Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 272 fois
  • 31 J'aime
  • 2 Commentaires

Durant le stage de Hand

Chapitre 1

Gay

Nous étions en stage sportif de handball, L’hébergement étant dans une structure dédiée aux sportifs, nous étions 2 par chambre. Par chance j’étais avec mon pote Jean-Luc. On se connait depuis des années, on pratique dans la même équipe, on

fini par bien se connaitre. J’avoue avoir déjà eu des envies envers lui. Même si je suis marié, j’ai déjà eu des relations homosexuelles et cela me manque parfois.


Fin de l’entrainement, notre chambre dispose d’une douche et nous prenons nos douches à tour de rôle. Je passe le premier, une serviette autour de la taille, je sors de suite de la salle de bain pour laisser la place libre à Jean-Luc.Je ne m’habille pas tout de suite, j’allume la télé et m’installe sur mon lit. Jean-Luc sors à son tour, c’est vrai qu’il est plutôt bien bâti, plus grand et

plus large que moi. il n’a que sa serviette sur la taille , il s’assoit sur le rebord de son lit et se plaint de ses jambes. L’entrainement a été particulièrement dur pour lui. Je le vois sortir de l’huile apaisante et de masser les mollets maladroitement.


— "Tu veux de l’aide" lui dis-je

— "Si tu veux"

— "Attend, on va faire ça bien, allonge toi sur le ventre sur le lit, je vais baisser la lumière, se faire masser avec 200W dans les yeux ça n’aide pas à se relaxer."


Je me lève et vais baisser la lumière, je les coupe presque tout sauf une ce qui nous donne une belle lumière tamisée. Je me retourne et je vois Jean-luc allongé sur le ventre, la serviette posée sur les fesses. Je vois qu’il a l’habitude d’aller se faire masser c’est la position classique. Il a pensé à mettre ses mains le long du corps. Je m’approche de lui, mets un peu d’huile dans le creux de mes mains, la fait chauffer et je commence par lui masser les trapèzes


— "Tu devais pas t’occuper des jambes"

— "Oui, mais tu es tout tendu du dos, à quoi ça sert de te masser les jambes sur le dos est contracté"

— "tu as raison, j’osais pas te le demander"


Me voila en train de masser son dos. Rien de sexuel, un massage franc et dur.Je descend jusqu’à ses reins. Il est musclé ce mec, c’est agréable à masser. Je décide de m’attaquer à ses bras, en commençant des mains et je remonte jusqu’aux épaules


— "C’est super bon ce que tu fais, ça me délasse"

— "De rien, j’essai de faire de mon mieux, mais demain faudra que l’on passe voir le kiné, il doit faire ça mieux que moi"


J’en fini avec le haut du corps, je décide de m’attaquer au bas. Je commence par la voûte plantaire plus les mollets, je vois Jean-Luc vibre un peu. J’ai du appuyer sur un nerf, je vais y aller plus doucement. Je remonte au dessus des genoux et je masse plus doucement l’arrière de ses cuisses. Sa serviette me gène


— "Ni vois rien de louche, mais il faut que je remonte ta serviette"

— "Pas de souci"


Je replis sa serviette. Peut être un peu trop, je vois l’orée de ses fesses et entre ses jambes, ses testicules et le bout de sa verge. A cette vision j’ai eu un petit jet d’adrénaline me parcourir le corps. Je décide de monter le long de ses cuisses mon massage qui ressemble de plus en plus à des caresses. En remontant la première fois le long de ses cuisses, mes pouces se trouvent à l’intérieur, je remonte jusqu’à ses fesses, mes pouces frôlent sont scrotum. Un deuxième frisson me parcours. Je décide de reprendre plus bas, je repars du bas de la cuisse et remonte en approchant mes pouces au plus près de ses parties. Il ne dit rien, je recommence une dernière fois. Je lui demande de se retourner.


Il se cache discrètement le sexe en se retournant et place la serviette. Je peux voir une bosse et la forme de son sexe. Je profite de la pénombre installé pour regarder sans être vu. Je redescend au niveau de ces pieds et recommence mon massage qui ressemble de plus en plus à des caresses. Je remonte le long de ses tibias, puis redescend, puis remontent puis redescend, puis remonte, je passe les genoux puis reviens en dessous du genoux, puis j’attaque les cuisses. Je remonte à chaque fois un peu plus. Je remonte de plus en plus. J’aimerai tant aller plus loin sans risquer quoi que ce soit. J’ai une boule au ventre. je

remet un peu d’huile et recommence mon manège. Je remonte de plus en plus haut. Je regarde ma proie, son sexe commence à durcir. Un effet mécanique à coup sur, mais cela me plait. Je remonte, encore et encore mes pouces lui touchent les testicules. Je vais pas pouvoir en rester là. Il va falloir que je passe à l’étape supérieur et tant pis pour notre amitié.


— "Je fais cela pour te détendre, mais tu m’as tout tendu" lui dis-je

— "Mon dos et mes jambes sont détenus eux"


Est ce un signe, une invitation, une blague salace..je tente le tout pour le tout, je remonte ma main le long de son corps, passe la main sous la serviette et saisi son pénis en érection et lui dit


— "il faut que je m’occupe de ça alors maintenant"


Et je commence à le masturber lentement. Il ne dit rien, juste un peu soupir. Ouf me voilà rassurer. Je décide donc d’embrasser le haut de ses cuisses, puis de remonter mes lèvres jusqu’à ses testicules gonflés. Je promène ma langue dessus et remonte le long de sa verge. Je prend son sexe dans ma bouche rapidement et assez profondément. Il a un gout d’huile de massage, cela gâche un peu, mais son gémissement rattrape la situation. Je commence à le sucer, je sens sa main venir sur ma tête, je continue à m’appliquer à lui faire une fellation. Cela me manquer depuis un moment. J’enchaîne moments vifs et moments doux,masturbation et fellation, jeux de bouches et jeux de langues. Il est à moi j’en fait ce que je veux. Après plusieurs minutes d’une de mes meilleurs pipes, je m’aperçois que je suis en levrette depuis un moment et que j’aimerai bien passer à la vitesse supérieur.


— "Dis moi, avec cette huile, tu t’occuperais pas un peu de moi"

— "Tu as une envie particulière"


Je me redresse, me tourne, et lui demande si cela le tente. Apparemment oui, il se relève en un bon, je le regarde, je le vois derrière moi, son sexe tendu. Je lui demande de mettre un peu d’huile sur lui et moi. Je le vois mettre un peu d’huile sur son gland,et faire couler un long jet sur ma raie. la sensation est divine. Je sens sa main me frotter la raie, et je sens un doigt pénétrer ma rondelle puis se retirer, puis il recommence. Il me doigte tellement bien que je ne peux m’empêcher de lâcher un peu cri de plaisir. il recommence, plus encore, et encore. Il se replace, écarte mes fesses et presse son sexe sur mon anus. Son sexe rentre en une fois et très profondément. Je n’ai eu aucune douleur, sa préparation et le lubrifiant ont fait du bon boulot. Il m’attrape par les hanches et je commence à sentir les va-et-vient de son sexe entre mes reins. Il accélère de plus en plus, je me sent comme sa chose. A chaque coup de boutoir j’ai l’impression qu’il va me faire décoller. Je gémi de plaisir, je ne peux

m’empêcher de me branler en même temps. ça l’excite, il y va de plus en plus fort, je sens sa respiration être de plus en plus fort.


— "Vas y vient plus fort" Lui dis pour l’inciter à encore accélérer. Pour la première fois de ma vie j’ai vraiment l’impression d’être défoncer. Et ça me plait.


— "Oui oui ça vient"

Monsieur va bientôt craquer, que faire, lui donner plus de plaisir on va essayer quelque chose


— "Vas-y encule moi, défonce moi"

ces mots nous électrisent, je sens mon cul en train de s’inonder se qui provoque mon éjaculation immédiate. Il termine

par un râle viril, je me sens toute chose. Il ralenti. Je sens son liquide me glisser le long des cuisses, il se retire et se dirige vers la douche sans un mot.


Le premier jour de ce stage de hand ne s’est pas passé comme je le pensais. Je me demande comment nous allons nous comporter durant la suite .

Diffuse en direct !
Regarder son live