Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 036 fois
  • 15 J'aime
  • 2 Commentaires

Derrière le masque

Chapitre 1

Vieux démons

Voyeur / Exhibition

Pour réussir à mieux parler du présent, une rapide introspection me parait nécessaire dans le but de vous livrer ce qui m’a réellement poussée à écrire... Remontons donc quelques instants dans le passé.


Je suis la cadette d’une famille de trois enfants et j’ai le souvenir de moments heureux malgré une éducation catholique plutôt stricte.

Ma sœur ainée a toujours été mon modèle, et nous avons d’ailleurs énormément de traits de ressemblance tant sur le plan physique que comportemental.


Il n’est d’ailleurs pas rare que des personnes nous confondent l’une et l’autre, et ce malgré un léger écart d’âge.


A l’opposé, les relations avec ma mère sont plus conflictuelles, notamment à la fin de l’adolescence lorsque je demandais (légitimement) plus de liberté pour retrouver mes amis et bien entendu mes premiers petits copains...


Mais tout ce qui importait pour elle était la réussite de mon cursus religieux, à l’identique de celui de ma sœur qui se devait de me montrer le chemin à suivre.

Cette éducation bourgeoise assez cloitrée a généré une sorte de bulle dans laquelle j’étais constamment en décalage avec les jeunes de mon âge, ce qui a rapidement conduit à une certaine forme d’isolement.


Dès l’entrée au lycée, je suis d’ailleurs devenue la jolie blonde bourgeoise et coincée aux yeux des autres élèves... Car pour ma mère, tout ce qui touchait de près ou de loin au sexe était « sale » et à bannir.


Le seul maître mot était de réussir brillamment mes études, décrocher un emploi stable, me marier, fonder une famille et devenir une épouse fidèle et aimante. Rien d’autre ne comptait plus à ses yeux.

Mais sa petite Cindy chérie (tellement sage et docile) ne voyait plus les choses sous cet angle-là, et une forme de défiance s’est installée à son égard dès mes dix-huit ans.

C’est d’ailleurs à cette époque que le premier coup de couteau a été porté lorsque j’ai annoncé à mes parents que je partais m’installer avec mon copain de l’époque, qui est par la suite devenu mon mari.


L’affront était d’autant plus cruel pour ma mère qui rêvait intérieurement de « beaucoup mieux » pour moi...

Un médecin, un avocat ou un chef d’entreprise... Pas d’un petit ouvrier qui pointe à l’usine !

C’est également à cette même période que j’ai définitivement eu envie de casser les codes vestimentaires imposés durant de longues années par ma chère maman...

Mon mari m’y a d’ailleurs beaucoup aidée : il voulait que je me mette en avant et que je n’hésite plus à dévoiler mes jolies formes.

J’ai donc commencé à opter pour un style BCBG sexy : des petits pulls très moulants, des tops décolletés et/ou légèrement transparents, des jupes ou robes assez courtes, de jolis collants, des chaussures à hauts talons...


Ma commode à lingerie a également fait l’objet de beaucoup de changements, puisque toutes mes petites culottes en coton ont été remplacées par de nombreuses pièces en dentelle : strings, tangas, shorties...


Je n’ai pas hésité non plus à « tricher » avec ma poitrine en la faisant discrètement gonfler avec des soutiens-gorges push-up !

Et c’est aussi à cette époque que j’ai pu découvrir la délicieuse sensation des Dim Up (les bas qui tiennent seuls) sur mes jolies gambettes...

Le déjeuner dominical en famille est rapidement devenu l’endroit où je prenais le plus de plaisir à m’afficher.

Ma tendre et bienveillante maman ne pouvait s’empêcher de me regarder de bas en haut à peine j’avais franchi la porte d’entrée, en dramatisant systématiquement sur la longueur de ma jupe ou le choix de mes chaussures.


Dans ces moments-là, je ne pouvais m’empêcher de jubiler intérieurement en lâchant une réponse toujours pleine de naïveté comme : « ah bon tu trouves ? »

Quelques années plus tard, mon mari et moi avons à nouveau transgressé une règle familiale pourtant élémentaire à ses yeux : je suis tombée enceinte un mois après mes vingt-deux ans alors que nous n’étions pas encore mariés...


Fort heureusement, l’arrivée des enfants dans la famille et notre mariage ont permis d’apaiser certaines tensions, et je ne peux que confirmer qu’elle prend depuis toutes ces années son rôle de mamie très à cœur.


Mais voilà, les secrets les mieux enfouis finissent toujours par ressurgir un jour ou l’autre.

Et celui-ci concernait à mon grand étonnement ma chère maman, pourtant si décente et si pieuse aux yeux de tous...

Car quel ne fut pas mon étonnement de trouver de vieilles lettres, bien cachées au fond d’un carton alors que je faisais un peu de rangement dans le grenier de mes parents durant leurs vacances... De vieilles lettres écrites par quelqu’un qui l’aimait visiblement beaucoup, mais qui n’était pas mon père, puisque ce dernier effectuait de fréquents déplacements pour son travail à cette époque.


Le contenu de ces lettres et les détails donnés étaient à vomir, car il était bien entendu question d’une relation extraconjugale assez ambiguë avec un homme qui habitait très probablement notre propre village.


Mais dans l’intérêt de tous les membres de la famille, j’ai dû prendre énormément sur moi pour ne pas lui mettre toutes ces lettres sous le nez à son retour de vacances.

Cette découverte a radicalement changé ma perception des choses et a d’ailleurs conforté mes envies de renouveau concernant certaines approches, notamment ma sexualité que je souhaitais dorénavant plus désinhibée.

Diffuse en direct !
Regarder son live