Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 603 fois
  • 252 J'aime
  • 12 Commentaires

Des vacances chez mon frère...

Chapitre 11

Dans la merde jusqu'au cou...

Divers

Après nous être regardés en chiens de faïence un court instant, d’un seul coup mon frère explose littéralement de rage...

— Vous êtes complètement malades, les deux !... Des détraqués sexuels !... Pendant que vous y êtes, allez carrément baiser dans le salon devant tous les gamins et demandez-leur aussi de participer ! Il faut vous faire soigner !... Oui, il faut vraiment vous faire soigner, et toi tout particulièrement, Manu !... Tu...

Amandine s’était levée du lit... elle ramasse ses habits et passe toujours totalement nue juste devant mon frère.

— Plutôt que de t’exciter sur nous, tu devrais profiter de bander dur comme ça pour faire l’amour à Julie et la faire grimper aux rideaux... tu ne crois pas, Sylvain !? Elle en a vraiment besoin, que son mari lui offre beaucoup d’amour, surtout aujourd’hui.

Ma femme pose alors une de ses mains, celle libre, sur l’entrejambe de mon frangin, avant de rajouter quelques mots avec beaucoup de malice et un regard dans ma direction...

— Et puis, si tu as encore un peu de vigueur après et une place pour moi dans votre lit, fais-moi signe pour que je vous rejoigne !

— Mais... tu n’es vraiment pas bien, ma pauvre Amandine !? Tu as beau être ma belle-sœur, je ne te permets pas ce genre de familiarités avec...

— Oh... c’est bon, détends-toi !... Puisque c’est comme ça, je vais prendre une douche avant de rejoindre ta femme dans la cuisine, étant donné que c’est manifestement l’endroit où tu sembles la considérer à sa place ! Allez, amusez-vous bien, les deux frangins !

Amandine sort de la chambre sans se rhabiller... laissant mon frère sans mot. Ce dernier semble également bander comme un âne, étant donnée la déformation de son pantalon au niveau de l’entrejambe. Quant à moi, toujours groggy, j’en profite néanmoins pour remonter mon slip et mon short.



Après un court instant à gamberger, je m’apprête à sortir de la chambre de Clara mais mon frère m’arrête dans mon élan...

— Pourquoi tu ne lui as rien dit, à ta femme, alors qu’elle m’allumait ouvertement devant toi ? Tu n’en as rien à foutre qu’elle se comporte telle une véritable salope et qu’elle t’humilie aux yeux de ton propre frère ?

— Ecoute, Sylvain, ce n’est vraiment pas le jour pour me gonfler avec ta morale à la con ! Alors tu me lâches la grappe, s’il te plait !

— Ne t’énerve pas ! Je te disais juste ça pour ton bien. Les femmes, tu leur laisses ça... et elles te bouffent le bras en entier !

En même temps qu’il me dit ça, mon frère fait le geste avec sa main droite sur son autre bras pour imager ses propos.

— Pour mon bien ?!... Mais t’en sais quoi, de ce qui est bien pour moi ?... Tu vois, juste avant que tu nous déranges, Amandine m’a annoncé qu’elle me trompait depuis plus de trois ans avec mon meilleur ami. Alors tu vas me sortir quoi comme connerie, pour mon bien ?!

Je suis d’un seul coup au bord des larmes, complètement submergé par un flot d’émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres.

D’ailleurs, pourquoi je venais de lui raconter ça, à mon frère avec qui je n’avais jamais échangé la moindre confidence intime depuis au moins trente ans ?! Je m’attends donc à une réponse à la con, comme d’habitude, mais...

— Alors bienvenu au club, frérot ! Putain de fils de putes... ça se prétend être des amis, et ils en profitent pour baiser lâchement nos propres femmes dans notre dos ! Au moins, toi, tu sais qui c’est et tu pourras lui mettre la tête au carré à ton retour de vacances, la prochaine fois que tu le croises !

— Pourquoi tu dis ça, Sylvain ?

— Parce que je sais que Julie m’a trompé avec un de mes potes à plusieurs reprises, mais je n’arrive pas à découvrir lequel. En tout cas, je te promets que si je le choppe, cet enfant de salaud, je lui coupe les couilles et les lui fais bouffer !

Je découvre mon frère comme jamais je ne l’avais vu, tous ses traits du visage tendus et exprimant de la haine. Un frisson d’effroi me traverse d’ailleurs l’esprit à l’idée qu’il apprenne ma liaison avec Julie, sans parler de celle avec sa fille aînée, Clara.

Serait-il prêt à s’en prendre physiquement à moi s’il découvrait la vérité ? Ça me paraissait évident, étant donné la violence de ses propos et son attitude...

— Mais Sylvain, je n’arrive pas à comprendre !? Comment sais-tu que Julie te trompe et, surtout, que c’est avec un de tes potes, si tu ne les as jamais surpris ensemble et que tu n’as aucune idée de qui ça peut être ?!... Tu te fais peut-être tout simplement un film !?

— Non, je ne me fais pas un film ! J’ai intercepté des messages entre elle et son amant, mais ce fumier a un numéro masqué quand c’est pour parler de cul avec elle... et puis j’ai déjà fait analyser plusieurs de ses petites culottes souillées et c’est bien du sperme dessus. D’ailleurs, j’en ai encore récupérée une hier soir dans le panier à linge sale, que je dois emmener au labo près de mon entreprise. Je te promets que je vais l’avoir, ce fils de pute !

Ma première pensée est d’essayer de me rappeler si Julie avait une petite culotte quand je l’ai baisée hier. Le soir, c’est sûr que non, et puis surtout je n’avais pas éjaculé en elle. Par contre, pour l’après-midi, je me revois en train de jouir dans son cul... et je n’ai pas fait attention ensuite si elle remettait sa petite culotte, m’empressant d’aller prendre une douche.

Je m’imagine le gars du laboratoire lui dire : “Eh bien, monsieur le cocu, le foutre dans la culotte de votre femme est celui de votre propre frère !”

Suite à cette réflexion, je n’arrive d’ailleurs pas à réfréner un éclat de rire, en pensant également que s’il récupérait celle d’aujourd’hui, il aurait la fiche ADN de la moitié des pervers de Perpignan et sa région...

— Ça te fait rire, ce que je te raconte ?

— Non, excuse-moi Sylvain, c’est nerveux ! Ma femme vient de m’annoncer qu’elle me trompe depuis plus de trois ans avec mon meilleur ami, toi qui me dis que tu fais analyser les petites culottes souillées de la tienne, et cet après... enfin, ça fait beaucoup pour un seul après-midi !

Je suis à deux doigts de lui raconter la scène de la plage... mais je me ravise au dernier moment.

— Ok, Man... pas de problème ! Justement, je vais avoir besoin de ton aide, frérot. Samedi soir, j’ai invité tous mes potes et leurs familles pour un barbeuc à la maison... Je voudrais que tu surveilles Julie pour voir lequel est son amant, car ils seront attentifs à ne rien faire devant moi, mais ils ne feront pas attention à toi. Hein frérot, on va se le faire, cet enculé !?

— T’es sérieux ?

— Bah ouais ! Tu ne veux quand même pas que nous laissions des ordures qui se disent nos amis, baiser nos femmes dans notre dos ?!

— Euh... oui...

Je réalise pleinement dans quelle situation merdique je me suis mis et, plus encore, l’absurdité ainsi que le cynisme de celle-ci. Je vais devoir débusquer l’amant de ma belle-sœur en espérant que mon frère s’acharne sur lui et ne découvre pas que je la baise également ! J’ai d’un seul coup un sale goût dans la bouche, sans doute celui de la honte...

— Merci frérot... je savais que je pouvais compter sur toi ! On va lui faire bouffer ses couilles, à ce fils de pute !

— Bon, tu m’excuses... mais je vais prendre une douche et je reviens ensuite changer les draps du lit de Clara que nous avons sali tout à l’heure.

— Ok, frérot !...

— Et puis, s’il te plait, ne m’appelle pas frérot à tout bout de champ, car ça va vite me gonfler !

Je ne lui laisse pas le temps de me répondre, et file vers la salle de bain, croisant au passage ma belle brune qui termine de se sécher les cheveux. En la regardant, j’ai d’ailleurs un drôle de sentiment, comme si je découvrais une nouvelle femme, tellement différente de celle avec qui j’avais passé vingt-cinq ans de ma vie.

Je me pose la question de comment nous allions tous sortir de cette histoire ? Elle, moi... mon frère et ma belle-sœur, ma nièce Clara... et tous les autres enfants... Une sensation de vide s’ouvre autour de moi, comme si je prenais conscience seulement maintenant que je pouvais perdre tous ces êtres proches du jour au lendemain !



Alors que l’eau coule sur mon corps et noie mes angoisses, je prends la résolution d’arrêter mes conneries et de tenter de rattraper ce qui pouvait encore l’être. Il fallait maintenant que je trouve les solutions pour stopper cette machine infernale que j’avais moi-même mis en branle...

Je décide de rester un peu plus longtemps sous la douche, histoire de réfléchir au calme, mais...

— Coucou, tonton Manu ! Tu me fais une place dans la douche avec toi !

— Non, Clara !... Non !

Je n’ai pas le temps de faire le moindre geste, que déjà elle s’engouffre dans la douche italienne, bien sûr complètement nue.

— Tu me savonnes le dos et les seins, mon amour !

— Arrête, Clara !... Non, non... arête, Clara !

— Oh, mais tu bandes ! Je veux ta grosse queue dans ma petite chatte !... Allez, prends-moi !

J’essaye de tenir ma jeune nièce le plus à distance possible... mais elle revient à chaque fois contre moi, son corps brûlant de désir venant se coller littéralement au mien !

Je lutte un moment, résiste à la tentation de ce corps juvénile qui veut s’offrir à moi, tente de convaincre Clara qu’il faut que nous arrêtions notre jeu incestueux... et puis... elle réussit à s’accrocher à mon cou, passe ses jambes de part et d’autre de mon bassin, son souffle chaud glisse sur ma peau comme une invitation aux plaisirs charnels.

— Clara...

— Baise-moi, s’il te plait !

Mes lèvres se posent contre les siennes... elle se laisse descendre doucement pour venir s’empaler sur ma verge tendue d’excitation... ma jeune nièce a gagné ce combat où nous luttions à armes totalement inégales ! Bien que déjà entrainé dans ce balai érotique et sensuel avec ma sublime blonde, je réalise que l’homme est bien faible devant une femme.

Mes bonnes résolutions n’auront duré, quant à elles, que quelques petites minutes, balayées par la fougue d’une jeune femme de dix-huit ans, de la fille aînée de mon propre frère... 


Diffuse en direct !
Regarder son live