Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 32 461 fois
  • 88 J'aime
  • 4 Commentaires

Des potes pas si hétéros que ça

Chapitre 1

Gay

Je m’appelle Gaël, j’ai 16 ans et je suis totalement gay, sans pour autant l’affirmer ouvertement. Je suis grand, blond vénitien et si je ne suis pas musclé j’ai tout de même un bon petit cul. Il m’arrive souvent de fantasmer sur mes trois meilleurs potes. Après tout ils sont jeunes, plutôt pas mal, et s’amusent fréquemment à parler de cul, ce qui m’excite énormément. Aujourd’hui, nous étions dans ma chambre entrain de zoner comme à notre habitude, en écoutant de la musique. Je regardai Thimotée, un brun de taille moyenne accro au sport et donc par conséquent, aux muscles bien dessinés. Dans le groupe, c’est celui qui s’exhibe le plus. Pour l’heure, il a une main dans son boxer, ce qui est presque une habitude chez lui. Il parlait avec Louis, un grand mec assez mince, châtain mais qui a déjà un visage mature. Venait finalement Pierre, plus petit et trapu assez timide mais connu pour être le plus grand branleur du groupe.

Nous avions déjà bu quelques bières et l’alcool commençait à nous échauffer quand la conversation commença à tourner sur le cul. Généralement je restais en retrait pendant ces moments là, me contentant d’écouter d’un air ravi les propos sexuels de mes potes. C’est Tim qui aborda le sujet le premier:

"Putain les mecs y’a une bonasse qui me parle sur facebook, elle est bien chaude! J’ai trop envie de la niker j’vous jure!

-Vas-y montres mec, répliqua Louis avec un petit sourire."

Tim s’exécuta et montra une photo de la fille sur son portable. Les mecs poussèrent des sifflements amusés puis vinrent le taquiner

"De toute façon tu saurais même pas où mettre ta queue, t’es puceau, rétorqua Louis qui avait déjà pas mal de meuf à son actif.

-Moi je suis puceau mec? Trop pas, j’ai baisé plus de meuf que toi à mon avis! Au camping l’année dernière y’a trop de meuf qui se sont faites éclatées dans ma tente gros. C’était des putains de salopes!

-Ah ouais avec ta petite queue, elle voulait quand même coucher avec toi? s’écria Pierre en riant.

-Ma petite queue de quoi? Je vous emmerde elle est normale ma queue! répondit Tim vexé, en se dressant."

Je n’en croyais pas mes yeux. Je rêvais de voir son calibre depuis longtemps déjà. Puis sans un mot, mon pote baissa son jogging et son caleçon pour venir nous montrer une bite au repos, de taille normal, parfaitement rasée. Il avait des grosses couilles et les balança fièrement un instant avant de rigoler.

"Putain vous voyez les mecs qu’elle est normale ma queue! Je suis sur que vous atteigniez même pas le quart de sa taille bande de tafioles!

-Ah bah ça va pas être dur, s’exclama Louis en se dressant à son tour."

Je n’en revenais pas. Mes potes commençaient à se désapper devant moi et je sentis ma bite se durcir au fur et à mesure que Louis se déshabillait. Il finit par enlever son caleçon pour dévoiler une grosse bite entourée de poils châtains, avec des boules un peu poilues. TIm rit en voyant sa bite et s’écria:

"Tu te rases pas, c’est chaud mec! T’en a même sur les couilles regardes!, à ces mots il effleura les couilles de Louis qui se recula en rigolant.

-Putain mec me touches pas la queue, t’es pédé ou quoi?!, il finit par se retourner vers Pierre et moi tout en nous disant: Bon alors on vous entend pas depuis tout à l’heure, vous rigolez moins avec vos petites bites les gars!"

Je bandais dur, j’étais donc ultra gêné de montrer ma queue mais je sentais que les choses pouvaient aller plus loin si je jouais bien l’affaire. Alors, après avoir échangé un regard complice avec Pierre, on se désappa en découvrant notre bite. La mienne était de taille raisonnable et celle de Pierre un peu plus petite mais très épaisse. Les remarques ne tardèrent pas à arriver:

"Et on dirait que ça l’excite bien Gaël de se montrer là!

-Ouais, regardez sa bite les mecs il bande trop, répliqua Tim. Je suis sur qu’en bande j’ai la plus grosse bite. On a qu’a mesurer."

Les deux gars avaient pas l’air super chauds mais Tim réussit à les convaincre. Il leur dit qu’on devait tous bander pour avoir la bonne taille alors il mit un porno sur son ordi. Ma bite n’aurait pas pu être plus tendue tandis que je regardais la blonde à l’écran se faire pénétrer par deux blacks bien montés. Autour de moi, je voyais les bites se dresser. Tim se touchait même rapidement en faisant coulisser sa main gauche sur sa bite à certains moments. Louis et PIerre étaient plus réservés et se contenter de regarder leur queue grandir au fur et à mesure que la salope à l’écran continuait de crier. Au bout d’un moment, Tim alla chercher une règle sur son bureau et mesura sa queue.

"Dix-huit centimètres les gars. Je propose un truc, celui qui a la plus bite à un gage, s’exclama-t-il alors que je voyais les têtes réticentes de mes potes. Ou alors vous avez peur comme des pédales?!

-Non non c’est bon, de toute façon je vais gagner, rétorqua Louis avec un clin d’oeil moqueur."

Aussitôt il saisit la règle qui indiqua vingt centimètres tandis qu’il mesura son chibre. Vint le tour de Pierre. Sa bite mesurait dix-huit tout comme Tim. La mienne faisait dix-sept. Une partie de moi était déçue tandis que l’autre sautait de joie. J’avais hâte de connaître la teneur du gage mais cela aurait obligatoirement un rapport avec ces tiges tendues vers moi.

"Ah on dirait que t’as perdu mec, s’exclama Pierre presque soulagé.

-Ouais, c’est quoi le gage alors?, demanda Louis sans se départir de son sourire en coin.

-Bah je sais pas... On dit qu’il essaye de nous branler comme un soumis!

-Les mecs vous abusez là, tentai-je de protester faiblement bien que mes yeux criaient mon envie d’effectuer l’action.

-Ok, ok bah tu commences par sentir au moins! répondit Tim avec un sourire pervers affiché sur ses lèvres"

Je fis mine d’être dégoûté puis je m’approchai de la bite de Tim. La mienne allait exploser si je ne me branlais pas tellement j’étais excité. Là désormais, je n’avais qu’une envie c’était de prendre ce morceau de chair dans ma bouche. Je rapprochai donc mon nez des couilles de mon pote qui vint me prendre la tête pour le coller dessus. Il faisait semblant de baiser ma tête en rigolant et en me glissant des petits "T’aimes ça hein?" de temps à autres. Puis, il me mit son gland sous le nez. Il était gonflé et je sentais l’excitation de mon pote qui atteignait son paroxysme. Timothée osa même me biffler rapidement sous les rires de mes autres potes qui profitaient du spectacle.

"Putain t’es un vraie pédale en fait Gaël, on aurait dit que tu kiffais.

-Trop pas, je fais le gage quoi, répondis-je en haussant les épaules.

-Ouais ouais c’est ça, bah le gage maintenant c’est que tu me branles, répliqua Louis que la scène avait bien excité à voir la taille de son chibre."

Tim et Pierre ne dirent rien, attendant de voir si j’effectuai l’action. J’en avais trop envie pour décliner la proposition. Alors je me mis à côté de lui et prit sa bite tendue dans ma main. Elle était assez grosse et je commençais avec joie à coulisser ma main tout en le sentant lâcher un petit soupir d’aise. Je me sentais observer mais j’aimais cela. J’insistais avec deux doigts sur le gros gland rose de mon ami pour ensuite venir caresser ses couilles poilues et dures. J’adorais le contact de ma main sur ses deux boules. J’accélérai le mouvement au fur et à mesure tout en repassant ma main sur sa tige qui avait encore l’air de grandir. Lui gémissait et sa main vint se poser derrière ma tête, comme pour m’inciter à un acte qu’il n’osait me demander de vive voix. Je reçus le message, et sans plus attendre je me penchais vers cette queue sur laquelle je fantasmais depuis des mois. Je pris en bouche le gros gland, passant ma langue dessus tandis que les soupirs d’aises continuaient, puis j’embrassais la tige en descendant lentement vers les couilles que je pris en bouche goulûment. Là, Timothée ne put retenir une exclamation:

"Mec tu suces comme une vraie salope, t’aurais du faire du porno toi. Putain t’as l’air de kiffer hein?

-Ouais c’est une petite pute, renchérit Pierre.

-Tu devrais peut-être venir là mon gars, reprit Tim."

Les deux étaient super excités et ils se branlaient désormais rapidement. Je me détachais de la bite de Louis avec regrets, puis je vins prendre en bouche la bite de Tim qui sentait fort le sexe. Il était macho et cela se sentait. Moins doux, il me baisait la bouche sans ménagement: il avait trop du regarder de pornos. Il m’insultait de salope, de suceur de queue, de chienne et le pire c’est que j’aimais ça. A un moment, il me força à prendre dans ma bouche la bite entière. Je faillis m’étouffer mais lui continuait de pousser ma tête avec sa main. Il sortit sa bite de ma bouche, commença à me bifler tout en me faisant sentir son gland à intervalles réguliers.

"T’aimes hein? Tu kiff l’avoir dans la bouche ma grosse queue? T’as faim hein?"

Puis Pierre vint me coller sa bite sous le nez je dus la sucer aussi. J’avais plus de mal à la prendre en entier car elle était plus épaisse. Sans ménagement, j’étais demandé de tous les côtés par mes potes pour suçaient leurs pénis. Dans la chambre, l’odeur de prè-sperme et de bite se mélangeait à celle de la sueur adolescente. Je n’en pouvais plus et apparemment les mecs non plus. Tim et Louis tentèrent d’introduire leurs deux bites en même temps dans ma bouches tandis que je branlais Pierre d’une main experte. Je les faisais kiffer tandis que je voyais le porno hétéro encore tourner en arrière-plan. Cela faisait encore plus monter le désir en moi: j’avais réussi à sucer mes potes hétéros. Je m’acharnai à nouveau sur la bite de Louis uniquement, suçant et masturbant à la fois jusqu’à ce que je sente monter ses cris et qu’un liquide chaud arrose ma gorge. J’avalais tout, aux anges puis je masturbais Pierre sans le sucer cette fois: je voulais sentir son sperme sur mon visage. Le liquide blanc ne se fit pas attendre et avec des gémissements du garçon, je me retrouvais la tête couverte de la substance. Vint finalement Tim, qui décida de m’éjaculer dans la bouche avec une gorge profonde qui me força à tout avaler. Pendant qu’il se lâchait, je me vidais moi-même par terre en me branlant avec l’idée excitante que mon pote devrait ensuite nettoyer ma semence.

Après ce moment de plaisir irréaliste, nous rentrâmes tous chez nous avec un petit sourire complice. Mais les choses étaient loin d’être terminées, je ne me rendais alors pas compte à quel point cette petite soirée allait m’emmener loin au niveau sexuel.


Diffuse en direct !
Regarder son live