Le site de l'histoire érotique

Echanges scolaires

Chapitre 1

Hétéro

Cette histoire s’est passée il n’y a pas plus de 3 ans, j’avais 17 ans à ce moment-là. J’était en 5ème secondaire, et j’avais choisis, bien que à contre cour l’option de langue 3 : Allemand.

Un jour vers la mi-mai, alors que l’on ne savait toujours pas aligner plus d’une phrase, notre professeur, assez charmante je dois l’admettre mais pas à mon goût, nous annonça que on allait participer dés la semaine prochaine à un échange scolaire avec un Collège d’allemandes.

Je peux affirmer que les premières idées des garçons de la classe étaient plutôt en-dessous de la ceinture, et moi le premier.

Le programme c’étant bien déroulé on devait attendre les allemandes qui allaient partager une semaine de notre scolarité et notre vie quotidienne, à la gare de Bruxelles-midi le jeudi mercredi soir.

La prof à estimer qu’il ne s’agissait pas de marchandise et vu les réactions des garçons de la classes, qu’elle tirerai au sort qui accueillerait telle personne dans la liste, j’allais de pair avec une dénommée Alexandra, ne me demandez pas le nom.

Le jeudi soir ont était sur les quai à attendre nos ? compagnes ?, lorsqu’elles sortirent du trains on les accueilla chaleureusement bien qu’elles fussent gênées dans en premier temps, sans plus attendre la prof pris la liste afin que l’on soit déjà en contact avec la jeune fille.

Je me demandai bien laquelle repartirai avec moi ce soir là, façon de parler bien sûr, surtout qu’ils y avait de tout genre des obèses mais pas si laides aux longues et fines à la poitrine plus que attirante, mais le caractère commun que l’on pouvait retirer de chacune c’est qu’elles savaient s’habiller !

Ainsi donc j’espérai ne pas tomber trop mal, lorsque la prof cita le nom d’Alexandra mon cour se mit à battre assez fort, j’était perplexe tant qu’a la personne, mais combien j’ai pût sourire quand je l’ai vue se détacher de la foule des élèves : elle était plutôt grande et fine, la peau claire, blonde, des yeux verts ? feuilles ? qui font que l’on se détache de la réalité et que l’on se prenne à en rêver, et une poitrine bien dressée, 85B.

  Je revoie encore la tête de déconfit de mes camarades jaloux à mon égard de pouvoir accueillir une si charmante créature, mais surtout je retiens la réflexion de la prof une fois les ? partenaires ? attribuées, lorsqu’elle m’interpella pour me dire à vois basse ? Adrien, tu ne dois pas abuser de la situation qui se présente ou quoi qu’il se passe je veux pas qu’une collègue me parle en allemand pour m’annoncer qu’il y a un papa dans ma class ?, je fût d’abord étonné parce qu’il me semblait que c’était pas la genre de prof à faire ces réflexions vu qu’elle est toujours en ? pantalons & col roulés ?, mais après je fût tout de suite amusé et la rassura.

    Pendant près de 2 jours on se voyait avec les élèves d’allemand chaque soir à ? La Galoute ?, un café assez sympa, histoire que les allemandes ne soient pas trop isolées. Je remarquai que je ne laissait pas Alexandra indifférente, bien que notre ? faculté de discussion ? soit réduite les expressions corporelles en disent long : elle restait souvent à mes côtés, et me regardait d’un regard troublant, je ne manquerai pas de citer qu’elle me suscitait beaucoup de désir. Sans être imbus de moi, car je n’ai pas l’habitude de me vanter, il est vrai que j’exerce un certain charme sur les filles, je fais 1m 78, j’ai les cheveux châtains, les yeux verts.

    Le dimanche soir après avoir regarder ? chocolat ? on est allé se couché, le lendemain étant une journée de cours, la maison n’étant pas spécialement grande, c’est du genre petite 4faces de campagne, 4, chbre, 2 salle de bain etc., Alexandra dormait dans ma chambre, je précise toutefois que je n’avais pas à l’époque un matelas double, et qu’elle dormait sur un lit à 1m du miens, ce soir là on était lancé à de petites discussions, on s’apprenait des mots, ça tournait fort autour du sexe et des injures, je dois admettre qu’elle était plus forte que moi en langue (dans tous les sens), on devait sans-doute faire du bruit par nos discussion parce que ma sour est venu nous interrompre prétextant qu’elle avait un examen la lendemain et qu’elle devait dormir. Pour une fois que l’on arrivait à tenir une discussion on voulait pas s’arrêter, alors Alexandra se leva, et alla se coucher à mes côtés, comme cela on pouvait continuer à parler d’un ton plus bas, elle porte un pantalon de tissus sans culotte en-dessous, je l’ai remarqué tout de suite et un top pour le haut mettant sa poitrine en valeur.

Elle se glissa sous ma couette, et je sentis ses pieds gelés contre les miens elle me demanda sitôt si elle pouvait les réchauffer, j’accepta sans hésitation profitant même de ce rapprochement pour déposer ma main droite sur sa hanche gauche, nous regardant ainsi face à face, et ses yeux m’enivrait les sens ou alors c’est la chaleur de son corps près du mien.

Se faisant la discussion elle m’a demandé si j’avais une petite amie, je lui ai répondu que non, la vérité, je lui ai demander la pareille elle m’a dit qu’il l’avait trompée avec une autre. Je me demande bien qui peux vouloir tromper une fille si mignonne, couchés comme ça elle doit faire 2cm en plus que moi. Je lui fait la remarque et elle a rit, et a dit ? ça ne pas être gênant ?, interloqué je lui ai demandai ? gênant pour quoi ? ?, elle répond ? pour être avec une fille dans un lit ?. je cache pas mon émoi à ses paroles.. je remarquai que inconsciemment je faisait allé et venir ma main sur ses hanches et le haut du torse, mais pas les seins, elle me le fit remarquer, et je retira ma main d’un air gêné, elle me demanda de la remettre que sa gênait pas bien au contraire. Je le fit mais je suis devenu plus impétueux, je glissai ma main sur sa croupe et tâtai la rondeur de ses fesses, sentant la raie du bout de mes doigts, sa jambes se glissa entre les miennes, elle me prit par la nuque et m’embrassa d’une langue vraiment experte, prenant ces gestes pour des encouragement, je glissait également ma jambe entre les siennes et la serra plus près de moi, toujours soudés par nos lèvres, s’enroulant nos langues, je glissa une main sous mon top l’autre lui prenant la tête par derrière sa nuque, j’entrepris de lui masser les seins, ils étaient lourds et fermes, doux et je sentait le grain de sa peau sous la paume de ma main, je m’empressai de prendre la pointe de ses tétons et les fis roulés, sa main se promenait sur mon torse tantôt me serrant plus fort lorsqu’elle était parcourue de frissons. Nos bouches se sont dessoudées pour que je puisse retirer son top, j’appréciais chacune de ses courbes, son ventre plat avec un percing au nombril serti de deux pierres vertes. On s’emprisonna chacun dans les bras de l’autre et elle me coucha sur le dos, descendant de ma bouche jusqu’à mon bas ventre en me faisant de petits bisous, il n’y a pas à dire elle s’y connaît ! Arrivée à mon bas ventre, elle retira mon boxer d’un coup comme excitée, et m’engloutit la queue dans sa bouche, tout en effectuant des vas et viens avec sa tête elle enroulait sa langue autour de ma bite et me malaxa les couilles, l’éjaculation ne fût pas longue. J’étais encore terriblement excité et je voulais pas que ça s’arrête là, je lui fit comprendre en couvrant son ventre et ses seins de baisers et descendant jusqu’à son bas-ventre, je lui fit une minette, je titillait son clito tout en lui enfonçant 2 doigts dans le vagin, elle se mit à gémir et marmonner des mots en allemand, cela m’excitait de plus belle, et accélérant le rythme je lui provoqua un orgasme, j’avais sa jouissance sur les lèvres son odeur dans mon nez. Elle resta bien 5 minutes étendue souriante à ne rien dire, ensuite j’ai eu peur qu’elle parte parce qu’elle s’est levée et se dirigea vers son sac, elle revint vers moi avec un préservatif, et me l’enfila sur la bite en prenant bien soin, elle le mouilla avec ses lèvres et se coucha sur le dos, écartant les jambes et m’incitant à venir prendre place, je l’ai prise avec attention puis j’ai accéléré le mouvement de façon plus sauvage, ça lui faisait plaisir et prononça des mots en allemand, qu’est-ce que j’aimais cette langue dans ces moments !!! Elle m’enfonçai ses ongles dans mon dos avant de jouir et je tardait pas à la rejoindre. On passa le reste de la nuit dans les bras de l’autre, ma sour n’était pas content parce qu’on a été bruyant, mon père avait ce sourire au coin que je lui connaît bien.

On fit l’amour plusieurs fois, et on fût tristes de se quittés, tout le monde à l’école eu vent de notre relation la maîtresse se comportait d’une façon étrange envers moi, non pas qu’elle voulait me gronder mais elle semblait plus ? excitante ?, pour ce qui est d’Alexandra je fus invité à passer les grandes vacances chez elle, mais ça c’est une autre histoire.

Diffuse en direct !
Regarder son live