Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 47 538 fois
  • 295 J'aime
  • 5 Commentaires

Des vacances chez mon frère...

Chapitre 6

Quand ma femme s'y met !

Avec plusieurs femmes

Je me suis allongé à plat-dos sur le lit, le bas des jambes ballantes touchant presque le sol, en attendant qu’Amandine termine de prendre sa douche, pour pouvoir ensuite prendre la mienne. Si je ne m’étais pas retenu, je crois que je dormirais déjà tellement je suis crevé de ma journée, tellement je suis vidé... dans tous les sens du terme.

Après avoir baisé ma belle-sœur et sa fille aînée dans la cuisine, il ne s’est d’ailleurs rien passé de particulier même si mon frangin a bien essayé d’engager une discussion sur la situation politique actuelle, mais mes pensées étant encore toutes pour mes deux amantes et ce que je venais de faire avec elles, je n’ai même pas répondu. En tout cas, il ne semble pas avoir le moindre soupçon sur les saloperies dont je m’étais rendu coupable à son égard...

Ma propre femme non plus ne semblait pas se douter de la situation, mais je redoutais vraiment le jour où elle l’apprendrait, si cela devait arriver. Je me fais donc la réflexion qu’il faut que je sois beaucoup plus prudent que je ne l’ai été depuis le début des vacances chez mon frère, car il était maintenant évident pour moi que je rebaiserai avec Julie et surtout Clara...



J’étais tombé dans un demi-sommeil quand Amandine entre dans la chambre, éteint la grande lumière pour ne laisser que les deux appliques allumées... et, à ma grande surprise, elle ne porte sur elle qu’une fine nuisette en dentelle noire mettant magnifiquement en valeur les courbes de son corps. Je découvre d’ailleurs à travers la fine mousseline, qu’elle s’est taillée sa touffe pubienne pour ne garder qu’un ravissant petit “ticket de métro” juste au-dessus de son sexe.

Bien sûr, tel un fauve excité par sa proie, je sors de ma torpeur et m’apprête à filer sous la douche pour mieux pouvoir baiser ma femme ensuite, une fois débarrassé des traces de mes précédentes saillies... mais ma belle brune latine se met juste devant moi et me repousse en arrière sur le lit.

— Attends, chérie, il faut que j’aille prendre une douche avant car je suis plein de poussière et je dois puer la sueur après ma balade d’aujourd’hui !

— Je te veux comme ça, mon amour... là, tout de suite ! Je veux sentir le mâle en rut, la bête féroce qui va me démonter la chatte et faire de moi sa petite pute soumise ! Je veux que tu me baises comme une chienne en chaleur !

Elle s’était mise à quatre-pattes sur le plancher et avançait vers moi de façon féline et lascive, commençant par défaire le lacet de mon short pour me le retirer. Je pose mes mains sur les siennes...

— Ma chérie, tu ne veux vraiment pas que j’aille me laver avant ?! Tu...

— Non ! Je veux ta queue maintenant ! Je veux sentir ta bite dans ma bouche !

Amandine reprend son mouvement pour tirer mon short et mon slip jusqu’à mes genoux, libérant ainsi mon sexe qui se redresse immédiatement tel un totem. Je suis d’un seul coup paniqué à l’idée qu’elle découvre une odeur qui n’est pas la mienne, qu’elle découvre ma tromperie... mais elle ne me laisse pas le temps de réagir, sautant telle une “mort-la-faim" sur ma verge en l’enfournant dans sa bouche. Dans le même temps, l’une de ses mains vient me saisir les couilles et commence à les malaxer avec fougue.

Qu’est-ce qui m’arrive ? Je m’attends au pire, à ce que ma femme se mette d’un seul coup dans une fureur noire... mais, étonnamment, rien ne se passe comme ça !? Amandine est déchaînée, ses lèvres montent et descendent sur ma queue avec gourmandise, sa langue s’enroule autour de mon gland et joue avec le bout de celui-ci... Par moment, elle se met à la téter et à aspirer tout ce qui peut s’en échapper !

Néanmoins, je n’arrive toujours pas à me libérer complètement, inquiet d’un brusque changement d’humeur de sa part... mais cela ne semble pas réfréner ses ardeurs. Ma sublime brune continue à me pomper comme si de rien n’était, comme je n’avais plus souvenir qu’elle me l’ait déjà fait aussi intensément...

Elle me branle maintenant avec une main tout en poursuivant sa fellation, introduit une phalange dans mon anus... Je suis sur le point de jouir, de tout lâcher ! Elle redresse la tête brusquement...

— Tu as baisé avec Julie cet après-midi ? Tu sens le sexe, le foutre...

Sans attendre ma réponse, elle reprend ma bite dans sa bouche et redouble de vigueur. D’ailleurs, quelle réponse suis-je capable de lui donner ? Je passe une main dans ses cheveux et bafouille quelques mots inaudibles...

— Que... quoi, chérie ?!... Qui... qui est allé te raconter ça ?...

— Pourquoi ? Quelqu’un aurait-il dû me raconter quelque chose ?

— Euh... non, pas du tout !

— À moins que ce soit avec ta jeune nièce ?... Elle est vraiment trop excitante et désirable, cette jeune coquine de Clara... Même moi, elle me donne terriblement envie d’elle, avec sa jolie petite chatte blonde et ses deux magnifiques petits seins qui pointent d’excitation à longueur de journée.

— Tu... tu as vu ça ?!

— Tu, tu, tu... chapeau pointu ! Ne me dis pas que tu n’as rien vu alors qu’elle se balade le plus souvent sans culotte depuis notre arrivée, et qu’elle n’hésite pas à se mettre dans des positions indécentes, ta nièce !?... Alors, avec laquelle des deux tu as fait l’amour cet après-midi ? Peut-être avec les deux, en fin de compte ?

Elle se remet à me sucer avec frénésie, descendant maintenant plus bas pour s’occuper de mes couilles avec sa bouche, alors que sa main droite s’active toujours sur ma verge. Quant à moi, je n’ose ni bouger, ni surtout rajouter le moindre mot, de peur qu’elle attende justement ce prétexte pour me foudroyer. Un profond sentiment de honte et de culpabilité me submerge, ce malgré cet instant unique de plaisir et même de jouissance...

— Tu es là, ma petite chatte ! Tu nous espionnais ?

— Oui, tante Amandine... moi-aussi, j’ai terriblement envie de goûter à ta chatte ! Tu es vraiment trop belle !

Je me redresse brusquement sur mes coudes pour découvrir ma jeune nièce accroupie juste derrière ma femme, en train de lui caresser le bas du dos et les fesses. Elle semble a priori seulement habillée d’un tee-shirt et d’une petite culotte, mais c’est avant tout son sourire lubrique et triomphateur qui me marque l’esprit. Sans doute à raison d’ailleurs, puisque Clara venait de réussir en moins de trois jours ce que j’avais échoué à faire en plus de 25 ans de vie commune avec Amandine, à savoir lui donner envie de goûter aux plaisirs primaires du sexe et de la luxure, au-delà de tout sentiment.



Ma femme venait d’ailleurs de se redresser sur ses genoux, et elle tire Clara vers elle pour partager un intense baiser. Situé aux premières loges, je peux voir leurs deux langues s’enlacer, se défier... chacune essayant de prendre le dessus sur l’autre dans cette joute érotique et particulièrement sensuelle. Amandine caresse maintenant les seins de sa jeune amante, l’invitant dans le même temps à retirer son tee-shirt... ce que la jeune blonde s’empresse de faire.

Quant à moi, excité comme jamais par cette situation parfaitement improbable, j’ose un premier geste en direction de mon épouse, posant une de mes mains sur son sein gauche par-dessus la nuisette, puis commence à le pétrir, à faire rouler le téton entre deux doigts, à le pincer puis le tirer... Amandine se met alors à gémir de plaisir, imitée juste derrière par ma jeune nièce.

Ne résistant plus, je plonge ma tête en direction des nichons de ma femme, en prend un puis l’autre dans ma bouche... les aspire... les tète... les mordille... Une main inconnue vient de me saisir la verge et se met à la branler méthodiquement.

— Clara, tu as déjà pris la bite de ton oncle dans ta bouche ?

— Non, pas encore ! Hihihi !!!

La jeune femme tout juste sortie de l’adolescence rigole, laissant percevoir une excitation intense à la perspective de me sucer...

— Alors viens avec moi ! Il n’attend que ça, ce vieil obsédé pervers...

Amandine fait se relever Clara et l’attire vers notre lit. Je comprends tout de suite le message et m’allonge sur le dos en plein milieu de celui-ci, le sexe toujours dressé vers le ciel...

— Tu as déjà sucé un autre homme avant, petite coquine ?

— Oui, ma tante... mais seulement trois fois et il n’avait pas une aussi grosse bite.

— Alors lâche-toi, ma belle cochonne, et fais-lui cracher tout son foutre, à mon mari ! Tu n’es pas obligée d’avaler si tu n’as pas envie...

Ma nièce est à quatre-pattes sur le lit ; elle me jette un regard avant de se retourner vers mon épouse, puis elle pose délicatement sa main autour de ma queue. Amandine lui caresse les cheveux...

La jeune blonde se décide alors à approcher sa tête de mon gland, avant de l’embrasser avec beaucoup de retenue. Elle fait faire deux fois le tour de la protubérance à sa langue, comme pour s’assurer de sa taille... puis ouvre grand la bouche et s’empale telle une affamée sur mon sexe.

Certes avec quelques approximations au début, Clara se met à monter et descendre avec le haut de son corps, plaquant ses lèvres contre les parois lisses de ma verge pour en épouser au mieux la forme. Je suis aux anges, ne pouvant toutefois m’empêcher de penser que ce joli minois qui était en train de me faire une fellation du tonnerre de Dieu, était la fille aînée de mon propre frère et qu’elle n’avait que dix-huit ans. Plus encore que cet après-midi après lui avoir bouffé le cul ou prise en levrette contre le plan de travail de la cuisine, j’avais là maintenant le terrible sentiment de braver un interdit... et cela ne faisait que décupler mon excitation.



Après quelques longues et délicieuses minutes à la regarder faire tout en lui caressant la tête, ma femme décide de faire pivoter Clara pour que cette dernière se retrouve en 69 avec moi, son sexe au niveau de ma tête. Ma nièce a encore sa petite culotte mais déjà Amandine est partie dans l’exploration de l’intimité de la jeune blonde, lui faisant rentrer et coulisser le morceau d’étoffe entre ses lèvres charnues ou dans la raie des fesses, mordant ou giflant ces dernières avec perversité, découvrant parfois sa petite chatte pour y glisser sa propre langue ou un doigt.

Bien sûr, je me délecte de ce spectacle d’un érotisme torride. Je m’en délecte d’autant plus qu’à chaque fois qu’Amandine déclenche un frisson de plaisir à ma jeune nièce, je sens la bouche de celle-ci se crisper sur ma bite, puis redoubler d’ardeur... Je suis d’ailleurs tout près de l’orgasme et ma femme l’a bien compris. Elle fait glisser la jolie lingerie sur une des fesses de Clara, écarte les deux globes laiteux au maximum avec ses mains et se met à darder le petit œillet un peu plus foncé de la jeune femme avec sa langue, à chaque fois un peu plus profondément.

Ne voulant pas rester en retrait des festivités, je m’attaque aux petites lèvres maintenant toutes juteuses de ma sublime blonde, ainsi qu’à son délicieux petit bouton d’amour... J’aspire... je lèche... je mordille... je doigte frénétiquement le con de mon amante... je m’enivre de son parfum intime jusqu’à l’ivresse... elle se déhanche de façon incontrôlée au-dessus de moi, une langue dans chacun de ses orifices... j’explose... elle jouit... ma femme aussi !

— Oh ouiii !!! Oh ouiiiiiii !!!!!!

Amandine lâche le cul de ma nièce et file la rejoindre au niveau de ma queue... Je sens sa langue s’activer le long de ma verge et ses lèvres aspirer le foutre qui doit probablement s’échapper en partie de la bouche de Clara, cette dernière manquant d’ailleurs de s’étouffer à plusieurs reprises en voulant de toute évidence avaler un maximum de ma semence...

Je suis complètement exsangue... et Clara manifestement aussi puisqu’elle se laisse choir de tout son poids sur moi, son sexe dégoulinant de cyprine contre mon visage. Ma femme s’alonge à côté de moi et m’embrasse sur le front...

— J’espère que tu as gardé encore assez d’énergie pour me baiser ce soir, mon amour ?! En tout cas, la petite salope, elle a presque tout avalé et ne m’a laissé que les miettes...

— Ce n’est pas vrai, tata... je t’en ai quand même offert un peu avec ma bouche, et puis toi, tu peux en profiter toute l’année, de tonton Manu !... Je peux rester dormir avec vous cette nuit ?

— Oui, ma petite chatte... mais tu me promets de retourner dans ta chambre avant que les autres se lèvent et, surtout, tu n’en parles à personne de ce que tu viens de faire avec ton oncle et moi !

Clara se laisse glisser sur le côté, se retourne et vient se blottir entre nous deux... Elle nous roule un patin à l’un et l’autre, à tour de rôle.

Quelle putain de petite salope, ma nièce !!! 


Diffuse en direct !
Regarder son live