Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 445 fois
  • 151 J'aime
  • 1 Commentaire

Docteur Jekyll et Mister Love.

Chapitre 1

l'équipe féminine de basket.

Orgie / Partouze

Docteur Jekyll et Mister Love.
L’accident avec le minibus.



Eh merde !!!


Ce connard vient de nous couper la priorité et pour l’éviter, j’ai braqué et notre minibus a fini sa course dans le talus. Et comme toujours, il n’est pas passé à côté du poteau électrique, mais en plein dedans.

Je me retourne et constate, soulagée, que mon équipe féminine de basket se porte bien, heureusement qu’elles avaient toutes leur ceinture !

Je suis l’entraîneuse de l’équipe et après une saison chargée, nous avons toutes décidé de prendre deux semaines de congé dans le Jura au Domaine de Chalain, un camping quatre étoiles autour d’un lac lacustre sublime. C’est un haut lieu touristique près des célèbres cascades du Hérisson avec un CREPS réputé. Tout ce qu’il faut pour des vacances sportives.


Revenons à notre accident. Le chauffard de la voiture se précipite, monte dans le minibus et passe d’une fille à l’autre :


— Mademoiselle, ça va ? Eh vous ? Et vous ? Ouf, je respire... J’ai eu un instant d’hésitation et...

— Et notre bus est fichu, je lui fais remarquer. Nous voilà sans aucun moyen de transport à plus 100 bornes de notre destination. On va être obligées d’attendre sa réparation et on n’a pas les moyens de se payer un hôtel, ça nous boufferait notre maigre budget.



Cet homme d’une cinquantaine d’années, bien charpenté, lunettes et petite moustache, est effondré des conséquences de l’accident. Il me fait alors une proposition :


— Tout ça est de ma faute... Si vous acceptez, j’ai une proposition à vous faire. J’ai hérité d’une belle villa avec piscine et cinq chambres. Je vis seul et je mets ma maison à votre disposition aussi longtemps qu’il le faudra. En quelques voyages, je peux vous y amener si vous êtes d’accord.



Nous nous concertons, mais la décision est unanime et c’est oui. On n’a pas le choix, car nos finances et notre contrat d’assurance ne nous permettent pas autre chose.


— On accepte, mais vous ne savez pas à quoi vous vous engagez, je lui fais remarquer, mes filles ne sont pas les femmes que vous devez côtoyer habituellement, elles sont pleines de vigueur et vous risquez d’être vite dépassé par le bordel qu’elles vont mettre dans votre quotidien.

— C’est possible, me répond-il, mais je n’aurai à m’en prendre qu’à moi. Je vous dois bien ça.



Ainsi fut fait, en quatre voyages, pendant qu’un garagiste emmenait notre minibus, nous nous retrouvons avec nos bagages devant une magnifique villa isolée entourée d’un haut mur.


Il ne nous a pas menti, c’est une villa luxueuse. Nous nous répartissons entre les quatre chambres disponibles et le convertible du salon. Le seul reproche que je peux faire à cette maison, c’est qu’à l’époque de sa construction, la mode n’était pas à plusieurs salles d’eau. Nous allons donc devoir nous partager une grande salle de bains, certes avec une baignoire balnéo et une douche ouverte luxueuse. Heureusement que mes filles ont l’habitude des vestiaires des salles de sport avec douches communes.


J’ai un sentiment bizarre dans certaines pièces, comme du déjà vu. Mais je sais que je ne suis pas la seule à avoir déjà ressenti une telle impression.

Notre hôte est au petit soin avec nous, respectant au-delà du raisonnable notre intimité. Il faut qu’il soit de bois, car les filles apprécient tellement sa piscine qu’elles sont pratiquement tout le temps en maillot de bain. Ce sont de belles grandes filles de plus de 1,70 pour la plus petite, il faut ça pour le basket.


Je dois même le forcer pour qu’il profite lui aussi de sa propre piscine avec nous.

Il est plutôt bien fichu, et je ne sais pas pourquoi, j’ai de nouveau ce sentiment de déjà vu quand je le vois en maillot de bain. Je deviens folle, ma parole !


Il faut que je remplisse des documents pour notre club et je me rends compte que j’ai oublié mon portable dans le minibus, et merde ! Je vais le voir et lui demande si je ne pourrais pas utiliser le sien. Il tique un peu avant de m’emmener vers son ordi dans son bureau et me dit qu’il doit aller voir où en sont les réparations du minibus et qu’il en profitera pour me ramener mon portable.

Il est bien pressé soudain, on dirait qu’il apprécie peu de me prêter son ordi. Je fais mes petites affaires, remplissant des dossiers et regardant les mails du club. Je dois reprendre un dossier trop vite fermé, mais ne retrouve plus l’emplacement sur cet ordi que je maîtrise mal.


Je vais donc sur l’explorateur de fichiers pour retrouver l’emplacement de mes dossiers. Je le cherche dans ceux qui s’affichent et il me faut un moment avant que je réalise. Les titres de certains dossiers, des vidéos ouvertes récemment, me sont connus.

Il faut que je vous avoue que je suis une fille qui, certaines nuits, cherche le plaisir seule en visionnant des sites que la morale réprouve. Et là, je reconnais des titres évocateurs. Que faire ?

Je jette un coup d’œil pour voir suis je suis seule et clique sur un dossier, rien, pièce introuvable. J’en essaie plusieurs autres sans résultats. Je me rappelle soudain avoir vu sur le bureau de l’ordi un raccourci pour un disque externe. J’ouvre doucement les tiroirs du meuble et tombe sur ce disque. Au point où j’en suis...


Je le raccorde et ouvre un dossier marqué ; vidéos, et tombe sur une multitude de petites vidéos aux noms évocateurs pour moi. J’en ouvre certaines et je comprends enfin pourquoi certaines pièces de cette maison et le corps de notre hôte me disaient quelque chose. Cet homme si effacé avec nous est le même que celui des vidéos où on ne voit jamais son visage. Ce sont de mini-films amateurs et il y en a aucune que je n’ai pas visionnée plusieurs fois, car j’adore le sexe puissant de cet homme, long, épais, et aux éjaculations impressionnantes qu’il adore filmer sans que ses mains ne soient sur sa verge pour prouver qu’elles ne sont pas truquées comme j’en vois souvent.


Une fois ce moment de stupeur passé, j’explore le disque externe et trouve aussi un dossier plein de petites histoires érotiques et un autre avec des titres de sites où il poste ses histoires.

Je vais sur internet et découvre que des milliers, que dis-je ? Des millions de personnes lisent ses histoires, des milliers d’entre elles sont même abonnées à son compte pour ne pas en manquer une.


Dans un autre dossier, il y a des fichiers avec des prénoms et dans chacun d’eux, les échanges avec ses fans. Je n’en reviens pas du nombre impressionnant de filles qui lui ont posté des photos d’elles dénudées.

Je découvre même des correspondances et des photos d’un site naturiste où il a l’air d’avoir ses habitudes.

Comment l’homme qui nous héberge et celui qu’il y a sur son ordi peuvent-ils être les mêmes ???

D’un seul coup, plus rien... Je regarde les connexions, renfonce le cordon du disque externe mal enfiché et me rends compte qu’un autre câble est débranché. Il a dû se débrancher lui aussi et je le reconnecte. Il ne faut pas laisser de traces...


Je trouve une vidéo appelée ; récapitulatif, un très gros dossier. Je clique dessus et découvre des scènes inédites pour moi où plusieurs filles sont avec lui. Je suis stupéfaite, car les vidéos qu’il poste ne montrent que lui, il veut sûrement sauvegarder en gentleman l’anonymat de ses partenaires.

Je suis surprise quand deux de mes filles entrent en trombe dans la pièce.


— Elodie, Elodie, c’est toi qui es responsable de ça ? M’annonce Maelys.

— Responsable de quoi ?

— Suis-nous au salon et tu comprendras... Je me lève et les suis.

— Tout ce que tu affiches sur l’écran de l’ordi est aussi projeté sur l’écran géant du salon. Putain, il cachait bien son jeu avec sa queue XXL, le quinqua...



Je suis consternée et veux aller arrêter l’ordi. Mais elle m’en empêche.


— Mais Maelys...

— Il n’y a pas de mais qui tienne. Mais on va lui jouer un tour à notre façon à notre étalon... Ah, il cachait bien son jeu, un sale voyeur, oui... D’ailleurs, je vais me faire une copie pour moi, et vous les filles ?

— Oui ! Oui ! Oui !



Elles sont toutes d’accord et les clés USB fument à chaque copie.


Au retour de notre hôte, il nous retrouve toutes autour de la piscine et vient m’annoncer qu’il faudra encore au moins six jours avant de récupérer notre véhicule. Je lui assure qu’on fera contre mauvaise fortune bon cœur et lui demande de nous rejoindre dans l’eau.

Quand il revient en maillot de bain, nous sommes toutes dans l’eau et il plonge nous rejoindre.

C’est là qu’il se rend compte que nous sommes toutes complètement nues. Comment pouvait-il savoir aussi que nous avions choisi ce camping pour l’une de ses plages réservées au naturisme ?


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live