Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 719 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

On dirait le sud

Chapitre 6

Les filles du bord de mer

Divers

Quand ils arrivent au studio, Mélissa ouvre la porte et laisse entrer Alex. Le studio comporte une pièce principale avec un coin cuisine et un coin salon meublé d’un canapé et d’une table basse et une chambre séparée. Alex en fait rapidement le tour en se disant qu’il a vraiment fait une sacrée connerie et que la fin des vacances s’annonce horrible.


En voyant son air déprimé, Mélissa vient se coller contre lui.


— Qu’est-ce que tu fais, lui demande-t-il ?

— Oh voyons ! Tu ne vas pas faire la tête pour si peu. Après tout, personne ne t’a obligé à coucher avec cette petite pétasse. Il faut que tu assumes mon grand.

— Je sais bien oui, mais j’aime Nathalie, ça me rend malade de penser que je lui ai fait du mal.

— Ah la la ! se moque gentiment Mélissa. Tous ces hommes amoureux fous de leur femme et qui pourtant couchent à la première occasion.

— Pas à la première occasion tu exagères. Je n’avais jamais trompé ma femme avant ces vacances.

— Non ? Eh bien tu te rattrapes vite, dis-moi, fait-elle en commençant à déboutonner le pantalon d’Alex.


Il essaye de l’en empêcher en lui disant qu’il n’a pas la tête à ça.


— La tête non peut-être, mais ta queue si on dirait, répond-elle en baissant le pantalon et le boxer d’Alex.


A peine est-elle sortie que la queue d’Alex se met aussitôt à gonfler en sentant la main de Mélissa se poser sur elle.


Elle force Alex à s’assoir sur le bord de la table basse et s’agenouille devant lui pour décalotter sa queue avant de la prendre aussitôt en bouche. La bouche de Mélissa est brûlante sur la queue d’Alex et celui-ci ne peut s’empêcher de retenir des râles de plaisir.


— Tu vois que finalement tu as la tête à ça, fait la gourmande en libérant la queue d’Alex.


Mélissa se penche à nouveau sur cette queue et sa langue remonte lentement depuis la base jusque sous le gland, s’arrêtant un petit moment sur le frein. Puis elle le reprend en bouche et le suce tout en massant sa tige de ses deux mains fines. La queue d’Alex se retrouve rapidement luisante de salive. Il passe lentement sa main dans les cheveux soyeux de sa partenaire tout en lui murmurant qu’il adore sa bouche.


— Je le vois bien que tu l’aimes figure-toi, mais j’espère que tu aimes aussi ma chatte ?


Sans répondre, Alex se lève et vient plaquer Mélissa contre le mur. Il relève sa jupe et s’aperçoit qu’elle n’a pas mis de culotte. Il glisse la main entre ses cuisses et enfonce un doigt explorateur dans la cavité humide.


— Tu sors souvent sans culotte comme ça ? demande-t-il tout en continuant à la doigter.

— Seulement quand j’ai envie de baiser, répond-elle en passant ses bras autour du cou d’Alex.


Alex se dit que Mélissa est décidément une sacrée cochonne qui cache bien son jeu sous ses dehors un peu bourgeois. Il prend sa queue et la frotte contre le sexe de Mélissa. Elle soulève une cuisse et Alex passe son bras dessous pour la soulever légèrement. D’une main, Mélissa guide la queue d’Alex à l’intérieur de son sexe tandis que de l’autre, elle s’accroche à son cou. Alex se met aussitôt à faire des va-et-vient rapides, leurs bouches se trouvent et ils commencent à échanger des baisers du bout de la langue avant de se prendre à pleine bouche, le souffle court.


Alex s’arrête un instant, enfoncé complètement dans l’intimité de Mélissa. Celle-ci lui souffle :


— J’aime ta queue ne t’arrête pas, tout en enfonçant sa langue dans la bouche d’Alex.


Celui-ci reprend ses coups de boutoir tout en embrassant Mélissa dans le cou puis sur le haut des seins.


— J’adore ta chatte Mélissa, souffle-t-il à son tour.


Mélissa passe ses deux bras autour du cou de son partenaire et l’embrasse à pleine bouche. Entre deux baisers, elle a le temps de lui murmurer :


— Baise-moi encore.


Alex passe son autre bras sous la deuxième cuisse de Mélissa et la soulève pour venir la faire s’empaler sur sa queue, toujours appuyée contre le mur. Après quelques instants dans cette position, Alex se rend compte qu’il ne va pas pouvoir la tenir longtemps. Mélissa est plus grande que lui et malgré sa silhouette longiligne, il a du mal à la porter.


Il la repose à terre et la fait venir face à la table basse, penchée en avant, les mains en appui sur le plateau. Il s’approche et plonge aussitôt en elle, se mettant à la baiser sans ménagement, ses mains posées sur les hanches de Mélissa. Celle-ci recommence à gémir de plus belle en disant :


— Oui comme ça c’est bon, je te sens bien continue.


Alex ne se fait pas prier et l’attrapant plus fermement par les hanches, continue ses mouvements rapides. Tout en la baisant, il écarte les fesses de Mélissa et son pouce vient frotter l’anus tendu vers lui. Elle se tourne vers lui, la lèvre du bas pincée entre ses dents, le regard brillant :


— Tu as envie de goûter à mon petit cul ?

— Je peux ? demande timidement Alex ?

— Bien sûr que tu peux, tu ne vois pas que j’en meurs d’envie ?


Alex vient frotter sa queue contre le petit trou de Mélissa et commence à s’enfoncer lentement en elle. Il sent l’anus s’écarter sur sa queue et venir la serrer une fois enfoncée en elle. La sensation est délicieuse et Alex se contente de faire de très lents mouvements de bassin pour bien la ressentir sur sa queue.


Mélissa se tourne vers lui et lui demande :


— Ca te plaît ?

— J’adore, répond Alex en lui souriant. Tu as un cul formidable, c’est un vrai régal.

— Alors, profites-en bien, fait-elle en glissant une main entre ses cuisses pour venir frotter son clitoris.


Alex accélère le rythme. Il sent le souffle de Mélissa se faire plus lourd et il s’enfonce toujours plus loin dans son cul jusqu’à se retrouver soudé contre ses fesses à chaque va-et-vient. Comme il se sent prêt à jouir, il dit :


— Je vais gicler dans ton cul j’en peux plus.


Mélissa ne répond rien, mais continue à frotter son clitoris de manière frénétique. Au moment où elle sent le sperme d’Alex gicler tout au fond d’elle, sa main s’active encore plus vite et elle se fait jouir, empalée sur la queue en train de se vider en elle. Alex sent les contractions de l’anus de Mélissa sur sa queue et il se retire lentement. Il aperçoit l’anus de Mélissa se refermer doucement et un filet de sperme qui se met à couler lentement entre ses cuisses.


Mélissa se retourne alors et lui tend ses lèvres pour échanger un baiser. Elle lui dit :


— Merci ça fait un bien fou. Je vais me nettoyer vite fait.


Puis elle se dirige vers la salle de bain où Alex l’entend faire couler l’eau du lavabo pendant que lui-même finit de se rhabiller.


Quand elle revient dans la pièce, elle lui dit de ne pas s’en faire, que les choses vont se tasser et qu’elle est sûre que Nathalie et lui vont se réconcilier rapidement. Elle lui dit qu’elle passera le soir pour l’emmener se changer les idées. Quand elle le quitte, Alex ne peut s’empêcher de penser qu’elle n’a toujours pas de culotte sous sa jupe et cette simple pensée suffit à le faire à nouveau bander. Il se dit qu’il va falloir qu’il fasse attention s’il ne veut pas risquer de nouvelles déconvenues.


*


Le lendemain, au réveil, en repensant à son expérience de la veille avec Jean-Marc, Nathalie se sent profondément troublée. Elle ne pensait pas que faire l’amour pouvait être aussi agréable, elle qui a rarement une libido débordante. Alex et elle font l’amour de manière très classique, et elle se dit que c’est sûrement de sa faute si leurs relations sont aussi routinières et espacées.


Elle n’a pas connu d’éducation sexuelle et Alex a été son premier amant. Et si ça ne la dérange pas que de temps en temps, il lui fasse l’amour, on ne peut pas dire qu’elle ait connu le grand frisson orgasmique. Les rares fois où il lui arrive de jouir, elle est toujours en train de se contrôler comme si c’était mal de jouir très fort.


Hier avec Jean-Marc, sous le coup de la colère qu’elle ressentait envers Alex, elle s’est laissée aller et son orgasme a été aussi soudain que surprenant pour elle. Le simple fait d’y repenser lui donne chaud au creux du ventre et elle n’ose pas s’avouer qu’elle a envie de recommencer.


Il fait si chaud malgré la clim qu’elle a dormi torse nu en petite culotte. Elle sent le contact du drap sur son corps et elle se rend compte que les pointes de ses seins sont dressées et dures. Elle passe une main dessus et les pince délicatement l’une après l’autre pour les faire durcir encore plus. Elle sent que sa culotte est déjà légèrement humide entre ses cuisses. Elle la fait lentement glisser à mi-cuisses et glisse un doigt dans son intimité pour constater qu’elle est déjà très réceptive.


Elle écarte légèrement les lèvres de son sexe et continue à se caresser en repensant à la queue de Jean-Marc tout au fond d’elle. Son souffle se fait plus lourd et elle sent déjà la sueur qui commence à couvrir son corps en ébullition. Alors que sa main continue à s’activer entre ses cuisses, elle se mordille les lèvres et commence à gémir tout bas.


Elle se souvient à peine de la dernière fois qu’elle s’est caressée toute seule comme ça. Elle se dit que cela fait des années que ça ne lui est pas arrivé. Elle a terriblement envie de faire l’amour. Ses doigts sont luisants de son jus et elle a presque envie de les lécher. Elle passe son index autour de chaque pointe de seins et constate que son doigt y laisse une traînée brillante.


Elle se lève et s’enroule dans une serviette de bain avant d’ouvrir discrètement la porte de sa chambre et de se diriger vers la salle de bains pour y prendre une douche fraîche. Elle essaye de ne pas faire de bruit, car il est encore tôt et tout le monde semble dormir encore.


Elle ouvre la douche et se laisse glisser sous le jet d’eau encore froide. Cela lui fait un bien fou tellement elle se sentait bouillante au réveil. Elle prend la pomme de douche et la dirige entre ses cuisses pour laver son sexe encore gluant du plaisir qu’elle s’est donné. Elle sent que cela lui fait à nouveau effet et elle dirige volontairement le jet sur son clitoris qu’elle caresse doucement en même temps.


Elle sent un frémissement monter entre ses cuisses et elle frotte la pomme de douche tout contre son sexe, sentant le jet qui la pénètre tandis que son doigt s’active sur son clitoris. Le frémissement se transforme en tremblement et elle jouit d’un coup sous l’action du jet et de son doigt. L’orgasme n’est pas aussi fort qu’avec Jean-Marc, mais il lui fait tout de même énormément de bien et elle finit tranquillement de prendre sa douche avant de retourner s’habiller dans sa chambre.

Diffuse en direct !
Regarder son live