Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 096 fois
  • 22 J'aime
  • 1 Commentaire

Edith soumise...soumise II

Chapitre 4

Avec plusieurs femmes

Edith soumise…soumise B04


Chapitre 04


Elles doivent se mordent les lèvres pour ne pas jouir entre ce qu’elles ont vu et les vibrations.

Je sens leur tension et vois les suppliques dans leurs yeux.

Je demande alors aux autres de les détacher.


« Vous allez vous caresser et lécher, et je veux que vous vous donniez à fond. »


Elles se jettent l’une sur l’autre, leurs gémissements sont de plus en plus forts. L’envie de jouir et tellement forte, qu’elles ne savent de quelle partie du corps de l’autre elles ont envie.

Elles finissent par se mettre en 69 et se lèchent, se boivent. Chacune joue avec le plug enfoncé dans le cul de l’autre.


Elles gémissent et je sens leur jouissance monter. Elles savent toutes les deux qu’elles ne doivent pas jouir sans mon accord. Je sens qu’elles sont à l’extrême limite.


Les deux autres sont blotties contre moi et les regardent, tout en ayant envie de les rejoindre. Elles se tordent et n’en peuvent plus, elles ont envie de jouir et me regardent, guettant mon autorisation.

Cela dure une dizaine de minutes, puis je les libère de leur frustration.


« Je veux vous entendre jouir toutes les deux et laisser vous aller au maximum. »


Christine jouit en giclant, et devient fontaine tant la jouissance est grande. Edith boit tout ce qu’elle peut tout en jouissant à son tour.


« Ahhhhh, c’est fort je jouiiiis, je jouuiiis, viens avec moi, jouis aussi »

« Tiens salope, tu me fais jouir aussi. Ahhhhhhh»

Et elles se jettent l’une sur l’autre en se léchant, s’embrassant comme deux amoureuses. Puis enfin se séparent venant vers moi.

Je prends dans la boîte qui est restée dans le salon un god gonflable que j’introduis dans le sexe d’Edith, qui est déjà occupé par l’œuf et le fait gonfler au maximum.

Elle recommence à jouir.

Je demande à Marie de le faire aller et venir jusqu’à ce que je lui demande d’arrêter. Le sexe rempli, l’anus pris par le plug. Edith ne cesse d’aller de jouissance en orgasme.

J’attrape Christine et la fait me chevaucher. Je lui retire le plug plante ma bite dans son cul. Elle est écartelée, mais elle aide par ses mouvements ma queue à entrer profondément en elle.


« Vous me déchirez Maître, votre sexe est si gros. C’est fort, je jouiiis. Je suis pleine. C’est merveilleux je jouis encore. Vous me donnez tant de plaisir. ouiii»


Ses seins sont durs et leur pointe tendue comme jamais. J’en profite pour pincer ses tétons et les tords légèrement. Elle aime et le montre bien. Elle gémit, gémit puis part à nouveau dans un orgasme fort.

« Alors mes chéries satisfaites de ce début de soirée ? »

« Nous sommes déjà épuisées vous voulez notre mort. »

« Vous serez épuisées quand je le déciderai… pas avant »

Je me rends dans la chambre et reviens avec un sac en plastique. 

Toutes les quatre me regardent, impatientes de savoir ce qu’il contient.

Si vous voulez mettre une femme sur des charbons ardents, rien de tel que de venir avec un sac et de le poser à ses pieds sans l’ouvrir…Leurs regards me supplient de leur dévoiler le contenu.

« Vous allez me débarrasser la table pendant que je prends mon café. »


J’ai juste le temps de finir ma phrase, que toutes les quatre se précipitent pour satisfaire plus à leur curiosité qu’à mon ordre.

Edith elle va me servir mon café. Elles reviennent se mettre en ligne devant moi, à genou les mains derrière le dos, attendant mes ordres, sans pour autant ne pas loucher sur le sac.


Je le prends et en sors quatre robes identiques, des robes en satin noir avec de la résille noire au niveau des seins et du sexe. Très moulantes et arrivant à moitié de leur cuisses. Tenues au dessus par deux fines bretelles. Elles me regardent en se demandant si elles devaient les mettre.


« Ce sera votre tenue pour notre sortie de ce soir. Pour l’instant vous allez profiter du reste du contenu de ce sac.»


Edith étant la plus proche, plonge une main dedans et en sort deux double dongs.


« Vos petits trous s’ennuient depuis tout à l’heure, alors remplissez les! »


Marie et Christine en prennent un, et idem pour Edith et Martine.

Je leur tends le tube qui était au fond du sac, qui va leur permettre de lubrifier leurs anus. Elles en usent abondamment sur leurs fondements.


Je vois les gods pénétrer les petits trous, avec un sourire de plaisir sur leurs visages. Sauf pour Martine qui n’a pas trop l’habitude de la sodomie.

50cms disparaissent dans leurs culs, avec des gémissements de douleur et de plaisir. Elles sont fesses à fesses. Elles sont déchaînées et se sodomisent avec un très grand entrain (ou en leur arrière train).


Le gel utilisé est prévu aussi pour chauffer et augmenter l’excitation des utilisateurs. Les quatre jouissent pratiquement simultanément, en s’effondrant sur la moquette. Les gods sont expulsés par les dernières contractions de leur anus.


« Votre cadeau vous plait à ce que je vois, mais vous ne les utiliserez qu’à ma demande.

Pour l’instant vous allez à la salle de bains redonner un peu de naturel et de beauté à votre visage, car là vous n’êtes pas resplendissantes, loin de là. On dirait des têtes de carnaval, et cela me déplait. Et prenez une douche, ce ne sera pas un luxe. J’ai bien dis une douche et rien d’autre.»


Elles allèrent toutes les quatre à la salle de bain, se doucher et se remaquiller. Elles mirent un grand soin à se farder, car elles savent que je ne tolèrerai pas d’approximation .

Elles revinrent et se vêtirent de leur nouvelle robe. Et me connaissant, aucune d’elles n’avait mis de sous vêtements.

S’admirant l’une l’autre, et tournant pour de faire admirer.

Elles se mirent en ligne pour attendre mon avis.

Je voyais leurs tétons pointer à travers la résille de leur robe. En passant devant chacune, je les fais faire un tour sur elle-même.

Diffuse en direct !
Regarder son live