Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 794 fois
  • 176 J'aime
  • 1 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Des jeux que je ne partage pas...

Chapitre 1

Hétéro

J’ai longuement repensé à cette soirée à laquelle j’avais été convié par un couple rencontré sur une plage naturiste du sud de la France et avec lequel je m’étais lié d’amitié... Il ne s’était rien passé entre nous, car à l’époque, je fréquentais une Maghrébine qui profitait d’un séjour en France pour se lâcher. Nous avions fait connaissance grâce à Internet et lorsque je suis allé la chercher à l’aéroport, je me suis rendu compte qu’elle n’avait pas triché sur sa description...


Mais ce n’est pas de cette relation de vacances que je veux vous parler...


Depuis notre rencontre en août, de nombreux mois se sont passés, y compris les fêtes de fin d’année, et l’hiver touchait déjà à sa fin lorsque Jérémy et Caroline m’invitèrent à une soirée qu’ils allaient donner prochainement dans leur résidence secondaire de la vallée de Chevreuse... Les connaissant un peu, je me doutais que cette soirée serait orientée ‘’ sexe ‘’...


— Viens donc... même si tu es seul, tu verras, la soirée devrait être intéressante... Nos hôtes sont à peu près tous dans nos âges...



Je n’avais aucune compagne depuis pas mal de mois et je me suis dit que ce serait peut-être l’occasion de faire une rencontre... Les quelques soirées en club n’avaient pas permis d’aller au-delà d’un échange fortuit...



Ce soir là, quand je suis arrivé devant la villa de Jérémy et Caroline, il y avait déjà quatre voitures luxueuses garées sur la rotonde gravillonnée qui s’étendait devant la maison... Ma voiture faisait pâle figure à côté.

Accueilli par Caroline, j’ai été immédiatement surpris par le décor des différentes pièces que nous avons traversées avant d’arriver dans l’immense salon... Des torchères éclairaient les lieux, jetant des halos de lumière sur les murs recouverts de tentures noires à moitié déchirées, le grand salon était lui aussi plongé dans une semi-obscurité et Caroline me présenta toutes les personnes présentes dans un halo de lumières... Il y avait six couples (légitimes ou pas) qui devisaient tranquillement et le mari de Caroline. Tout le monde était assis dans de profonds fauteuils et bavardait, une coupe de champagne à la main...


Jérémy m’avait dit que nous étions au complet, que nous n’attendions plus personne et qu’il allait donner le ‘’ TOP départ ‘’ de la soirée...


Lorsque je l’ai interrogé sur la décoration, il m’a répondu que cela allait avec le type de soirée voulue par les participants, que je n’avais pas tout vu. C’est ainsi qu’il me guida dans plusieurs petits salons dont la décoration et les accessoires étalés ne manquèrent pas de me surprendre... On se serait cru dans un manoir hanté dont les caves servaient de geôles et de salles de tortures diverses.

Il m’expliquait que l’ensemble des participants n’avait pas la possibilité d’aménager leur appartement de la sorte et qu’ils s’étaient entendus avec lui pour mettre leur résidence secondaire en conformité avec leurs vœux... Il avait préparé le tout avec la complicité de Caroline et d’un de ses amants...


Je savais Caroline et Jérémy libertins et plus rien ne m’étonnait de leur part...


— Tu verras, tu feras connaissance avec tout le monde... Serge arrivera plus tard... Il n’a pas pu se libérer plus tôt pour notre soirée... Il est très demandé... Caroline peut t’en parler !!!

— Je m’en doute... Elle a dû succomber à son charme !!!

— Et pas que... On a fait une partie à trois il y a quelques semaines et je peux te dire que Serge est bien monté... Je me demande comment il a fait pour sodomiser ma femme pendant que je lui baisais la chatte...

— Certainement... Je ne suis pas très adepte de la sodomie et je me doute que la femme doit être habituée...

— Elle m’a avoué le lendemain qu’elle s’était préparée tout au long de la journée en entrant dans son sphincter un gode gonflable puis un Plug de 8 centimètres de diamètre... Elle avait rarement accepté un tel diamètre...



Pendant ce temps, la bacchanale avait commencé...

Dans une des pièces attenantes, un homme était attaché sur une croix de Saint-André appuyée contre un mur, et deux femmes se relayaient pour lui faire subir différents sévices... Quand je suis entré à la suite de Jérémy, une des femmes venait de lui passer un nœud coulant autour des bourses et ajoutait un poids qui les enserrait et les tirait vers le bas pendant qu’elle suçait une bite encore un peu flasque... L’autre femme faisait claquer un fouet à mèche longue qui de temps à autre venait lécher les fesses de l’homme qui ne disait rien, se contentant de compter à haute voix le nombre de fois où il sentait le fouet...


Dans une autre pièce, il y avait une sorte de lit étroit et haut sur lequel était entravée une femme un peu replète... En fait, sa tête pendait à l’une des extrémités et ses cuisses étaient largement ouvertes à l’autre... Elle suçait avec ardeur un sexe aux dimensions hors normes (selon moi) pendant que l’homme faisait couler la cire d’une bougie sur les seins opulents de la fille... Entre les cuisses, un autre homme faisait aller et venir dans sa chatte un gode aux dimensions, elles aussi hors-normes... On le voyait disparaître entre les lèvres intimes comme si cet instrument n’avait été qu’une broutille... Et chaque fois, on avait l’impression qu’elle allait au-devant de cette pénétration hors norme. Mais ce que je n’avais pas remarqué, c’est que le sexe de son tortionnaire ( ? ) était emprisonné dans une sorte de cage en fer, ce qui fait qu’il était dans l’impossibilité de bander...


Mais le bouquet (si on peut l’appeler ainsi) se trouvait dans une alcôve un peu retirée...

Un homme d’une quarantaine d’années, bien fait et légèrement musclé, mais NU, était assis sur un fauteuil et avait les avant-bras attachés aux accoudoirs... Il regardait le spectacle offert par une femme...


Jérémy me dit :


— Regarde d’un peu plus près... Il a un gode de belle taille planté dans son cul et il tient la télécommande pour régler le rythme et la vitesse de pénétration...

— Oui... Effectivement, je n’avais pas vu cela...

— Mais ce que tu ne sais pas, c’est que la femme qui est attachée près de lui est sa légitime... elle se fait baiser par une machine que nous avons dégotée en Allemagne... Elle aussi peut agir sur une télécommande... Dès la réception, Caroline a essayé cette machine et m’a dit qu’elle était ‘’ infernale ‘’ !

— Mais pourquoi utiliser ces appareils ???

— Ce sont des adeptes de ces jeux, mais cela n’empêche pas Anita, la femme, d’être une baiseuse de compétition... Elle aime bien les gangs-bangs... mais ne crache pas sur une bite comme la tienne si elle en a envie...

— Je savais que certaines personnes avaient des envies un peu particulières, mais là, je suis scotché !!!

— Si tu savais...

— Oh je sais... Certes, je n‘ai pas votre expérience, car je ne vais que dans des clubs et ce genre de choses y sont proscrites...



J’ai poursuivi ma déambulation, observant, ici ou là, les dépravations que s’offraient les participants à la soirée organisée pour eux quand Anita est venue me trouver en disant que je semblais bien seul.


— Tu ne participes pas ???

— NON, ce n’est pas mon truc... Si j’aime les femmes, je ne les maltraite pas, au contraire, je souhaite leur donner un max’ de plaisir...

— OK... Mais c’est ce qu’ils veulent... Je vois, tu es un doux... j’ai bien envie de profiter de toi... la machine, c’est bon quand on est vraiment en manque !!! Caroline... Y a-t-il un endroit pour s’isoler ???

— Oui... suivez-moi...



Caroline nous a guidés jusqu’à l’étage supérieur et a ouvert une chambre bien plus conforme à ce que j’aimais...


— Voilà pour vous deux... Vous pouvez profiter de la salle de bains attenante... Il y a même un jacuzzi si vous le souhaitez : il est prêt à l’emploi... Amusez-vous bien... Hervé, je te fais confiance pour donner à Anita tout le plaisir qu’elle mérite... Tu verras, elle est douée...

— Merci... Tu me flattes...

— Mais non... Ta réputation n’est plus à faire... Le bouche-à-oreille fonctionne bien dans notre milieu...



J’étais quelque peu surpris, mais je ne m’en formalisai pas...


Mais laissez-moi tout d’abord vous décrire Anita... C’est assurément une Méditerranéenne, car elle est très brune, sa peau est intégralement bronzée, des restes de l’été précédent et des séances d’U. V. n’y sont certainement pas étrangers... Ses cheveux noirs sont coiffés ‘’ à la garçonne ‘’ et elle ne porte que ses sous-vêtements, un soutien-gorge ivoire qui maintient une poitrine opulente de femme au seuil de la maturité, et une culotte fendue qui laisse voir une toison assez fournie. Elle est relativement grande et avec ses chaussures à talons, elle doit avoisiner le mètre quatre-vingt... qui est aussi ma taille... Si sa taille est relativement mince, sa poitrine et ses hanches sont ‘’ généreuses ‘’... Elle est très à mon goût si bien que mon sexe se dresse dans mon boxer...


Anita m’offre ses lèvres après m’avoir dit que nous allions bien nous amuser... Tout en m’embrassant, elle défait la ceinture de mon pantalon qui descend sur mes chaussures... Selon ma bonne habitude lorsque je vais dans ce genre de soirée, je suis nu dans mon pantalon... Ma chemise ne tarde pas à rejoindre mon pantalon et mon sexe se dresse sur mon pubis...


Même si Anita a quelques années de plus que moi, elle me fait très envie et lorsqu’elle engloutit ma bite dans sa bouche, je ne peux que la guider entre ses lèvres... et bientôt, elle absorbe entièrement mon ‘’ bâton d’amour ‘’ si bien que mon pubis vient en contact avec sa bouche... Waouh, d’emblée, une gorge profonde !!! Je suis servi, mais bientôt, Anita recrache ma bite en disant qu’elle a envie ‘’ que je la saute comme une salope ‘’ !


— Mais on est là pour ça !!! Dis-moi comment tu veux que je te baise...

— Humm... Ta bite est assez généreuse, une levrette me ferait de bien !!!

— Alors... en position... Tes fesses me font envie !!!

— Si tu veux... tu peux me prendre le cul... je suis ouverte, il suffit d’un peu de gel et je pense que Caroline a dû y penser...



Anita s’est défaite de ses sous-vêtements et elle est montée sur le lit pour prendre la position demandée... Waouh... quel fessier... Ses lobes étaient largement fendus et le périnée était épilé... Sa taille relativement mince s’évasait vers le bas et le haut et sa poitrine se balançait doucement entre ses bras... En plus, cette coquine avait introduit dans son sphincter un petit Plug translucide...


— Je te l’avais bien dit que j’étais ouverte de partout...

— On verra plus tard...

— C’est toi qui mènes la partie... en plus, tu n’as pas besoin de te couvrir... J’adore sentir les mecs se vider en moi !!!

— OK... je suis sain... donc on peut baiser tranquillement !!!

— Oui... ce n’est pas comme mon impuissant de mari !!! Il ne peut me prendre que lorsqu’il se fait sodomiser...

— Ah... j’ai pigé pourquoi il utilisait le fauteuil...

— Oui... il se préparait à recevoir Serge... Il a demandé expressément que Serge soit là ce soir... Il a envie de sentir sa grosse bite dans son cul !!!

— Tu me surprends... Serge ???

— Oui, il est à voile et à vapeur... Il baise les femmes et les hommes et se fait défoncer... mais pour ça, il faut qu’il ait abusé de la vodka !!!



Pendant cette brève, mais très instructive conversation, j’avais commencé à baiser Anita et cette dernière ronronnait comme une chatte tout en se caressant le pubis et en faisant rouler son clitoris sous ses doigts... Pour ne pas être en reste, j’avais saisi le plug et je le faisais aller et venir dans le boyau étroit de cette belle quadragénaire... Je m’efforçais de deviner la montée de sa jouissance et lorsque j’ai senti que celle-ci n’était pas très loin, j’ai asséné plusieurs coups de reins qui m’ont enfoncé au plus profond de la chatte où je me suis vidé copieusement... emportant Anita sur les chemins de la jouissance...

Toujours imbriqués l’un dans l’autre, nous nous sommes affalés sur le lit avant de basculer sur le côté... J’avais la croupe opulente d’Anita contre mon pubis et je savourais une jouissance qui me semblait être arrivée trop vite...

Et pour Anita aussi...


— Fais-moi encore l’amour... Je suis certaine que tu peux remettre ça !!!

— C’est sûr... une fois avec une belle femme comme toi, ce n’est pas assez !!!

— Arrête ton baratin... je sais que j’ai des formes et tu n’es pas le seul à l’apprécier... Dis-moi comment tu veux me baiser !!!

— J’ai envie de voir le plaisir illuminer ton visage comme tout à l’heure sur le fauteuil et aussi voir danser ta jolie poitrine...

— Oh... la cavalière... ça fait si longtemps...

— Alors ‘’ à cheval ‘’ !



J’ai basculé sur le dos et Anita est venue enfourcher mon sexe qui était encore bandé... Elle s’est laissé descendre sur ma bite qui s’est enfoncée en elle, se mêlant à notre plaisir précédent... Waouh... que sa chatte était chaude et j’appréciais cette chaleur tout comme Anita se régalait de ma rigidité...


— Oh... que c’est bon... T’es pas comme tous les mecs... Tu cherches mon plaisir alors que les autres sont inspirés par mes mamelles et mon cul qu’ils ne se privent pas de défoncer...

— C’est dommage...



Nous sommes restés ainsi quelques instants puis j’ai commencé à baiser la chatte d’Anita où je voyais mon sexe aller et venir tandis que les seins généreux se balançaient doucement, aggravant davantage l’excitation que je ressentais à faire l’amour à cette quadra’ !!!

Comme nous avions déjà joui une première fois, cette fois-ci, nous avons mis un certain temps avant de jouir, Anita la première, suivie de peu par le jaillissement de mon foutre qui l’inondait une seconde fois...


Elle s’est couchée sur mon torse et elle m’a dit ce simple mot :


— MERCI !



Et nous sommes endormis dans les bras l’un de l’autre jusqu’à ce que Caroline, accompagnée d’une femme de chambre, nous apporte un copieux petit-déjeuner... et s’adresse en riant à Anita :


— Alors... je te l’avais bien dit que c’était un bon coup... Il faudra que je l’essaie un de ces jours... Ce coquin a une fameuse réputation...

— Oh oui... Il m’a envoyée en l’air deux fois de suite à peu d’intervalles...

— Fais-moi un peu de place près de vous... Il a peut-être des réserves à notre intention...

— Oh les filles... je ne suis pas une mitraillette !!!

— On va arranger ça... N’est-ce pas Anita ???

— J’imagine déjà... une pipe à deux bouches pour commencer, des caresses un peu partout... et après tu veux te faire baiser...

— Oui, c’est un peu l’idée... Pour te consoler, tu as quelques jouets dans la table de chevet...



En quelques secondes, Caroline s’est mise nue... Oh... elle n’avait pas grand-chose à enlever, car sous sa robe d’hôtesse, elle était quasiment nue ! Elle portait un string minuscule qui avait bien de mal à cacher son sexe et un soutien-gorge ‘’redresse-seins’’ qui, tout en soutenant une poitrine assez opulente, la présentait les tétons saillant au-dessus de la dentelle...


— Viens Anita, nous allons nous occuper de ce beau jeune homme...



Et là, ce fut un festival de caresses, des baisers sensuels... les deux femmes se partageaient mon sexe, quand l’une l’avait en bouche, l’autre caressait mes bourses et inversement, puis l’une d’elles venait caresser et sucer mes tétons pendant que l’autre échangeait avec moi des baisers de plus en plus sensuels : une bataille de langues... je bandais à ne plus savoir laquelle allait être honorée de ma bite jusqu’à ce qu’Anita dise à Caroline que je semblais ‘’ à point ‘’...


Je n’avais plus qu’à chevaucher Caroline qui s’offrit à moi, sur le dos, les cuisses écartées avec un regard qui semblait me dire : ‘’ Je t’attends ! ‘’


Si nous avons commencé à baiser d’une manière très classique, Caroline a saisi ses jambes sous les genoux et les a repliées le long de son buste, parvenant même à saisir ses talons entre ses mains pour mieux s’offrir...


— Vas-y... Baise-moi fort... Ne fais pas mentir ta réputation... et toi Anita, viens au-dessus de moi que je bouffe ta chatte !!!



Cette baise matinale a rempli tout ce que nous en attendions... J’ai fait jouir Caroline en même temps que je me vidais au fond de sa chatte et Anita a joui elle aussi de se faire manger le sexe...


La matinée commençait bien !

Diffuse en direct !
Regarder son live