Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 465 fois
  • 33 J'aime
  • 4 Commentaires

La descente aux enfers de Marion

Chapitre 7

SM / Fétichisme
33
5

Note : J’ai continué à écrire cette histoire à la première personne, je trouvais ça bien plus excitant, d’autant plus que le personnage principal est mon homonyme... Dites-moi ce que vous en pensez !


Laurent venait de sortir de la pièce, en me laissant quelque peu abasourdie. Je retrouvais peu à peu mon souffle, toujours agenouillée sur mon simple lit au cadre métallique. Ma main gauche, appuyée au mur, me permettait de garder mon équilibre tandis que ma main droite tentait de recueillir le sperme de Laurent suintant lentement hors de mon petit trou meurtri. Je ne souffrais pas, mais ressentais toujours cette pression au plus profond de moi, comme si j’étais toujours pénétrée par le fantôme du sexe de Laurent. Mes abdominaux étaient comme contractés par une crampe, la même qu’après une séance de crunch intensive. J’étais comme paralysée dans cette position.


Malgré le pilonnage puissant de Laurent, je n’avais pas joui. En temps normal, j’aurais pu continuer à me caresser, seule, mais je n’en avais plus la force. Je m’écroulai sur mon lit et fermai les yeux pour profiter au maximum des sensations qui parcouraient encore toute la zone entre mon ventre, mon entrejambe et mes reins.


Laurent revint vers 19h30, pour m’apporter une soupe bien chaude. Il amena avec lui également des draps propres, ce qui n’était pas inutile, mes fesses gisant dans un mélange sueur, de mouille et de sperme. Il repartit ensuite en emmenant avec lui mon linge sale et en veillant à bien verrouiller la porte qui m’isolait du reste du monde.


Le reste de la soirée fut calme, je bus ma soupe, pris un bon bain chaud et allai me coucher vers 21h30.

Dimanche 21 octobre – 6h00


Deuxième jour dans la cave

Je fus réveillée aux aurores. Laurent venait d’entrer avec fracas dans la cave et avait allumé toutes les lumières.


— Maintenant que tu es installée, nous allons pouvoir mesurer ta motivation dans ce projet, annonça-t-il. « Inutile de préciser que les résultats de ces quelques jours de tests vont être intenses et impacteront directement le déroulement de ton séjour ici. » ajouta-t-il.


J’ouvrais péniblement les yeux, j’étais éblouie et distinguais péniblement la silhouette de Laurent qui se tenait debout dans la chambre.


— Lève-toi ! m’ordonna-t-il.


Je me redressais, encore engourdie par mon sommeil quand Laurent m’empoigna par le bras et m’extirpa en vitesse de mon lit.


— Aie ! laissai-je échapper.

— Je ne t’ai pas demandé de dire aie ! Es-tu venue ici pour te plaindre ?

— Non... répondis-je doucement.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Très bien, alors viens par ici.


Il me tira vers lui, puis m’enleva ce qui me servait de pyjama : une culotte en coton blanche ainsi qu’un t-shirt moulant (pas très glamour, j’avais l’impression d’être une matelote sur un porte-avion...). Je me retrouvais une fois de plus nue comme un vers devant Laurent. Je serrais mes bras croisés contre ma poitrine : j’étais fatiguée et avais un peu froid.


Il me prit à nouveau par le bras et m’emmena vers la pièce centrale de la cave.


— Assieds-toi ! me dit-il en montrant le fauteuil médical.


Je n’avais pas vraiment intérêt à désobéir et je m’assis sans tarder.


— Nous allons commencer par mesurer ta patience, m’annonça-t-il tout en saisissant mes bras. Il les attacha tous les deux fermement sur les accoudoirs, avec de larges lanières en cuir.

— Laisse-toi faire ! me dit-il, tout en inclinant doucement le fauteuil, jusqu’à me retrouver totalement allongée, jambes tendues, à environ 25 degrés par rapport au sol.


Je glissais et devais tendre mes bras pour rester sur le fauteuil qui ressemblait maintenant plus à une table de dentiste qu’à un fauteuil de gynéco... La puissante lampe au plafond ne rajoutait rien à l’affaire.


— Je ne sais pas si je préfère le dentiste au gynéco... pensais-je intérieurement.


Laurent semblait avoir remarqué que je glissais, puisqu’il immobilisa mes deux jambes, semi-écartées, à l’aide des mêmes lanières qu’il avait utilisées pour mes bras. Enfin, il passa deux dernières sangles, bien plus épaisses, autour de mon abdomen et de ma poitrine. J’étais maintenant complètement immobilisée, ne pouvais bouger que le cou.


— J’ai besoin de supprimer tous tes sens, m’annonça-t-il froidement. J’ignorais ce qu’il voulait dire par là, mais je dois dire que cela m’inquiétait.


Il plaça alors un masque épais sur mon visage, m’aveuglant totalement. Je ne pouvais à peine distinguer quelques rayons de la lampe qui filtraient à travers le tissu.


— A plus tard, me dit-il avant de poser un casque anti-bruit sur mes oreilles.


Je compris alors que j’allais certainement rester dans cette position pendant un moment, et commençais à comprendre ce que signifiait « mesurer ma patience » ...

J’ignore si Laurent est resté dans la pièce ou s’il est parti tout de suite. Le fait est qu’il ne se passa rien pendant un long moment. Combien de temps ? Aucune idée, deux heures, peut-être quatre. On perd très vite la notion du temps dans ce genre de situation. Je crois même m’être endormie.

Après ce long moment, quelque chose me réveilla en sursaut : un liquide chaud coulait sur ma poitrine ! Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour me rendre compte qu’il s’agissait d’urine.


— Laurent ? demandai-je.


La seule réponse que je reçus fut un violent coup (de ceinture peut-être ? difficile à dire) sur ma cuisse. Je ne pus retenir un hurlement de douleur mêlée de surprise. Le jet d’urine s’arrêta quelques secondes plus tard.


Cette urine, aussi désagréable est humiliante qu’elle soit, m’avait au moins réchauffée. Mais ce réconfort ne fut que de courte durée. J’étais maintenant trempée, et – je l’imagine – à nouveau seule dans la cave. Mes doutes furent alors vérifiés : Laurent avait baissé le chauffage et j’avais de plus en plus froid à mesure que l’urine refroidissait.


Le temps devenait vraiment long, et avec le froid, c’est l’angoisse qui commençait à arriver. Les heures passaient, et je n’espérais qu’une chose : qu’il se passe quelque chose ! Je crois que j’aurai été prête à subir les martyres de Sainte Blandine s’il le fallait, tellement ma posture devenait intenable. J’étais parcourue de crampes atroces et parvenais à peine à les soulager en utilisant le peu de mobilité permise par mes liens. Impossible de dormir dans ces conditions, cela me semblait durer des jours puisque je ne pouvais même pas distinguer si la nuit était tombée, la lampe du plafond étant restée allumée. La faim et la soif commençaient à me tirailler et je pense même avoir souffert de quelques hallucinations. J’avais par moments tellement froid que je n’arrivais plus à comprendre mes propres sensations : je m’imaginais tantôt prise dans un immense bloc de glace, puis attachée sur un bûcher dont les flammes léchaient les zones encore humides de mon corps.


Quelques heures plus tard, ce fut une nouvelle humiliation quand je ne parvins plus à retenir mon urine qui ruisselait maintenant le long de mes cuisses et de mes pieds, les réchauffant provisoirement.


C’était à ce moment-là la pire souffrance que j’avais endurée dans ma courte vie, et l’idée de m’être mis de mon plein gré dans cette situation me terrifiait pour la suite.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder