Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 603 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

Deux femmes, un homme, deux cons, une bite et trois culs.

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Deux femmes, un homme, deux cons, une bite et trois culs.



Le professeur ne semblait pas surpris de nous voir nus. Clara l’embrassa tendrement ; il retira ses lèvres et renifla ; une fois que je fus contre lui, il renifla les miennes en fronçant son nez d’une drôle de façon.

– Vous êtes lesbienne, me demanda-t-il en me retenant contre lui ?

Clara m’a dit en riant : "Nous avons essayé de passer le temps".

Je l’ai aidé à enlever son manteau. "Je vous aide à retirer votre capote ?"

– Vous êtes rassasiés, dit-il en lui enlevant sa veste ?

– Pour être rassasiés, nous vous attendions.

Léo est parti ; il entendait l’eau couler au loin. Clara me demande :

– Alors, tu es décidée ? J’espère être aussi courageuse que toi.

– Tu le seras certainement, le professeur se fera un plaisir, j’en suis sûre

Nous sommes allés dans la chambre à coucher. Léo revint tout nu, beau comme un Apollon. Je regardai aussitôt son ventre. Sa bite n’était pas encore en érection, mais la vue de sa bite me donna un frisson dans tout mon corps, de la pointe de mes nichons, jusqu’au petit trou de mon cul !!


Comme sa bite me plaisait ! Cette bite faisait une courbe sous les couilles ; elle commença à se gonfler comme un ballon en baudruche. Je devinais qu’elle allait grossir considérablement dans peu de temps et se dresserait fièrement pour mon plus grand plaisir et pour le plaisir de la prof.

Je rougis ; si j’avais osé...

– Qu’est- ce que tu dis ?

La voix de l’homme rompit le silence.

– Diana voulait te faire une surprise, dit Clara se dirigeant vers lui.

Ce sera certainement bien. Léo m’avait pris les mains et me regardait fixement. Je rougis ; c’était justement le moment. Avec force, je l’entraînai vers le lit.

– Asseyez-vous.

L’homme obéit avec un regard interrogateur. J’étais encore debout.

– Permettez-moi de vous dévisager.

Ses yeux s’attardèrent un instant sur mes nichons, puis descendirent jusqu’à mon entrejambe, là où se trouvait ma chatte mouillée. Léo me tendit les bras ; son sourire indiquait qu’il comprenait ce que je voulais, parce que je suis montée sur le lit, les jambes écartées. Il posa ses mains sur mon dos ; je les entendis descendre jusqu’à ma raie du cul. Oh! Il veut toujours toucher mon cul… Non pas que je le regrette, mais il y a d’autres parties de mon corps dignes de son attention.

La sensation que ses mains fortes touchant mes fesses et s’insinuent entre elles pour atteindre ma chair intime, mon trou du cul, ce trou interdit qu’est mon trou à merde, me remplit de confusion étant donné que la prof nous écoutait. Pour cacher mon émotion, je m’inclinai, dissimulant mon visage sous l’épaule du professeur dont les mains caressaient ma tête.


– Alors quoi de neuf, petite ?

Levant le visage, je le regardai ; Léo était maintenant mon homme et je devais le rendre heureux. Son sourire me donna du courage.

– Ne bougez pas, je le fais, dis-je avec certitude.

J’approchai son visage, enfonçant ses lèvres sur les miennes. Je sentis sa bouche s’entrouvrir et sa langue entrer dans ma bouche.

Je ne l’embrassais pas comme j’avais fait la première fois : je serrais les lèvres en aspirant pour forcer sa bouche à s’ouvrir. J’y entrai et j’aspirai encore sa langue, la caressant avec la mienne. Je détournai le visage et je m’approchai de lui en faisant courir mes lèvres sur sa langue. Clara expliquait la signification particulière du baiser. J’ai continué à l’embrasser jusqu’au moment où l’homme me regarda, étonné.

– Léo, je le veux, dis-je à voix haute.


J’approchai encore mon visage, mais il poussa ma tête vers le bas. Les poils de sa poitrine me chatouillaient, les lèvres remuaient à la rencontre du mamelon. Léo soupira dès que j’ouvris la bouche. Je l’ai trouvé petit, mais dur entre mes lèvres ; je l’ai taquiné et sucé un peu. Les frissons qu’il ressentait m’indiquaient que je lui avais fait "bon". Je ne sais pas pourquoi je me suis souvenue que je devais dire à Clara que les hommes appréciaient beaucoup ce genre de baiser. Je suis passée à l’autre mamelon, mais cette fois je mordillais doucement. L’homme se leva, me faisant sentir contre mon ventre la taille de sa bite en érection, ce qui m’excita énormément...

Je le voulais, je le voulais de toutes mes forces. Je lui donnais de petits baisers. A peine étais-je sur son ventre que mon menton a heurté la douceur de son gland, cette suave chair de sa bite amoureuse. Mon cœur se mit à battre follement. Je levai la tête et voilà la bite de Léo, belle, longue et dure : elle était dure pour moi.

Je m’arrêtai pour la contempler pendant quelques secondes, et je constatai que sa bite était coincée dans mon con. Ensuite j’ai vu plusieurs bites, des longues, des grosses, mais aucune aussi belle que la bite de mon homme.

Un gonflement des testicules s’opéra en-dessous du gland et s’arrêta où finissait le col de la bite et se divisait comme un rideau ; des veines, d’autres aspérités le parcouraient de façon bizarre. Cette bite puissante m’inspirait une crainte particulière. Je n’aurais pas eu peur si je n’avais pas tant désiré cette pine.


Les mains du professeur caressaient ma tête ; j’inclinai le visage et j’appuyai mes lèvres sur cette superbe bite. Dès que je l’eus touchée, ma peur s’estompa ; je la parcourais du bout de la langue et lui donnais de petits baisers, la soulevant avec la main délicatement, comme si c’était un petit oiseau. Tout en haut, je me suis arrêtée pour embrasser le gonflement.

Je ressentis une contraction soudaine, et je crois involontaire, qui souleva fortement la hampe chaude. C’est alors que la main appuya sur ma tête, m’amenant sur l’homme. J’entrouvris les lèvres, et une longue respiration me fit savoir qu’il était temps. Je devais les ouvrir largement pour prendre entièrement le gland en bouche et glisser sur l’abdomen, pendant que ma bouche descendait. Une émotion comme je n’en ai jamais ressentie d’aussi forte auparavant m’envahit le corps : ma chatte devint beaucoup plus humide pendant qu’en moi, en même temps que le plaisir, je ressentis une sorte de honte pour l’acte que je venais de commettre. J’étais contente que ma tête cachât à l’homme ce que faisais avec ma bouche. Je la fis glisser plusieurs fois, accompagnée par les soupirs de l’homme. Mais j’ai réalisé que je devais la prendre en profondeur si je voulais le faire jouir, comme je l’avais vu faire avec la prof.


– Diana, oui, oui, oui ! Chérie, c’est bon ce que vous me faites…

La voix de Clara trahissait une certaine émotion ; c’est ce qui m’a convaincue d’ouvrir les yeux. Léo s’est levé sur les coudes, la tête appuyée sur l’épaule de son amante. J’ai été heureuse de voir l’expression du professeur, ce qui m’a incitée à me déplacer plus librement.

Je me suis rendu compte que si je voulais glisser facilement, je devais lubrifier la hampe de sa bite à cause du frottement de mes lèvres. Je le fis, laissant couler la salive que ma bouche commençait à sécréter en abondance. La bite de Léo me donna l’eau à la bouche.

Une étrange euphorie s’était emparée de moi ; la salive coulait sur mes doigts mouillés qui avaient précédé ma bouche et qui maintenant ne coulait plus sur ma peau. Mes lèvres glissaient sur la bite, donnant du plaisir au professeur qui se tendait comme s’il voulait m’offrir sa pine.

Soudain, je ressentis une saveur légèrement salée. La surprise me fit lever la tête pour regarder sa bite.

Comme il était beau, le ciel, et comme elle brillait, cette hampe dont l’orifice au sommet laissait perler des gouttes de cristal qui coulaient lentement.

Tout en passant le pouce, je sentis que le liquide rendait glissante la chair du gland ; une autre goutte se forma, puis encore une autre goutte.


Le rire de Clara me fit rougir. Je compris qu’il y avait beaucoup de choses que je devais apprendre : maintenant, je devais non seulement imiter la femme, mais la supplanter dans le domaine du sexe. Je repris en bouche la bite en regardant dans les yeux de la prof, jusqu’à ce que je sente le gland heurter l’entrée de ma gorge. J’ouvris largement ma bouche, l’ouvris encore puis la refermai ; mais ça ne me suffisait pas et je me jetai sur l’homme en appuyant fortement.

Il semblait suffoquer ; mais maintenant mes lèvres étaient contre l’abdomen de l’homme, le menton contre ses couilles et sa bite. J’eus aussi la joie de voir le rire s’estomper sur le visage de Clara : son regard montra son inquiétude, puis mes yeux se remplirent de larmes. Quand je relevai la tête lentement, je me rendis compte que la bite de Léon était très longue, pendant que je la sentais glisser entre mes lèvres.

Je la contemplai longuement et me rendis compte que je n’avais aucune raison d’avoir honte. Je redressai la bite, la repris dans ma bouche et retirai ma main de manière à maintenir ce membre verticalement uniquement avec ma bouche. Avec une certaine jubilation, j’allai de nouveau de haut en bas, mais sans répéter la première action.

Peu de temps après, j’eus la joie de voir le visage de Léo changer ; sa poitrine montait et s’abaissait au rythme de l’essoufflement qui le faisait soupirer. J’étais heureuse de voir le plaisir que ressentait l’homme ; je désirais qu’il me touche, mais je le faisais et la main de Clara était dans la mienne : elle était à côté de moi. Son autre main était posée sur mon cul et trouva ma chatte mouillée. Ses doigts ont lutté quelques instants pour entrer en possession de mon sexe. Tous les doigts de son autre main dégoulinants de mouille sont retournés à mon cul, l’ont ouvert et un doigt est entré dedans. Le bruit fut atténué par la bite sur laquelle ma bouche glissait. Je n’aurais jamais pensé que Clara puisse faire cela.

– C’est bon, Diana ; comme ça… c’est bon !


Ce qui s’ensuivit fut d’une luxure extrême ; je voyais sur le visage de l’homme la montée de son plaisir ; j’allais d’avant en arrière, je ne suçais pas, je creusais les joues pour éliminer l’air et veiller à ce que mon palais, ma langue et l’intérieur de mes joues soient étroitement en contact avec cette magnifique bite que ma bouche continuait à caresser de haut en bas, stimulée par les doigts qui fouillaient ma chatoune, taquinant mon escargot lisse et mouillé avec le doigt que Clara bougeait après l’avoir plongé dans le liquide de mon plaisir.

Oh ! Comme les doigts de la prof me font du bien dans ma petite chatte, caressant mon clito et s’introduisant aussi dans mon petit cul...

– C’est bon… c’est bon, vraiment bon… chuchota la femme dans mon oreille en l’embrassant, la léchant, ce qui me fit frissonner.

Mes soupirs mêlés à ceux de l’homme, j’aurais voulu continuer à l’infini ce pompier, le premier pompier de ma vie, mais mon manque d’expérience a fait précipiter les choses. Un soupir plus prononcé me fit fermer la bouche sur le gland. La fréquence des gouttes qui sortaient du méat aurait dû me faire comprendre que l’homme était à bout.

Le professeur, les joues en feu maintenant, me regardait en retenant son souffle, avec une expression presque désespérée lorsque la pointe de la langue se déplaça rapidement sur le canal, que l’homme frissonna et que sa bite tressaillit.

– Oh! Diana, Diana... Oh…

Une première salve a frappé ma bouche ; d’autres ont suivi. Dès que j’eus compris ce qui s’était passé, je me mis à aller vite, tandis que le membre libéré cognait dans ma bouche. L’homme montait et descendait pour permettre au foutre de couler le long de la hampe, la lubrifiant. La caresse de mes lèvres accompagna jusqu’à la fin l’orgasme du professeur.

J’avais réussi : j’avais fait jouir mon professeur ! Une joie particulière me remonta le moral. La saveur que je sentais dans ma bouche était si particulière… Même si ce n’était pas très agréable, j’avais gardé sa bite dans ma bouche. Mais soudain, je fus prise de panique car je me suis rendu compte que sa bite perdait un peu de sa consistance.


Précipitamment, je me suis levée et je me suis jetée sur l’homme, les jambes écartées au-dessus de son corps. J’ai saisi sa bite ; la pointant à l’entrée de ma chatte, oui, je me suis empalée. J’ai senti sa bite grossir dans ma chatte, l’élargissant et la remplissant ; je me mise à monter et à descendre. J’étais tellement excitée que la bite glissait sans friction et, à mon grand désespoir, elle continua à perdre de sa rigidité : je ne sentais plus que ça coulait en moi.

"Continue de bander, continue de bander…"

Je pensais avoir crié en moi, mais en fait j’avais crié à voix haute. Je m’abattis sur le corps de l’homme en essayant de le faire rebander ; je me mis à lécher ses mamelons.

– Cela n’a pas d’importance ; nous avons tout le temps.


Clara me caressa la tête, mais je n’écoutais pas. J’avais envie que ma chatte dégouline. Inconsciemment et sans que personne me l’eût suggéré, je pris les mamelons de l’homme entre les doigts et je les pinçai fortement, cruellement. J’entendis un hurlement ; l’homme se cambra, essayant de retirer mes mains.

– Que faites-vous Diana, que faites-vous ?

Je tenais bon ; je vis les yeux de l’homme s’humidifier. Son regard me suppliait. Je n’eus pas pitié : je couvris sa bouche, la mouillant abondamment, passant ma langue tout autour. Je la sentis se durcir ; mais ce n’était pas la seule chose qui durcissait : sa bite, à l’intérieur de moi, commençait à se développer, à se tendre.

Je ne pouvais pas croire que ce fût possible. Je me déplaçai un peu en arrière et glissai sur une bite qui était redevenue raide.

Je me relevai triomphalement ; les genoux appuyés sur le lit, j’ai commencé à rebondir, contente d’être remplie, de voir l’expression excitée du professeur.


– Vous êtes une chienne ; vous le savez ?

Clara prononçait ces mots, elle avait parlé avec tant d’affection que je n’étais pas offensée. Elle tourna son visage et vit le mien luisant de foutre. Elle commença à me lécher, puis elle fourra sa langue dans ma bouche, à la recherche de plus de saveur, suite aux mouvements que j’avais faits en suçant sa bite qui s’amusait maintenant avec ma chatte.


Ce qui suivit fut d’une luxure inégalée ; toute inhibition était tombée, et seul le plaisir comptait. Je compris que la prof avait enjambé le corps de son amant lorsque je la vis pratiquement assise sur le visage de l’homme, dont je ne pouvais voir que le menton, et parfois sa langue qui se déplaçait sous la chevelure fauve dans la plaie rose du con de Clara.

Je fus la seule à embrasser la femme, l’attirant contre moi, cherchant sa bouche, fouillant avec ma langue, buvant les soupirs qu’elle poussait, en soupirant moi-même à cause du plaisir qui partait de ma petite chatte et se propageait dans tout mon corps, de la pointe de mes doudounes jusqu’au petit trou de mon cul, sauf que je ne pouvais pas bouger comme avant : je ne pouvais pas monter ni descendre. Alors je me mis à onduler du ventre et du bassin en faisant osciller la bite de Léo dans mon con ; le frottement de ma chatte sur sa bite la dilatait. Il était beau et excitant ; je me suis rendu compte que Clara effectuait les mêmes mouvements pour frotter ma chatte sur la bouche et le nez du professeur. On entendait nos soupirs et nos gémissements dans toute la pièce.

Clara était déjà excitée par le spectacle que j’avais offert ; ayant atteint la limite de son endurance, elle tomba à la renverse, pointa son bras tendu vers le lit et commença à bouger frénétiquement, frottant sa chatte sur la bouche et sur le nez du professeur qui avait du mal à se débarrasser de cette chatte dégoulinante de foutre et de mouille. Clara conservait sa beauté ; ses seins, qui pointaient vers le plafond, étaient magnifiques. Elle écrasait sa chatte sur la bouche de Léo et bougeait frénétiquement. Ce n’est que vers la fin qu’elle se jeta sur moi, cherchant ma bouche comme une affamée, buvant mes soupirs, étouffant ses derniers cris, jusqu’à ce qu’il se calme un peu. En me regardant avec une expression rêveuse, elle se dégagea de mes bras et s’en alla comme si elle avait honte. Voir Clara jouir avait provoqué chez moi une excitation que je n’avais jamais ressentie auparavant. Ma jouissance avait inondé complètement sa bite, et ma chatte avait été dilatée par mon excitation. Je pensais que malgré cela, je n’aurais pas pu résister aux sollicitations de la bite amoureuse du professeur si elle n’avait pas étendu ses mains vers mes nichons, si elle n’avait pas pris mes mamelons pour les faire rouler entre ses doigts.

– Oh, tu m’as fait jouir, Clara ; tu as été super !


Léo, le visage trempé par les sécrétions de la prof, me regardait béatement. Mes mamelons serrés, entre ses doigts, me faisaient mal ; moi, j’ai pris ses couilles entre mes doigts et je les ai tortillées comme elle me le faisait. Léo ferma les yeux, il bougea son bassin pour faire ressortir sa bite tandis qu’il me relevait. Je me rendis compte que le moment était venu.

Je me penchai, cherchant sa bouche, où j’ai retrouvé la saveur de la chatte de Clara. J’ai essayé aussi de lécher son visage comme un petit chien, jappant d’excitation et de plaisir, frottant ma poitrine sur celle de l’homme, heureuse de sentir monter le plaisir.

– Oh, Léo… Baise-moi ! Fais-moi jouir, fais-moi jouir…

Je reçus une puissante impulsion qui me fit ramper sur l’homme ; je sentis sa bite s’enfoncer au fond de mon minou, son gland s’écraser contre mon utérus. Il se retira et plongea de nouveau sauvagement dans mon con. Avec un cri de joie, je soulevai mon cul pour que l’homme puisse me donner des grands coups de bite, me faisant sentir ses couilles battre violemment l’entrée de mon cul.

C’était merveilleux de sentir la montée du plaisir ; j’ouvris ma bouche sur celle de l’homme, enfonçai ma langue, cherchant la sienne, la recevant, la suçant, pendant qu’avec un joie infinie je sentais le plaisir m’envahir, me faisant crier, me faisant baver dans la bouche de mon amant tandis que les contractions de mon con massaient sa bite pour déclencher un orgasme extraordinaire.

Léo haletait contre ma bouche ; il enfonça sa bite une dernière fois au fond de ma chatoune, puis s’immobilisa pour décharger pendant de longues secondes dans mon ventre. Je sentais les jets de son foutre heurter ma cavité vaginale. Avec un cri de joie, je bougeai d’avant en arrière, serrant et détendant mes muscles pour aider la venue de son orgasme et complétant le mien.


Je m’allongeai sur le corps de mon amant, me couvrant le visage qui sentait le sexe ; je lui donnai une multitude de baisers pour lui montrer ma reconnaissance.

Contrairement à la première fois, j’accueillis avec joie la bite qui m’avait fait jouir pour la seconde fois, qui sortait de ma chatte sans qu’il me fût nécessaire de faire quelque chose pour l’expulser. Elle était gluante, entraînant avec elle un liquide qui mouillait le ventre du professeur et le mien.

Alors je m’éloignais, les mains entre les cuisses pour éviter d’autres dommages, je sortis de la chambre accompagnée par le rire de la prof, qui eut le temps de me donner une tape sur le cul, ce qui me rendit très confuse.

Je retrouvai Clara dans la salle de bain ; nous avons pris une douche ensemble. Nous n’avons pas parlé pendant tout ce temps, seulement à la fin ; après m’être essuyée, elle m’a embrassée et m’a chuchoté à l’oreille :

– C’était bon…

Diffuse en direct !
Regarder son live