Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 969 fois
  • 78 J'aime
  • 11 Commentaires

Dix-neuf ans et bisexuel

Chapitre 1

John est en retard

Travesti / Trans

Le jour de mon anniversaire est arrivé !



Ma tante Jade et mon oncle Théo organisent une fête avec quelques amis chez Joyce, une amie intime qui a une propriété isolée au bord de l’étang de Tau, avec une superbe piscine.



Avec la famille il est convenu que j’aille à cette soirée travesti en m’appelant Jane, Eve ma sœur de cœur, née garçon m’a aidée pour réaliser cette métamorphose. (voir Rencontres du 3ème sexe chap 7-8). Depuis la veille les préparatifs vont bon train, tout d’abord avec l’aide de ma tante pour l’organisation d’un petit strip-tease, et celle de Joyce pour la mise en place de la réception, tables, sono, préparations des traiteurs, etc... Enfin ce matin passage chez l’esthéticienne, pour mon maquillage !



Le moment venu Jade, Théo et moi partons. Ma tante est particulièrement sexy dans sa robe longue, deux bandes de crêpe de chine noir portées sur les épaules et attachées à la taille qui laissent un décolleté plongeant devant derrière.



Je suis donc habillé en femme, méconnaissable avec ma perruque de couleur naturelle tombant sur les épaules, un maquillage de soirée un peu soutenu et très soigné et ma robe blanche décolletée boutonnée sur le devant. Théo est en jean et chemise blanche largement ouverte sur un torse bronzé et épilé.



Arrivés devant la propriété, l’animation s’entend de l’extérieur sans gêner personne tellement elle est à l’écart des habitations.



La maîtresse de maison nous accueille, habillée aussi sexy que ma tante en blouse noire transparente qui ne cache rien de son redresse seins et en jupe noire mi-longue très ample. La bise sur la bouche est sa marque de bienvenue pour tous



— Bonsoir Joyce, comme John nous l’a demandé, nous venons ce soir avec une amie d’enfance, Jane que voici, tu l’as probablement rencontrée à la maison mais il y a plus de six ans.



— Bonsoir Jane, très heureuse de te rencontrer, à vrai dire je ne crois pas te connaître, je me rappellerais de ta beauté, tu es ravissante, bienvenue parmi nous.



— Bonsoir... Joyce, merci de ton accueil



— Par ailleurs malheureusement John a un contretemps, il a dû aller impérativement à Marseille et n’arrivera qu’un peu plus tard, probablement après l’apéritif, il te prie de bien vouloir l’excuser.



— Rien de grave pour John ? (Jade fait signe que non). C’est bien, Entrez que je vous présente, tout le monde est arrivé !    



Mon travestissement semble parfait, elle ne me reconnaît pas et m’embrasse à nouveau du coin des lèvres.



— Coucou les amis ! Voici nos invités d’honneur. Je vous présente la charmante Jane, amie d’enfance de John.! Par contre Jade m’informe que John aura du retard, il a dû aller à Marseille, rien de grave rassurez-vous et il nous prie de commencer les festivités, sachant qu’il nous retrouvera après l’apéritif .



Suit un tonnerre d’applaudissements et un « bonsoir Jane et bienvenue parmi les libertins ! » si besoin était je sais où je mets les pieds.



— Viens avec moi Jane que je te présente nos  amis. Voici :



— Trespatas, de la Côte d’Ivoire son nom décrit son intimité et sa femme Moune la belle tahitienne



— Moussa, également africain, il concourt avec Trespatas pour le plus gros zob et Monique qui n’est pas celle que  tu penses.



— Dom que tu dois connaître, le cousin de John et sa fiancée, ma fille Martine



— Et voici Polo mon mari, très  participatif et gros queutard ! Ceci étant entre nous il n’est pas dans la même catégorie que Moussa et Trespatas enfin voici Eve et son bel antillais Adam. Je crois t’avoir présenté tout le monde je te laisse le plaisir de te mélanger à eux.



Au fur et à mesure des présentations, Joyce devient plus caressante, mon serre-taille lui plait beaucoup et mes fesses n’ont plus de secret pour elle, pas de doute je suis une femme.



Moussa et Trespatas immédiatement me draguent, ils ne s’embarrassent de belles paroles et sont entreprenants et cajoleurs. Leurs lèvres charnues se partagent mon cou et mes hanches leur servent d’exutoire à leur excitation comme Balou avec l’arbre dans « Le livre de la jungle ». Ça frotte, ça pelote, mes fesses, mon pubis, mes seins, tout passe au contrôle qualité et les deux s’inscrivent sur mon carnet de rendez-vous du soir ! Heureusement leurs femmes me libèrent de leur offensive tout en me disant que nous nous retrouverons bientôt.



Je me retourne et Martine me fait face. Elle me regarde, me scrute... me scanne. Je réponds à son sourire, elle me prend la main, se rapproche, me caresse la joue avec douceur, de manière très féminine, puis par la taille me serre contre elle, pubis contre pubis, une main sur mes fesses, elle valide ma féminité, me fait un bisou du bout des  lèvres, je reste dans ses bras. Dom écarté, me regarde :



    - Jane ! Quel plaisir et quelle surprise, ainsi amie d’enfance de John, le cachottier, il ne m’a jamais parlé de toi, enfant vous jouiez au papa et à la maman ou au docteur ?



    - Oh ! Tu sais John était un gentil petit garçon très sage.



   - Oui, je sais. Il a fallu qu’il attende ses 18 ans pour commencer à embrasser à pleine bouche et découvrir sa sexualité. J’ai été son initiateur ! Belle comme tu es, être ton ami sans te draguer à 13 ans, ce n’est pas possible.



    - Tu l’as dépucelé ?     



   - Ben, oui ! J’ai commencé à le dé-niaiser il y a un an. Mais il apprend vite, c’est un sacré baiseur maintenant!!!... tu as eu quelques relations avec lui ?



   - Non, on ne s’est pas encore vu cette année… alors peut-être ce soir !



L’apéritif se sert, Joyce vient vers nous avec un plateau de flûtes de champagne. Toujours dans les bras de Martine je constate que la coquine me touche la poitrine du dos de la main. Comme pour accentuer sa caresse je me serre contre elle, elle me murmure : « tu as de jolis seins !» La situation devient compliquée, heureusement Joyce m’arrache à elle :



    - Martine ma chérie, si tu permets, je te la prends, la soirée sera  longue vous aurez le temps de mieux vous connaître,  peux-tu continuer le service s’il te plaît… Merci !   



   -  Jane quel plaisir de t’avoir avec nous, Jade me dit que tu as idée de nous faire un strip-tease ?



   - Oui, c’est vrai, Jade pense que c’est une manière originale de me présenter à vous tous



   - C’est super… Tu veux attendre John ?



   - Peut-être, s’il ne tarde pas trop, si tu veux je le fais tout de suite après l’apéritif.



   - Oui ça sera parfait... A ta santé ma chérie et encore bienvenue parmi nous (on boit une gorgée) Tu es vraiment  ravissante, et super sexy dans cette robe.



Une main sur mes fesses elle profite d’être à l’abri des regards pour me trousser et me peloter le cul.



    - Tu es anale ? (en souriant, je confirme de la tête, la coquine pousse son investigation )… Humm, même très pratiquante et... clitoridienne ?



Je vais être découverte ! Je sers les cuisses pour éviter… mais elle se contente de me flatter le pubis.



    - Tu es délicieuse, j’espère que tu n’es pas exclusivement hétéro, ici nous sommes tous plus ou moins Bi !, je fais non de la tête. Il me tarde de faire l’amour avec toi, elle me fait un bisou du bout des lèvres. Bon je te laisse, beaucoup veulent te voir mais chut quant au strip !



Monique, la bien membrée aux beaux seins, abandonnée de Moussa, vient et me félicite pour ma beauté :



    - Ma chérie, tu es la reine de la soirée, tous n’ont d’yeux que pour toi, John va perdre sa position d’amphitryon. Tous n’aspirent que de t’avoir ensemble ou séparément… le sexe il n’y a que ça de vrai !



Elle devient très tactile et je réponds à ma manière en lui pelotant les seins et lui caressant le ventre où je trouve sa colonne fièrement plaquée :



    - Tu sens comme je suis chaude ?



    - Mmmm ! On se revoit tout à l’heure...



Toujours respectueux des maquillages on se fait un bisou du bout des lèvres, et déjà Eve et Adam la remplacent… J’ai l’impression de recevoir les félicitations à la fin d’une cérémonie ! Elle joue superbement bien le jeu :



    - Jane, j’adore ton prénom à l’anglaise (Djène) et tu es sublime, Adam ne me parle que de toi depuis ton arrivée, tu es une Vénus habillée… il nous tarde de te découvrir.     



Adam se plaque contre mon dos et sans gêne me tenant par la taille, me fait sentir la taille de son engin. Il commence à se frotter entre mes fesses. Après les attaques de Moussa et Trespatas, je constate le rentre dedans masculin par rapport à la retenue féminine. Je comprends mieux la réaction des femmes face au harcèlement. Pour me donner bonne contenance, je réagis :



    - Adam, du calme, c’est tellement bon, tu me fous  le feu au cul, ne gaspille pas dans ton boxer ton nectar … beaucoup en veulent ce soir et peut être moi la première …



A peine dit, je me rends compte de mon étourderie, quelle sotte que je suis, et Eve, la coquine saisit la balle au bond :



    -  Mais sers-toi ma chérie !



Je lui lance un regard réprobateur mais elle confirme :



    - Vas-y, taille-lui une pipe, ça mettra le feu à la fête, tous attendent un geste  fort de ta part.



Je connais un peu tout le monde à présent, alors, je me retourne. Adam a déjà ouvert son pantalon et m’exhibe sa queue au repos, qu’il agite de la main. A genoux sur l’herbe en faisant attention à ma robe je le prends en main et le suce avec application, lentement, bien à fond, je progresse en gorge profonde. Je lui prends les couilles, lui masse et accélère la fellation. Ma langue tourne autour du gland, insiste sur le frein, pointe dans le méat… J’ai l’impression que je suis en train de passer mon test d’intronisation dans ce cercle de libertins. Je démontre tous mes talents de suceuse, de vraie pro...



En fait dans un premier temps mon jeu est confidentiel mais comme une traînée de poudre l’information circule, les conversations cessent, tous s’approchent, nous entourent. Je ne m’éternise pas, j’accentue la branlette… les gémissements, les contractions de l’urètre, il va exploser, ma main s’immobilise, ma bouche pompe le gland, le tète, l’aspire, mes joues se creusent...Il me balance tout, je reprends la branlette, pour bien faire remonter tout le sperme, mon pouce vide le canal, je fais le nettoyage des conduits... plus rien ne vient, pas une goutte de perdu… je le libère et lui sourit sous les applaudissements de tous.



Joyce battant des mains me rejoint et m’aide à me relever :



    - Bravo Jane, tu es magnifique (déjà Dom, Trespatas et Moussa me présentent leurs queues) … Non !    Non ! Messieurs je propose que Jane nous dévoile d’abord à  tous ses trésors avec un strip-tease !



Le public applaudit et  crie, siffle : Jane à poil ! Jane à poil ! Jane à poil ! La soirée est lancée et je demande :



    - Mais John ???



    - Jane à poil ! Jane à poil ! Jane à poil !



    - OK … laissez-moi 5 minutes et je vous fais  ça !!!



Les flûtes se remplissent tout le monde trinque,tout le monde veut me peloter… Je me retire prestement et vais voir Jade :



    - Ma chérie tu a été superbe, quel succès, personne ne se doute de la supercherie, Martine un moment et puis non... tu es femme pour tous ! Je te fais une retouche de maquillage aux lèvres.     


       Donc, comme convenu, je mets la musique, d’abord « Déshabillez-moi » de Juliette Gréco et ensuite la  danse orientale que j’ai utilisée pour mon strip lors de la soirée SM. OK ?… Fais-moi quelques déhanchements... Les bras bien haut, oui comme ça... Un huit avec le bassin... Bravo tu es au point ! N’oublie pas de sourire, regarde les spectateurs. Tu te mets sur le parquet prévu pour danser, je dis aux invités de s’asseoir en fer à cheval pour que tu puisses danser de face et de dos… Tu es belle, je t’aime !



Le soir tombe sur l’étang, le ciel vire doucement au bleu foncé, l’air vibre au dessus des brûlots qui éclairent la pelouse. Les invités s’installent, la musique remplace lever de rideau et projecteurs, ils font silence, écoutent les premières paroles : 


..." Déshabillez-moi,   Déshabillez-moi,   Oui mais pas tout de suite,  pas trop vite... "



Ils me regardent debout au centre de la petite piste de danse et m’applaudissent. Je quitte les chaussures à talon et ondule un peu du bassin de droite de gauche, d’avant en arrière, comme pour un échauffement :

..." Déshabillez-moi, mais ne soyez pas comme tous les hommes, trop pressés "



Immobile, je fixe chaque spectateur et souris ... Je me déhanche lentement, j’assure le mouvement, du bassin à la pointe des mains levées au dessus de ma tête, je tourne sur moi-même. De dos, j’ondule, bouge comme une liane, je reviens face aux spectateurs, mes hanches sont de plus en plus mobiles, je mets en valeur ma souplesse et mes courbes. Je tourne à nouveau dos au public, fais des 8 en accentuant le mouvement des fesses. L’effet sur les spectateurs est terrible à entendre sifflets et applaudissements.



Je reprends mes ondulations face au public, continue un peu avant de descendre les mains, les croiser devant mon visage pour caresser l’épaule et le sein opposé en glissant jusqu’aux hanches. Je les décroise devant mon pubis pour déboutonner lentement le bas de la robe jusqu’à la taille. Debout je dégage une jambe nue de la robe et la lève pour exhiber la totalité de mes cuisses.



Revenu les pieds au sol, mon déhanchement se ralentit, devient lascif, les mains remontent en caressant les seins pour déboutonner le décolleté jusqu’à la taille. L’excitation monte. Toujours en balançant le bassin, je découvre un sein après l’autre… Les sifflets, les applaudissements fusent, avant d’ouvrir en grand les deux pans. Je suis à quatre, cinq mètres des spectateurs, dans cette semi-pénombre, les prothèses dans la brassière sont d’un réalisme fou. Je regarde fixement en souriant Martine qui avait des doutes sur mes seins... Elle est ravie et de ses mains m’envoie des baisers.



Je défais le dernier bouton de la robe et l’ouvre entièrement tout en tournant. Dos aux spectateurs je laisse tomber la robe, la dépose à mes pieds. En sous-vêtements fesses nues, je reprends mes 8 tellement érotiques et mes ondulations les mains au dessus de la tête. Les spectateurs entrent en délire.



Tout en continuant à onduler je tourne et me présente de face, j’excite le spectateur en me caressant les seins et les hanches habillés de la brassière et du serre-taille en dentelle, je m’attarde sur mon pubis en passant un doigt pour simuler une caresse vaginale. J’ouvre le serre-taille et le lance à Dom. Je danse juste habillée de ma brassière et de mon slip brésilien. J’aime mon personnage, Jane va disparaître, j’aime mon exhibition.



L’effet est incroyable, les spectateurs applaudissent, sifflent,  Moussa exhibe son gourdin … Je les regarde une dernière fois comme femme, je leur tourne le dos, encore quelques contorsions, je reprends la robe, défait l’agrafe de la brassière, porte la robe à la hauteur de la poitrine, une dernière fois tourne, face aux spectateurs je souris et en un geste abandonne brassière, prothèses et robe...  un deuxième dégage mon sexe du slip en passant les couilles  au dessus de l’échancrure… un troisième quitte la perruque.



En une seconde  JANE EST PARTIE,   JOHN EST ARRIVE  !!!

Diffuse en direct !
Regarder son live