montre mes boobs là ?...

— Ben je ne pourrais pas dire non...

— Mais t’en as jamais vu ou quoi ?

— Si si, deux fois, mais pas aussi beau je pense !

— Merci ^^ mais je vois pas pourquoi je ferais ça moi, et puis tu es mon cousin merde...

— Non mais t’inquiète, si t’es pas prête pour ça je comprends

— Ahah tu m’as pris pour une vierge effarouchée ou quoi ?

— Pourquoi tu n’es plus vierge ?!?

— Ah secret secret

— Ça ça veut sûrement dire que non...

— Si cousin, tu te trompes, mais c’est pas pour autant que je suis toute innocente... et toi alors ?

— Moi j’ai déjà fait des prélis mais pas plus

— Ah le puceau dit ma cousine en me montrant du doigt


Autant vous dire que pendant tout cet échange je n’ai aucunement pu retenir une sacrée érection, mais heureusement j’arriver à la camoufler avec le duvet.


— Bon et du coup il y a beaucoup de mecs qui les ont vus ces seins ?...

— Non je suis pas une fille facile quand même, cinq à peu près...

— Ah oui quand même...

— Quoi ?

— Rien, mais tu as fait des trucs avec les cinq ?

— Non trois avec qui il ne s’est rien passé de plus, deux fois c’était un pari en soirée, et je ne suis pas du genre à perdre un pari ^^

— Ils ont eu de la chance ceux-là...

— Mais arrête cousin...

— Ben quoi je dirais pas non moi

— Oui mais personne ne m’a lancé de pari, et si ça vient de toi ça compte pas c’est trop facile

— Sur un pari tu le ferais ?

— Oui je pense, c’est pas grand-chose de montrer ses seins, et puis je t’aime bien

— Assez bien pour le faire sans pari ?

— Euh... et j’y gagnerais quoi ?

— Je sais pas moi, une idée ?

— Ben tu te doutes bien de ce que je pourrais te demander en échange...

— Ben vas-y dit !!

— Ben mes seins contre ta bite !

— Ah oui carrément, c’est pas très équitable ça...

— Ok on se couche alors ?

— Ok ok t’as gagné, mais toi d’abord du coup !


Et cette fois l’espoir ne fut pas vint, Cindy passa les mains dans son dos, et dégrafa son soutien-gorge, puis elle plaça ses mains sur celui-ci pour ne pas qu’il tombe, enleva doucement les bretelles et l’enleva finalement totalement. J’étais sans voix, ses seins étaient magnifiques, je bandais comme jamais, et je n’avais qu’une envie : les toucher. Ma main se tendit malgré moi vers sa poitrine, et Cindy me tapa un petit coup sec sur la main :


— On a dit voir, pas toucher petit pervers

— Oui...

— Alors à toi maintenant !!

— Ok mais désolé de te dire que je ne suis pas au repos...

— Ben j’espère bien cousin sinon ça n’a aucun intérêt, puis je me sentirais insultée ^^


J’enlevai donc le duvet de sur moi, et déjà à travers le caleçon Cindy ne pouvait pas manquer mon état, ce qu’elle s’empressa de faire remarquer :


— Ah oui en effet tu as l’air en forme


Et je levais alors le bassin pour faire glisser mon caleçon, faisant ainsi « jaillir » ma queue. J’ai adorais le regard de ma cousine, c’était à son tour d’être bouche bée. Je ne suis pas Rocco, mais il parait que j’en ai plutôt une grosse, la longueur n’est pas folle (17 cms) mais en largeur c’est assez raisonnable.


— Ben alors Cindy je t’ai perdu ?

— Euh ouais là j’avoue que je ne m’attendais pas à ça

— Tu pensais que j’avais une petite bite ?

— Ben pas forcément mais en tout cas pas si grosse !

— Et dire que c’est toi qui me faisais culpabiliser quand je te matais tout à l’heure...

— Oui ben je n’en suis plus là, j’en suis plutôt à me retenir de la toucher, voire plus...

— Tu n’es pas obligé de te retenir tu sais...

— Arrête on peut pas cousin ça se fait pas


Je posais alors délicatement ma main sur son épaule pour faire monter la température, en lui disant :


— Tout ce qui compte c’est ce que nous on veut, les autres on s’en fout, tu veux quoi toi là ?

— Je veux y goûter... je veux que tu sois le premier mec que je suce...

— Je vais être obligé d’y mettre une condition petite cousinette

— Laquelle ?

— Enlève ta culotte avant...

— Ok, et après à table


J’avais la bite plus dure que jamais, je bandais comme un fou, et là ma cousine a enlevé sa culotte en se mettant à quatre pattes et j’ai pu voir complètement ce magnifique cul, et voir se découvrir sa chatte toute lisse. Je me retenais de lui sauter dessus :


— Suce-moi stp avant que je te saute dessus

— Alors on se sent plus cousin ?


Et elle se penche et met ma bite directe dans sa bouche. Autant vous dire qu’après la journée passée à la mater en douce et à me dire qu’elle avait un corps de rêve, la voir comme ça me sucer avec entrain me faisait kiffer au plus haut point, et je me suis dit que le puceau que j’étais n’allait pas tenir longtemps. Et voilà qu’elle se met à faire des tours autour de mon gland avec sa langue, et qu’elle fait aller et venir sa bouche le long de ma hampe. J’arrive malgré tout à me retenir et à stabiliser mes envies d’éjaculation. Mais après trois-quatre minutes de ce traitement elle s’est mise à tenter la gorge profonde, et elle s’est mise à forcer ma bite vers le fond de sa gorge, puis elle reprenait sa respiration et recommencer et ainsi de suite, au bout de cinq six fois je sentais le point de non-retour et je la prévins :


— Je vais venir...

— Lâche-toi cousin, dit-elle en sortant ma bite de sa bouche et en la ravalant de suite


Aussitôt dit, aussitôt fait, je me déverser dans sa bouche, l’excitation me faisant gicler comme jamais, et je voyais ses joues gonfler par mon sperme, et là, cerise sur le gâteau elle me regarda et avala tout directement.

Voilà pour cette fois, je pourrais éventuellement raconter la suite si ce récit vous plaît, n’hésitez pas à mettre des commentaires.

Diffuse en direct !
Regarder son live