Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 980 fois
  • 96 J'aime
  • 3 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Au-delà de la rencontre musicale

Chapitre 1

Excitation mutuelle au bureau

Hétéro

Résumé : Dans l’histoire Rencontre Musicale, j’ai rencontré une jeune femme très demandeuse de sexe après un concert. Cette rencontre fut si chaude que nous sommes allés faire l’amour dans les toilettes de la salle. Nous sommes ensuite rentrés continuer notre aventure chez elle jusqu’à épuisement. Le lendemain matin, insatiables, nous recommençons. Finalement, nous nous quittons sur la promesse d’un dîner.



Je passe rapidement chez moi pour me changer et récupérer mon ordinateur et file au bureau. Heureusement, il semblerait que Sandra et moi apprécions l’Est parisien.

Dans le métro, je ne peux m’empêcher d’afficher un sourire satisfait. Décidément, j’ai bien fait d’aller à ce concert en semaine. Je consulte mes messages. Mes amis musiciens me demandent malicieusement si la fin de soirée s’est bien passée. Je leur réponds qu’elle fut au-delà de mes espérances.


La matinée se déroule sans que je la vois passer entre workshops et calls et j’enchaîne avec un déjeuner entre collègues. De retour au bureau, je m’apprête à travailler sur un projet en autonomie quand je reçois un message de Sandra.


[SMS]

< Tu manques déjà à mon corps.

Accompagné d’une photo de sa main posée sur le haut de sa cuisse.



Je sens ma température interne faire un bond vers le haut.


[SMS]

> Qu’est-ce qui te manque le plus ? Mes doigts, ma langue ou mon sexe ?

< Tout ça et aussi ta peau et ton odeur. Le tout accompagné de la même main, mais cette fois-ci plongée dans son jean ouvert.



Je fais moi aussi une photo de ma main plongée dans mon pantalon noué autour de mon sexe et lui envoie.


[SMS]

> Mon émotion est palpable.

< Fais-moi voir comme elle est palpable.

> laisse-moi 2 minutes je suis en open space.

< Dépêche-toi.



Je file aux toilettes. Décidément, notre rencontre tourne autour de ce lieu. Je rentre dans une cabine et baisse mes pantalons et boxer. Je prends ma bite en main et de l’autre prend une dickpic.


[SMS]

> Est-ce suffisamment palpable pour toi ?

< Humm oui c’est dommage que ce ne soit pas moi qui la palpe.



Le message de Sandra est accompagné d’une photo de chemisier ouvert sur sa poitrine et sa main plongée dans son soutien-gorge.


[SMS]

> Je vois qu’il y a aussi plein de choses dont l’excitation est palpable chez toi.

< Tu n’imagines pas.



La réponse est accompagnée d’une photo de deux de ses doigts écartant le haut de son sexe pour faire jaillir son clitoris. Sandra m’envoie un nouveau message :


[SMS]

< J’ai envie que tu me racontes comment tu me ferais l’amour là maintenant si nous étions ensemble et si nous étions ailleurs.

> Par écrit ou par oral ?

< Par écrit. Les écrits m’excitent terriblement.

> Moi aussi les histoires m’excitent.

< Raconte-moi notre histoire alors.



Je me mets alors à imaginer une situation à toute vitesse, mais comme je ne connais Sandra que depuis la veille, j’ignore encore beaucoup de ses ressorts érotiques. Aussi je lui demande :


[SMS]

> Donne-moi trois informations : un lieu, une personne, un jeu.



Quelques instants s’écoulent avant que je ne reçoive :


[SMS]

< Une boutique, les vendeurs, le voyeurisme.

> Humm madame a envie de gourmandise.

< Madame a faim.



Je réfléchis quelques instants puis me lance.


[SMS]

> Nous sommes en vacances dans une quelconque station balnéaire. Nous sommes arrivés depuis quelques jours et nos multiples séances de sexe et de soleil nous ont mis en pleine forme. Tu resplendis dans tes robes légères d’été et irradies l’atmosphère. Les gens que nous croisons le sentent immédiatement. Les hommes te désirent, les femmes alternativement te jalousent, t’envient et te désirent. Je suis fier et n’aime rien que moins que montrer ta beauté solaire.

< Chouette on est déjà nous, me répond-elle.

> Nous marchons dans la ville sans but particulier en sortant de la plage en fin d’après-midi. Au détour d’une ruelle, tu avises une boutique qui vend divers objets et vêtements vintages.


— Entrons ! me dis-tu.



Nous entrons dans la boutique, saluons les 3 vendeurs et flânons entre les rayons chargés d’objets hétéroclites.


— J’ai envie d’essayer des fringues. Tu viens avec moi ? me demandes-tu.

— Pars devant, je vais regarder si je trouve pas quelques objets intéressants.


Tu rejoins une deuxième salle de la boutique réservée aux vêtements. Elle est isolée de la première par un rideau épais. L’un des vendeurs s’approche de moi afin de me proposer son aide. Nous entamons une discussion autour du mobilier vintage. Je n’ai pas vu que les 2 autres vendeurs ont rejoint l’autre salle à ta suite.

Pendant ce temps-là, tu fouines et farfouilles dans les bacs de vêtements à la recherche de la perle rare. Tu repères une robe bleue longue et ouverte sur le devant et l’un des vendeurs s’approche de toi en t’en proposant une autre orange plus courte avec un dos nu.


— Je pense que cette robe vous irait à ravir, madame, dit le vendeur.

— Très jolie en effet. Où puis-je les essayer ?

— Il y a des cabines au fond de la pièce. Je vous y accompagne.

— Merci bien.


Et vous partez vers les cabines, suivis de près par le deuxième vendeur.


[SMS]

< Continue, ton histoire me fait mouiller. Je suis trempée.



Tu accompagnes ton commentaire d’un gros plan sur ton sexe et d’un portrait de toi avec les doigts fichés dans ta bouche.


Je continue mon histoire :


[SMS]

> Avant de rentrer dans ta cabine d’essayage, tu te retournes vers les deux vendeurs pour les détailler. Tu as devant toi deux jeunes hommes, la peau tannée par le soleil et leurs muscles saillants sous leur tee-shirt. Tu sens que l’un et l’autre te désirent. Cela provoque une montée d’excitation et une vague de chaleur née dans ton ventre. Jusqu’à maintenant, tu n’avais jamais eu cette sensation depuis que nous sommes ensemble. Mais le soleil, les vacances, la mer, nos séances torrides de sexe ont mis tes sens en alerte permanente. Tu les regardes dans les yeux, tu passes ta langue sur tes lèvres et tu entres dans la cabine. Tu enlèves ta robe et tu passes la bleue. Tu te regardes dans le miroir en laissant la robe ouverte sur ta culotte et tes seins libres. Tu ne peux t’empêcher de passer tes mains sur tes seins puis ton ventre ensuite tu descends entre tes yeux. Tu pousses un léger gémissement.



— Ca va madame ? demande l’un des vendeurs.

— Oui très bien, réponds-tu en boutonnant la robe bleue.

— Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez ?


Le vendeur ouvre le rideau de la cabine et t’admire.

— Cette robe vous va très bien madame, mais si je puis me permettre, vous l’avez boutonnée trop haut.


Tu déboutonnes trois boutons ouvrant largement la robe sur ta poitrine libre.

— C’est mieux ainsi ?



Déglutissant, le vendeur répond :

— Oui c’est parfait. Néanmoins je pense que l’autre vous irait encore mieux.



De mon côté, je suis toujours occupé par le 3e vendeur, nous devisons autour des différentes tables, mais je sens bien qu’il cherche à me retenir.

[SMS]

< Oh oui elle m’excite ton histoire. Regarde ce qu’elle me fait faire.



Tu accompagnes ce message d’une photo en contre-plongée de toi en train de te branler.

[SMS]

> Tu regardes alternativement les vendeurs et la robe orange.



— Oui je crois que je vais la passer.



Et tu commences à déboutonner complètement la robe bleue. Puis tu la retires. Te voilà face aux vendeurs qui n’imaginaient pas avoir cette chance, juste vêtue de ta culotte. On y devine une petite tâche d’humidité. Puis tu te tournes pour passer la robe orange. Une fois celle-ci passée, tu t’ajustes dans le miroir. L’un des vendeurs s’approche en disant :

— Si je puis me permettre de vous aider. La robe est un peu particulière. Peut-être faudra-t-il la reprendre au niveau des hanches.



Et il pose sa main sur tes hanches et pince le tissu pour réduire la robe.

[SMS]

< Oooh chéri je sens que la température monte fort dans cette cabine. Chez moi aussi ça monte fort. Regarde.



Une photo de 3 doigts plongés dans ta chatte accompagne le message.

[SMS]

> Le vendeur vient coller son bas-ventre contre ton postérieur.



— Cette robe vous va à ravir. Vous êtes très désirable dans ce vêtement.

— Ah oui merci beaucoup. Mais comment en être sûre ?

— Mon collègue peut vous montrer si vous le souhaitez.

— Oui je ne voudrais pas faire d’erreur.



Puis en te tournant légèrement avec le vendeur collé à tes fesses, tu avances ta main vers le second vendeur. Celui-ci s’approche. Tu baisses son short et son sous-vêtement pour faire apparaître une bite de bonne facture déjà en érection. Tu te penches et engloutis le membre. Tu commences alors une lente fellation pour prendre possession de cette bite inconnue.

[SMS]

< Putain si tu continues à me chauffer comme ça je ne pourrai pas lire la fin avant de jouir. Je suis obligé de t’écrire pour faire descendre la pression.



Je continue mon récit

[SMS]

> Tout à son bonheur, le vendeur prend ta tête entre ses mains afin de te faire comprendre le rythme qui lui convient.


— Oh oui madame vous sucez trop bien



Pendant ce temps-là, le premier vendeur a relevé ta robe sur ton dos et il a baissé ta culotte. Consentante, tu l’aides à la retirer complètement en levant une jambe puis l’autre. Il remonte légèrement puis il plonge le visage entre tes fesses pour lécher ton abricot et ton petit trou. Tes gémissements étouffés par le sexe que tu as en bouche lui confirment la validité de son idée. Il ouvre ta chatte avec sa langue puis utilise deux de ses doigts pour caresser ton clitoris.


Tes gémissements se font plus fort et emplissent maintenant la cabine.


[SMS]

< Et toi tu fais quoi ?

> De mon côté, je ne me suis pas débarrassé de mon vendeur, mais je me dirige lentement vers la salle des vêtements.



Les caresses et les léchouilles du vendeur te font parvenir à un orgasme rapide et intense. Tes jambes se dérobent et tu es soutenue par les deux vendeurs. Cherchant à respirer, ta bouche lâche la bite du second vendeur. Dépité, celui-ci se prend en main et commence une masturbation devant ton visage. Comprenant où il veut en venir, tu sors ta langue. Au bout de quelques aller-retour, il éjacule sa semence sur ta langue, mais peu précis, il arrose également ton menton et ton nez.


De son côté, voyant que tu as repris pied, le premier vendeur baisse à son tour son short et sort un sexe large et en pleine érection. Tout à son excitation ou alors volontairement il pénètre ton anus heureusement abondamment humidifié par le traitement de sa langue.


Cette intromission non explicitement consentie t’arrache un cri de douleur et tu tournes la tête vers lui.



— On demande avant de faire cela, jeune homme. Tu as de la chance que je sois très excitée. Viens maintenant.

— Le vendeur baisse les yeux puis entame des va-et-vient dans ton fondement.

[SMS]

< Tu as raison il faut demander avant de m’enculer, mais je suis ouverte à tout quand je suis excitée.



Une nouvelle photo de sa chatte branlée par ta main accompagne le commentaire.

[SMS]

> Tu t’appuies sur le deuxième vendeur pour ne pas perdre l’équilibre sous les coups de boutoirs de ton enculeur. Le premier vendeur en profite pour placer sa main sur ta chatte et commence à te masturber.



Pour ma part, j’ai atteint la deuxième salle et je commence à percevoir les bruits de votre fornication.


Tes amants comprennent qu’ils doivent se synchroniser pour te faire à nouveau atteindre le septième ciel. Ils accélèrent donc de concert leur pénétration et caresses.


Ouvrant les yeux, tu me vois au fond de la salle. J’admire le tableau devant moi. Tu me souris puis retournes à ton plaisir.


Ton orgasme transperce finalement ton ventre et tu jouis dans un concert de gémissements rauques.


Ton enculeur sort son sexe et se masturbe jusqu’à éjaculation sur ton dos, souillant la robe de sa semence.


[SMS]

< J’ai joui, tu m’as fait jouir avec ton histoire. J’ai joui avec des flashs de la scène devant les yeux.

> Tu reprends ton souffle, te relèves. Puis dignement, tu enlèves la robe, essuies ton visage avec, puis tu la tends au second vendeur et lui dis :



— Je les prends, mais je crois que cette-ci à une tâche.



Le tout sous mes applaudissements.



— Les robes vous sont offertes, madame, annonce le vendeur.

— C’est bien le minimum, rétorques-tu dans un sourire.



Tu enfiles ta robe d’été puis tu me rejoins pour m’embrasser.


— On rentre chéri, j’ai faim et j’ai envie de toi.

— Dans quel ordre ?

— Manger puis baiser.


Et nous sortons de la boutique avec un sac contenant tes nouvelles robes.


[SMS]

< J’ai adoré. Tu m’en feras d’autres des histoires ?

> Avec plaisir ma belle.

< Chouette !

> Tu en as d’autres des fantasmes comme celui-là ?

< Plein, mais je ne t’ai donné que le cadre, c’est toi qui as fait le fantasme.

> Oui c’est vrai je crois que nous devrions en partager d’autres.

< Chic et en réaliser aussi !

> Humm je vais avoir du mal à attendre ce soir ma belle.

< Oh tu n’as pas joui. Garde-toi pour cette nuit. Je vais bien m’occuper de toi, tu verras mon Jean. Tu sais finalement où on mange ce soir ?

> Rendez-vous à Bastille à 20h30

< J’y serai. Trop hâte.

> Moi aussi.



J’ai mal à mon sexe d’avoir raconté cette histoire, mais je me suis mis très en retard dans mon job donc je retourne à mon bureau.


J’attends avec impatience cette soirée qui promet d’être particulièrement chaude.



A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live