Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 10 232 fois
  • 34 J'aime
  • 0 Commentaire

Dounia ma fille

Chapitre 1

Divers

Etant un fervent assidu des histoires érotique, je crois de mon devoir de contribuer à ce site magnifique pour notre plus grand plaisir.

Aujourd’hui, j’ai 49 ans. Je vais vous relater mon expérience de vie avec ma famille.


Quand ma femme est tombée enceinte de Dounia notre fille, elle avait 17 ans et moi 33.

Je l’ai rencontré alors que je venais pour travailler à Paris ( mutation ).

Le soir, seul, je déambulais dans la capitale et dînais, souvent, dans tel ou tel restaurant, rarement le même.

Un soir, une jeune magrébine, serveuse, me fit grande impression. Elle était, brune de peau.

Mince, les seins bien droits ( 90 ), le ventre plat et les fesses rebondies.

Mais la beauté de son visage dépassait tout.

J’avais presque fini mon repas, lorsque j’entendis un bruit de vaisselle cassée.

La belle serveuse venait de renverser tout le plateau par terre, non sans avoir, au passage salis 2 ou 3 clients.

Scandale, insultes des clients, la belle rougit .

Mais le plus triste fût que son patron, un individu de la pire espèce, la congédia, en joignant ses insultes à celles des clients.

Elle se mit à pleurer. Partit en courant dans l’arrière salle. Je réglais immédiatement l’addition et sortis. Cette scène m’avait mit la larme à l’?il et j’étais outré.

Je me postais alors sur le trottoir d’en face et attendis en espérant pouvoir consoler de mon mieux cette demoiselle. Personne ne sortit. Je commençais à me lasser. A 23 h 30 mn, le patron ferma son restaurant. Toutefois, je l’entendis encore vociférer et je pensais donc que la petite était encore là. En effet 15 mn passèrent encore et la porte attenante au restaurant s’ouvrit et la belle apparue. Tête basse, elle marchait tristement. Je l’accostais en précisant immédiatement que j’avais été le témoin de sa mésaventure. Elle me reconnut et se rassura.

Je lui demandais de venir boire un verre pour la consoler et après une hésitation elle accepta.

Elle me raconta qu’elle travaillait dans ce restaurant depuis 3 mois, sans être déclarée.

Elle était arrivée du Maroc à 16 ans et vivait chez ses parents, qui eux étaient venus en France depuis une dizaine d’années.

Une vie pas facile, petit boulo ici, ménage là. Ses parents allaient sûrement être déçus.

Je l’écoutais et la regardais fasciné par cette merveille de la nature. Il m’apparut, tout à coup, que jamais je ne pourrais la laisser partir ainsi. A aucun prix. Je ne réfléchi pas et lui dis.

Ecoute Dounia, je suis seul à Paris et j’ai besoin d’une femme de ménage. J’ai un grand appartement et je suis ingénieur dans une grande compagnie. Je ne te fais aucun cadeau.

J’ai réellement besoin d’une personne à temps plein. Le hasard fait souvent bien les choses.

Je la ramenais chez elle, à Champigny, et lui laissais mon numéro de téléphone.

Le lendemain soir, vers 20 heures, elle m’appela. Elle me dit qu’elle était d’accord, faute de mieux. Je lui fixais rendez-vous, le samedi matin à mon domicile à 9 heurs.

Elle arriva, et j’en fut tout heureux. Nous passâmes la journée, en explications et en courses.

Tenue vestimentaire, double des clés, etc ....




A suivre

Diffuse en direct !
Regarder son live