Le site de l'histoire érotique

A DEUX DANS LA PETITE CHATTE DE MA FEMME

Chapitre 1

70
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 42 663 fois

70

2

Nous avons un ami de longue date, Josh, que nous avons connu à la suite d’une annonce que nous avions passée dans une revue échangiste, et que nous voyons toujours, de temps en temps. Un jour, elle l’a contacté sur ma demande et lui a demandé de venir à la maison.

Elle l’a attendu en chemise de nuit très courte et sans rien dessous. J’étais occupé à l’ordinateur tandis qu’elle l’attendait au salon. Je l’ai entendu arriver, elle lui a ouvert, la surprise était bonne et ils sont restés un bon moment au salon, elle était un peu gênée, il s’est assis à côté d’elle et s’est mis à la caresser entre les cuisses en lui faisant mettre sa petite main sur sa queue toute raide pardessus son pantalon. J’écoutais leurs murmures, j’étais tout excité de la savoir en train de se faire tripoter par mon copain. Puis, n’y tenant plus, j’ai entrouvert discrètement la porte pour les observer sans les déranger.


Je me branlais en les regardant. Ils étaient assis sur le canapé. Elle lui avait sorti la queue, il a une bite plus fine que la mienne mais aussi plus longue, un peu recourbée vers le haut. Il bandait bien. Elle tenait cette longue tige serrée dans sa petite main, de l’autre main, elle lui caressait doucement les couilles. Elle aussi était bien excitée à en juger par les clapotis que faisaient les doigts qui fouillaient sa chatte trempée.


Il s’est levé, l’a regardée dans les yeux, s’est déshabillé lentement en guettant ses réactions dans son regard. Elle, le regardait se préparer pour elle, je voyais ses jolis yeux détailler son corps fin et musculeux, son ventre plat au bas duquel le membre tendu à l’extrême semblait la fasciner. Tout en soutenant son regard, il s’est approché doucement d’elle, s’est penché un peu et a pris ses lèvres dans un baiser suave. Elle à gémi de désir trop retenu en passant une main derrière sa tête pour mieux se coller à ses lèvres et sentir certainement sa langue qui la fouillait, prémices d’une autre pénétration qu’elle voulait de tout son corps. Quand il s’est reculé, je l’ai vue, le regard enflammé de désir, prête à tout. Il s’est mis à genoux entre ses cuisses ouvertes, l’a tirée vers lui sur le bord du fauteuil et a introduit sa queue dans son con gluant. Je l’ai vue fermer ses yeux et ouvrir sa bouche en un « oh » muet, quand il est entré, signe du plaisir qu’elle ressentait à le sentir se glisser ainsi en elle.


Il est entré à fond, comme elle aime, elle le sentait au fin fond de son ventre. Il poussait et elle, accrochée à ses fesses, le tirait en elle pour l’avoir le plus profondément possible, planté en elle. Ils restèrent un long moment ainsi, soudés ensemble, étroitement et profondément emboités l’un dans l’autre. Je suis rentré à ce moment et me suis approché d’eux, la bite à la main. Elle m’a souri, tendrement, j’aime ce regard qu’elle à pour moi quand un autre que moi est en elle. Regard mêlé de plaisir, de reconnaissance, d’amour ; je lui ai demandé si elle aimait ça, se faire baiser, elle m’a dit que oui, je lui ai demandé de dire à Josh ce qu’elle ressentait quand il était en elle, si elle aimait sa bite. Replongeant ses yeux dans ceux de son amant, elle lui dit doucement, qu’elle aimait sentir sa longue queue bien dure au fond de sa chatte, qu’elle aimait se sentir bien remplie comme ça, qu’il la baisait bien et qu’elle aimait quand il la baisait. Je me suis approché pour regarder cette verge tendue qui prenait ma chérie, je l’ai caressée en même temps qu’elle se faisait mettre, éprouvant au passage toute la dureté de la bite de Josh. Je le sentais coulisser dans ma main pendant qu’il rentrait et sortait de la chatte de ma femme, je lui caressais un peu les couilles pour le pousser bien au fond de son ventre accueillant, l’aidant en quelque sorte à la baiser.


Puis, me redressant, je me suis présenté devant la bouche de ma petite salope adorée pour qu’elle me suce, ce qu’elle a fait avec application. Juste devant le visage de celui qui la prenait, à chaque fois qu’il entrait en elle, il se rapprochait de son visage et donc de sa bouche.

Lui, la fixait pendant qu’elle me pompait comme une reine. Elle s’appliquait pour bien lui montrer de quoi elle était capable ! Elle le regardait droit dans les yeux… puis, attirant sa tête vers elle, lui fit comprendre qu’elle souhaitait le voir me prendre, lui aussi.

Leurs langues entamèrent alors un ballet de folie autour de ma queue prête à exploser.


Je les regardais se partager mon sexe, se l’échanger pour le prendre en bouche l’un après l’autre, se délectant des sucs qui s’en écoulaient. Je n’avais pas envie de jouir encore et je me suis retiré avant qu’il ne soit trop tard.

Puis j’ai demandé à Josh de s’asseoir sur le fauteuil et de la prendre sur lui. Elle s’est alors empalée elle-même sous mes yeux, sur la queue dressée et toute brillante de sa mouille. Elle me faisait face et je pouvais voir son si beau visage se transformer au fur et à mesure de la progression du gland en elle, pendant qu’elle s’asseyait lentement sur ce pal. Quand elle fut assise complètement, il devait être bien enfoui profondément en elle et ses yeux s’écarquillaient encore sous l’étonnement de le sentir aller aussi loin. La pointe de sa langue passa sur sa lèvre supérieure en une mimique gourmande, prouvant s’il en était encore besoin, tout le bien qu’elle retirait de cette manœuvre.


Je la regardais en lui souriant, heureux de la voir si bien et, m’agenouillant devant elle, je présentais mon dard tendu devant son con, pourtant déjà bien rempli de la queue qui la comblait. Elle me regarda l’air soudain incrédule et peut-être même un peu inquiète.

Mon gland tout humide de pré-sperme, vint au contact de ces deux sexes étroitement emboités. Ma cible étant atteinte, je relevais mes yeux pour les planter dans les siens et suivre ainsi l’évolution de son plaisir futur. Je sentais la queue de Josh contre la mienne, qui m’empêchait d’entrer librement dans cet antre pourtant bien accueillant d’ordinaire ! Des sucs lubrifiants s’écoulaient de la chatte de ma chérie, je m’en badigeonnais la queue. Les sensations inédites que je ressentais me conduisaient à un état d’excitation encore inconnu de moi, me procurant une érection phénoménale.


J’allais baiser ma chienne en double avec mon copain, et dans le même trou, dans sa chatte !!! Je forçais un peu pour entrer, elle se souleva un peu pour me laisser plus de place et ma queue fut aussitôt, comme aspirée par cette chatte affamée de sensations fortes, cette grande dévoreuse de bites. J’entrais doucement, surveillant son plaisir dans son regard troublé et chaviré. Elle se mordait la lèvre inférieure, puis, quand je fus bien calé au fond, quand mes couilles furent plaquées contre les couilles de l’homme à qui je l’offrais, elle se laissa retomber sur ces deux chibres qui l’éclataient en deux. Un cri de surprise, de douleur et plaisir mélangés sortit de sa gorge. Nous étions serrés dans son ventre comme la première fois que je l’avais prise, quand elle n’était encore qu’une jeune fille étroite qui n’avait jamais connu la pénétration. Je retirais ma queue doucement, sans sortir tout à fait, craignant de ne pouvoir entrer à nouveau… puis brutalement, j’entrais en elle, sentant ma queue se frotter tout contre une autre, la massant de bas en haut, je pris alors un rythme régulier et puissant pour baiser ce con rendu étroit à nouveau. Les deux amants se mirent à geindre de concert les sensations étant trop fortes pour pouvoir tenir longtemps sans jouir, moi non plus je n’allais pas pouvoir résister encore longtemps, je le sentais bien. J’accélérais alors le rythme, me plantant dans ces sexes comme un forcené. J’écrasais le clitoris de ma salope et les couilles de Josh, à chaque fois que j’arrivais au fond.


J’encourageais ma femme à exprimer son plaisir. Elle se mit alors à crier :


— Salaud, tu nous baises tous les deux !!! … Hooooooo ooouuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii j’aime çaaaaaaa… putaiiiiinnnn que c’est booooonnnnn !!! Vos deux bites dans mooooiiiiiiiii … Je veux vous sentir jouir en moiiii allez-yyyyyy remplissez moiiiii je veux tout votre foutre dans mon ventreeeee ooooooooohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh oooooouuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiii je jouiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssss


N’en pouvant plus, je lâchais la purée dans le ventre de ma dulcinée, réduite à l’état de réceptacle à foutre, car en sentant les jets de mon foutre contre sa bite, au fond du ventre de ma femme, Josh ne put tenir plus lui non plus et il lui injecta toute sa semence au fond de sa matrice, lui procurant des sensations inédites et lui offrant une jouissance bien au-delà de tout ce qu’elle avait connu jusque-là. Elle explosait littéralement alors qu’on la remplissait de nos jutes brûlantes. Sa jouissance fut si violente qu’au maximum de sa puissance, elle l’emporta d’un coup, comme une vague trop forte, elle perdit pied, elle coulait, la bouche ouverte, plus aucun son n’en sortait, les yeux exorbités se fermèrent soudain et elle s’affala entre nous sans connaissance. Quand je me retirais de son corps, la queue de Josh fut elle aussi éjectée de son ventre et le sperme commença à s’écouler de son con élargi. Je l’allongeais tendrement sur le canapé et la recouvrais d’une couverture puis je la portais sur notre lit. Josh s’éclipsa discrètement de chez nous après s’être rhabillé. Je me suis couché contre elle, elle reprit connaissance dans mes bras amoureux, nous nous embrassâmes tendrement. Elle s’est couchée sur moi pour finir de se vider des semences que ses mâles lui avaient injectées elle se frottait ensuite sur moi pour les étaler sur nos deux corps.

Elle est devenue une bonne petite salope qui aime la queue me suis-je dit.


Il va falloir assurer mon vieux et lui en donner toujours plus. A cette pensée ma queue se tendit à nouveau… sous ses yeux rieurs…