Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 433 fois
  • 158 J'aime
  • 6 Commentaires

Diane intelectuelle et coquine

Chapitre 1

Une affaire de timidité et de voyeurisme

Voyeur / Exhibition

Diane pose le carton, dernier arrivage de la journée, sur le sol avant de lever son regard vert sur la vieille horloge qui doit dater d’un autre siècle. Dix huit heures sonnent, le temps de fermer le magasin et elle pourra retrouver son chez elle.

Son premier jour s’est déroulé parfaitement bien comme elle l’espérait, la jeune femme passe ses doigts dans ses cheveux bruns et réajuste ses lunettes qui lui donnent des airs de première de la classe. En sortant de sa boutique un doux vent frais vient glisser entre ses jambes nues surmontées d’une jupe noire qui lui arrive mi-cuisses. Elle ne porte qu’une petite culotte fine en dentelle, et le vent fait frémir sa petite toison brune emprisonnée dans le tissu.

Tout semble annoncer une douce soirée d’été, elle n’a rien de prévu pour ce soir, si ce n’est se laisser vivre et faire ce que lui proposera l’instant présent. Elle n’a rien programmé, ça pourra être une soirée télé, DVD, lecture, musique… Qu’importe, l’essentiel est de se retrouver seule chez elle.

D’un geste Diane ferme son magasin et marche doucement dans les rues jusqu’à atteindre un croisement. Il n’y a pas foule sur les trottoirs et la chaussée semble s’être vidée de tous les brouhaha de la journée.

Mais sa vie bascule en ce soir de juillet et annonce un chamboulement pour le début de soirée..

Alors que la jeune femme change de rue des bruits attirent son attention. Ces derniers semblent étouffés, mais, consciente que quelqu’un peut avoir besoin d’aide, Diane d’un geste altruiste se dirige vers l’endroit d’où semblent provenir les raffuts. Peut-être que quelqu’un a besoin d’un secours immédiat ? Mais la jeune femme ne pouvait nullement imaginer ce qu’elle allait découvrir sous ses yeux.

Collée dos au mur d’une maison dans la rue peu passante, une jeune de son âge, les yeux clos, semble pousser de petits gémissements qu’elle espère sans doute discrets mais qui ont cependant attiré l’attention de Diane. Sa tenue, (un leggin noir et une brassière rose saumon), fait comprendre à Diane que celle qu’elle observe devait faire du sport avant ce petit arrêt.

Alors que la bienséance l’invite à passer son chemin, elle reste obnubilée par ce qui se déroule devant ses yeux. Quand bien même elle devrait pour le moins se retirer, Diane reste là à observer cachée par un haut marronnier. Elle sent son visage devenir rouge, à la fois de timidité et de honte, s’en voulant intérieurement de ce voyeurisme inapproprié mais qu’elle n’est pas prête à arrêter. Elle souhaite voir la suite de ce qui se déroule en cette soirée d’été. Pour elle, ce qu’elle découvre est excitant, elle veut en voir plus, sans attendre.

Toujours adossée au mur, après avoir fait glisser ses bretelles, la joggeuse baisse sa brassière laissant sa poitrine à nue. Les seins, de belle taille, semblent à la fois fermes et délicats. Diane la voit très nettement de là où elle se trouve. Elle est persuadée que personne ne peut voir qu’elle regarde la scène qui se déroule à quelques pas d’elle. Diane l’observe toujours, attardant son regard sur les lèvres, entrouvertes de la joggeuse. La timidité rougit sa peau, toutefois elle reste captivée par les mouvements de la sportive. Celle-ci d’un geste lent et érotique fait glisser son leggin sur ses cuisses. Les doigts de son autre main passent sous sa culotte de sport pour atteindre, sans aucun doute, sa plus tendre et douce intimité.


Diane observe alors le mouvement, en va et vient, de la joggeuse entre ses cuisses. Le spectacle dure quelques minutes encore avant qu’elle ne sorte ses doigts pour les porter à ses lèvres. Sa langue enroule ses phalanges jusqu’à ce qu’il ne reste rien de son miel intime qu’elle semble apprécier. Quelques minutes plus tard, certaine qu’il n’y a personne aux alentours, la jeune femme sort de sa cachette.


Diane rentre chez elle, troublée par des questions qui lui trottent dans la tête. Elle se demande si c’est le fait de voir une autre femme se faire du bien ou bien sa découverte du voyeurisme qui lui procurent cette sensation de gêne mêlée à une certaine forme d’excitation. Alors que les idées semblent se bousculer dans son esprit Diane décide de prendre sa douche afin de tenter d’oublier tout cela et sans être toutefois persuadée de le vouloir vraiment. Mais l’eau chaude qui ruisselle sur son corps nu n’a pas du tout le résultat désiré. Bien au contraire, ses tétons et son petit bouton semblent se durcir de façon incontrôlée. L’excitation est si forte, l’envie si palpable que Diane se laisse aller et s’abandonne.

De peur de glisser et pour trouver une position plus confortable, la jeune femme, sort de la salle de bain, et se dirige vers sa chambre pour s’allonger sur son lit. Elle écarte les jambes et laisse courir une main sur sa poitrine et l’autre sur son sexe. Avec volupté elle se caresse sans refouler aucun de ses désirs.

Diane, avec deux de ses doigts, enferme son clitoris entre ses phalanges et l’enserre. Il est sorti de sa cachette, elle joue avec. Diane ferme les yeux et glisse ses doigts dans sa grotte intime, chaude et toute humide. Telle une brume érotique le visage de la joggeuse semble flotter devant son regard, si bien qu’il ne faut que quelques minutes pour que son corps soit pris de spasmes de jouissance et d’extase. Son plaisir a été d’une extrême intensité.

Un sourire naissant éclaire son visage, les yeux mi-clos, son ventre nu est pris de frissons. Il lui faut quelques minutes pour se relever même si c’est à regret. Il faut qu’elle revoit cette joggeuse qui semble envahir son esprit et ses pensées. Il faut qu’elle la revoit, Diane le sait, elle n’a jamais vécu quelque chose d’aussi fort. Mais comment faire pour la retrouver ? Comment s’y prendre ? Elle ne sait pas encore, mais elle trouvera une solution pour retrouver la sportive d’un soir, le fantasme d’une nuit. Ce sur quoi elle s’endort, le sommeil l’emportant dans ses rêves les plus fous et les plus doux.

***

Le lendemain, elle ouvre son placard et en sort une jupe noire plissée au-dessus des genoux ainsi qu’une blouse blanche presque transparente, avec un soutien-gorge de la même couleur qui laisse apparaître la couleur des auréoles de ses seins.

Intimement Diane espère faire autant d’effet que la mystérieuse joggeuse lui a fait la veille. Un string semblable à son haut met en valeur ses fesses rondes et le pourtour de son sexe. Après une pointe de maquillage elle se sent prête, résolue à mener à bien sa mission…


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live