Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 728 fois
  • 49 J'aime
  • 1 Commentaire

Au-delà de la rencontre musicale

Chapitre 3

Avec Sandra en club

Avec plusieurs femmes

Un ami DJ organise justement sa soirée mensuelle cette nuit dans un club. Je lui passe un message pour qu’il me liste.

Je commande une voiture puis j’enlace Sandra :


— J’ai hâte de te voir enflammer le dancefloor.

— Sur de la musique, je suis déchaînée et incontrôlable. Tu arriveras à gérer ?

— Moi je sais avec qui j’ai envie de rentrer après la soirée. J’espère que toi aussi.

— Moi aussi je ne veux rentrer qu’avec toi.


Et nous scellons notre pacte par un baiser.

La voiture arrive et nous montons. Durant le trajet, ma main retrouve naturellement le chemin des cuisses et du sexe de Sandra. J’imagine que le chauffeur a remarqué notre manège, mais nous n’en avons cure. Sandra avance ses fesses au-devant de mes doigts en mordant sa lèvre inférieure.

Je la masturbe doucement afin de la faire remonter en température. Elle chuchote :


— Tes doigts sont démoniaques.


Je la regarde avec un air de défi puis j’accentue la pression de la paume de ma main sur son clitoris. Sandra réprime un nouveau gémissement. La voiture arrive devant le club avant que Sandra n’atteigne le plaisir :


— Oh non pas tout de suite !

— C’est le jeu ma belle.


Nous sortons de la voiture chacun de notre côté. Je la rejoins et Sandra s’accroche, chancelante à mon bras :


— J’ai la chatte en feu à cause de toi.


Je la regarde dans les yeux puis je l’embrasse intensément. Nos lèvres se décollent puis nous nous dirigeons vers la file d’attente que nous dépassons.

J’arrive au bout de la file, au niveau du physio. Depuis la rue, nous percevons les vibrations des basses d’une musique électro entraînante.


— Bonsoir. Jean et Sandra. Nous sommes sur la liste de Nass (mon ami qui organise la soirée).


Le physio regarde sur sa liste puis me regarde et dit :


— C’est bon, vous pouvez entrer. Présentez vos sacs et vos poches à mon collègue et entrez.


Le videur jette un œil dans le sac de Sandra puis me palpe. Nous entrons dans le club.

Sandra me dit :


— Alors comme ça on est VIP ?

— Oui un ami organise cette soirée, mais ça ne sera pas comme ça dans tous les clubs.

— Dommage, c’est grisant.



Sandra laisse sa veste au vestiaire puis nous atteignons la salle. Les décibels d’une musique techno nous frappent de plein fouet.

Immédiatement, Sandra part sur la piste en se trémoussant. Elle se retourne, me fait le geste de m’approcher. Alors que je suis à deux mètres d’elle, elle se retourne vers le DJ booth puis se met à onduler lascivement au rythme de la musique.


Quasiment de suite, quelques hommes et femmes se mettent à lui danser autour. L’avantage des soirées LGBT-friendly, c’est que tu ne sais pas par avance quel genre tu vas rencontrer. Je la regarde organiser le ballet autour, repoussant les plus téméraires, mais laissant des mains et des bras frôler son corps.


De mon côté, je me mets également à sentir le rythme m’envahir et à commencer à bouger sur la musique. J’ai également droit à des eye contacts et des frôlements pour le moins agréables. Le public est respectueux ici et personne n’impose sa présence trop violemment. C’est appréciable.


Cette situation a néanmoins pour conséquence de placer entre Sandra et moi un rempart.


Sandra, elle profite à fond de la situation. Les personnes autour d’elle, voyant son manque de réaction négative, se font un peu plus pressantes.


Elle me jette un regard et me sourit. Puis elle tourne sa tête vers un garçon dansant à côté d’elle et je devine qu’elle lui sourit. Il est jeune, je dirais une vingtaine. Plutôt bien bâti.

Il comprend l’invitation et commence à parler avec elle tout en dansant.

Au bout de quelques instants, ils dansent face à face. Je vois la main du garçon passer dans le dos de Sandra. Il l’attire à lui et je les vois qui dansent collés-serrés. Puis le garçon passe derrière pour danser contre son dos.

Sandra penche sa tête en arrière sur son épaule et plante ses yeux dans les miens. Je lui souris et la vois fermer les yeux pour savourer le moment et aussi sans doute la main du jeune homme sur son ventre.

Ma danseuse de son côté s’est sensiblement rapprochée de moi et je sens le frottement de son bras contre le mien au rythme de ses mouvements.

Je la regarde et lui souris. Elle me dit :


— Je t’ai vu arriver avec ta copine et j’ai vu que ça a l’air assez open. Je t’avoue que si elle ne conclut pas avec son partenaire, j’irai tenter ma chance auprès de vous deux. Vous êtes beaux tous les deux et j’ai envie d’un moment avec elle. Tu pourras regarder ou participer si tu m’excites suffisamment.


Ça au moins c’est direct.


— Et que faut-il que je fasse pour t’exciter suffisamment ?

— Commence par me faire sentir si tu seras capable d’assumer un plan à trois.

— Qui ai-je l’honneur de devoir faire monter en température ?

— Julie. Lesbienne, mais pas que.

— Jean. Hétéro non dogmatique.


Je passe également derrière Julie puis je pose mes mains sur ses hanches. Julie tourne la tête vers moi et dit :


— J’espère que tu seras plus imaginatif que le camarade de ta copine.


Je lui glisse à l’oreille :


— J’ai rencontré Sandra il y a 24h. Je n’aurai pas l’audace de nous qualifier de couple.


Julie me demande :


— Vous avez baisé au moins ?

— Oui de manière très intense. Je pense que tu aimerais sa sensualité.

— Ah oui elle est comment sa sensualité ?

— Chaude, volontaire, entreprenante, assumée.

— Tout ce que j’aime.


Julie prend mes mains puis vient les poser sur le devant de ses cuisses. Cela a pour effet de me coller dans son dos et de nous joindre dans un même rythme et de synchroniser nos mouvements.

Je commence à la caresser puis dirige mes mains vers son sexe. Julie s’abandonne à la caresse. Je remonte une main vers son ventre et plaque l’autre sur son pubis. Ma main remonte encore sous son top et vient attraper un sein libre de soutien.

J’en profite également pour ficher mon érection entre ses fesses, ce qui a pour effet de la faire onduler encore plus.


— Hum je vois que ta sensualité est très entreprenante également.

— Nous nous sommes trouvés sur ce point avec Sandra.


Je continue à caresser Julie et j’en profite pour vérifier où en est Sandra. Son danseur s’est fait encore plus pressant et je le vois qui lui murmure des mots à l’oreille. Compte tenu de la puissance de la musique, je ne peux pas en distinguer le contenu, mais j’aperçois Sandra qui relève la tête et acquiesce. Ils se détachent et partent en direction des toilettes.

Sandra m’adresse un regard et d’un signe de tête me fait signe de suivre.


J’accentue mes caresses à Julie puis lui dis :


— Tu es partante pour un concours d’orgasme avec Sandra aux toilettes ?


Julie relève la tête, avise le départ de Sandra et du jeune homme. Ensuite elle me regarde et dit :


— Oh oui et j’entends même gagner !


Elle me prend la main et m’entraîne à la suite de Sandra.

Arrivés sur zone, nous apercevons Sandra et son partenaire entrer dans une cabine. Nous choisissons la cabine mitoyenne. Sandra s’assure que nous avons compris ses intentions. Nous entendons la voix du garçon s’adressant à Sandra :


— Tu veux bien me sucer ma belle ?


Sandra lui répond :


— Hum pas tout de suite. D’abord je veux que tu me caresses jusqu’à ce que je te dise d’arrêter.


Le garçon demande, inquiet :


— Mais tu me suceras après ?


Julie pouffe de rire en m’embrassant et dit :


— C’est le problème avec les jeunes. Aucune classe et trop pressé.


Je lui réponds en entamant le déboutonnage de son jean :


— C’est clair qu’il risque la sortie de cabine à ce compte-là. Je lui réponds en entamant le déboutonnage du jean de Julie.


Celle-ci m’aide en baissant sa culotte et en levant une jambe.

De l’autre côté de la paroi, nous entendons la voix de Sandra :


— Voilà caresse-moi doucement et excite-moi !


Visiblement, ce jeune homme manque d’expérience ou d’empathie ou des deux.


Dans notre cabine, Julie s’est assise sur la cuvette et a relevé ses jambes. Elle écarte ses lèvres en guise d’invitation. Je commence par prendre sa bouche puis je dépose des baisers dans son cou. L’une de mes mains se pose sur son sexe. Ses mains me laissent le champ libre et viennent se poser sur mon sexe bandé dans mon pantalon. Je glisse deux doigts dans Julie en continuant d’embrasser son cou et son visage. Visiblement, mon action satisfait Julie car elle commence à gémir doucement :


— Hum oui caresse-moi Jean.


Perfidement, elle dit cela assez fort sans doute pour être entendue de Sandra.

Je commence à pistonner le vagin de Julie avec mes doigts tout en faisant glisser la paume de ma main sur l’endroit de son bouton d’amour.

Dans la cabine d’à côté, le travail semble quelque peu laborieux. Nous entendons la voix de Sandra qui dit :


— Voilà passe ta main sur mon sexe et mets-moi tes doigts.

— Comme ça c’est mieux ?

— Oui ça s’améliore, je sens que je monte.


Pendant que je la caresse, Julie sort mon sexe de mon pantalon et commence à me masturber. Je sens Julie qui monte sûrement vers le plaisir.


— Hum oui c’est bon continue. Branle-moi fort.


Elle accélère sa masturbation au rythme de mes doigts. Je commence également à être très excité et j’approche moi aussi de la jouissance.

Les gémissements de Julie se font de plus en plus fort. Peut-être volontairement dans l’objectif de signifier la qualité de mes actions à Sandra.

De son côté, Sandra parvient elle aussi doucement au plaisir. Comme une réponse à Julie, ses gémissements se font de plus en plus audibles.


— Oui oui c’est bon continue caresse-moi caresse mon bouton aussi. Non plus haut. Juste au-dessus.


J’en profite pour amener Julie au bord du climax. Cependant mon plaisir se fait également très pressant. Aussi afin de la laisser aller seule à l’orgasme, je descends ma bouche rapidement vers son sexe. Cela oblige Julie à lâcher mon sexe. Julie désapprouve :


— Oh non salaud ! Tu as intérêt à avoir la meilleure langue du monde pour me stopper ainsi !


J’entame un cunnilingus vorace du sexe de Julie tout en conservant mes doigts fichés dans son sexe. Julie commente :


— Ah ah oui c’est bon je remonte lèche-moi bien !


Du côté de Sandra, le plaisir semble également au rendez-vous. J’entends Julie encourager son partenaire :


— Oui oui continue je vais venir !


Un puissant orgasme emporte Julie. Son bassin commence à faire des mouvements désordonnés. Julie gémit :


— Aaah oui je viens.


Je la laisse redescendre et écoute ce qui se passe de l’autre côté de la cloison. Il semble que Sandra soit également proche de l’orgasme.


— Hum oui oui continue !

— C’est bon de te caresser, mais tu me suceras après ?


Sandra s’exclame :


— Mais quel con ! Tu m’as coupé mon mood avec ta pipe à deux balles.


Nous entendons le jeune homme balbutier :


— Mais qu’est-ce que tu fais ?

— J’abandonne ! Tu es trop égoïste ! lui répond Sandra.


Aux sons qui me parviennent, j’entends que Sandra se rhabille et sort de sa cabine. Puis elle toque à notre cabine et dit :


— Ouvre-moi Jean. J’ai besoin d’un vrai mec !


J’ouvre notre cabine et Sandra tombe sur moi et Julie toujours jambes écartées et sexe béant assise sur la cuvette qui lui sourit.


— Viens ma belle, j’ai envie de m’occuper de toi depuis que je vous ai vus rentrer dans le club.


Sandra répond à mon intention :


— Tu as fait une meilleure pêche que moi Jean.


Sandra referme et verrouille la porte derrière elle. Puis elle s’approche de Julie en me poussant vers le côté. Elle n’oublie néanmoins pas de déposer un baiser sur mes lèvres. Sandra me demande :


— Tu permets chéri, j’ai un orgasme en retard sur cette demoiselle et je n’aime pas ça.

— Je t’en prie, la place est encore chaude.


Julie ajoute :


— Et humide.


Encore débraillée, Sandra s’approche de Julie puis elle relève sa jupe en enjambant Julie.


— Lèche-moi ma belle ! Lèche-moi vite !

— Avec plaisir Sandra !


Je vois la tête de Julie s’approcher du pubis de Sandra puis elle plonge 3 doigts dans son sexe. Julie entame un cunnilingus sur Sandra. Visiblement efficace vu les gémissements qui commencent à poindre.


— Hum hum oh ah oui putain c’est bon d’avoir quelqu’un de doué pour te donner du plaisir.


De mon côté, la scène est particulièrement excitante et mon érection revient en force.

Je prends mon sexe en main et entame une masturbation savoureuse.


— Vous êtes très excitantes les filles !


Déjà très excitée par sa séance avec son danseur, Sandra monte rapidement.

L’autre main de Julie rampe jusqu’à son pubis et elle entame également une masturbation synchronisée au rythme des mouvements de ses doigts dans la chatte de Sandra.

Toute en contrôle, Julie se laisse le temps de laisser monter son plaisir sans laisser celui de Sandra s’échapper. Sandra la supplie pourtant de la laisser jouir :


— Plus fort, plus vite, ah oui oui c’est bon continue !


J’entends également Julie gémir. Cependant ceux-ci sont étouffés par le fait que sa bouche soit collée au sexe de Sandra.

Tout d’un coup, Julie accélère le pistonnage de la chatte de Sandra et se met à lécher rapidement son clitoris. Les doigts de Julie se mettent également à caresser frénétiquement sa chatte.

Julie abandonne temporairement le clitoris de Sandra pour s’adresser à moi :


— J’espère que tu te branles Jean ? Parce que je veux que tu viennes sur nous, avec nous.

— Oh oui je me branle en vous regardant.


Sandra renchérit :


— Oui Jean, viens sur nous.


Julie replonge sa langue sur le clitoris de Sandra et tout en me branlant avec vigueur, je me place entre ses jambes devant le cul dénudé de Sandra.

Enfin nous comprenons que Sandra jouit :


— Ah ah ah oui enfin ça y est je viens c’est bon !


C’est pour Julie et moi le signal que nous pouvons nous laisser aller également.

Julie penche sa tête en arrière et pousse un gémissement rauque :


— Arrrgh oui c’est bon les amis ! Je jouis aussi !


Je leur annonce également l’arrivée de mon plaisir :


— Moi aussi les filles je jouis !


Et je lâche mon plaisir en direction des filles. Mon sperme s’écrase sur les fesses de Sandra ainsi que sur la main et le pubis de Julie. Satisfaite, Sandra rabat sa jupe puis vient embrasser Julie sur la bouche.


— Merci chérie tu as parfaitement récupéré l’échec de ce gamin.


Julie répond :


— Tout le plaisir était pour moi. On continue quand tu veux.

— Un autre jour peut-être, restons en contact, mais pour le reste de cette nuit, j’ai envie de continuer en duo avec Jean. Tu ne nous en veux pas ?

— Non bien que j’aurais aimé goûter la bite de ton mec.

— Je te fais signe quand elle sera partageable.

— Oui s’il te plaît.


J’interviens :


— Personne n’envisage de me demander mon avis ?


Sandra me répond.


— On sait que tu es d’accord petit cochon.


Julie ajoute :


— Et nous aussi.


Julie se rhabille également en gardant mon sperme sur son pubis et elle lèche sa main :


— Hum délicieux.


Sandra complète :


— Oui je sais ça aussi.


Julie nous embrasse l’un après l’autre puis sort de la cabine.

Sandra me prend profondément la bouche et passe ses bras autour de mon cou.


— Merci Jean c’était parfait tu as été parfait.

— Oui j’ai aimé aussi.

— Viens on rentre chez moi, je veux profiter de toi seule à présent.


Nous sortons de la cabine des toilettes puis du club. Nous commandons une voiture en direction de l’appartement de Sandra.

La nuit n’est pas terminée.


A suivre ...

Diffuse en direct !
Regarder son live