Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 327 fois
  • 61 J'aime
  • 5 Commentaires

Je découvre ma jumelle

Chapitre 9

Inceste

Suite de "Je découvre ma jumelle 8".


 

Steve et moi avons servi des rafraîchissements. Tout le monde se repose, qui sur le canapé, qui dans un fauteuil.

 

Nous discutons un moment, et demandons à grand-père, comment se passait la drague avec les filles dans sa jeunesse. Il nous avoue que de son temps dans sa région, il était très difficile de flirter avec une fille, ou alors pas plus loin que des baisers et pour les plus osés des caresses. 

Il n’était pas rare que les bons copains jouent à "la plus grosse c’est le chef" ou "on se la montre et on se la touche", ensuite, quand il y avait vraiment des atomes crochus une petite minorité se masturbaient entre eux et puis allaient jusqu’à se sucer…. Sans plus… heu.. enfin ajoute-t-il certains ont essayé la sodomie, mais très peu ont aimé.

-      Tu as essayé grand-père ?

-      Oui mais ça ne m’a pas plu, je n’ai jamais recommencé.

 

Bon après toutes ces discussions, et  ces péripéties amoureuses, passons a la télé un moment, puis diner et repos bien mérité…devant la Télé ou au lit.

Quelle fin d’après-midi !

Après le diner nous discutons un moment, les vacances se terminent dans 2 jours, nous allons retourner a Aix, Grand-père rejoindra Salon, et la vie reprendra son cours normal.

Nous sommes tous, déjà nostalgiques et tristes.

 

Le lendemain matin, maman a préparé le petit déjeuner, nous nous réunissons pour le prendre ensemble. L’atmosphère est morose.

-      Eh bien ne faites pas cette tête dit papa, nous nous retrouverons pour les vacances, et des week-end !

 

Après le petit-déj, grand-père nous dit qu’il doit rentrer aujourd’hui car il a rendez-vous a l’hôpital pour un problème de santé important, qu’il nous a caché pour ne pas nous inquiéter.

L’heure du départ arrive, nous l’aidons a charger sa voiture, puis après les embrassades affectueuses d’usage, nous le regardons s’éloigner en nous faisant signe de la main.

 

La journée s’éternise, l’ambiance est plus que morose. Nous allons tous les quatre faire les courses au supermarché.

Nous décidons de partir cet après midi ou demain suivant l’emploi du temps de papa. Il nous accompagnera demain, car il a du travail cet après-midi. La journée se termine par le diner et la télé. Maman est blottie contre papa, Marie contre Steve, sans plus.

Je dis à papa :

– demain tu amèneras nos bagages, si tu veux bien et nous, nous irons à Aix en moto, c’est encore la bonne saison.

Mon père acquiesce.

 

Nous rejoignons notre chambre, une fois au lit, Marie se colle a moi et dit :

-      Je suis inquiète pour grand-père. Ca diminue ma libido.

Je serre marie dans mes bras, puis je me colle a elle, je commence a avoir une érection. Elle sent mon sexe contre son ventre, je passe une main entre ses cuisses et remonte vers son minou…. Il est humide. Je pose les mains sur ses épaules, sans forcer… Marie descend le long de mon corps, elle m’embrasse le ventre puis arrive près de mon sexe. Elle embrasse le bas ventre, de chaque coté de mon sexe qui lui caresse les joues tour à tour… mon désir est extrême, mon sexe me fait mal, mais je ne veux rien brusquer… Marie lève les yeux vers moi, elle sourit, puis lèche ma hampe de chair de bas en haut, dessous, sur les côtés ... Puis elle pose ses lèvres sur mon gland, elle l’embrasse, le titille avec la langue … elle me regarde encore dans les yeux puis fait ses lèvres rondes, les poses sur le gland et avance la tête … mmmmm mon sexe envahit sa bouche, sa langue tourne autour du gland, puis avec frénésie, elle me pompe, me suce, aspire mon gland et mon sexe… elle met sa main entre ses jambes se frotte le clito… Je relève sa tête mon sexe sort de sa bouche.

-      Tu n’aimes pas Steve ?

-      Mais bien sûr que si, mais je veux te lécher en même temps !

Nous nous mettons tête bêche, Marie reprend sa fellation, pendant que j’écarte les lèvres de son minou, en passant mes mains sous ses cuisses … après avoir léché puis tété chaque lèvres alternativement, j’enfonce ma langue au maximum dans son fruit de la passion… puis je remonte vers le clito… je l’enserre entre mes lèvres assez fortement puis je le branle comme si c’était un petit phallus !

Marie gémit de plus en plus, elle me suce… ses gestes deviennent désordonnés, je mets deux doigts dans sa fontaine d’amour, je lime quelques instants… Marie jouit en criant son bonheur, j’avale la cyprine qui coule abondement… Marie me dit :

-      Mais tu n’as pas joui ?

-      Je suis pas loin !

Marie reprend mon sexe en bouche, me tête, me pompe le gland, passe sa lague sur le frein (point très sensible) je me contracte, mon sexe durcit encore plus et se contracte plusieurs fois, je remplis la bouche de mon liquide séminal… Marie me regarde droit dans les yeux et avale, puis se lèche les lèvres.

 

Après quelques caresses nous sombrons dans les bras de Morphée !

 

Le lendemain, on se prépare, puis petit-déjeuner. Ce matin, la météo est moyenne, elle doit s’améliorer en fin de matinée. Nous partirons en début d’après-midi.

Maman va au travail après nous avoir embrassé et dit aurevoir. Puis peu avant midi nous chargeons la voiture de papa, et en effet la météo est meilleure, le soleil est là et quelques nuages  passent dans le ciel.

Nous prenons un repas sur le pouce, il est temps de partir. Nous nous équipons, papa démarre la voiture, nous démarrons la moto, nous passons en premier… La trajet se passe bien, c’est en semaine, pas trop de circulation.

Nous arrivons a la maison. Nous garons la moto devant le bâtiment, papa gare la voiture sur la parking. Il nous aide a tout monter dans l’appartement. Nous lui proposons un rafraichissement, qu’il accepte :

-      Je me désaltère puis je rentre, j’ai a faire, et ensuite préparer le repas, ça soulagera maman.

-      Nous allons garer la voiture et faire des courses au supermarché, car il n’y a plus grand-chose, vu notre absence.

Nous accompagnons papa a la voiture, le saluons alors qu’il s’éloigne. Nous allons garer la moto dans notre box. Nous restons quelques instants pour ranger la moto, Ma       rie me dit :

-      Tu te rappelles comment s’est passé le départ ?

Elle éclate de rire :

-       Ben c’est sur !

J’ai à peine fini ma phrase que la porte a bascule d’entrée des box s’ouvre, une voiture entre, elle s’arrête a notre hauteur, la vitre descend, la conductrice dit :

-      Bonjour, vous vous souvenez de moi ? Au moment où vous alliez partir en vacances je sortais et je vous ai dit " Ahhh votre journée commence bien, bonne balade !". Si ca vous tente, je vous invite à l’apéritif ce soir.

On se regarde Marie et moi, puis on accepte, après tout les vacances ne sont pas totalement finies.

Nous allons faire les courses au supermarché, nous rentrons, nous rangeons tout. Je dis a Marie :

-      Il est cinq heures, nous irons vers sept heures, sept heures et quart, on a le temps de se reposer un peu, de se doucher et de s’habiller.

 

La montre indique sept heures dix, nous sommes prêts, nous sortons et allons au dernier étage, nous sonnons a la porte. Celle-ci s’ouvre, la conductrice nous accueille, tout sourire et nous fait entrer. Nous cherchons du regard, elle le remarque et dit :

-      Je vis seule, ça ne vous gêne pas ?

-      Bien sur que non madame !

-      Ne m’appelez pas madame, mon prénom est Aline, prenez place.

Aline s’absente un moment, elle revient vêtue d’une robe transparente qui ne cache pas grand-chose de son anatomie, elle nous dit :

-      Nous allons bavarder un moment pour mieux se connaitre puis je servirai l’apéritif, ça vous convient ?

Nous acquiesçons !

 

Aline nous apprend qu’elle est divorcée depuis quelques années, elle n’a rencontré que peu d’hommes et ils ne lui convenait pas. Elle a 35 ans, elle travaille pour une société d’assurance, elle est cadre.

-      Peut-être que note situation va vous choquer, dis-je !

-      Vous étés frère et sœur, non, réplique Aline !

-      Euhh oui, comment y avez-vous pensé .

-      Eh bien vous vous ressemblez beaucoup, j’en ai déduit, sans être sure, que vous étiez frère et sœur !

-      Cela ne vous choque pas ?

-      Non pas du tout ajoute Aline.

Nous continuons a parler un peu de nous, notre famille. Aline se lève et dit :

-      Bon je vais servir l’apéritif !

Elle s’éloigne vers la cuisine, et nous pouvons apprécier son corps de rêve. Je dis à Marie qu’Aline s’est habillée ainsi dans un but précis !

Aline revient, tout sourire ! Elle se penche pour poser verres et plateau, son décolleté s’écarte et laisse voir entièrement sa poitrine qui est magnifique, ni trop petite ni trop grosse. Elle amène les amuse-gueule.

Une fois tout sur la table elle nous sert selon nos souhaits, puis s’assoit en face de nous, jambes légèrement écartées.

-      Allez, ne soyez pas timides, venez vous assoir de chaque coté de moi, le canapé est assez grand !

Ce que nous faisons. Nous trinquons et tout en discutant, Aline presse sa jambe contre celle de Marie, qui n’ose bouger. Aline d’un geste désinvolte, pose une main sur ma cuisse et dit :

-      Le jour de votre départ après vous avoir demandé si vous aviez besoin d’aide, dans les phares j’ai entrevu ce que vous faisiez, j’ai adoré, cela m’a excitée.. et le soir je fantasmais sur vous deux, je ne vous choque pas au moins ? Quel âge avez-vous ?

-      Euhh non pas dut tout ! Nous avons vingt ans, cela vous pose-t-il problème ?

-      Non pas du tout, je crois que nous pouvons nous tutoyer si cela ne vous gêne pas !

-      Oui pas de problème si vous… euuhh tu veux, dit Marie.

Aline presse sa jambe plus fort contre celle de Marie et remonte sa main vers ma braguette, puis redescend vers mon genou et ainsi de suite. Je commence a avoir une érection, Aline baisse les yeux et le voit. Elle pose l’autre main sur la cuisse de Marie, qui n’a mis qu’une jupe et un chemisier sans sous-vêtements.

Marie et moi caressons les cuisses d’Aline tout en remontant sa robe, elle de son coté fait de même a Marie et me frotte le sexe par-dessus mon jean. Nous passons nos mains du genou jusqu’à l’aine, Aline fait de même a Marie. Je dégrafe ma braguette et ma ceinture, mon sexe, bien bandé sort… Aline le caresse; puis l’entoure et commence à me branler… l’autre main elle arrive contre l’aine de Marie qui fait de même… elles écarte les cuisses…Marie passe le tranchant de sa main le longs des lèvres humide d’Aline, qui passe un doigt le long de la fente de Marie et la pénètre sans forcer, car son minou est trempé de cyprine… je passe une main dans le décolleté d’Aline et lui malaxe les seins, je pince légèrement ses tétons qui ont durci et les roule entre mes doigts.

-      Si nous nous mettions à l’aise, ce serait plus facile, moins d’obstacles a franchir. Dit Aline.

 

Nous retirons nos vêtements, puis nous faisons une pause pour boire et manger.

Diffuse en direct !
Regarder son live