Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 167 fois
  • 43 J'aime
  • 0 Commentaire

Dialogue de filles

Chapitre 1

Lesbienne

Mon mari est lâchement mort quand j’avais 48 ans. J’avais encore besoin de lui, de son sexe en moi. Depuis je me contente seule, mais ce n’est pas pareil, même si ma main sait exactement où se placer. Je suis passée hier dans un magasin pour acheter un soutien gorge. J’ai demandé à la vendeuse de venir voir comment je serais avec celui choisi. Elle m’a à peine effleurée. Pour la première fois j’ai eu envie d’une fille, elle. Drôle de surprise quand le soir au restaurant elle était là au bar. Son sourire m’a autorisé à la faire venir à ma table. Nous avons bavardé de la vie, de la sienne de la mienne. Après quelques minutes nous nous sommes tutoyées comme des amies. Je n’ai pas osé lui demande de venir avec moi, chez moi. Je lui ai donné mon numéro de téléphone

Plus tard, chez moi, elle m’a appelée pour me dire des choses tendres que je n’attendais plus. Elle m’a donné envie d’elle, je le lui ai dit. Alors :

-« Tu es habillée comment ? Si tu es nue, ne te caresse pas, surtout pas maintenant. Je te dirais quand le faire. »

Pourtant le son de sa voix me donne envie de me caresser. C’est dur de rester ainsi avec l’envie au ventre.

-« J’ai envie de toi, de ton corps, je veux te faire jouir. Je suis nue moi aussi, je caresse mes seins. Tu peux te caresser la poitrine, dis moi ce que ça te fais. »

— J’ai envie de toi, de tes mains. Dis-moi de me caresser la chatte.

-« Non, pas encore. Mes bouts durcissent sous mes paumes. Toi aussi, ils grossissent sûrement. »

-Je dois me branler, même si tu ne veux pas.

— « Attends que je le demande, je mouille rien que t’entendre ta voix. Il me semble même que mon cul participe à notre amour. »

— S’il te plait, laisse-moi me toucher.

— « Pas encore, patiente, ce sera meilleur tout à l’heure. Tu sais : je me toucherais aussi, nous pourrons jouir ensemble, se sera bien meilleur. »

— Je me caresse à peine le bout de la poitrine. Je te veux.

-« Moi aussi je te veux, je voudrais te lécher partout, les seins, les bras, le ventre, mm !! Le ventre. Il doit être tendre à ma bouche. »

— Je te mords aussi : tu es douce à ma bouche. Je te veux, je veux te bouffer toute.

— « Oui, mordille moi, c’est bon. Mes mains caressent tes seins, encore ton ventre. Elles sont sur tes fesses. Elles sont agréables à caresser, il me semble sentir ta raie. Ah, ta raie.

— Oui, passe ta main dans la raie. Elle s’écarte pour te laisser passer. Mets-moi un doigt dedans.

-« Tu sens passer mon doigt dans ton cul ? Il est doux, j’entre facilement, tu aime te faire branler le cul, salope. »

— Oui, je suis une salope pour toi, rien que pour toi, mon cœur. Et toi, est ce que tu te touche ?

-« Pas encore, je passe ma main entre les cuisses. Il me semble que c’est toi. Tu peux te toucher l’anus et, je suis gentille, tu peux faire entrer ton doigt au fond. Branles toi le cul »

— Oui, mon doigt entre comme si c’était toi. Je me baise le cul, c’est bon. Et toi, tu t’encules ?

-« Oui mon doigt est en moi : je le fais aller et venir. Tu peux te toucher la moule, ne bouge pas ta main, bouge ton corps autour de la paume. »

— C’est difficile de bouger comme ça. J’ai envie de te désobéir, te me toucher normalement.

-« Et puis quoi encore, je dirige ta masturbation. C’est moi qui commande, qui te fais jouir comme je le veux, pas comme tu veux. Contentes toi de ton cul. »

-Oui, mais j’ai envie de me faire jouir. Je te suce l’abricot. Il a bon goût. Suçons nous, faisons un 69. Tu aimes.

« Bien sur j’aime les filles, leur jus, surtout leur jus. Tu as déjà léché un con ? »

-Jamais. Je me goûte de fois en ma caressant.

« Tu ne sais pas ce que tu manque. C’est bon la cyprine d’une autre dans la bouche. J’aime lécher les filles. Tu me lèches, là. ?

-Oui je te lèche lentement. Il me semble que ma langue trouve ton con juteux. Tu dois beaucoup mouiller ?

— « Oui, je suis trempée. Ta langue me fait du bien, lèche moi profond, entres-là dans le fond de mon vagin. »

— Je n’y tiens plus, je veux jouir.

-« Oui, touche toi bien fais aller et venir l’index seul sur le clitoris. C’est bon ? »

-Oh, oui, c’est bon, J’aime me branler. Il me semble que c’est tes doigts qui me caressent. Tu sais je vais jouir. Et toi ?

— « Je fais comme toi, je me caresse doucement tes doigts me font du bien. Maintenant tu vas jouir, je le veux. Jouis !!

— Oui, je pars je délire sur les doigts qui me font du bien, c’est bon je sens que je viens. Ça y est, je jouis. Et toi ?

-« Moi aussi je jouis, je sens ma chatte palpiter, c’est bon de te baiser. »

Je raccroche après l’avoir laissée seule. Je sais que demain je vais m’arranger pour passer la nuit avec elle, ma première fille. Je verrais après si je continue avec elle.

Diffuse en direct !
Regarder son live