Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 54 496 fois
  • 389 J'aime
  • 10 Commentaires

Deux petites filles en vacances chez Papy

Chapitre 1

Inceste

Comme chaque été, mes deux petites filles passent leurs deux mois de vacances chez nous.

Nous habitons une belle grande maison en Provence. Nous possédons 2 chiens, un bouvier et un labrador.

Pendant tout le mois de juillet, elles sont sans les parents, car ils travaillent et ils nous rejoignent pour tout le mois d’août. Nous ne les voyons pas souvent car ils habitent à l’autre bout de la France.


Il y a Marie qui a presque 20 ans et Coralie qui vient de fêter tout juste ses 18 ans.

Pour ma part, j’ai passé la soixantaine, 64 exactement et mon épouse, Simone 61 ans. Nous sommes mariés depuis 40 ans, autant dire qu’entre nous deux c’est la routine, sur tous les sujets.


C’est vendredi et nous allons les chercher à la gare.

Les filles arrivent enfin. Elles ont changé en sept mois. Deux magnifiques demoiselles. Marie, grande, mince, cheveux noir, yeux bleus, elle a un corps proportionné. Coralie, plus petite, un peu plus ronde, mais des formes généreuses et magnifiques, rousse, avec une peau laiteuse.


Elles se jettent dans nos bras, très contentes de nous voir.

Je les sers très fort contre moi.

Comme toujours elles savent qu’elles vont être gâtées par Papy et Mamie.


Nous arrivons à la maison. Chacune des filles prend possession de sa chambre. Nous avons prévu pour les prochains jours plusieurs activités et visites, de quoi bien occuper nos petites puces.


La première journée est relaxe. Elles nous racontent leurs sept derniers mois. On apprend, au hasard de la discussion que Marie n’a jamais eu de petit copain et par contre que Coralie vient de se séparer. On en rigole en promettant de leur trouver des amoureux du coin.


Repas du soir, douche et au lit. Elles ont quand même le trajet dans le corps.

Avant de dormir je passe leur souhaiter une bonne nuit à chacune. Je suis accompagné par Alpha et Yankee, mes deux chiens.


Marie en premier. Je rentre dans la chambre en ayant frappé préalablement. Elle est allongée, sur le dessus du lit. Elle se redresse pour m’embrasser. Son t-shirt pyjama remonte jusqu’en haut des cuisses, j’entrevois sa petite culotte blanche en dentelle transparent. Je l’embrasse, les chiens s’approchent du lit, donnent deux ou trois coups de langues au visage et à la langue de ma petite fille qui en rigole et nous quittont la chambre. La vue de l’entrejambe de ma petite fille m’a chamboulé.


Je vais ensuite dans la chambre de Coralie. Elle finit de se coiffer, après sa douche.

Elle se lève et se jette dans mes bras. Je la sers. Je sens sa poitrine ferme contre moi. Je l’embrasse sur le front. Les chiens s’approchent d’elle, la sentent partout en fourant leurs truffes, jusqu’à sous le t-shirt long de Coralie qui en rigole également et leur adresse une petite remarque.


— Et les chiens vous vous permettez des choses.


Nous rigolons de bon coeur. Nous quittons la chambre.


Ce soir mes 2 petites filles ne m’ont pas laissé insensible.

Les jours suivants sont bien occupés. J’étais avec mes petites filles, j’étais content, je pouvais ainsi les observer, dans leur robes légères, dans leurs shorts courts. L’été a des avantages.


Je remarque aussi que depuis deux jours, Coralie venait souvent se coller à moi. Elle me faisait souvent des bisous sur la joue, pour me remercier des cadeaux, pour me dire qu’elle m’aimait.


C’est jour de shopping pour Marie et sa mamie. Elles sont parties pour une bonne partie de l’après-midi. Coralie n’avait pas envie. Elle veut reste pour bronzer.

Comme tout est calme j’ai décide de descendre dans mon atelier au sous sol de la maison avec les deux chiens qui cherchent un peu de fraîcheur. J’ai quelques petits travaux à effectuer.


Je suis bien concentré sur mon travail, quand j’entend une voix qui me fait légèrement sursauter. C’est Coralie en maillot de bain.


— Pardon Papy, je t’ai effrayé ?

— Ce n’est rien ma douce. Tu fais quoi ?

— Il fait très chaud dehors, alors je suis venu te voir.

— Tu peux rester le temps que tu veux ici.

— Je peux te poser une question papy ?

— Oui vas-y.

— Comment tu me trouves ? Je suis laide ?

— Mais non que racontes tu là ? Pourquoi tu dis ça tu es tellement magnifique. Tu viens d’avoir 18 ans et tu es superbe.

— Mon copain m’a laissé et c’est sûrement parce que je ne suis pas belle.

— Arrêtes avec ça tout de suite, tu es une beauté.

— Donc si tu avais mon âge tu aimerais faire de quoi avec moi ?

— Oh oui et pas seulement si j’avais ton âge.


Mais qu’est ce que je viens de dire là. Mes paroles ont dépassé ma pensé. Mais il faut dire que de juste parler du physique de Coralie, me fait déjà bander. Mais il faut que je reprenne mes esprits il s’agit de ma petite fille.

Cette dernière me devisage. Ses yeux se promènent sur moi et je vois qu’ils s’arrêtent sur la bosse que laisse apparaître mon bermuda.


— Papy tu veux dire quoi par "pas seulement si j’avais ton âge" ?

— Euh euh, rien il faut oublier.


Elle s’est rapprochée de moi pour voir ce que je bricole. Elle s’est collée à moi. Je sens son sein gauche contre mon bras droit. Elle fait en sorte de bien le frotter avec le bout. Mon sexe grossit encore plus.

Je tourne ma tête et la regarde. Coralie pose ses lèvres sur les miennes.

Dois je répondre favorablement ou faut-il que j’y mette fin immédiatement ?

Elle met sa langue dans ma bouge. L’envie est trop forte, je réponds à l’invitation de sa langue et lui fourre la mienne dans sa bouche. Notre baiser en langoureux.


Je la sers contre moi. Je sens une main, la main de ma petite fille se poser sur ma queue par dessus mon bermuda. Elle la caresse en suivant bien la forme. Elle part de mes couilles pour aller jusqu’à pratiquement mon nombril tellement ma queue était au maximum.


— On ne peut pas ma puce, c’est pas bien !

— Pourquoi ? On le veut tous les deux Papy. Montre-moi comme je suis belle. Montre-moi comment les hommes ont envie de moi.


Je n’ai pas le temps de réagir qu’elle est déjà à genoux devant moi à descendre mon bermuda et slip. Ma queue se dresse devant elle, droite, raide. Elle me regarde en attente de mon approbation. Je baisse la tête lui donnant le feu vert.

Elle sort le bout de sa langue et commence à me lécher le gland qui est déjà tout luisant. De sa main elle attrape mon manche et commence à faire ses va-et-vient. Elle ouvre la bouche et fait entrer ma queue petit à petit. Elle a enfin ma bite complètement en bouche. Elle me suce divinement bien. Malgré son jeune âge, elle sait y faire. De sa main libre elle me caresse mon ventre rond. J’avance de moi même mon bassin, je veux être au plus profond de sa gorge.


— Tu aimes ça Papy ?

— J’adore ma puce.


Je l’aide à se relever, et l’allonge sur mon établi que je vient de débarrasser. Je lui écarte le slip de son maillot de bain pour laisser apparaître une belle chatte. Elle est douce et rasée, ses lèvres sont petites et roses. Je pose délicatement ma bouche dessus. Elle est toute mouillée. Je prends à chaque coup de langue de sa cyprine. Elle goûte bon. Je tire sur ses lèvres avec ma bouche. Je remonte jusqu’à son clitoris. Il est gonflé. Je pose le bout de ma langue dessus. Elle fait un petit saut et commence ses gémissements sous mes coups de langue. J’insère deux doigts dans sa chatte qui non aucun mal à rentrer. De mon autre main, je lui sors son sein de son haut de maillot et lui malaxe, lui pince et tire le bout. Elle pose sa main sur ma tête et me la caresse. Je retire mes doigts et la pénètre avec ma langue. Je sens un liquide chaud couler dans ma bouche. Je lève légèrement les yeux et ma petite fille est rouge de honte et me sourie. Elle est en train de me pisser dans la bouche. Je goûte un mélange de cyprine et de pisse.


— Desolé papy j’avais trop envie.

— Ne t’inquiète pas ma puce, continue, remplis la bouche à Papy.

— C’est bon papy continu... humm j’aime ça sentir ta langue qui me fouille.

— Tu es la salope à Papy ?

— Oh ouiiii.


Elle se tortille, elle monte et descend son bassin, son souffle s’accélère. Je continu mon traitement et je l’entends crier sa jouissance. Elle vient d’avoir son premier orgasme dans ma bouche.


Mes deux chiens se sont levés en entendant crier Coralie et se sont rapprochés de nous.


Je lui retire complètement son slip de bain et son haut que je jette à terre. Yankee et Alpha se mettent à sentir les vêtements de bain de Coralie. Les odeurs de pisse et de cyprine semblent leur plaire.

Elle est là nue devant moi. Elle est magnifique avec sa douce peau laiteuse.


Je me redresse. Prends en main ma queue, la frotte contre la chatte lubrifiée de ma petite fille. Je monte et redescend le long de sa fente. Je m’insére lentement en elle. Je pousse d’abord mon gland, ses lèvres s’écartent. Je continue ma pénétration et je sens sa chatte contre ma queue. Elle gémit de plaisir. Je suis complètement en elle et commence mes aller-retour. Je prends ses jambes potelées que je pose sur mes épaules, je la tiens par les cuisses et l’avance vers moi alors que de mon côté j’avance mon bassin vers elle. À chaque coup de butoir elle pousse un petit cri. J’accélère le mouvement. Je me penche vers elle pour lui attraper avec ma bouche ses mamelles qui vont dans tous les sens. J’attrape son téton gauche et je le lèche, le tête comme un enfant. Elle me caresse la tête et me sert contre elle.


— C’est tellement bon mon Papy. Continue je suis à toi.

— Oh oui ma puce tu es juste à moi.


Mes coups, malgré mon âge, sont vifs et puissants.


— Papy je veux connaître la sodomie avec toi.

— Tu es certaine ma puce ?

— Oh oui.


Je sors ma queue de sa chatte. Elle est couverte de sa mouille.

Je la fais descendre de l’atelier. Je la fais se mettre à quatre pattes, je me place derrière et au dessus d’elle.

Je soulève bien ses fesses pour avoir une magnifique vue sur son anus. Je lui crache énormément de salive à l’entrée de sa rondelle. Avec sa cyprine et ma salive ça va rentrer moins difficilement.

Elle est enfin prête. Je lui ecarte bien ses fesses .Je m’introduit en elle doucement étape par étape. Elle grimace, elle pousse un petit cri de douleur. Elle se caresse en même temps le clitoris, pour oublier la douleur. Ma queue est bien serrée dans son trou.


— Tu veux que j’arrête ?

— Oh non, continue c’est bon, j’aime ça me faire remplir d’une bonne queue.


La douleur fait place au plaisir.

Mes deux chiens se sont approchés de Coralie et lui tournent autour. Ils lui lèchent son visage, la sentent partout. Je sens que d’être en présence de trois mâles, tout cela doit l’exciter énormément.


Je prends mon temps pour sortir ma queue. Je regarde bien ma bite sortir et entrer à nouveau dans son anus. La scène est tellement excitante. Elle tourne la tête légèrement vers moi. Je vois dans ses yeux l’excitation et l’envie. Elle aime vraiment cette nouvelle sensation.

Elle gémit de plus en plus fort. Mon ventre cogne ses fesses.


À force de la sodomiser, en continuant mes va-et-vient, je sens que je ne pourrai pas tenir longtemps.

Je lui donne encore 4 à 5 coups avant de me vider dans son cul avec plusieurs jets de mon jus.


Je me retire et mon sperme coule de son cul. En quelques secondes Yankee vient se placer derrière Coralie. Il lui lèche, de sa grande langue humide, ses fesses, son anus et passe plusieurs fois sur la chatte.

Je veux le faire stopper et le retirer de cette position, mais j’entends ma petite fille pousser des gémissements.

Elle a énormément de plaisir. Le traitement que lui fait subir Yankee semble l’emmener au 7eme ciel.


Au bout de 5 minutes, Coralie qui se tortille dans tous les sens et se caresse le clitoris en même temps, pousse un cri.


— Vas-y mon chien lèche-moi bien, encore, encore, encoooore.


Elle ne tient plus et a son deuxième orgasme tout aussi puissant que le premier. Elle s’écroule au sol. Je l’aide à se relever. Sans s’essuyer elle remet son slip de maillot de bain et le haut de son maillot. J’en fait de même avec mon bermuda.


— Merci Papy pour tout.

— De rien ma puce, Papy t’aime fort.

Et on va garder ce secret pour nous.


Elle sort de mon atelier en faisant balancer ses fesses de droite à gauche.

Diffuse en direct !
Regarder son live