Le site de l'histoire érotique

Déviation incontrôlable

Chapitre 1

28
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 5 598 fois

28

0

C’est l’histoire d’une fille, Marion, qui vient d’une famille au caractère populaire, sa mère travaillait dans une usine de fabrication de vêtement dans le nord de la France et son père était commercial dans une entreprise de parfum.


En plein automne à la veille de ces dix ans, les choses ont commencé à se noircir dans sa vie de jeune enfant. Le chômage pointait le bout de son nez, et ses deux parents se sont retrouvés dans une situation de précarité assez inquiétante. Elle se donnait pourtant à fond dans sa scolarité, attitude qui donnait du baume au cœur de ses parents.


Au bout de quelques mois, les premières disputes conjugales apparaissent dans le couple, la tension électrique se fait sentir régulièrement dans cette chaumière, mais rien n’y fait. Un cousin éloigné mis en alerte par la situation difficile du couple, leur propose de déménager dans un autre département de France afin d’éventuellement trouver une solution viable pour la santé psychologique du couple et de leur fille.


Antoine et Maryse discutent pendant quelques semaines sur cette probabilité, Marion était inquiète à l’idée de quitter son cocon, mais étant donné que c’est pour le bien de la famille, elle n’y trouve aucun suggestion à y redire.


Le deux août mille neuf cent quatre-vingt-seize, les parents décident de franchir le pas après plusieurs prises de renseignements et partent donc dans une commune girondine. Après plusieurs heures de route, ces derniers arrivent à Langon, une petite bourgade située à une vingtaine de minutes de Bordeaux. Ils sont, dans un premier temps, soulagés de changer d’air, mais aussi d’environnement. Marcel, le cousin éloigné d’Antoine les accueille avec de grandes accolades. Ils les invitent dans sa maison. Il a prévu un repas plutôt copieux. Tout le monde semble satisfait de la situation.


Durant le déjeuner, ce dernier explique à Antoine qu’il lui a trouvé un emploi dans le commerce de la viande bovine. En effet, à proximité de Langon, une ville est très réputée pour cette dernière. Elle s’appelle Bazas, dans le Sud Gironde. En plus, ils seront collègues de travail afin de faciliter l’acclimatation du père de famille. Ils valident ensemble cette proposition. Maryse pose timidement une question sur la probabilité de trouver un emploi, mais le cousin éloigné n’a pour l’instant aucune solution à son problème.


Il va tout de même tenter de trouver une solution grâce à quelques connaissances féminines, mais sans en être sûr.


Le couple semble soulager de cette nouvelle, puis vient le tour de Marion. Elle est plutôt réservée et attend de savoir qu’elle sera le sort qui lui sera donné. La plupart des établissements scolaires se situant sur le secteur de la communauté urbaine de Bordeaux, le choix est assez réduit. Il y a un collège public et un autre privé sur la commune de Langon, et un troisième sur Bazas, le seul souci est que ce dernier est plutôt un internat. Mais, il a un avantage malgré tout puisqu’il y a au sein de cet établissement le collège, mais aussi le lycée. Cela éviterait à la famille de devoir chercher à chaque fin de cycle un nouveau lieu d’étude pour la jeune fille.


Maryse qui a toujours couvé sa fille trouve que la troisième proposition est un peu difficile à avaler. Elle opterait plutôt pour le premier ou le second choix, et comme à présent, elle ne possède aucun emploi pendant un temps indéterminé, elle pourra s’occuper de sa progéniture.


Le couple se donne le temps de la réflexion, ils ont encore une bonne semaine avant de prendre une décision. Le lundi approche, et Antoine va donc être formé aux diverses caractéristiques de la viande bovine, il profite du week-end, pour finir l’installation de sa petite famille, puis pour se reposer afin d’être le plus en forme possible.


Il est dix-sept heures, nous sommes le dimanche, la tension qui était encore palpable dans le Nord de la France a disparu en même temps que le déménagement. Les cris sont remplacés par des discussions beaucoup plus calmes. Puis, revient sur la table le sujet de l’internat concernant Marion.


Les trois membres de la famille discutent, posent les pour et les contres. Et à la grande surprise des adultes, la jeune fille prend une décision radicale, puisqu’elle choisit l’internat. Ses parents l’interrogent sur le pourquoi du comment. Et elle répond le plus simplement du monde qu’elle souhaite s’épanouir seule, mais surtout souhaite ne pas être un poids financier pour la famille. Qu’elle se contentera de venir les week-ends.


Antoine qui avait au fond de lui espérer cette réponse félicite sa fille. Maryse fait de même avec une pointe d’amertume au fond de la gorge. En ce début du mois de septembre, jour de la rentrée scolaire, les visages sont un peu déconfis, les parents se regardent, s’observent, et les élèves font de même.


La mère de famille voit, l’ombre de Marion disparaître sous le préau. Maintenant, il est l’heure de rentrer. Maryse va devoir s’habituer à la solitude d’une journée. Cette dernière profite de son temps libre pour faire le tour de la ville afin de prendre connaissance des commodités les plus accessibles.


Pour effectuer cette visite, elle s’habille assez simplement, un jean, une chemise et des ballerines noires feront l’affaire. Elle n’a pas une apparence aguicheuse, mais elle a des formes disons-le sympathique.


Il est quatorze-heure, elle se retrouve dans le centre-ville, visite la petite église du village, trouve les commerces qui l’intéressent, s’offre une promenade sur le bord de la Garonne puis rentre à dix-sept heures.


Antoine quitte son travail dans une demi-heure. Elle effectue un peu de ménage, commence à préparer le repas lorsqu’elle reçoit un coup de téléphone de son époux. Ce dernier lui propose de manger au restaurant. Elle accepte cette proposition, puis change à présent d’activité.


Elle se douche, s’épile le maillot, se rase les jambes, puis se maquille légèrement. Elle enfile une robe bleue qui lui arrive à peine au-dessus du genou, met un ensemble de sous-vêtements de la même couleur, puis patiente dans le salon en regardant des banalités à la télévision.


La porte s’ouvre, son époux vient d’arriver, il l’embrasse, puis part se préparer à son tour. Quand soudain, la sonnette retentit dans le domicile du couple. Antoine est encore sous la douche, donc du coup Maryse va ouvrir la porte.


Il s’agit de Marcel, ce dernier est accompagné par une femme d’une quarantaine d’années, elle s’appelle Sophie. La mère de famille les fait entrer, les invite à rejoindre le salon et demande à ces derniers qu’est-ce qui lui vaut l’honneur de cette visite. Maryse apprend que l’amie du cousin, est responsable d’une entreprise d’aide à la personne.


Cette dernière lui propose dans un premier temps un contrat à durée déterminée et en fonction de la qualité de travail, celui-ci deviendra à indéterminée et avec un temps d’heure beaucoup plus confortable. Un sourire apparaît sur son visage, Marcel ne manque pas de la complimenter sur le plaisir qu’il ressent à apporter du bonheur dans la famille.


L’époux de Maryse descend, il est habillé d’une façon plutôt agréable. Un jean bien taillé, une chemise blanche et des chaussures de ville brillante. Il salue les deux invités, puis apprend la bonne nouvelle. Il remercie une nouvelle fois son cousin, puis lui explique que ce soir, il invite son épouse au restaurant, que leur couple mérite de prendre cette pause, suite aux nombreuses disputes qu’il y a eues lorsqu’ils étaient dans une situation de précarité. Marcel applaudit en apprenant cette nouvelle, et Sophie esquisse un sourire. Tout ce petit monde sort de l’appartement, se salue, puis vont vaquer à leur occupation.


Le cousin ne cesse de regarder les fesses de Maryse, comme s’il était hypnotisé. Son regard brillant exprime une certaine envie. Puis les deux couples se séparent au pied de l’immeuble.

Maryse est déjà enivrée par les prémices de cette soirée. Les amoureux se retrouvent devant « le petit langonnais ». Les nappes sont en tissus, avec des carreaux rouge et blanc à l’ancienne, et la viande semble être cuite à la cheminée. La serveuse qui s’occupe des deux tourtereaux apporte le menu.


Ce dernier est typiquement du Sud-Ouest, mais le choix se porte très vite sur une bavette avec des frites le tout accompagné d’un vin rouge. Ils discutent de tout et de rien, l’entente entre Antoine et Marcel au travail est plutôt correcte, et l’époux de Maryse s’est acclimaté en cette première journée de façon assez rapide.


Le dîner se termine aux alentours de vingt-deux heures trente, ils rejoignent leur appartement. À peine, la porte fermée, Antoine saisit les hanches de son épouse, la tourne face à lui et l’embrasse d’une façon langoureuse. Les langues jouent ensemble avec une passion incroyable.


Cela faisait bien au moins six mois que cette situation n’était plus arrivée. Le mari continue de préparer le corps de sa femme, puisque à présent, il a fait tomber les bretelles de la robe. Un soutien-gorge bleu, en dentelle apparaît devant ses yeux. Il ne tient plus en place, il dégrafe le sous-vêtement, puis commence à prendre en main le sein droit, puis l’embrasse.


La femme tire son époux en direction du salon, ils s’assoient sur le canapé, puis s’embrassent de nouveau. Maryse pose alors sa main sur la bosse qui déforme le pantalon d’Antoine, ce dernier prend la décision de l’enlever, puis son sexe brillant d’excitation apparaît.


Elle commence à le prendre en bouche, fait glisser sa langue du gland jusqu’aux testicules et pour combler son époux, elle aspire même son gland de temps en temps. L’homme est à l’apogée de son excitation.

bcokwduk


Il relève son épouse, l’allonge sur le dos, lui déchire son sous-vêtement d’un geste bestial puis plonge la tête la première en direction de cet abricot. Il le lèche, mordille le clitoris, puis savoure avec passion le nectar qui coule de ce sexe humide. Il se redresse, écarte les jambes de Maryse présente sa verge à l’entrée de la grotte du plaisir, puis d’un coup de reins entre.


Il y fait une chaleur agréable, il reste dans cette position pendant quelques secondes puis entreprend de faire quelques mouvements. Ils sont plutôt lents dans un premier temps, puis la cadence devient de plus en plus importante. Afin d’augmenter le plaisir de sa femme, Antoine positionne les jambes de cette dernière sur les épaules et la pilonne en profondeur.

Il la retourne, la met à quatre pattes. Plonge une nouvelle fois sa tête entre les fesses de sa dulcinée puis lui offre un cunnilingus d’une douceur incroyable. Mais le calme cachait bien une tempête.


L’homme se redresse, présente sa verge à l’entrée du puits d’amour, puis la prend comme une bête en furie. Le claquement du bas du ventre sur les fesses de Maryse résonne dans l’appartement, le côté obscène de la situation décuple les sens des amoureux. Puis, histoire de calmer le jeu, Antoine positionne sa femme sur le côté, la prend en cuillère, puis au bout d’un quart d’heure la sève commence à monter à l’intérieur de sa tige.


Il finit par exploser à l’intérieur de ce vagin. Et Maryse exprime assez fortement cette jouissance. Le couple se remet doucement de cet échange corporel, prend une douche commune puis se couche amoureusement.


Il est sept-heure et demi, Antoine part au travail. Maryse, quant à elle, doit recevoir la visite de Sophie afin de prendre connaissance des modalités de son nouvel emploi.