Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 701 fois
  • 52 J'aime
  • 0 Commentaire

Des collègues entreprenantes

Chapitre 6

Avec plusieurs femmes

Un an après mon histoire avec Catherine. Il m’est arrivé d’avoir quelques aventures à gauche et à droite mais sans plus.



Un beau matin, en arrivant au travail, j’apprends que je dois me présenter au tribunal d’office. Je suis un peu pris au dépourvu et cela est très rare dans mon cas.


Je me présente donc au tribunal et le jeune que je représente m’y attend, accompagné de sa mère. Cette dernière s’appelle Josée et à environ 38 ans. Elle a de long cheveux bruns et des yeux d’un brun si brillant, qu’ils attirent immanquablement le regard des gens à s’y perdre. Son corps n’est pas celui d’une mannequin mais il inspire la sensualité : des hanches bien découpées, un cul petit mais très ferme et un poitrine naturelle, qui sans être petite, remplit bien les mains de son homme.


Quand nous passons devant la juge, cette dernière demande un report pour le lendemain, voyant que je n’avais eut que très peu de temps pour m’enquérir du dossier. J’en profite alors, pour donner un rendez-vous à la mère pour la fin de la journée afin de faire le tour de la question.


La fin de journée arrive et je me présente au domicile de mes clients. Le jeune est retourné à l’école et la mère est seule. De fil en aiguille, j’apprends que son époux est très peu présent car il voyage beaucoup pour son travail et que les difficultés avec son fils ont débutées lorsque ce dernier à vu, par mégarde, dans le portable de son père des photos de ce derniers avec sa maîtresse. En me disant cela, elle éclate en sanglots.


Ne sachant pas trop quoi faire, je lui tends un mouchoir et elle le prend. Ma main effleure alors la sienne et un courant électrique me parcours alors le corps. Je la regarde et au moment où elle lève la tête, son regard croise le mien.


Elle me sourit entre deux soubresauts de pleurs. Doucement, elle se lève et vient vers moi. Je la fixe sans bouger. C’est comme si j’étais attaché à ma chaise, incapable de me lever et de partir. Le tout se passe comme au ralenti et je la vois s’approcher de moi.


Rendu près de moi, elle semble hésiter mais prenant son courage à deux mains, elle se penche vers moi et me donne un baiser sur la bouche. Elle insiste sur le baiser et je sens sa petite langue qui essaie de forcer l’entrée de ma bouche. Tétaniser, je finis par réagir et entrouve mes lèvres. Nos langues se trouvent rapidement et s’emmêlent. Pour la première fois, j’outre-passe l’éthique et embrasse une cliente.


Elle s’assoit à califourchon sur moi tout en continuant à m’embrasser langoureusement. Elle se trémousse le cul et cela a pour effet de faire gonfler ma queue. Une fois bien dure, elle ne peut ignorer l’effet qu’elle a sur moi.


Tout à coup, elle se lève et s’agenouille devant moi. Elle défait lentement ma ceinture et détache le bouton de mon pantalon. Je devrais partir mais la raison s’est déjà enfuit au pas de course. Doucement, elle sort ma queue de mon pantalon et commence à me caresser l’extrémité de mon gland. Elle le fixe et n’arrête pas de se lécher les lèvres. Elle se redresse un peu, me soulève la queue et commence à me manger les couilles. Une chaleur envahit mon corps et le désir monte comme jamais il n’est monté en moi.


Pendant qu’elle me lèche les couilles, elle enlève son chemisier et se retrouve en soutif face à moi. J’avance ma main pour lui détacher mais une lègère claque sur les doigts et un sourire coquin m’en dissuade.


Je continue à me laisser faire et je me surprends à appuyer mes mains sur la tête afin qu’elle me fasse une gorge profonde. À ma surprise, elle avale toute ma queue et je sens mon gland aller frapper contre sa luette. À pomper comme cela, je ne résisterai pas longtemps.


Me sentant sur le point d’éjaculer, Josée accélère son mouvement de va et vient. J’éjacule dans sa bouche et elle ne bronche même pas. Elle cesse son va et vient et en gardant ma queue dans sa bouche, elle savoure mon sperme. Une fois qu’elle a finit de m’avaler, elle prend sur elle de me nettoyer la queue, lentement et sensuellement, avec sa langue.


 Une fois terminée, elle se relève, va vers son portable et une musique douce et langoureuse en sort. Elle se met à se dandiner le corps en me montrant son cul, serré dans son pantalon de denim. Elle se caresse les seins par-dessus son soutien gorge et sa langue glisse doucement sur ses lèvres. Il m’en faut pas plus pour réveiller à nouveau ma bite.


Elle se rapproche de moi, me dit doucement que pour le moment, c’est "interdit de toucher" sinon, elle arrête. Elle enlève son pantalon et je vois apparaître son string rouge, assortie à son soutif.


Elle se tourne et son cul est à la hauteur de mon visage. Difficile de résister, je combats le goût d’y toucher mais je résiste. 


Elle se penche le cul sur ma queue et continue de le remuer. Ma queue devient de plus en plus dure et je suis excité. Mon gland entre parfois entre ses deux fesses, me faisant savoir comment cette femme est chaude et qu’elle est aussi excitée que moi de cette situation.


Après deux minutes de ce manège, elle se retourne, me tire par les bras et m’amène vers sa chambre. Une fois au lit, elle se rapproche de moi, sa bouche approche de la mienne et sa langue n’a aucune peine à franchir mes lèvres pour rejoindre la mienne. Dès que celles-ci se touchent, elles s’emmêlent dans une danse langoureuse.


Profitant du fait que je l’embrasse passionnément, Josée me pousse sur le lit et me sourit. Sur le son lointain de sa musique langoureuse, elle me tourne le dos et lentement, elle enlève ses sous-vêtements.

Son cul est une bombe à retardement et elle continue à le dandiner même sans sous-vêtements. Doucement, elle recule et vient s’asseoir sur moi. Sa chatte dégoulinante de plaisir est à la portée de ma langue et sans crier gare, elle s’assoit sur ma figure en me disant"lèche, c’est à mon tour de jouir.


Je me mets à la tâche. Jamais je ne m’étais fait dirigé comme cela et je dois dire que cela m’excitait beaucoup. J’y vais avec coeur et Josée se dandine sur ma langue. Je commence à entendre des soupirs de plaisirs et je redouble d’ardeur.


Les cris augmentent et je sens que ma partenaire ne tiendra plus longtemps car elle écrase de plus en plus sa chatte sur ma figure et un déluge de jus acre déferle dans ma bouche. Soudainement, elle se relève un peu et je reçois un long jet de Cyprine en plein visage pendant que Josée lance un dernier cri de jouissance avant de s’affaler, souriante, à mes côtés. 


Je profite de ces doux moments et lorsqu’elle reprend ses esprits, elle me demande à quand le prochain rendez-vous avec un petit clin d’œil malicieux... Ça c’est à suivre!

Diffuse en direct !
Regarder son live