Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 186 fois
  • 83 J'aime
  • 3 Commentaires

Deux couples qui se libèrent

Chapitre 2

Orgie / Partouze

Après un mois de ce week end sulfureux, nous décidons de se refaire une soirée chaude, c’est ainsi que le samedi soir, où Guy n’est pas de service, le dîner se passe normalement, bien arrosé, pour se prolonger au salon. Sur une musique douce et lumière adéquat, nous dansons avec nos maris respectifs, puis on change de partenaire en continuant de se caresser en regardant nos époux évoluer vers de nouvelles aventures. Guy prend ma bouche, ce baiser réchauffe mes sens, on se rapproche de Monique et Philippe, les vêtements tombent un à un. Complètement nus, nous continuons de danser, nos caresses se précisent, nous formons un cercle où les verges sont dirigées vers le centre, n’y tenant plus Monique se penche pour téter son mari, je fais la même chose sur le mien, après quelques instant nous changeons de sucette, la saveur de Guy est appétissante pour la suite de la soirée.

On se retrouve tous les quatre couchés sur l’épais tapis dans un mélange torride. Les spermes giclent, les cris fusent, tous les quatre jouissons en cœur. Allongés, nous nous détendons en buvant quelques verres et prendre une légère douche.

Monique et moi sommes jamais rassasiées, on se paluche en s’embrassant et peut-être redonner un peu de vigueur à nos hommes, on se retrouve en soixante neuf pour montrer à nos amoureux combien leurs épouses s’aiment. Ma langue pénètre la pastille dilatée, je tente de pénétrer mon index, le suce sous les yeux excités des hommes, Monique se déchaîne, elle me fait la même chose, sa langue et son doigt transperce mon orifice secret. Les hommes sont de chaque coté de nous en se masturbant et ne pas perdre une miette de ce spectacle. On décide de nous occuper de nos chéris, ils sont chauds maintenant, nous les couchons sur le dos, la verge pointée vers le plafond, nous entamons une masturbation savante, Monique sur mon mari et moi sur Guy.

Philippe caresse mon visage alors que je m’applique sur Guy, il effleure mes lèvres de ses doigts que je suce comme une petite bite puis je prends sa main et très tendrement, je la pose sur la verge tendue de Guy. Philippe marque un temps d’arrêt, tous les trois on se regarde pour savoir ce qu’il va faire, Monique à bien compris mon idée, Philippe réfléchit à ce qu’il doit faire, il n’a sûrement jamais pensé à une pareille éventualité, je sais qu’il m’aime comme un fou, il ne peut pas reculer, en effet il referme sa main sur la verge de Guy et commence une masturbation lente, pour l’accompagner je caresse les roustons de Guy d’une main et le visage de Philippe de l’autre. C’est un grand moment très soutenu, nos idées commencent à se concrétiser, Monique manifeste sa joie en suçant Philippe pendant que Guy se détend sous les caresses de mon mari et des miennes.

Soudain Guy se déplace pour aller rejoindre la bouche de sa femme qui cède sa place émerveillée par son audace, en effet, il s’est emparé de la verge de Philippe, il la suce comme un gourmand. On se regarde avec Monique, nos yeux sont remplis de joie, nos hommes sont tête bêche et maintenant, Philippe a pris la tige de Guy entre ses lèvres, ils se sucent tous les deux, nous sommes comblées par nos hommes. Nous nous installons derrière nos maris respectifs, je lui mordille les fesses, les écarte pour lécher la raie poilue, je sens l’excitation montée de mon mari, j’enfonce mon doigt dans l’étui chaud et serré pour lui donner un maximum de plaisirs, son orgasme est violent, il accélère ses mouvements sur Guy qui avale la giclée, on voit bien jusqu’où le désir peut aller.

Les hommes se regardent en souriant, une nouvelle source de bonheur est née dans cette ardeur tonifiante, pour manifester notre joie, nous nettoyons avec notre bouche les verges ramollies. Nos maris se tiennent par la main, ils sont très charmants dans cette position, nous les embrassons tour à tour. Nous sommes de vraies sorcières.


On se repose tous les quatre, nous parlons de cet évènement nouveau qui nous a émoustillés et d’un commun accord nous sommes prêts à recommencer cette expérience. Guy et Philippe sont l’un à coté de l’autre, à la suite de cette conversation, ils ont une main posée sur le sexe de l’autre dans un geste amical.

Nous prenons une douche les uns après les autres, on boit une coupe et je décide d’amener ce beau monde dans notre chambre. Guy et Philippe sont assis les jambes étendues, Monique est couchée sur le ventre entre les jambes de son mari, je me mets dans la même position entre les jambes de Philippe. Guy caresse le torse légèrement velu de mon mari pendant que je m’amuse avec son service trois pièces juste à ma disposition. La bête commence tranquillement à reprendre des formes prometteuses,

Je m’aperçois que Monique suit mon exemple, nos hommes savourent nos hommages,

Nous les prenons en bouche, mon index titille la rondelle plissée, je sais que c’est son pêché mignon, au bout d’un bon moment nous changeons de place, me voilà entre les jambes de Guy pour lui administrer les mêmes gestes que sur Philippe, Guy apprécie particulièrement mon index dans son fondement, sa verge est dure comme de l’acier, je ne peux plus attendre, je me positionne sur la tige bien droite et l’enfile directement dans ma chatte. Quel bonheur, je commence un va et vient, Monique fait exactement la même chose avec mon mari, nous nous enlaçons en nous embrassant sur un rythme de yoyo extravaguant. On se caresse, s’embrasse, jusqu’au moment ou nous explosons, nos chéris nous soutiennent dans des cris de joie.


Après ce week end d’amour, nous ne cessons de se remémorer les souvenirs de ces aventures entre nous quatre, nos maris sont les meilleurs amis du monde, ils ne se quittent plus. Nous projetons une nouvelle soirée avec des nouveautés que nous mijotons Monique et moi. Nous avons retenues un samedi ou Guy est disponible.

La soirée commence comme d’habitude avec un repas au resto pour nous libérer, et se retrouver dans l’appartement de nos voisins. Nos maris nous ont fait beaucoup de compliments sur notre beauté. Monique et moi complimentons à notre tour la galanterie de nos hommes, qui eux même se font des éloges sur la beauté de leur verge. Guy soutient que c’est Philippe qui a la plus belle et vis versa. Monique demande:

— Il n’y a qu’à faire voir votre matériel pour que l’on puisse juger.

Voyant la tournure des évènements, Monique nous entraîne à la chambre à coucher, on s’installe confortablement sur le lit et nos deux compères font un strip tease, ils se retrouvent à poil, après quelques pitreries qui nous font bien rire, nos amants ne sont pas dans une forme où on peut réellement arbitrer l’ampleur de leur anatomie, de plus nos éclats de rire n’arrangent pas les choses et nous ne désirons pas intervenir pour ne pas fausser les règles du jeu.

Guy use d’un autre stratagème, il pose une main sur l’épaule de Philippe, lui prend la verge de l’autre main et la manipule doucement, mon mari se laisse aller sous la caresse.

Monique me dit à l’oreille:

— Je crois que l’on va avoir du spectacle.

On se détend en se collant l’une à l’autre pour se préparer à recevoir une bonne dose d’excitation. La verge de Philippe prend des proportions importantes, on se demande comment nos chéris vont poursuivre leur désir. Philippe qui était passif devient entreprenant par la douceur que lui procure son ami, à son tour il prend le biscuit plus ou moins mou pour entamer une masturbation. Le spectacle revêt un aspect beaucoup plus chaud, les verges grossissent à vue d’œil, nos amants expriment de petits sourires de satisfaction en nous regardant, ils ne pensent plus qui a la plus belle, complètement envoûtés par ces impulsions novatrices. C’est encore Guy qui prend l’initiative, il s’agenouille devant Philippe, le prend dans sa bouche avec beaucoup de tendresse. Monique et moi mouillons abondamment, de plus en plus serrées l’une contre l’autre, une main entre nos cuisses ouvertes, il y a seulement quelques semaines, jamais nous aurions imaginées de tels fantasmes. Philippe à posé une main sur la tête de Guy pour l’accompagner dans sa fantaisie. Guy se dégage en disant:

— Je ne sais pas si c’est la plus belle, mais je suis sûr que c’est la meilleure.

Il reprend le morceau en plaquant ses mains sur les fesses pour l’attirer et maîtriser les mouvements, il dévore la tige raide et luisante. Philippe emporté par le tourbillon se laisse tomber sur le lit à nos pieds, on se retire pour laisser la place, nos maris se retrouvent en soixante neuf, les deux hommes se sucent mutuellement et goulûment. Nous nous régalons du spectacle, j’ai la chatte complètement imbibée, Monique est dans le même état, ma main fait un clapotis entre mes cuisses. Nos chéris adorés sont bien exposés, nous contemplons tout, ils sont très mignons dans cette position. Ils n’hésitent pas à passer leurs langues entre les fesses.

N’y tenant plus, on se bouge pour rejoindre le couple déluré, Monique se place entre les jambes de Guy, moi entre celles de Philippe, je soutiens la tête de Guy de mes mains, ce qui fait redoubler son activité sur Philippe, je me mets à genoux pour qu’il pose sa tête sur mes cuisses, ce qui me permet de masturber son goupillon pendant que Guy lui suce le petit trou. Je prends un coussin que je place sous la tête de Guy et me mets entre les deux hommes pour téter mon Philippe pendant qu’il se fait faire une feuille de rose. Je sens les vibrations de mon homme qui doit avoir la bouche pleine, il se met à crier comme une bête en rut, Monique accélère son action sur son Guy qui fond lui aussi. Nous les embrassons sur la bouche où on retrouve des odeurs familières.

Pendant ces quelques minutes qui servent de repos à nos amants, on échange quelques baisers pour se retrouver à notre tour tête bêche sous les regards admiratifs de nos époux. Très vite nos maris sont déjà là, les attributs en ordre de marche, quelle santé. C’est un mélange incroyable de quatre corps, quand soudain je vois Guy derrière Philippe, je fais signe à Monique en se demandant si il ne va pas le pénétrer, nous n’avons jamais pensé à une pareille éventualité, mais curieusement ça ne nous rebute pas, le temps de quelques secondes, nos regards se croisent, on admire nos hommes, sans rien se dire, dans un synchronisme, Monique se place devant Philippe et moi derrière Guy, on les câline avec notre douceur habituelle pour faire monter encore plus l’adrénaline, Monique embrasse mon Philippe à pleine bouche en le masturbant, Guy est placé derrière Philippe lui caresse le torse et moi derrière Guy, frottant mes seins dans son dos. Je triture sa verge hyper tendue et tente de l’insérer entre les fesses rebondies de mon Philippe. Monique a bien compris mon stratagème, elle se baisse doucement en tirant Philippe sur elle pour qu’il se courbe en avant afin que mon travail soit plus aisé. Mon mari est à genoux la tête dans les seins de Monique, les fesses offertes. Je crois que c’est le plus beau spectacle de ma vie, c’est quelque chose d’exaltant, je prends l’objet précieux de Guy, le promène de haut en bas entre les parties charnues de mon mari, je suçote le gland baveux, le porte à l’entrée de l’orifice qui a tendance à s’ouvrir de plus en plus, Philippe se prête aux mouvements que j’occasionne, je suce la pastille plissée au plus profond de ses entailles, il s’ouvre comme une fleur, Guy lui caresse le dos, on dirait que tout est coordonné, que les choses doivent évoluer ainsi, j’aimerais savoir si Monique est aussi heureuse que moi. Le membre de Guy pénètre le cul de Philippe, c’est vertigineux, la chose s’introduit progressivement dans ce fondement. Guy s’active derrière son girond, Monique est venue me rejoindre et s’extasie de la réalité de la scène, ses yeux scintillent comme mille étoiles. Nous nous jetons sur nos amours avec un acharnement sans précédent, nous les bouffons de la tête aux pieds, je suce mon Philippe en accusant les coups de boutoir de Guy qui s’éclate dans mon chéri qui à son tour se lâche dans ma bouche. Les deux hommes sont abattus l’un sur l’autre dans une totale plénitude. Monique se jette sur ma chatte, je prends la sienne, nous sommes parties dans une série de spasmes incontrôlés, on se serre à s’étouffer pour tomber complètement épuisées à notre tour.


Nous avons passé de nombreuses soirées de ce type et nous ne sommes pas prêts à nous arrêter.

Diffuse en direct !
Regarder son live