Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 66 775 fois
  • 165 J'aime
  • 1 Commentaire

la douce chatte de ma mère

Chapitre 1

Inceste

Bonjour.


Je m’appelle Vincent, j’ai 18 ans et j’ai découvert depuis peu la chatte de ma mère...


C’est mon grand frère Mathieu qui m’a fait découvrir ça...

Pour un jeune homme sans expérience, un sexe de femme est une chose mystérieuse et fantastique. Celui de sa mère encore plus...


Un matin d’été, très tôt Mathieu m’a réveillé

"hé, Vincent, viens voir !"

Il m’a amené devant la porte de la chambre de maman. La porte était entre-baillée.

Maman était couchée sur son lit, endormie. La lumière filtrait à travers les volets et on voyait bien à l’intérieur de la chambre.

Les draps étaient tombés, elle était nue, jambes bien écartées....


J’étais stupéfait... C’était la première fois de ma vie que je voyais maman comme comme ça !

Sa chatte était offerte entièrement à nos regards.

Elle était magnifique, bien épilée, les grandes lèvres légèrement ouvertes qui laissaient bien voir toute la délicatesse de ses formes intimes.


Au dessus, Maman avait laissé sa belle toison blonde intacte, de longs poils doux et soyeux...


— Mon frère était tout fier.

"et alors pas mal, hein ? dit Mathieu.

— Oui, j’avoue !!! ...


Alors Mathieu a doucement ouvert la porte de la chambre et il est rentré.

"Viens Vincent ! fais doucement, tu vas voir ! "

"Hein ? Tu veux faire quoi ?"


Mon frangin s’est approché du lit à pas de loup et s’est rapproché de l’entre jambe de ma mère.

Doucement il a posé ses doigts sur son bas ventre et il a commencé à caresser lentement son pubis, sa toison blonde.

Puis ses doigts sont descendus plus bas, à la naissance des lèvres. Il en a dessiné lentement le contour.

Maman ne bougeait pas.

Mathieu me regardait avec fierté et malice.

Alors toujours avec une grande douceur, il a introduit un doigt...

Oui ! Il était rentré ! dans le vagin de notre mère ! ...

Doucement il rentrait sortait, explorait... C’était fascinant...


Il a collé son nez contre sa fente et a inspiré de tous ses poumons comme pour s’imprégner de la bonne odeur de sexe chaud et humide que dégageait ma mère.

Puis il a sorti sa langue et doucement il a commencé à lécher, deux, trois coups de langue délicate entre ses lèvres.

-Mathieu, t’es fou ? maman va se réveiller !

-non, tu vas voir, c’est cool ! aucun risque. J’ai fait ça plein de fois. Elle dors comme un bébé ! T’as pas envie de goûter ? Tu vas voir, c’est bon.

— heu ...je sais pas ...


Je me suis approché du sexe de maman. Ca sentait bon. Comme Mathieu, j’ai posé ma langue sur sa fente.

Maman ne bougeait pas. C’était incompréhensible.

Alors doucement j’ai commencé à lécher. J’ai fait comme Mathieu, j’ai un peu rentré la langue entre ses petites lèvres, là où c’est tout doux, tout chaud...


Oui ! Mathieu avait raison : c’était bon !!! Il y avait un liquide, une odeur parfumée, un bon goût de femme, le sexe de maman sentait bon ...


Bizarrement, maman ne se réveillait pas, ne bougeait pas...

J’en profitais pour lécher tout son jus qui coulait. Je me régalais...


J’aurais du me douter que c’était trop étrange...Ce jus c’était le jus du plaisir.

En plus de ça, je voyais bien qu’à coté de moi Vincent souriait malicieusement, très content de lui...

Ce que je ne savais pas, c’est que lui et maman étaient de mèche :

La vérité était que maman faisait semblant de dormir profondément mais était bien réveillée et savourait pleinement tout ce que je pouvais lui faire.


J’étais 4 ans plus jeune que mon frère et bien sûr je ne m’étais jamais aperçu de rien mais lorsque papa a tragiquement disparu dans un accident de voiture.

Mathieu, qui a toujours été assez chaud lapin et calculateur, en a profité pour se rapprocher de maman. Il allait souvent la consoler le soir dans sa chambre.

Ce que je savais pas, c’est que parfois il restait s’endormir avec elle. Maman qui était assez perturbée à l’époque s’est laissée allée à des élans d’affection qui dépassaient le strict cadre mère-fils.

Certaines nuits, maman, oubliant que c’était son fils qu’elle avait à coté d’elle, est passée des caresses purement d’affection à des caresses nettement plus sensuelles, puis carrément sexuelles...

Pour maman, Mathieu a plus ou moins commencé à remplacer papa et sa queue ... C’est ainsi qu’ils ont commencé à coucher ensemble. il s’est créé entre eux une vraie complicité sexuelle.


Un jour Mathieu l’a branchée sur moi, en lui proposant de m’inclure à leurs jeux.

"Il a envie, maman, je suis sûr ! L’autre jour je lui ai dit que j’avais vu ton minou...... Il bavait d’envie ! T’as pas vu l’autre jour quand tu es sortie de la salle de bain à poil, comme il te mâtait ? "


C’est là que Mathieu a eu l’idée de me faire marcher un peu.

L’idée a amusé maman. Et voilà...

C’est ainsi que lorsque je léchais maman, loin de dormir, elle ressentait bien tous mes gestes, et elle appréciait à sa juste valeur l’habilité de ma jeune langue vigoureuse et affamée d’adolescent en pleine montée d’hormone...


Après l’avoir bien léchée, Mathieu s’est redressé et il a sorti sa queue.

Il bandait déjà.

"Mathieu, t’es fou ??? Qu’est ce que tu vas faire ???

— Chut ! Je vais essayer de lui mettre ! J’ai trop envie !

Je ne savais pas qu’à cette époque il en avait déjà bien l’habitude...


Il s’est alors positionné entre les jambes de maman et a orienté sa queue vers sa chatte.

Puis devant mes yeux médusés, il a rentré doucement son gland !

Oui... J’étais témoin de mon propre frère en train de pénétrer maman...

Une fois qu’il est rentré tout au fond, il a commencé des mouvements lents et réguliers... Il avait l’air de se régaler...


Et maman qui ne bougeait toujours pas ! J’en revenais pas ! Mais c’était si excitant tout ça que j’oubliais de réfléchir...


Au bout d’un moment il s’est arrêté et est sorti.

— Allez à toi.. essaie !

— t’es fou ? Elle va se réveiller !!

— Mais non, elle dors, tu vois pas ? Allez sors ta queue !


Comme c’était mon grand frère, je lui ai obéi.

Comment décrire la première pénétration avec sa mère ? Tu es au paradis. Ce sont les portes du bonheur qui s’ouvrent...

J’étais jeune mais je bandais bien.

Mathieu avait élargi l’entrée, ma queue est rentrée facilement tout au fond d’elle...

J’allais et venais, c’était délicieux...


Au bout d’un moment j’ai été pris de convulsions de plaisir incontrôlables. En voyant mon visage extatique, Mathieu m’a dit à l’oreille.

— Bon, vas y doucement quand même, ne jouis pas, hein ?

Je me suis mis à rougir et j’ai balbutié :

— hum... je... c’est déjà fait...


Je venais de me répandre au sein de ma génitrice...


-Putain ! t’es con ! ...


J’ai sorti ma queue, laissant le vagin de maman dégoulinant de sperme, puis on est rentré chacun dans notre chambre. Je me suis endormi des rêves plein la tête.


Le lendemain, j’avais un peu peur de croiser le regard de maman, mais elle était joviale et souriante, comme à son habitude, comme si elle ne s’était doutée de rien... J’ai regardé son cul à travers sa petite jupe.

Putain, comme elle était excitante !


Le soir même c’est moi qui suis allé chercher Mathieu pour qu’on retourne la baiser.

Mathieu était d’accord, bien sûr...

C’est ainsi qu’on a recommencé jour après jour, nuit après nuit...

Notre plaisir était immense...


Rapidement j’ai compris ce qui se passait, que maman ne dormait pas vraiment... J’en ai eu la certitude lorsqu’une nuit elle a attrapé mes fesses et les a serrées fort entre ses doigt : je l’avais fait jouir...


Je ne leur en ai pas trop voulu, à Mathieu et maman, de s’être moqué de moi, même s’ils m’avaient réellement bien pris pour un idiot...

Mais bon, c’était pour la bonne cause...


Tous les trois, nous avons commencé à profiter du nouveau ménage à trois que nous avions créé. Nous nous lancions dans des ébats enflammés qui duraient toute la nuit, maman se trouvant très satisfaite d’être ainsi honorée par ses deux fils chéris...


Quel bonheur la famille !

Diffuse en direct !
Regarder son live