Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 468 fois
  • 147 J'aime
  • 4 Commentaires

Dix ans de relation avec ma sur

Chapitre 3

La naissance du petit pervers

Inceste

Le soir-même de cette initiative des plus agréables, aux environs de vingt-et-une heures trente, ou peut-être un peu plus tard, je jouais à un jeu en ligne sur mon ordinateur lorsque je reçus un wizz sur MSN.


Je regardais qui venait me déranger en plein jeu et je vis qu’il s’agissait de ma chère sur.

Salut, dis-je.

Coucou mon petit pervers, répondit-elle.


Sur le moment, je fus déçu par sa façon de m’appeler.

Si tu me traites de pervers, c’est que tu m’en veux pour tout à l’heure.

Absolument pas, me conforte-t-elle. J’ai eu envie de tout ce qui s’est passé.

Alors pourquoi "petit pervers" ?

Parce que "petit", c’est pour le côté mignon. Et pour le reste, c’est parce que la sexualité nous rend tous un peu pervers.

D’accord. Donc tu ne dis pas ça méchamment ?

Non, pas du tout.


La conversation continua de façon assez banale pendant plusieurs minutes, puis ma sur m’annonça qu’elle n’allait pas tarder à aller se coucher.

Je suis fatiguée, m’annonça-t-elle. Bonne nuit mon petit pervers.


Je souhaitais terminer la conversation sur le ton de la plaisanterie.

Tu sais, si j’étais vraiment un pervers, je mettrais la caméra et je me tripoterais devant toi.


Je pensais que ma sur allait répondre par un "lol" ou par un émoticone indiquant le rire, mais au lieu de ça, je reçus une invitation à démarrer une conversation avec la caméra. Je ne réfléchissais pas et j’acceptais l’invitation.

Pourquoi tu veux mettre la caméra ? demandai-je.

Parce que ta proposition était intéressante.

T’es sérieuse ? Tu veux vraiment que je fasse ça ?

Pourquoi aurais-je lancé la cam si ce n’était pas le cas ?


J’étais un peu décontenancé. Je ne pensais pas que ma sur prendrait mes propos au sérieux. Et même si une part de moi avait envie de me masturber face à la caméra pour que ma sur me voit, une autre partie de moi était tétanisée. J’avais déjà entendu parler de ce phénomène, mais je ne l’avais jamais fait. J’hésitai quelques secondes avant d’accepter.

OK, mais toi tu le fais aussi dans ce cas.

Je ne peux pas, mon mec est dans la pièce d’à-côté. Il risquerait de m’entendre. Et surtout, il risquerait de voir devant qui je fais ça. Ce sera plus facile de fermer la conversation et de couper la caméra que de me rhabiller s’il vient dans la chambre.

Bon, d’accord. Alors peut-être que tu peux juste me montrer tes seins quelques secondes histoire de me motiver.


Je pensais que là encore elle allait trouver un prétexte pour refuser, mais à ma grande surprise, elle se leva et au lieu de me montrer ses seins, je la vis soulever légèrement sa jupe et faire descendre son string. Puis elle prit la caméra quelques secondes et l’orienta de façon à ce que je puisse apercevoir son intimité. Cette vision, même brève, me motiva suffisamment pour me déshabiller devant la caméra et commencer à me masturber.


Ma sur remit sa caméra en place et se rassit sur la chaise de bureau. Son regard sembla réellement être orienté vers l’écran de son ordinateur. Je ne savais pas si ma sur me regardait vraiment me masturber pour elle ou si elle regardait autre chose sur son écran pour me faire croire qu’elle s’intéressait à ce que je faisais. Mais elle n’allait pas tarder à me confirmer que c’était bien moi qu’elle regardait derrière son écran.

Ne va pas trop vite. Laisse-moi profiter un peu.

Désolé, dis-je en ralentissant un peu mon rythme.

En plus, je ne vois pas grand chose si tu vas trop vite. L’image sature un peu et c’est trouble.

D’accord. C’est mieux comme ça ? demandai-je après avoir ralenti encore un peu mon rythme.

Oui, là c’est mieux. Merci.


Je continuais de me masturber devant ma sur qui ne semblait pas perdre une miette du spectacle que je faisais pourtant pour la première fois. Et après un peu plus de cinq minutes, j’approchais de la fin.

Je vais bientôt finir mais je n’ai pas de mouchoir en papier pour gicler dedans, l’informai-je.

Rapproche-toi de la caméra pour que je vois bien le moment venu et fini sur toi.

C’est vraiment ce que tu veux ?

Oui.


Je me rapprochai donc de la caméra et j’éjaculai sur moi. Je pris ensuite mon caleçon et je m’essuyai avec avant de le reposer au sol.

Merci, me dit ma sur. C’était très agréable à voir.

Ravi que ça t’ai plu.


Alors que je pensais que la conversation allait prendre fin, je vis ma sur commencer à retirer son haut avant de faire tomber son soutien-gorge. Puis elle se leva de la chaise et fit tomber sa jupe. Elle était là, nue devant la caméra. Le spectacle était vraiment merveilleux et sur le moment, j’aurais aimé être devant elle et pas devant mon écran.

C’est ta récompense, mais je ne vais pas faire plus parce que mon mec est là.


Elle resta encore une ou deux minutes qui ne me parurent que quelques secondes avant de me faire un signe de bisou derrière la caméra et de couper la conversation.


Gardant encore l’image de ma sur nue, je me masturbai une fois de plus quelques minutes plus tard. Et ayant sali mon caleçon en essuyant mon sperme quelques instants plus tôt, cette fois, je décidai de m’en servir de réceptacle pour mon éjaculation. Puis je me glissai dans mon lit, entièrement nu pour la première fois de ma vie et je me mis à imaginer ma sur avec son copain, ou plutôt, à m’imaginer à la place du copain de ma sur.


Cette nuit, il me fallut beaucoup de temps pour m’endormir, car Ariel était dans chacune de mes pensées.

Diffuse en direct !
Regarder son live