Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 45 698 fois
  • 128 J'aime
  • 1 Commentaire

Dépuceler par la mère de mon meilleur ami

Chapitre 1

Hétéro

Bonjour à tous, comme le précise le titre de mon histoire qui est véridique, j’ai connu mes premières expériences sexuelles avec la mère de mon meilleur ami. Je vais vous raconter comment.


Je me présente, je me nomme Sébastien, j’ai 22 ans, je suis brun, 1m71, je suis un peu costaud, quelques rondeurs et je n’ai jamais vraiment eu du succès avec les filles. J’ai beaucoup d’amies féminine, mais je suis timide et en manque de confiance à cause de mon corps que je trouve trop gros sans être si gros que ça selon les dires de mes amies. Je suis depuis toujours entourer de filles, je les aide, les écoute, bref le super pote mais qui couchent pas avec, voila mon problème de ma jeunesse et encore aujourd’hui.

Mon aventure s’est passée il y a 6 ans, à mes 16 ans donc. Je passais énormément de temps avec mon meilleur ami que je connais depuis l’âge de 6 ans, c’est ça la vie dans les villages. Je passais la plupart de mon temps chez lui, presque plus que chez moi d’ailleurs, avec le temps je faisais presque parti de la famille. Sa mère me connaît donc depuis petit, je n’ai jamais eu d’attirance pour elle, je la voyais comme la mère de mon pote sans chercher plus loin. Elle se prénomme Julie, c’était une femme: 1m65, châtain clair, cheveux longs, quelques rondeurs, une paire de fesses assez rondes et surtout une poitrine à faire baver, un bon 95C. C’était une femme banale, ni moche, ni belle, je la voyais non pas comme femme mais presque comme une mère.


Le temps passait, et arriva l’âge des premiers émois, des premières masturbations, de la découverte du sexe, on grandit, puis vient l’adolescence. Plus le temps passait et plus je la regardais différemment. Comme je le précisais, je ne la trouvais pas plus belle, mais je lui trouvais une certaine attirance, elle dégageait une certaine sensualité. Comme vous le savez certaines filles sont très belle mais vide, sans intérêt, et d’autres plus banales dégagent une attirance et une sensualité. Je ne sais pas trop comment exprimer ça, mais je suis sur que vous comprenez.


Mon regard vers elle a vraiment commencé à changer vers mes 14ans, je me branlais en pensant à elle, elle était devenu comme une référence féminine pour moi. Je passais le plus clair de mon temps chez mon pote, afin de pouvoir la voir, je dormais chez eux, je mangeais, après l’école je courais chez eux, je pouvais venir n’importe quand il n’y avait aucun soucis. J’essayais de l’observer dès que j’en avais l’occasion, lors de ses séances de bronzages sur la terrasse, à la piscine, le matin au lever, bref chaques occasions étaient la bonne. A mes 15ans, ils étaient partie en vacances et m’avaient laissé la clef de leur maison pour arroser les plantes et nourrire le chat. Je me souviens j’en avais profité pour fouiller sa chambre, et je fis de très belle découverte. Elle avait une commode ou chaque tiroir réservait son lot de surprise. Je découvris qu’elle avait une énorme et très belle collection de lingerie, un tiroir rempli d’ensemble plus joli et sexy les uns que les autres. Un tiroir avec guêpière et porte jarretelles, des bas, des collants et un tiroir avec des sous vêtements un peu plus hot et hard. Cuir, slip ouvert au milieu, des déguisements genre soubrette et 2 sexe toys, du lubrifiant, des capotes etc. Je voyais cette femme différemment, c’est vrai qu’elle était très souvent bien habillée, jupe, robe, mais elle avait l’air assez strict et pas si portée sur le sexe que ça. Je m’étais bien trompé. Je lui piquai une culotte et me masturbai avec. Ayant jouit dedans je l’emmenai avec moi.


A mes 16 ans toujours puceau, je ne pensais qu’à elle, je ne faisais presque pas attention aux filles de mon âge, je n’arrêtais pas de les comparer à Julie, et elle ne lui arrivait pas à la cheville, en tout cas pour moi.

Un samedi après midi, j’allais chez mon pote comme tous les samedis, je toquais à la porte, pas de réponse, donc j’entrais comme j’en avais l’habitude, personne dans la maison, j’allais donc voir sur la terrasse et là je restais bloqué, immobile dans le salon, Julie était allongée seins nus dans le transat. Je l’observais, quelle poitrine, elle avait les aréoles bien brunes et des tétons assez gros. Elle me vit et remit de suite le haut de son maillot de bain.


« A c’est toi Sébastien, je ne t’avais pas entendu, tu vas bien ? »,

Moi bégayant « heu, oui Lionel n’est pas là, on devait aller à la piscine »

« Ha non désolée, son père lui a payé un week end de pèche, il ne t’a pas prévenu, ils ne reviennent que lundi »

« Bien non, je n’étais pas au courant, désolé de vous avoir dérangée, bon week end alors »

« Mais tu peux rester un peu, on va boire un verre et discuter si tu veux, je serais moins seule, enfin si t’as rien prévu d’autres »

« Non pas de problème » je n’allais quand même pas refuser, et surtout ne pas manquer l’occasion de la voir en maillot de bain.

Elle se leva, alla à la cuisine et ramena deux verres et du coca bien frais, il faisait assez chaud. Puis on discuta de tout et de rien, de l’école, des fréquentations de son fils et moi etc. Je ne perdais pas une miette de Julie, je l’observais sous chaque couture, chaque mouvement qu’elle faisait et qui accentuait le mouvement de sa poitrine. Soudain elle me demanda si elle pouvait me poser une question un peu indiscrète.

« Sébastien, je voulais te demander si Lionel avait une petite copine, tu sais il ne me dit jamais rien là dessus et à cet âge, c’est normale, je me demande s’il a déjà couché avec une fille »

« Pour être honnête avec vous, je sais qu’il a une copine depuis 6 mois, mais jusqu’ou il est allé avec elle, je n’en sais rien ».

« Je comprends et puis c’est de votre âge, la découverte des filles. Et toi tu as une petite amie »

Là je rougis, j’étais gêné, lui dire que je n’avais jamais eu de petite amie me mettait mal à l’aise.

« Non pas pour le moment. En fait je n’en ai jamais eu »

« A ton âge, c’est bizarre, rassure moi, tu as déjà embrassé une fille, et après tout c’est mignon puceau à 16ans, c’est rare »

J’étais vexer et vraiment pas à l’aise. « Non je n’ai encore rien fait avec une fille »

Là elle se leva et m’embrassa sur la joue. « C’est mignon un garçon qui rougit »


Ce baiser, m’électrisa et me fit avoir une érection qui avait du mal à se cacher dans mon short de bain, pensant aller à la piscine, je l’ai mis directement sans slip. Mon sexe qui pourtant n’est pas hors norme, 18cm mais assez gros avait du mal à ne pas tendre mon short. Malheureusement pour moi, Julie a vu mon érection. Elle me sourit et me dit « hé bien qu’est ce qui t’arrive, ce n’est quand même pas moi qui te fait cet effet, une vieille comme moi »

Je décidais d’être honnête, après tout c’était trop tard pour mentir « je suis désolé, mais si, votre baiser sur la joue et vous là en maillot de bain, j’ai du mal à me contrôler »

« C’est chou, je te connais depuis tout petit, et là je te vois dans cette état, tu es devenu un grand garçon on dirait, je suis fière de faire de l’effet un jeune homme »

Je ne savais pas quoi dire, quoi faire devant cette situation. J’étais comme tétanisé et en même temps cette phrase m’excitait et mon sexe commençait à me faire mal.

« En tout cas tu as l’air d’avoir un beau sexe pour ton âge, plus important que Lionel on dirait, tu me montres »

« Pardon, vous êtes sérieuse, je sais pas, je peux pas, je suis trop timide et puis vous êtes comme ma mère »

« Justement, je te connais bien depuis le temps alors n’ai pas honte, y a pas de mal et puis je ne suis pas ta mère s’il te plaît »


Avec tout le mal du monde, je devais être rouge comme une tomate, je baissais un peu le devant de mon short, mon sexe sortit raide et tendu droit comme un poteau.

« Humm, tu as un beau sexe, je me suis trompé, Lionel le sien est un peu plus long, mais beaucoup moins gros. Et avec ça tu n’as jamais fait d’heureuse, c’est dommage, tu as l’air tendu », elle rit, « faut pas laisser ça comme ça ». Elle se leva, vint vers moi, elle posa sa main sur mon sexe, l’attrapa et passa ses doigts autour, puis elle commença lentement à me masturber, sa main montait et descendait lentement. Je dois l’avouer je mis moins de 5mn pour jouir dans sa main.

« Désolé, j’étais trop exciter »

« Ce n’est pas grave, mon petit puceau, c’est normal si c’est la première fois qu’une autre main que la tienne te branle »

Elle s’essuya la main, avec une serviette et me dit:

« Tu verras avec l’expérience ça va aller de mieux en mieux. Tu n’as jamais vu de fille nue ? »

« Non, à part dans les revues et les films », elle sourit, ôta le haut de son maillot de bain, et m’exposa sa poitrine, puis elle se caressa les seins, je voyais ses tétons grossir encore un peu, comme de petits obus.

« ça te plaît, tu sais quoi j’ai envie de te faire une petite surprise rien que pour toi », elle alla chercher une enveloppe, du papier et un stylo, elle écrivit quelques choses, le mit dans l’enveloppe et me la donna. « Tu liras ça chez toi ce soir, tu devrais y aller maintenant », elle vint vers moi et me fit un petit bisou sur la bouche.


Je repris avec beaucoup de mal mes esprit, rangeais mon sexe, remis en place mon short et rentrais chez moi. Le soir dans mon lit, j’ouvris la lettre, et il y avait écrit :


« Ce petit message est pour toi mon petit Sébastien, j’ai apprécié notre après midi, ton sexe m’a fait envie je dois te l’avouer, si tu lis cette lettre c’est que toi aussi tu as apprécié. Je souhaiterai t’apprendre tout ce que tu dois savoir sur le sexe, devenir ton initiatrice, demain je suis seule, si tu le souhaite rejoins moi à la maison, je te ferais découvrir tout ce que tu dois savoir et tous les plaisirs du sexe. Si tu ne veux pas je comprendrais et je ne t’en voudrais pas, quelque soit ton choix déchire cette lettre. Bisous Julie »


Je n’en croyais pas mes yeux, je pris le slip que je lui avais volé, et me masturbai, cette femme que je désirais souhaite faire mon éducation. Pourquoi refuser, même si ça doit avoir des conséquences avec mon pote, c’est une offre que je ne peux pas refuser.


Le lendemain matin, je me levais en pleine forme et bien décidé à perdre ma virginité, à devenir un homme, je ne savais pas ce qui m’attendait. Je pris ma douche, déjeunais vite fait, enfilais mon short, mon t-shirt et partit retrouver Julie, une boule au ventre mais les yeux pétillants devant cette journée qui allait changer ma vie de jeune homme…………………….

Diffuse en direct !
Regarder son live