Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 081 fois
  • 38 J'aime
  • 2 Commentaires

Dog-Sitter

Chapitre 3

Zoophilie

Salut tout le monde! J’ai plusieurs nouvelles choses a raconter pour cette histoire, et je dois malheureusement vous dire que c’est le dernier chapitre, mais que j’inventerais surement des histoires prochainement. Car vous voyez, ce qui va se passer marque la fin de mon job en tant que dog sitter.


C’était la fin de mon année de bac. Je l’ai eu avec mention, ouais youpiiii! Mais cela annonçait le passage dans les études supérieures, et donc, comme mes parents m’avaient dit quelques mois auparavant, le déménagement.


En effet, les cartons étaient fait, et nous attendions ma soeur qui travaillait sur Marseille pour nous rejoindre, après avoir eu sa mutation a Bordeaux. Elle ne vivait pas avec nous, mais restait près de la maison pour pouvoir venir nous voir de temps en temps.

Le temps qu’elle arrive, j’allais dire au revoir a mes seuls amis du village, Black et Storm. Les maîtres de Black n’étant pas du tout au courant de mes pratiques avec leur chien, je dus donc seulement caresser et câliner le chien. Pour Storm, dont le maître était parfaitement au courant de mes actions avec son chien vu qu’il se joignait a nous quelque fois, je pu m’amuser un peu plus.

Je le caressais doucement et sensuellement, faisant sortir sa pine bien dure, avant de lui montrer mon cul déjà trempé d’excitation. Son maître vint en me montrant sa belle queue que je pris en bouche, tandis que Storm monta sur mon dos pour y enfoncer sa pine sans attendre. Il me baisa ainsi, pendant 15 minutes, me remplissant de son sperme translucide, avant d’enfoncer son noeud dans mon cul, m’arrachant un cri de plaisir, pour me remplir avec un foutre qui était cette fois plus compact, mais toujours aussi liquide et gluant, un peu comme celui d’un homme. Son maître lâcha la purée quelques minutes après, et j’avalais tout, avant de prendre ma bite dans ma main et de me branler pendant que le chien continuait de me saillir, même si son noeud limitait ses mouvements. Il descendit de mon dos et on se retrouva cul contre cul, sa pine nous liant, me remplissant encore et encore.

Son maître me caressa la tête.

"Bonne chienne..... c’est vraiment dommage que tu t’en ailles..."

Trop occupé a gémir de plaisir, je ne répondis pas. Quelques minutes après, Storm tira sur mon cul, pour en faire sortir sa pine qu’il lécha pour la nettoyer, et pour la faire rentrer dans son fourreau, avant de lécher le sperme qui sortait de mon cul, pour me nettoyer. Sa langue rentrait dans mon trou pour boire le sperme qu’il avait lâché en moi. Je ne pu m’empêcher de gémir en sentant sa langue me pénétrer, c’était si bon.... de plus elle allait très loin par rapport a celle d’un homme.

Après ce nettoyage express je passais quand même sous la douche pour me nettoyer correctement. Car j’empestais la sueur.

Je revins ensuite pour rouler une pelle au maître de Storm, puis a celui, qui semblait savoir que je partais, car il couinait.

Je repartis donc chez moi, un peu triste de laisser mon deuxième amant.

Ma soeur venait d’arriver, on l’avait ramenée en voiture de son boulot.

On entra donc tous dans la voiture, qui démarra et s’éloigna de notre ancienne maison, maintenant vendue.

Sur la route, je ne pus m’empecher de penser a Bastien, mon ex, qui m’avait lâché lorsqu’il appris que je devais déménager. Je regardais par la fenêtre et la pensée de Bastien s’effaça, laissant mes deux amants dans mes pensées... Ils allaient me manquer Black et Storm... Ils allaient me manquer énormément.

Pendant le trajet, ma mère me dis que mon job en tant que Dog-sitter ne devait pas compromettre ma vie étudiante, mais je lui répondis que pour devenir éleveur, cela m’aiderais énormément. Pour mes études supérieure j’avais choisis, pour la forme une fac de sport. Car aucune autre fac ne me laissait autant de temps libre que celle la. Mes parents m’avaient trouvé un petit appartement avec jardin a Toulouse. Sachant que je n’arriverais pas a vivre sans animaux, ma mère m’avait dit que là bas, une surprise m’attendait. Mais comparé a la tristesse d’avoir perdu mes deux clients préférés, cette infime joie n’emplissait pas mon coeur.


Quelques heures après le trajet qui me parus durer des jours, on arriva a Toulouse, devant la nouvelle maison de mes parents qui avait l’air assez grande de l’extérieur... Mais a l’’intérieur, c’était gigantesque. On pouvait s’y perdre.

Après que les cartons de mes parents furent déballés, ce fut au tours des miens, que les déménageurs amenèrent dans mon appartement. C’était assez grand et ça semblait confortable.

Quand j’ouvris la porte de ma chambre, j’entendis un couinement provenant d’un coin de la pièce. C’était un chiot berger suisse Pedigree, qui était effrayé et qui se "cachait" dans le coin de ma chambre. Je m’approchais doucement, me baissais et tendis ma main vers lui pour le caresser, ce qui semblait le détendre un peu. Je le pris ensuite dans mes bras et je lui fis un câlins.

C’est ainsi que mes parents m’offrirent Snow. Mon premier chien rien qu’a moi.

A la fin de ma première année de fac, je trouvais une dame qui cherchait un apprentis pour s’occuper de son élevage, et le fait que j’amenais Snow avec moi ne semblait pas la déranger plus que ça.

A cette période là, Snow avait 1 an et 6 mois. Dès qu’il fut en age de bander, je le branlais doucement et lui faisais renifler mes fesses, qu’il essayait de monter avant que je ne l’en empêche, Les seuls moment dans la journée ou il avait le droit de me baiser furent le soir, dans notre lit, ou il se défoulait sur mon cul comme sur la chatte d’une chienne en chaleur, ses mouvements étant maladroits, et son endurance pas très élevée. Pendant 6 mois, je l’initiais correctement avant qu’il ne le fasse correctement, et avec amour. Car a un an et demi, il baisait comme le faisait Black et Storm. Et il me procurait même encore plus de plaisir que quand je baisais avec eux.


Comme "récompense", je fis une annonce sur le net, pour lui trouver une compagne. J’en trouvais une du nom de Saya, une belle Berger Suisse Pedigree qui avait le même age que lui a quelques mois près.

Lorsque son maître et moi nous rencontrâmes, je ne pus m’empêcher de rougir en voyant cet homme qui était mon type.

On se revit plusieurs fois, afin que les deux chiens soient habitués l’un à l’autre, et afin de nous connaître mieux nous aussi. Très vite je devins amis avec le maître de Saya, qui s’appelait Paul. Il avait 23 ans, plus grand que moi, assez bien foutus, les yeux noir, des cheveux bruns foncés des mains fortes et entrer en contact avec lui me donnais chaud. TRÈS CHAUD.


Lorsque Saya eu ses chaleurs, il m’invita chez lui. Et c’est avec plaisir que je m’y rendais.

Son appartement était comme le mien, sauf peut être au niveau de la taille.

Pour commencer, on compara le livret de nos deux animaux, avant de les lâcher dans le jardin, afin de les voir s’accoupler.

Snow ne perdit pas son temps et commença a lécher la chatte en feu de Saya qui n’attendait qu’une chose, c’était de se faire prendre. Mon chien lui monta ensuite dessus, et , avec expérience, lui entra doucement sa pine dans la chatte de la chienne en chaleur. Ses vas et viens n’étaient pas brusque et rapide, mais lent et profond, comme je lui avais appris. Cela étonna Paul.

"C’est moi ou ton chien baise comme un homme baise une femme?

-Je suis moi même surpris. lui dis je, Je n’aurais jamais pensé qu’il baiserais ainsi. Par contre, ta chienne aussi a l’air d’avoir de l’expérience, car elle n’a même pas chercher a lutter, et elle s’est positionné correctement pour qu’il la baise sans lui faire mal"

On se regarda pendant un moment, et je ne pus m’empêcher de rire. Paul aussi, rigola un moment, avant de m’embrasser sans me prévenir et de commencer a me déshabiller. Je le laissais faire, sachant parfaitement ce qui allait se passer ensuite.



FIN

Diffuse en direct !
Regarder son live