Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 26 184 fois
  • 51 J'aime
  • 0 Commentaire

Dilemme 2

Chapitre 1

Inceste

Avant-propos

Suite à un film vu sur Internet, avant la conclusion, je me suis proposé une suite différente de la réalité.

Alain, 30 ans, médecin généraliste

Gisèle, 48 ans, sa mère, libraire.

Aurélie, 29 ans, petite amie d’Alain.


Gisèle est une mère très possessive qui a déjà fait capoter plusieurs amours d’Alain, le dernier en date, c’est lors de l’anniversaire d’Aurélie, elle a tout fait pour détruire le couple.

Dans un premier temps, je vais décrire la scène comme je l’ai vue, et dans un deuxième temps, faire une conclusion différente du film (où finalement tout se finit bien, dans mon histoire, pas dans le film)

L’anniversaire d’Aurélie

Aurélie entre dans l’appartement qu’ils partagent depuis leurs études.


— Coucou chéri, c’est moi.

— J’ai une surprise pour ton anniversaire.

— C’est quoi ?

— Patience, mettons-nous d’abord à table que j’ai préparée exprès pour ton anniversaire.


Les deux après moult baisers passionnés commencent le repas quand la sonnette raisonne, ils entendent la clé ouvrir la porte.


— C’est maman, annonce Alain.

— Coucou mes chéris, bon anniversaire, alors tu lui as dit que vous alliez à Venise ?

— Maman, pourquoi tu n’as pas respecté ma surprise ?

— Ainsi tu as prévu que nous partions à Venise.


Deux heures plus tard, alors qu’ils commencent à faire les valises, la mère demande à son fils :


— Tu peux m’emmener chez mon coiffeur, je suis légèrement en retard.


Aurélie :


— Cela ne va pas, l’avion part dans deux heures et il faut faire les valises, on est déjà juste dans les temps, je vous appelle un taxi.

— Alain, tu ne vas pas me laisser en plan, j’ai besoin de ton aide.

— Je me dépêche, je suis de retour dans peu de temps.


Dans le taxi, alors que Alain bout de partir, sa mère tente encore de lui faire perdre du temps avec x recommandations. Finalement, il rentre en vitesse, il boucle sa valise et le taxi arrive juste à temps.

À ce moment, le portable d’Alain sonne et Aurélie lui remarque :


— Je parie que c’est ta mère. Laisse tomber.

— Je m’aperçois que j’ai oublié mon passeport.


En courant, il remonte dans l’appartement en ouvrant son mobile.


— Alors quoi ?

— J’ai oublié mes clés à la maison.


Fébrilement, il cherche partout puis finalement ne les trouve pas et redescend et trouve son sac sur la chaussée et le taxi qui part avec Aurélie qui bloque son téléphone.

Là se termine la retransmission du film que j’ai visionné.

La rupture

Tard dans l’après-midi, Aurélie lui annonce que c’est terminé entre eux et qu’elle vient chercher ses affaires.


— Tu es vraiment trop sous le joug de ta mère, cela ne peut pas fonctionner entre nous et je sais que je ne suis pas la première à qui cela arrive. Cela fait une année que je te demande de te libérer de son emprise, là, cela a fait déborder le vase.

— Mais chérie, je t’aime, mais je ne peux pas laisser ma mère quand je pense tout ce qu’elle a fait pour moi.

— C’est égal, trop, c’est trop.


Sur ce, elle prend ses affaires et disparaît.

Tard dans la soirée, il entend que la porte s’ouvre, cela ne peut être que sa mère car Aurélie lui a laissé ses clés.

Il est vraiment furieux contre elle, c’est la troisième fois qu’elle me casse un mariage.


— Mon chéri, tu n’es pas parti ?

— Non et Aurélie m’a quitté, tu es contente ?

— Oh ! Mon pauvre chéri, heureusement que ta vieille mère te reste.

— Justement, je remarque que tu n’es pas passé chez le coiffeur et je n’ai pas trouvé tes clés.

— C’est vrai, mes clés, je les ai retrouvées dans mon sac et le coiffeur était parti en vacances.

— J’ai pris une décision, tu ne veux pas que je vive ma vie hors de toi, mais j’ai des besoins comme tout homme ; alors je vais rester avec toi et tu seras ma maîtresse, soit tu es d’accord, soit je te quitte définitivement et tu ne me reverras plus.

— Mais mon chéri, je suis ta mère, que vas-tu penser, je suis une vieille femme.

— T’inquiète, tu es encore parfaitement consommable et depuis que père est parti, à ce que je sache, tu n’as plus rien eu du côté du cœur ou plutôt devrais-je dire du cul.

— C’est pas négociable, la réponse demain matin, ce soir, je suis trop abattue.

— Pour la réponse que tu acceptes d’être ma soumise tu viendras sans culotte et sans soutien-gorge et par la suite, tu te donneras 100 % à ma perversion, tu seras ma salope, autrement, tu me rendras les clés de l’appartement et je ne veux plus te revoir.


Les affres d’une mère

En quittant l’appartement, cela bouillonne dur dans la tête de Gisèle :


— Comment vivre sans mon poussin, à qui j’ai tout donné.

— Enfin soyons honnête, je lui ai aussi pas mal pris et pas tout donné.

— Oui, mais c’est de l’inceste, mon petit garçon chéri.

— Petit, façon de dire, il a 20 centimètres de plus que toi et a déjà 30 ans, ce serait le moment qu’il sorte du cocon de sa mère.

— C’est vrai, mais si je ne réalise pas ses exigences, je le perds à tout jamais et en plus je me sacrifie depuis tant d’années sur le plan affectif pour toujours être à son écoute.

— Peut-être un peu trop non ?

— Mais je suis une vieille femme et je vais ruiner son avenir.

— Il l’a dit, tu es encore bien baisable et question de ruiner son avenir, tu as fait ce qu’il faut, il faut payer la note maintenant, c’est qu’un mauvais moment à passer.

— Oui, mais ce ne sera plus jamais comme avant et maintenant, cela risque d’être plus qu’un mauvais moment à passer.

— Mais il y en a des plus malheureuses que toi, imagine un jeune étalon pour ta vieille carcasse, tu commences à mouiller salope.

— Que vont penser les autres personnes ? Je vais passer pour une mère possessive.

— Il faut assumer, car c’est exactement ce que tu as été jusqu’à maintenant, peux-tu vivre sans ton petit Alain ?

— Peut-être que personne ne le saura et tu vas t’éclater !

— Perverse ! Faire ça avec mon petit.

— Je te rappelle que tu aimais bien le voir adolescent, prendre son bain et voir qu’il se développait bien, pas comme son père.

— Tant pis, je relève le défi, finalement, il sera peut-être vite lassé de moi.

— Mais si jamais j’y prends goût et qu’il me délaisse ?

— Tu n’as besoin que de te donner à fond.

— C’est décidé, demain, je le réveille sans culotte par une turlute, il ne faut pas commencer à petit feu.

— Mais est-ce le bon moyen de commencer en prenant l’initiative depuis le début, il faut un peu lui laisser un peu d’oxygène et attendre qu’il prenne des initiatives.

— C’est vrai que cela pourrait le bloquer et faire pire.

Diffuse en direct !
Regarder son live