Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 159 fois
  • 27 J'aime
  • 1 Commentaire

douleur et réconfort

Chapitre 1

Gay

Cet après-midi, Jean, jeune homme de 27 ans, se faisait une partie de jeu vidéo avec Phillipe, son ami d’enfance âgé de 28 ans, ils jouaient tous les deux à un jeu Mario party. Son ami lui demande :


— Comment ça se passe avec Sébastien ?

— Très bien, répondit-il.

— Vous vous voyez bientôt ?

— Pas encore, il m’a dit qu’il attendait des nouvelles pour sa mutation.

— D’accord.

— D’ailleurs pour mon anniversaire, il m’avait envoyé une chanson d’anniversaire chantée par Mickey Mouse ! Il s’est souvenu que j’adore Disney ! Dommage qu’il m’envoie un peu moins de messages en ce moment, voire moins, enfin comme il me l’a dit, il est super débordé avec son travail et sa demande de mutation pour le déménagement.


La partie continua de se dérouler entre eux deux puis, en fin de journée, Phillipe rentra chez lui et Jean sur son téléphone à écrire des messages pour Sébastien, l’air rêveur. Il reçut une réponse de Sébastien une heure plus tard : "Bonne nouvelle, je pense pouvoir venir te rendre visite dans deux jours ;)", il écrit ensuite qu’il avait super hâte d’y être et lui envoie un smiley et des cœurs.


Plus tard dans la soirée, lorsqu’il se mit au lit, il se mit à s’imaginer sa première journée à passer avec Sébastien : se balader main dans la main, shopping en couple, aller au cinéma, manger une glace, aller au restaurant, jouer aux jeux vidéos, puis... lors de la soirée, aller plus loin. Cette éventualité l’émoustilla et pendant qu’il la fantasmait, il glissa sa main à sa cuisse, puis à son entrejambe, et la passa sous son pyjama pour se masturber. Il imagina sa nuit avec son compagnon à la fois romantique et sensuelle, ce dernier pourrait lui faire d’érotiques caresses sur sa peau tout en lui susurrant des mots doux et aller plus loin encore.

Au bout d’un moment, le jeune homme se mit ensuite à éjaculer, il prit des mouchoirs pour essuyer puis, une fois fini, il ferma les yeux et essaya de s’endormir malgré l’excitation du rendez-vous tant attendu après trois mois.


Deux jours plus tard, Jean sortit faire des courses pour préparer comme il se doit sa journée, il se mit même sur son 31 côté habits. Une fois rentré, il rangea ses courses et prépara ce qu’il faut : recette de cuisine, rangement, les préservatifs, lubrifiant, du chocolat, un ou deux films, etc.

Il n’y avait plus qu’à attendre Sébastien ! "Trop hâte ! pensa-t-il avec enthousiasme".


Il attendit sur le canapé, jouant à un jeu. Plus tard en voyant l’heure, il sortit pour se rendre à l’arrêt de bus indiqué par son amant. Dehors, il neigeait et faisait très froid. Après quelques mètres, il arriva à l’arrêt de bus en question et se mit à attendre.

Les heures passèrent, et il commençait à faire de plus en plus froid. La nuit tomba ensuite, Jean se mit à prendre son téléphone et tenta d’appeler Sébastien. Ce dernier décrocha :


— Allo ?

— Oui c’est moi Jean, tu avais dit que tu viendrais aujourd’hui, non ?

— Attends, parce que tu as vraiment cru que j’allais venir ?

— Mais... mais bien sûr puisque tu m’as dit que tu viendrais.

— Quelle cloche tu fais, comme si je me serais intéressé à un gars comme toi ! Tu es tellement quelconque et naïf, en tout cas merci à toi, pendant ces trois mois, j’ai bien rigolé! Tchao le blaireau.


Sébastien raccrocha ensuite, et Jean sentit des larmes couler sur ses joues. Il s’écroula, à genoux, les mains à ses yeux et sanglotant.


Une voiture rouge passa devant et s’arrêta brusquement quelques mètres plus loin, un gars en sortit et vint à lui en l’appelant d’une voix familière, il releva la tête et vit qu’il s’agissait de Phillipe.


— Qu’est-ce qu’il y a Jean ? lui demanda-t-il.


Mais ne put répondre et son ami ajouta :


— Je te ramène chez toi, monte !


Il l’aida à se relever et le conduit à sa voiture et roula en direction de chez Jean.

Une fois arrivés, ils entrèrent et retirèrent leurs manteaux, puis se dirigèrent dans le salon. Jean s’asseyait sur le canapé, suivi de Phillipe.


— Dis-moi ce qu’il s’est passé, lui demanda ce dernier, et Sébastien ? N’était-il censé venir aujourd’hui ? Pourquoi t’a-t-il laissé seul dehors par un froid pareil ?

— Il..., tenta-t-il de répondre, il s’est moqué de moi.

— Quoi ?!

— Il a dit que notre relation n’était qu’un jeu pour lui, et il a dit qu’il me trouvait trop quelconque et naïf.

— Non mais quel fumier ce mec !


Phillipe vit les larmes de Jean continuer de couler et vint s’assoir plus près de lui pour le prendre dans ses bras et lui caresser les cheveux d’un geste réconfortant. Il lui demanda après :


— Tu veux que je reste cette nuit ?

— Oui, répondit l’intéressé, je veux pas être seul cette nuit.

— D’accord.


Le reste de la soirée se déroula à peu près normalement, puis quand Jean sortit de la salle de bain, il alla dans sa chambre se mettre au lit, repensant à ce qui s’était produit, il cogna son oreiller de rage avant de se remettre à sangloter davantage. Phillipe arriva à sa chambre pour lui souhaiter une bonne nuitée, mais lorsqu’il l’entendit à nouveau pleurer, il s’assit au bord du lit et lui caressa les cheveux.


— Tu ne méritais pas ça, lui dit-il.

— Tu peux dormir ici s’il te plaît ? lui demanda Jean, j’ai peur de me m’être à rêver de lui et d’en souffrir davantage.

— D’accord.


Phillipe se glissa sous la couverture à côté de son ami, ils se souhaitèrent bonne nuit, Jean lui attrapa la main, il la serra puis, s’endormirent tout les deux.

Diffuse en direct !
Regarder son live