Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 626 fois
  • 94 J'aime
  • 3 Commentaires

Delphine

Chapitre 1

Inceste

Cette histoire s’est passé il y a bien longtemps dans ma jeunesse....



J’avais 18 ans je vivais seul avec mes parents. J’avais une cousine que nous appellerons Delphine qui habitait très loin de chez nous.

J’avais eu l’occasion de la voir de temps en temps alors qu’elle était petite. Les années passèrent. Un soir mes parents reçurent un appel de mon oncle qui leur expliquait que Delphine devait faire un stage d’équitation dans notre ville pendant ses vacances scolaires et leur demandait s’ils pouvaient l’accueillir pendant 3 semaines.

Bien entendu il n’y avait aucun problème pour eux.


Elle devait arriver en train et il me fut demandé d’aller la chercher. Je pris donc la voiture direction la gare.

Je n’eus pas trop de mal à la reconnaître même si j’avais en face de moi une vrai petite femme avec un joli petit visage et des seins visiblement bien formés. Rapidement je vis que ses fesses avaient l’air pas mal et j’en profitai pour me rincer l’oeil.

Sur le chemin nous avons parlé de tout et de rien mais elle me donna le sentiment de ne pas être très farouche.

Installation à la maison, dîner, puis chacun partit se coucher. elle commençait son stage le lendemain et devait se lever tôt.

Problème elle n’avait ni permis ni voiture et aucun bus ne desservait le club hippique. Les parents me chargèrent donc de m’occuper de l’emmener le matin et d’aller la chercher le soir. J’étais moi aussi en vacances et l’idée de devoir me lever de bonne heure tous les jours ne m’emballait pas trop.

J’acceptai malgré tout car de toutes façons je n’avais pas trop le choix et puis je me disais que a me ferai des heures de conduite en plus vu que j’avais décroché mon permis tout récemment.


Delphine avait sa chambre à côté de la mienne et je l’entendis se lever le lendemain matin. Je fis de même et l’accompagnai. Je dois dire que je ne suis spécialement du matin donc la conversation fut assez brève. Quand elle sortit de la voiture je pus mater à nouveau ses petites fesses bien moulées dans son pantalon.


Les soirées se passaient de façon fort sympathiques et nous passions pas mal de temps à discuter et nous apprenions à nous connaître. Bien souvent après le dîner les parents regardaient la télé. Nous préférions alors monter dans nos chambres pour parler.


Après quelques jours Delphine prenaient ses habitudes dans la maisons et nous habituions à sa présence dans la maison. Elle n’hésitait plus à ne balader en nuisette devant moi et même si c’était ma cousine elle m’excitait terriblement.


Le samedi suivant quand je suis allé la chercher au club hippique. Elle avait du mal à marcher. Je lui demandai ce qu’il se passait. Elle me répondit qu’elle était tombée et qu’elle avait pris une sacrée rouste. Elle était toute courbatue. Je lui proposai alors de prendre un bon bain chaud en rentrant que je lui préparerai le dîner vu que les parents étaient partis pour le week end et ne rentreraient que le dimanche soir.

Elle me dit "Alors comme ça je vais pouvoir tester tes talents de cuisinier !"

Je lui répondis du tac au tac que je n’avais pas que ça comme talents..."

Elle ne répondit rien mais sourit.


Elle descendit pour diner vêtue seulement d’un très long tee shirt qui couvrait à peine le haut de ses cuisses. Elle semblait quand même avoir mis une culotte en dessous. Elle était très belle et très désirable. Je ne savais pas si c’était pour m’allumer ou bien si elle l’avait fait naivement.

Je lui fit la remarque comme quoi je la trouvais très sexy comme ça. Pendant le dîner je la questionnais sur sa vie. Elle n’avait eu qu’un petit copain une fois et il se comportait de manière assez brusque avec elle alors elle l’avait quitté.


Puis on se mit devant la télé mais les programmes n’étaient pas terrible. Elle semblait fatiguée. Je lui demandais comment ça allait. Elle me répondit qu’elle avait mal partout qu’elle avait envie de s’étendre. Je saisis la balle au bond et lui proposai alors si elle voulais que je la masse. Elle paru d’abord très surprise. Elle me dit:

’tu sais masser ? "

"Ben oui, quand je te disais tout à l’heure que j’avais d’autres talents ! "

Ok me dit elle.

On alla alors dans sa chambre. Elle paraissait quand même embarrassée ne sachant pas trop comment faire.

Je la mis à l’aise en lui disant que si elle voulait bien il fallait qu’elle se mette en soutif + petite culotte et qu’elle enlève son tee shirt. Elle hésita.

Elle était vraiment mignonne. Son petit corps frêle allongé sur le dos. Je commençais par les bras et le haut du buste. Puis je lui massai les mollets. Elle se laissais faire et se détendais peu à peu. J’aimais le contact de mes mains sur sa peau toute douce. Sa petite culotte était bleu ciel. Sa toison pubienne semblait bien entretenue mais je ne voyais pas grand chose.

J’insistais sur les jambes et remontai de plus en plus sur le haut des cuisses.

Puis je lui demandai de se retourner. Elle se mit sur le ventre son cul était à ma merci j’étais super excité.Je cachais tant bien que mal mon début d’érection.

Je lui dis que son soutif allait me géner et commençait à le dégrafer. Elle eut un geste de refus mais se laissa faire. Je luis massais la nuque et le dos. Je la sentais partir totalement et se relaxer sous mes mains.

Plus j’insistais sur le bas du dos puis revins sur le dos des cuisses qu’elle gardait serrées.

Au bout de quelques minutes je m’aperçus qu’elle les écartait malgré elle et qu’elle ne fut pas ma (bonne) surprise quand j’entre aperçus que sa petite culotte devenait humide.

Tu aimes  ?

Oui me répondit elle. tu masses super bien c’est super agréable. Je me débrouillais pour remonter toujours plus haut frôlant de temps à autre son intimité.


Je n’en pouvais plus. Je n’avais qu’une envie lui enlever la culotte et la prendre en levrette, m’enfoncer en elle et lui faire l’amour.

N’y tenant plus je lui touchait le minou de plus en plus franchement. Elle se retourna brusquement et me dit:

Qu’est ce que tu... ?

Elle ne finit pas sa phrase voyant mon sexe dressé sous mon pantalon.

— ben dis donc ! Visiblement ça te fait de l’effet à toi aussi !

— pourquoi à toi aussi ? repris je. Mes massages te font de l’effet ?


Elle bredouilla quelque chose ne sachant pas trop quoi dire.

— ben si tu veux savoir oui ça me fait de l’effet car c’est la première fois qu’un garçon me touche comme ça et je trouve ça très agréable.


— Si tu veux ...Tu veux bien te laisser faire ?

-Pourquoi que vas tu me faire ?

J’avais envie de jouer un peu et de la tester.

— Es tu prête a te laisser faire ?

— Ok

Elle était allongée sur le dos

Cette fois-ci mes massages se transformaient en caresses. Je parcourais son ventre, puis l’intérieur de ses cuisses qu’elle écarta presque immédiatement me donnant le signal pour que je remonte plus haut. Elle ferma les yeux. Je contemplais ses seins ronds et fermes et passa mes doigts le long de sa fente intime par dessus sa culotte. j’appuyais en insistant sur la partie supérieur de sa vulve, sur son clitoris.


Elle me caressais les cuisses et je bandais comme un âne. Je voulus l’embrasser elle prit ma bouche et me roula une pelle du tonnerre.

J’insérai alors mon index dans son minou.

Elle me prit la main:

— vas y doucement je n’ai pas l’habitude et je suis vierge.

Elle mouillait tant qu’elle pouvait.L’intérieur de son sexe était tout lisse, tout chaud tout doux. Elle se caressait la poitrine et visiblement était vraiment excitée.

Elle finit par serrer ses cuisses en lâchant un petit cri. Elle venait de jouir. Elle voulait toucher ma queue. J’enlevai alors mon pantalon. Mon caleçon était lui aussi trempé et on était super excité autant l’un qu l’autre.

Je lui dis que j’avais vraiment envie d’elle. Elle ne répondit rien, elle caressait ma queue j’allais exploser.

Elle me dit qu’elle n’avait jamais vu un garçon jouir. Je lui rétorquai

— tu veux me voir jouir ?

-oui s’il te plait ?

Ni une ni deux j’enlevais mon caleçon. Je me mis à califourchon sur elle et me caressais devant elle. elle ne perdait pas une miette du spectacle que je lui offrais.

Elle me touchait les bourses. Je ne fut pas long à jouir. J’ai déversé une giclé de ma semence sur ses seins. Elle en pris sur ses doigt pour connaître la texture de ce nectar.


On est resté un moment comme ça blottit l’un à côté de l’autre. Je n’avais aucune envie de retourner dans ma chambre. Les parents étant absent nous avons donc passé le reste de la nuit ensemble.

Fin de la partie 1

Diffuse en direct !
Regarder son live