Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 67 152 fois
  • 454 J'aime
  • 13 Commentaires

Ma demi-soeur cache bien son jeu.

Chapitre 1

Au club échangiste

Avec plusieurs hommes

Ma demi-sœur cache bien son jeu.


Ma demi-sœur est la fille de la nouvelle épouse de mon père, ce dernier s’est remarié il y a de ça quelques années après le décès de ma mère. J’ai donc hérité d‘une belle-mère, d’un demi-frère de 34 ans que j’ai dû croiser 2 fois en 8 ans, et d’une demi-sœur donc de 36 ans, soit un an de moins que moi, que je dois voir 2 ou 3 fois par an à peu près pour les repas de famille. Nous vivons dans la même ville mais n’avons pas d’affinités particulières à nous fréquenter plus souvent si ce n’est éventuellement quand mon fils veut voir ses cousins.


Ma demi-sœur, Manon, est une cul-bénie, toujours fourrée à l’église, fait le catéchisme, mange avec le curé 2 fois par semaine, pas d’alcool ni de tabac, 2 enfants après le mariage, elle tient à son image de maman modèle avec sa famille parfaite ainsi que de nourrice exemplaire puisque c’est son métier. Tout le contraire de moi, un enfant hors mariage, en garde alternée après ma séparation d’avec sa mère. Mais là n’est pas le sujet, après ma séparation, je me suis installé dans un petit appart au-dessus de mon boulot, pratique. Je travaille en journée et ferme à 18h30, je suis peinard tous les soirs et le dimanche.



Justement un soir d’octobre, ou il faisait encore bon, une fois fini le repas du soir, rien d’intéressant à la télé, mon fils est chez sa mère, je vais faire un petit tour de vtt histoire de me changer les idées. Je file le long du fleuve qui sépare mon quartier du centre-ville et arrive dans la zone industrielle à la sortie de la ville. Je longe toujours le fleuve quand je me fais doubler par une voiture qui ne m’est pas inconnue, puisqu’il s’agit de la mienne, ou plutôt celle que j’ai revendu à ma demi-sœur il y a quelques temps déjà, n’ayant pas l’utilité d’un monospace alors que je suis tout seul avec mon fils. Curieux ça, il est 21h passé, que ferait Manon ou son mari dans le coin, il n’y a rien par ici le soir. Je continue ma balade quand à peine 15 minutes plus tard, arrivé au fond de la zone industrielle, je vois leur voiture garée devant un bâtiment, que je reconnu assez vite de par sa réputation, il s’agit d’une boite échangiste.


J’en reste sur le cul, la famille catho parfaite aurait des vices cachés ? Ce sont leur droits, mais de là à être moralisateur à outrance et venir le soir dans ce genre d’endroit qui même moi je n’ai jamais fréquenté…. Enfin bref, la curiosité me gagne, je file à fond à la maison me doucher, changer et prendre la voiture, j’ai envie de voir ça.


A peine 20 minutes plus tard, je débarque devant le club et y rentre, règle mon entrée, me déshabille au vestiaire et me dirige au bar vêtu juste d’une serviette, d’un masque et de mon bracelet me permettant de régler mes consos, histoire de me prendre un verre avant de déambuler. C’est soirée masquée ça tombe bien, je pourrais plus facilement les surprendre voir profiter de l’occasion. Quelques canapés sont déjà occupés par quelques couples qui se caressent, voir même une alcôve où une femme est déjà en train de se faire ramoner pendant qu’elle suce un autre type et en branle un troisième.


Tiens, même avec son loup sur le visage, j’ai reconnu ma demi-sœur, elle ne perd pas de temps la cochonne. En bas, porte-jarretelles et talons-haut, ça la change de ses tenues strictes habituelles que je lui connais, suce un type assis devant elle pendant qu’elle se fait bouffer la chatte. Elle met du cœur à l’ouvrage en plus. Je continue à déambuler histoire de voir si je vois son mari, mais rien, elle est donc venue toute seule pour se faire baiser.


Je vois plusieurs groupes de personnes s’adonner aux plaisirs charnels, que ce soit dans les canapés, au sauna ou même dans le jacuzzi, cette boite est bien équipée quand même, mais je retourne vers ma demi-sœur pour espérer profiter de la situation ainsi que de ses talents. Lorsque je retourne vers elle, elle est assise sur le sexe du gars qu’elle suçait précédemment et suce celui qui la léchait un peu plus tôt. Je me risque à sortir ma bite déjà bien dure et m’approche du trio. A ma grande surprise, Manon tend la main et m’attrape la bite et me la branle délicatement toujours en pompant l’autre type, elle me surprend de plus en plus, m’a-t-elle reconnu?

Le type en train de se faire sucer se retire d’un coup, vire sa capote et jouit 4 belles giclées de sperme sur la poitrine de Manon en grognant de plaisir, ce qui a l’air de plaire à celle-ci puisqu’elle s’empresse de ramasser une coulée de sperme du bout du doigt pour y goûter.


— Délicieux, merci.

— De rien ma belle à la semaine prochaine ?

— Avec plaisir.


C’est donc une habituée. Et elle continue à chevaucher l’autre bonhomme qui est fiché au fond de sa chatte. Elle me lâche la bite et me tend une capote.


— A nous beau brun.


Je ne réponds pas mais m’empresse de dérouler le préservatif sur ma teub en mode maxi érection pour lui présenter aux lèvres. Teub qu’elle gobe tout de suite, quel pied, une vrai pro. Décidemment, elle me surprend de plus en plus cette coquine. Je n’ai qu’une envie c’est de lui enfiler ma bite au fond de la chatte. L’autre type vient d’ailleurs de se vider au fond de la capote en s’accrochant aux hanches de Manon pour s’empaler au plus profond de son vagin sous les gémissements de cette dernière qui apprécie le traitement apparemment. Manon lâche mon chibre, se dégage de la bite de notre compagnon de baise, se met à genoux sur la banquette en me présentant sa croupe cambrée vers moi.


— J’ai déjà joui de la chatte ce soir, j’ai envie de jouir du cul avant de rentrer, mais vu ton engin bouffes moi le rond d’abord beau gosse.


J’acquiesce de la tête avant de m’exécuter en m’agenouillant entre ses lobes fessiers que j’écarte pour lui saliver la rondelle. Malgré la proximité elle ne semble pas m’avoir reconnu dans l’ambiance tamisée de l’alcôve ou nous nous trouvons, nul doute qu’elle reconnaitrait ma voix, je préfère rester silencieux pour mieux profiter du moment agréable que je passe en sa compagnie. Je ne connais pas encore quelle sera sa réaction quand elle saura que c’est moi qui lui pilonne le cul. Et vu son bon gros cul bien ferme, je compte bien en profiter un maximum. Je la sens très vite onduler de plaisir pendant que je lui fait une feuille de rose de compétition, mon ex adorait ça, même si elle ne voulait pas que je l’encule, ne faisant que 17 centimètres ma bite est très épaisse sur toute la longueur, elle avait peur d’avoir mal. Mais ma chère demi-sœur n’a pas l’air d’être effrayé par la bête, et je trouve son trou du cul bien souple d’ailleurs, preuve d’une pratique régulière de la sodomie.


Quelle belle salope, si elle veut jouir du cul elle va être servie. Je me relève après 5 minutes de traitement et commence à frotter ma bite contre sa chatte pour lubrifier un peu avant de poser mon gland sur sa rondelle qui n’attend que ça visiblement.


— Elle est bonne ta queue et bien grosse, vas-y mets la moi profond.


Me penchant à son oreille, en la tenant fermement par les épaules, je coulisse toujours plus loin dans ses entrailles.


— Avec plaisir ma belle.


Elle se crispe soudainement, m’enserrant la bite dans son cul et tourne la tête vers moi, ouvrant grand les yeux derrière son masque j’imagine, même si ce dernier m’empêche de voir clairement sa réaction.


— Quoi? Jérôme?

— Oui ma belle détends-toi, profite du moment, on discutera autour d’un verre après, je t’invite.


Se faisant j’active mon va et viens dans son cul, je sens une réticence de sa part et elle souhaite se redresser, mais les sensations de ma bite dans son conduit l’emportent et elle s’abandonne sous mes assauts et se lâche.


— Mouiiii, c’est bon une grosse queue dans le cul, prends moi fort Jérôme…..

— Avec plaisir ma chérie.


Je redouble d’ardeur et commence à lui tripoter le clito d’une main pendant que je lui malaxe un nichon de l’autre, toujours debout derrière elle à lui claquer les fesses de mon bassin, le chibre planté au fond de son cul. Elle se redresse et vient se coller contre mon torse, j’en profite pour lui lécher le cou puis lui mordiller un lobe de l’oreille.


— Il est trop bon ton cul ma belle, j’adore.

— Et ta bite me fait tellement de bien, continue je t’en supplies, ça vient je le sens.

— T’aimes ça coquine une bonne grosse teub dans ton cul hein ?

— J’adore, vas-y défonce moi le cul, c’est si bon.


Sa main vient bientôt remplacer la mienne sur son clito, j’en profite pour l’attraper par les hanches et amplifier mon bourrage de fion, elle prend véritablement son pied et le mien arrive. Elle jouit la première dans un long feulement de plaisir, je la suis rapidement, mais je préfère déculer, retirer ma capote et gicler sur son cul. Je secoue frénétiquement ma bite en branlant mon gland entre ses fesses pour finir par me vider en grognant de plaisir, de plusieurs jets de sperme bien épais qui viennent zébrer son fessier et le bas de son dos. On se laisse tomber sur la banquette en sueur et haletant.

Elle n’ose pas trop me regarder, la gêne de la situation marquant le pas sur l’excitation d’il y a peu. Je décide de briser la glace.


— Alors ma belle je te l’offre ce verre ? Ou tu préfères venir à la maison pour en discuter tranquillement.

— Je t’avoue que je ne sais pas trop ou me mettre Jérôme, je préfère éviter d’en parler avec toi.

— Du calme ma biche, on est entre amis, viens donc à la maison, on pourra se poser au calme et deviser autour d’un café.


Se faisant je pose ma main sur sa cuisse et remonte délicatement vers le haut, Manon étant perdue dans ses pensées ne s’en offusque pas et se laisse faire.


— D’accord Jérôme mais jures-moi de ne parler de ce que tu as vu ici à personne.

— Je te le promets, viens ma grande on va passer par le vestiaire et on va chez moi discuter tranquillement, sauf si tu dois rentrer.

— Non ça va, ce soir Lilian est avec les enfants chez ses parents.

— Bon ben tu es libre, allez, viens on file chez moi.


Elle se lève, me suit, honteuse, en baissant la tête, n’osant pas me regarder dans les yeux. Nous passons par les vestiaires pour nous changer, regagnons nos voitures respectives et rentrons chez moi.

    Une fois arriver devant mon immeuble, elle me rejoint, toujours en évitant mon regard, je remarque qu’elle est vêtue de manière classique, jean, chaussures et pull cachant ses formes, tout ce que je lui connais d’ordinaire, ne mettant pas ses formes en valeur. A-t-elle garder les bas et porte-jarretelles en dessous ? J’ouvre la porte de l’immeuble et l’invite à me suivre jusqu’à mon appartement.


A suivre….

Diffuse en direct !
Regarder son live