Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 167 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Deuxième travail

Chapitre 1

Hétéro

Je n’aurais jamais crue qu’un jour je conterais ce que je fais dans la vie.

Je suis une femme célibataire dans la trentaine.

Ceux qui me connaissent savent que je suis secrétaire administrative. Plutôt du genre bcbg, costume strict et neutre. Je me fais un point d’honneur à ne jamais être déplacée surtout avec mes relations de travail. Je suis considérée comme une personne un peu distante et professionnelle.

S’ils savaient! J’ai un deuxième travail que j’exerce trois soirs par semaines. C’est un choix.

Je suis suceuse dans un club privé. Oui suceuse. Je fais des pipes aux hommes qui fréquentent le club. Cela fait maintenant six ans que j’y exerce mon talent.

Ce club est un de ces endroits où le visage des employéEs est caché par une cagoule en latex. Sur chaque joue on y voit un pénis en érection pointant vers l’orifice de la cagoule qui entoure ma bouche. Même si je considère ce travail comme étant mon fond de pension (je suis payé par tête de pipe, ... jeux de mots...), je le fais avec enthousiasme et plaisir. Je suis obsédée par ces queux bien gonflées, pointant fièrement les envies de leurs propriétaires. J’aime leurs liquides et savourer les subtiles saveurs quelles contiennent.

Ce travail est vraiment diversifié, tant par l’age, la dureté, la forme de mes clients.

C’est à mes 18 ans que j’ai fait mes premières pipes. Je fus emballée immédiatement pas ces saveurs, ces arômes. Pour moi c’est presque une drogue. ?videmment au début je ne me rendais pas compte de l’effet que je produisais par ces simples mouvements buccaux et manuels. Rapidement ma réputation se répandait dans mon cercle de mes amis et dans celui des amis de mes amis. J’étais invitée à tout ce qu’il y avait de soirée coquine dans la région.

Lorsque je pris pleinement conscience de mon talent, je décidé de déménager à Montréal, d’y trouver un travail bien en vue et de me faire des contacts dans le monde coquin. Ce ne fut vraiment pas difficile. Fréquentez n’importe quel boutique érotique et informez vous sur les endroits qui font des soirées de rencontre et demander les renseignements sur leurs coutumes. C’est ainsi que j’appris l’existence de ce club select et discret. En une entrevue, le patron m’engagea immédiatement après une longue et superbe giclé. Ce fut la seul fois que je lui fis une fellation gratuitement. Quoi qu’ayant la queue la plus douce et agréable à sucer qu’il m’ait été donnée de découvrir.


Voici une soirée typique. Je me présente vers les 19 heures. Il y a une entrée réservé aux enployéEs. Après avoir revêtue nom costume de travail. Cagoule, chaussure à talon haut, jupe très courte et soutien-gorge très pigeonnant. Je me présente au grand salon. Je fais le tour pour saluer les personnes présentes. Beaucoup d’homme et plusieurs femmes fréquentent l’endroit. Il s’y trouve mes clients réguliers qui m’attendent avant de retourner à leurs domiciles. (Leurs conjointes sont persuadées qu’ils sont retardés par une réunion importante ou qu’ils sont à une activité sportive.) Le début de ma soirée est toujours consacré à ces hommes. Chacun ayant leurs particularités, je varie ma prestation selon la rapidité de leurs réactions. Ils sont assurés que la fellation durera entre 7 à 12 minutes. Professionnelle, je sais compter le temps. Ils sont confortablement assis ou debout. Je me mets à la hauteur désirée et commence mon doux va et vient buccal sur leurs membres. Mes mains jouant doucement avec leurs testicules, empoignant leurs verges dans un doux massage. Je suce, lèche, embrasse, étreint. Pour les plus difficiles, J’ai un truc infaillible. Une de mes mains relève ma jupe et je commence à me caresser la chatte. Les vibrations que je me donne se transmettent à leurs pénis et c’est immanquable, je suis gratifier d’une longue et saccadée giclée de sperme. Aux tables voisines, mes collègues en font autant selon leurs spécialités (cunnilingus, pénétration, domination, ...). L’atmosphère s’empli de doux aromes de musque. Après avoir satisfait mes clients réguliers, je fais le tour de la salle pour discuter en attendant que mes services soit de nouveau requis. Un soir j’y ai même vu mon patron. (Dans la journée c’est moi qui avais avisé sa conjointe, qu’il serait retardé par un rendez-vous important.) Il a eu droit au même excellent service professionnel que je porte à mon travail de jour. Tout de même particulier d’entendre qu’il aimerait bien avoir une secrétaire aussi jolie que moi, plutôt que d’avoir sa secrétaire, quoi que efficace au travail, mais qui est aussi attirante qu’une roche. Le tout pendant que je le suçais avec avidité. Mon patron revient occasionnellement et utilise différents services. Agréable de le voir avec Miss domination.


Pourquoi je vous conte tout ça? Je crois que c’est par nostalgie. Hier, j’ai revu le premier garçon que j’ai sucé. Au début je ne l’avais pas reconnu. Mais dès que ta verge fut bien en main, j’ai aperçue son petit tatou près de ces testicules. ?a ma fait plaisir de gouter une nouvelle fois à sa semence. De masser doucement cette queue qui m’a tant fait jouir.


Si vous passé par le club, je serai heureuse de vous satisfaire.

Chantale

Diffuse en direct !
Regarder son live