Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 184 fois
  • 40 J'aime
  • 2 Commentaires

Diane et son oncle

Chapitre 1

Inceste

L’involontaire araignée


Diane sautille de joie car elle voit le pouce levée de sa jeune mère de 36 ans Rosy qui est scotchée au téléphone avec son jeune frère de trois ans afin que celui-ci l’héberge pour un mois, le temps d’un stage de couturière qui se déroule prés de chez lui.


— …bien sur Rosy ! Je l’accepte volontiers…

— …encore merci Romain ! Tu verrai ta nièce ! Elle est quasiment hystérique…

— Maman !!!

Entent-il dans le combiné sa lointaine voix fluette et sachant que sa nièce doit prendre sur le coup son habituel pose fâchée qui vaut, entre autre, sa lèvre inférieure ressortie et ses coins d’yeux penchés de manière à faire la chienne battue alors qu’elle a eut 19 ans.


Tous métis, Diane est assez courte, 1,55m, elle est pleine d’énergie, pétillante et très souriante avec des joues boudinées qui mènent ses coins de lèvres charnues jusqu’aux oreilles tout le temps bouclées de magnifiques artifices comme son cou, poignets, doigts et récemment cheville droite. Son corps n’est pas épais mais n’importe qui devine qu’elle a tout aux bons endroits, d’épaules frêles qu’elle ramène constamment vers l’arrière en raison de sa généreuse poitrine, son buste est presque maigre combiné d’une taille de guêpe alors que ses voluptueuses hanches s’élargissent d’un coup et que ses reins se creusent profondément faisant incroyablement ressortir le fort bombé de ses fesses serrés à la grande raie. Elle a aussi parfois ce coté rebelle voulant prouver à son entourage qu’elle peut se débrouiller seule surtout avec ce qui l’irritait dans sa puberté ses atouts physiques qui sont devenus efficaces


— Pfff ! Ras le bol que mes cuisses soient tant espacées ! Pfff ! C’est mes cuisses qui sont fines !

Le juge-t-elle désolée pour elle-même depuis son adolescence face ou dos à tous les miroirs car tous ces habits moulants semblent davantage agrandir cet écart que tous reluquent.


Deux semaines plus tard…


— Salut Diane ! Comment vas-tu ? Entre!!

— Shhhalut !!

Est-elle accueillie par son oncle Romain qui saisit sa lourde valise d’une facilité à la faire couiner bêtement car elle avait du mal à la porter puis elle le suit dans le salon avant qu’elle ne se fasse présenter tout l’appartement ainsi que sa pièce qui l’hébergera.


— Hihihihi ! C’est pratique ça !Au moins la salle bain est juste en face !

Juge-t-elle cela avant de voir rapidement la grande pièce voisine à la sienne qui est celle de son oncle et Diane pense aussitôt qu’elle ne devra pas se comporter comme chez sa mère.


Son installation se fait gaiement, elle penche souvent sa tète dans la cuisine pour voir si son oncle à besoin d’aide pour le souper mais celui-ci insiste pour qu’elle s’installe bien.


— Tiens ! Voilà une clé de l’appart et voici quelques conditions chère nièce…

— Quoi ? Mais je suis ici pour mon stage de couturière et non pour amener un petit ami !

Ironise-t-elle lorsqu’il impose la règle de ne pas amener un jeune homme mais elle comprend qu’il venait de dire cela pour la taquiner. Dû coup elle tape sa pose de chienne battue, il sourie.


Les premiers journées vont bon train, Diane fait son stage avec assiduité et respecte tout mais au fil des jours car elle se sent de plus en plus comme chez elle, c’est avec sa porte de chambre entrouverte qu’elle change de tenue, c’est en sous-vêtements sexy ou à moitié nue avec son avant bras plaqué sur la poitrine qu’elle va vite dans la salle bain alors que la pièce jouxtée de Romain offre toute la vue du fait qu’involontairement sa porte est aussi entrouverte.


-WOW ! Quel corps de rêve !

Pense-t-il malgré lui au fil des jours et sans avoir la force de la prévenir de se comporter avec réserve car il craint de la mettre mal à l’aise donc il fait tout son possible pour l’ignorer mais...


-…si tu voyais ce que je fais au stage! J’ai l’impression d’être leur boniche!PFF! RAS L’CUL !

— Diane ! Si ta mère t’entendrait !!!

Dit elle durant un souper de fin de semaine faisant l’étonnement de son oncle qui la découvre d’un œil différent car il était habitué de la voir sous l’angle de la fille sage. Sa nièce ricane.


— J’ai dix neuf ans et je parle comme je veux !!

Tape-t-elle soudain son poing fragile sur la table qui n’a fait que lui donner une douleur aiguë juste avant qu’elle ne quitte la table et s’enferme dans sa pièce pour pleurer. Romain est beat.


Laissant Diane tranquille, il se dit qu’elle ira mieux demain car elle ne bossera que la matinée et il eut raison du fait qu’à l’aube et avant qu’il ne parte à son travail, elle est déjà levée.


— Shalut tonton ! Désolée pour hier soir…

— C’est oublié Diane ! Ne te justifie pas…et passe une bonne journée ! A ce soir ! Bises !

Est il sincère sur le coup mais part-il vite de chez lui car toute naturelle et accoudée contre la porte de cuisine, sa nièce a les yeux fatigués avec sa chevelure mi-longue, foncés et frisés, désordonné tandis qu’à la verticale, chacun de ses avant bras couvre un sein nu d’une façon à les aplatir et déborder de partout alors qu’elle n’est vêtue que d’un boy-short en soie blanche tellement tiré vers le haut qu’il a perçu le petit bombé de son vagin nettement haché.


Et c’est durant sa matinée de stage qu’elle repasse en boucle les rapides coups d’œil de son oncle qu’il semblait clairement combattre jusqu’à sa sortie de l’appart du fait qu’elle le suivait pour le saluer et encore s’excuser de son comportement de la veille puis se remémorant l’instant qui suivait, elle ricanait toute seule de se découvrir dans le miroir la chatte décalquée.


Tout ceci décontracte Diane qui ne voit plus le temps passé et leur premier week-end s’installe dans une bonne humeur. Romain ne se retient plus de reluquer sa nièce qui reste presque tout le dimanche à gambader chez lui dans un long tee short noir et une jolie culotte en dentelle rose qu’il perçu plusieurs fois dans ses postures. Elle a pris un malin plaisir à le taquiner.


-…ta fille se tient à carreau Rosy ! Tu l’as bien éduquée ! C’est cool…

-…tout va donc pour le mieux Romain! Je pensais qu’elle aurait pu faire comme chez elle…

Alors que sa fille ricane dans ses mains car elle entend sa mère parler dans le haut parleur puis elle cligne de l’œil à son oncle avant de lui donner une tape amusée sur l’épaule et un sourire.


Romain n’est pas le célibataire endurci et fréquente quelques chaudes nanas qui en ont certes après sa gentillesse et générosité mais plus particulièrement envers sa longue et épaisse queue métisse au gros gland qu’il enfonce profondément dans leurs orifices pour qu’elles jouissent.

Diane n’est pas non plus frigide et coincée, depuis ses seize ans, elle fréquente les garçons et n’hésite pas à changer de petit ami lorsque celui-ci devient lourd (jaloux).Pour la durée de son stage, elle est célibataire et cela depuis quelques semaines.


-…pour la semaine qui arrive, j’ai enfin de la couture à faire ! Cela va être enrichissant…

— Tu vois Diane !Au début de ton stage, ils ont simplement testé ta patience à vouloir réussir !

Sourie-t-elle et hausse-t-elle bêtement ses épaules de l’évidence puis la semaine s’entame.


C’est le deuxième soir suivant qu’ils vont se croiser involontairement au pied de porte de la salle de bain. Romain va se brosser les dents tandis qu’elle finissait son propre brossage.


— Urg…heu…désolée Diane ! J’ te pensais au lit !!Oups…milles excuses !

— !!! MUURRGGHH !!!Heuuuu…non non Romain…c’est moi qui m’excuse…MURGH !!!

Est elle dans un ensemble de sous vêtement de soie et dentelle blanche, couleur opposée à sa peau, au soutif grande taille et aux bretelles tendues de sa lourde poitrine alors que sa culotte est coincée entre ses fesses bombées tandis que son oncle est complètement nu avec son long pénis mou et circoncis au gland descendant jusqu’à ses mi-cuisses sportives. Il était un athlète.


Durant l’instant qui semble une éternité, il croit d’abord rêver de constater le regard continuel de sa nièce qui a changé en celui d’une jeune femme sur la faim sexuelle et qui n’arrive plus l’ôter de son ente jambe. Ceci fait instantanément palpiter son pénis qui se développe.


— Bon…et bien ! Bonne nuit Diane…je vais me brosser les dents !!

— Heu…ouais tonton…bien sur ! Ouais ! Bonne nuit !!!

Est elle sortie de sa rêverie d’une façon à faire comprendre à son oncle qu’elle a complètement flashé sur son paquet sexuel mais lorsqu’il perçoit son coin de lèvre mordu.


— Mais c’est qu’elle à l’air d’aimer ça !!!

Pense-t-il donnant un rapide coup d’œil au dessus de son épaule pour croiser le sien furtif d’avoir vérifier son cul très musclé et grande paire de couilles visibles d’entre ses cuisses.


Pour Romain, devant le miroir et entrain de brosser ses dents, il a le reflet de sa plus forte érection car toutes les autres qu’il avait eu envers sa nièce sexy étaient combattues mais comme elle est la fille de sa sœur aînée Rosy, il s’abdique de devoir appeler dès le lendemain une de ces nanas pour vider ses couilles pleines. Chacun va plus ou moins dormir très peu.


A l’aube.


— Oups…salut Diane…déjà réveillée !

— Oui Romain…je me suis gourée dans l’heure du réveil !!

Est il dans son long caleçon de nuit blanc et un vieux polo noir alors qu’elle est assise de manière à ce qu’il ne voit pas le bas de son corps tandis qu’elle porte sur le haut uniquement son soutif qui faisait parti de leur incident de la veille.


Romain est à deux doigts de vouloir discuter de l’incident mais il se résigne par crainte d’installer une mauvaise ambiance pour la suite.


— Bon…j’ vais en profiter pour faire quelques étirements…bonne journée tonton !

— Merci Diane ! Toi aussi…à ce soir !

S’est il dirigé vers sa cafetière, passant prés d’elle, discernant simplement sa nièce se lever quand il pense voir son bas de corps nu donc il tourne sa tète et voit bien ses fesses nues.


— Et puis au fait tonton…je voulais que l’on soit quitte…j’espère ne pas te choquer !

— !!!...heu…heu…ben…non…bien sur que non ! Mais cela n’était pas obligé !

A-t-il suivi, après vérification de son superbe cul nu, son hésitant demi tour de sorte à découvrir la plus belle petite chatte dodue de sa vie épilée comme un ravissant petit menhir et d’une façon à ramener ses poils pubiens bruns vers l’intérieur.


— Tu devrais aller t’étirer Diane !

— Sur ! J’y vais !

Est elle surprise et à la fois ravie de sa sérénité combinée d’un regard et d’un petit sourire en coin qui garnissent le visage de son oncle d’énigmes car elle devine qu’il est sous le charme.


Et heureusement pour lui qu’elle a trottiné vers sa pièce vérifiant furtivement s’il épiait ses fesses qu’il scrutait, café aux lèvres, sans retenue car il réalisait le chapiteau dans son froc.


Durant la journée, chacun à le sexe de l’autre flashant et chacun secoue ses esprits de mauvaises pensées qui s’accroissent au fil des heures. A son stage, Diane est très joyeuse d’avoir osé afficher sans l’ombre d’un complexe sa nudité à son oncle ou à ce type qui fait presque deux fois son âge ou bien à ce que la loi déclare d’interdit entre gens de famille.


— Tiens ! Te voilà rentré plus tôt que d’habitude ! Ça va tonton !

A-t-elle perçu son discret désarroi d’être découverte toute habillée tandis qu’elle se fait saluer normalement et à moitié assise sur le divan afin d’échanger une bise de salutation.


Aucun d’eux n’amène les sujets gênant de nudité mais l’atmosphère est très curieuse même s’ils discutent de choses et d’autres entre leurs yeux sur la télé et leurs thés dégustés.


— Oups d’ailleurs !!!Puisque l’on parle du week-end à venir…je suis invité à un mariage !

— Donc je vais rester toute seule ?

Dit elle cela dans sa pose chienne battue et avec son triste visage encadré de ses cheveux frisés défaits et puis faisant du coup craquer son oncle.


— Veux tu m’accompagner ?

— Oh merci tonton ! J’adore les mariage !!

Est elle déjà agrippée à son cou d’une façon à écraser sa poitrine sur son bras.


Il reste exactement trois jours avant ce mariage de l’un de ces amis et pour Romain ils sont probablement les plus durs de sa vie alors qu’il ne devrait absolument pas l’être sauf que sa nièce gambade souvent et toute souriante à travers son appart uniquement vêtue de tong ce qui a engendré le jour d’avant le mariage sa propre nudité et quelques palpitions de son pénis combattues de faire augmenter son volume et qu’elle vérifie curieusement du coin de son œil.


— Si ta mère nous verrait…elle nous traiterait de vrais pervers !

— Alors là…j’en aurai vraiment rien à foutre !!!

Et ricanent ils tous les deux croisés par hasard nus au pied de porte de la cuisine qui faillit engendrer le frôlement de leurs corps que chacun regarde passionnément.


— Toc toc…C’est vraiment l’heure partir Diane !

— Pfff ! Donnes moi encore deux minutes ! S’il te plait !!

Vient il de taper pour la troisième fois sur la porte de la salle bain ou Diane s’est enfermée depuis une heure et lorsqu’elle sort, elle dissimule son stress de paraître sophistiquée par le style qu’ils doivent maintenant se dépêcher évitant subtilement le regard de son oncle.


Lorsque la porte s’est entrouverte, c’est l’odeur de son parfum musqué qui l’a enivré et alors qu’il s’attendait à des habits qu’il eut déjà vu sur son corps, c’est bras ballants qu’il découvre sa nièce super sexy haussée d’environs quinze centimètres d’une paire d’escarpins noir puis ses jambes nues jusqu’aux mi cuisses causées par une fabuleuse et moulante robe violette cousue aux extrémités de froufrou noire, faute de bretelles, elle se tient tel un bustier lacé dans le dos affinant surtout sa taille alors que son décolleté forme sa poitrine comme deux obus et le décalqué de ses mamelons sont cachés par la froufrou.


— J’adore ta coiffure !!

— Merci !

Continue-t-elle d’éviter son regard l’attendant à la porte d’entrée et profitant d’un miroir pour vérifier ses deux tresses seulement attachées sur leurs bases par des chouchous assorti à sa robe tandis qu’il jette un œil furtif sur son fessier formé en bulle par le tissu luisant.

Diffuse en direct !
Regarder son live