Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 924 fois
  • 58 J'aime
  • 3 Commentaires

Délicieuse Ève

Chapitre 2

Erotique

Page 1


Les " adieux " furent très très difficiles à vivre. Je pris Ève dans mes bras, les larmes aux yeux, pour un gros câlin fraternel. Je pris Max également dans mes bras et le cœur serré, je pris la route vers ma nouvelle vie. J’emporte avec moi le souvenir de cette inoubliable soirée. Ça fait un moment que je roule sur l’autoroute, la tête perdue dans mes pensées, lorsque mon téléphone bipe. Je vais m’arrêter à la prochaine aire, mais j’ai un gros doute sur la personne qui m’envoie un texto. Je me gare et me jette sur mon portable. Bingo, c’est Ève.


— Envoie un message lorsque tu seras arrivé Tom, s’il te plaît. Je serai rassurée. Je joins une photo pour que tu ne m’oublies pas. Gros bisous.


Je regarde la photo et les bras m’en tombent. Je vois ma belle qui pose juste avec l’ensemble que je lui ai offert. Comment veut-elle que j’oublie avec une telle image ? Ça me booste le moral.

Me voilà installé dans ma nouvelle vie, nouvel appartement, nouveau boulot, mais je me sens un peu seul, ne connaissant pas encore beaucoup de monde. Je n’ai pas encore eu de nouvelles de ma douce depuis trois semaines que je suis arrivé. Je n’ose pas envoyer de message, ni l’appeler.

Elle remet sans doute un peu d’ordre dans sa vie. Quoi de plus normal ?

6 mois ont passé, je n’arrive pas à oublier Ève. Je veux dire que je n’arrive pas à chasser mon désir pour elle.

Un beau jour, je reçois un texto d’Ève.


— Bonjour Tom, veux-tu m’appeler quand tu pourras s’il te plaît ? "


Je m’empresse de la joindre, craignant une mauvaise nouvelle.

Après une très longue conversation, elle m’apprend qu’elle est enceinte et qu’elle aimerait que l’on se voie. Elle voudrait passer un week-end dans ma région, qu’elle ne connaît pas, pour changer d’air et se reposer. Malheureusement, Max travaillant, et n’ayant pas le permis, elle voulait savoir si je pouvais la récupérer à la gare. J’avoue que la démarche me perturbe beaucoup.


J’appelle Max pour tâter l’atmosphère, il me dit que Ève est trop chiante et que si je pouvais la prendre quelques jours, ça lui fera du bien. On décide donc de faire moitié chemin chacun pour éviter à ma belle de prendre le train. Max descendra après sa semaine de boulot pour la récupérer.


Nous voilà à mi-chemin et je suis très heureux de les retrouver. Eve est sublime, la grossesse la rend plus belle encore. Nous dînons et nous racontons notre parcours depuis notre séparation.

C’est l’heure du départ, je laisse mes amis se dire au revoir, je m’installe dans la voiture. Ma belle ne tarde pas à me rejoindre, et nous voilà partis pour trois heures de route.


— Tu m’as beaucoup manqué Tom, tu sais. Je suis très heureuse de te voir.


J’ai beaucoup pensé à toi, ça fait du bien de te voir et de pouvoir passer du temps avec toi... Enfin avec vous... Ça te va à ravir la grossesse. "

Nous avons papoté un moment avant que ma douce ne s’endorme, bercée par le ronronnement du moteur.

C’est ainsi que j’ai su qu’elle a voulu venir, car Max ne la touche plus. Plus de rapports, bloqués par la proéminence du ventre. Il y a bien quelques caresses, quelques préliminaires, mais dès qu’il s’agit de pénétration, il bloque. Même lui glisser un doigt dans son antre, il n’y arrive pas. Le séjour risque d’être torride alors.


Ève est réveillée par une envie pressante. Je m’arrête à une aire, j’en profite pour boire un café. Je la contemple venir vers moi dans sa jolie robe ample. Sa poitrine est gonflée, n’attendant que des caresses ou des baisers. Je redescends sur terre et nous reprenons la route.


Arrivés enfin à bon port, Ève investit la salle de bain, tandis que je m’installe dans le salon pour me détendre un peu. Ma belle arrive en nuisette sexy et s’assoit à mes côtés.


— Alors Tom, comment me trouves-tu ?

— Toujours aussi belle ! Avec ce petit quelque chose en plus qu’ont les femmes enceintes.

— Merci c’est gentil !!Je suis pas trop grosse ?

— Absolument pas !


Eve se lève et tourne sur elle même pour me faire admirer sa plastique. Sa poitrine est plus grosse qu’avant, mais se tient fièrement droite, son ventre légèrement bombé lui souligne une cambrure qui lui fait ressortir son magnifique derrière. Quel fessier !


— Tu es vraiment sublime !


Elle sourit en s’approchant de moi. Mes mains caressent ses jambes, lentement de haut en bas.

Je pose mes lèvres sur son ventre à travers la nuisette. Je continue mes effleurements en montant de plus en plus haut. Je m’aperçois qu’elle n’a pas de culotte. Je m’enhardis en pelotant ses fesses, puis je fais remonter sa nuisette pour lui retirer. J’en profite au passage pour dire bonjour à ses superbes globes de chair. Ses tétons durcissent dans ma bouche, je l’assois lentement sur le canapé. Elle écarte doucement ses jambes et m’offre son sexe en visuel. Je me dirige vers lui, tout en la caressant. Je pose ma langue sur ses lèvres, Ève frémit. Je sens sa vulve s’entrouvrir un peu plus, son clito gonfler. J’adore la chaleur qui se dégage, ses effluves légers.


Je fais glisser ma langue à l’entrée de sa grotte, puis je remonte vers son clito. J’ai le sexe très tendu désormais. Ève ronronne sous mes caresses linguales, je la pénètre avec mon majeur, ce qui lui arrache un gémissement de plaisir. Ses mains viennent sur ma tête tandis que je lui lèche le clito. Mes doigts fouillent son intimité, ma langue caresse son clitoris. Elle se frotte littéralement sur ma langue, me tenant la tête. Elle jouit très fort et inonde mes doigts de sa sève.


Le séjour promet d’être très chaud...

Diffuse en direct !
Regarder son live